AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A simpleton could see [R.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: A simpleton could see [R.]   Lun 21 Avr - 4:10

How Stupid Could I be?


-Alors Alexander pourquoi tu viendrais pas ici essayer de résoudre l'équation tout seul?

Le jeune homme se leva péniblement de son siège. Darcy avait conscience que les cours du soir n'était pas l'idéal et c'était bien sur loin des préoccupations de de la douzaine de jeune homme qui se trouvaient dans sa classe, mais s'était aussi essentiel essayait-il de leur faire comprendre. La plupart d'entre eux passaient leur journée sur le ranch familial qu'ils en aient envie ou pas. Ou comme Alexander avec un avenir prometeur si l'équipe de football de l'école réussissait a se rendre en final. Mais ca incluait aussi beaucoup de journee de classe manqué et c'est ce qu'il essayait de rattraper ce soir et deux autres soirs dans la semaine. Ils étaient quelques enseignants a faire la meme chose volontairement. Lui avait beaucoup temps a tuer. Il n'avait rien d'autre a faire, mais surtout ca lui donnait l'impression de faire un petit quelque chose pour changer le monde. Il avait toujours eu la certitude que tout était éphémère. tout pouvait disparaitre du jour au lendemain, mais personne ne pouvait vous prendre vos connaissance. Rien ne pouvait vous enlever ce trésor.

Ce soir c'était les math. Il n'enseignait pas les math normalement, mais il se debrouillait plutot et avait remarque que s'était la matière qui demandait le plus d'attention de la part des élèves. Le mardi s'était l'anglais et jeudi histoire qui était sa spécialisé. Ses débuts dans l'enseignement avaient été assez turbulant, mais il avait finit par prend l'autorité de la classe comme il se le devait et il se levait maintenant avec le sourire a l'idée de se retrouver devant une classe.

-J'y arrive pas, M.Roth!!

Il avait complètement banni les monsieurs et etc de ses classes. Bien qu'il pense que les règles de civilités et de politesse étaient de mise, il n'était pas encore suffisament vieux pour qu'on l'appelle monsieur. Alexander était le seul a toujours l'appeler monsieur et l'éducation stricte quasi violente que lui procurait le Vieux Aniston n'y était pas étranger d'après lui.

- D'accord. Comment tu fais pour annuler une multiplication?

Il leva le doigts en direction des autres garçons pour qu"ils gardent le silence et attendit patienment que le principal interesse trouve la réponse lui-même.

-Bah une division, non?

-Oui! Donc qu'est ce que tu dois faire pour te débarasser du trois et isoler la variable?

Un éclair de compréhension traversa les yeux de l'adolescent et trente secondes plus tard il résolvait le problème et donnait une bonne réponse finale. C'était pour des moments du genre qu'il enseignait. Voir un étincelle de fierté dans le regard d'un élève fier d'avoir accomplit une tache par lui-même. Malheureusement la concentration et l'énergie d'une bande de garçon de cet age avait ses limites et il décida de terminer le cours plutôt que de continuer et parler dans le vide.

-Bon, vous aurez la page 69...

Quelque rire se firent entendre, tandis que Darcy levait les yeux au ciel découragé. Il se souvenait pas avoir été comme ça a leur age.

-...Numero 4 a 10. Bonne soirée et j'espere vous voir demain matin en classe.

Il n'y avait rien de moins sur, mais il avait toujours un espoir qu'un d'eux augmenterait son assiduité au cours normal. Il donna une tape sur l'épaule d'Alexander et le félicita. Il avait fait beaucoup de progrès ces derniers temps.

Lentement, mais surement il se mit a ramaser ses livres et finit par s'asseoir une seconde pour se détendre avant de retourner chez lui. La fin de ce cours sonnait la fin officielle de sa journée et il aimait prendre un petit moment avant de rentrer au ranch.

Après une dizaine de minute a fixer le plafond, il se leva attrapant son sac a dos et sortit de la classe les yeux fixé sur le bout de ses bottes. Si bien qu'il ne vit pas la blonde qui s'approchait, ni la colision éminente qui s'en suivit. Par reflexe il rattrapa la jeune femme par les épaules pour l'empêcher de tomber a la renverse.

-Amy?

[C'est pas le summum de l'originalité, mais ca peut le faire. XD ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A simpleton could see [R.]   Lun 21 Avr - 9:31

Ces trois jours de cours du soir permettaient à Amy de quitter l’ambiance étouffante du ranch familial et de mettre à profit tout ce qu’elle avait pu retenir de ses nombreuses lectures. D’ailleurs, avec beaucoup de courage, elle avait entreprit une licence d’anglais par correspondance et entamait sa dernière année qu’elle réussissait avec brio même si c’était toujours un véritable exploit chaque fois qu’elle parvenait à se libérer pour passer ses examens. Bien sûr, elle avait caché ça à son père et à son frère, seule sa sœur était au courant et l’avait aidée à gagner la ville ces deux fois là et pour ça, elle se sentait terriblement redevable.

Il faut dire que ces dernières années, l’ambiance au ranch des Dorrington était plus qu’insupportable, le vieil Isaiah couvrait bien trop sa fille et semblait incapable de lui accorder la moindre confiance, la prenant encore pour une gamine et l’empêchant de mener sa vie comme elle le sentait. Ses seules bouffées d’oxygène venaient de Judd qui vivait sur le domaine pour le moment et de ces cours qu’elle donnait aux enfants, trois jours par semaine. Elle travaillait avec les plus jeunes parce qu’on la jugeait inapte à orchestrer des cours plus complexes dans des matières telle que l’histoire ou encore les maths bien qu’elle ait un bon niveau, elle se contentait donc de dispenser des cours d’anglais de temps à autres.

Ce soir là, comme la plupart du temps, elle traînait encore dans les couloirs vides de l’école, espérant peut-être s’y faire oublier, retardant surtout l’échéance un maximum, elle n’avait pas envie de rentrer, pas maintenant. La blondinette poussa un profond soupir avant de se résigner à prendre le chemin de la porte d’entrée la plus proche, ses livres fermement tenus contre elle et les yeux dans le vide, pensant à son prochain cours. Elle percuta quelque chose qui semblait être de la pierre mais un brin plus chaud, elle leva le nez pour faire face à une personne qu’elle n’avait pas vu depuis des années et qu’elle espérait ne jamais revoir au fond.

Darcy…. Ou Draz pour elle, ce garçon taciturne qu’elle avait surpris dans la bibliothèque, celui qu’elle avait tenté de soutenir comme elle pouvait malgré ses propres problèmes et qui l’avait toujours remercié en l’abandonnant ou en la rejetant, ne revenant vers elle que lorsque tout allait mal, que lorsqu’il avait besoin d’elle. Quand Maddy l’accusa en riant d’en être amoureuse, elle avait rougi jusqu’aux oreilles avant de prétendre le contraire. Cette relation n’allait que dans un sens depuis le début, pourquoi en serait-il autrement un jour ? Malgré tout, elle se contentait de ce qu’il voulait bien lui donner mais ne supporta pas son départ si soudain et dut mettre beaucoup d’énergie pour l’oublier.

Ses immenses mains sur elle la mettaient mal à l’aise, elle refusait le moindre contact avec lui sous peine de retomber immédiatement dans le panneau, elle ne le regardait pas dans les yeux d’ailleurs, sachant pertinemment que quand elle croiserait son regard azur, elle serait incapable de lui refuser quoi que ce soit et elle se maudissait déjà. Avec douceur, elle se retira de son étreinte et fit deux pas en arrière, fixant l’autre extrémité du couloir pour ne pas croiser ses yeux.


« Salut Darcy. » marmonna-t-elle

Jamais Amy ne l’avait appelé par son prénom qu’elle trouvait pas à son goût, ce qui expliquait son surnom si étrange mais elle disait toujours que ça collait plus avec sa personnalité.


« Je savais pas que tu étais revenue. »

*Bien sûr que non idiote, pourquoi serais-tu au courant ? Il s’en fiche de toi !Depuis le temps, tu devrais ,ne plus te poser de questions ! *

Sa mâchoire se crispa et elle se borna à fixer le fond du couloir jusqu’à ce qu’il chercher à capter son regard et qu’elle croise cette petite lueur dans ses prunelles et elle se sentit fondre, quelle connerie tout ça, pourquoi fallait-il que celui qui ne cessait de la faire souffrir soit la personne que son cœur avait choisi ? Malchance ou bien amour pour la souffrance ? Elle l’ignorait, une chose semblait certaine, elle ne parvenait pas à décrocher son regard de lui désormais. Mais son expression restait indéchiffrable, entre la sévérité, la colère, la joie, la tristesse .

« Tu as l’air d’aller bien, je suis contente, bon écoutes je m’ennuie pas mais je dois rentrer. »

Oui, écourter la torture, c’était le mieux à faire. En rentrant, elle irait voir Judd et il la prendrait dans ses bras, elle sentirait son odeur de vieux cuir qu’elle aimait tant mélangé à son parfum si musqué et alors elle se sentirait mieux.

HS: J'aime ton poste moi ^^ Désolée mais elle lui en veut alors il va ramer maintenant mdr
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A simpleton could see [R.]   Lun 21 Avr - 22:31

La première chose qu’il avait fait en rentrant à Mount Pleasant avait été d’harceler Hope jusqu’à ce qu’elle lui donne des nouvelles de Dot et Amy. Il se foutait que les Caine est refait une apparition ou des histoires à dormir debout du Vieux Bill. Il voulait savoir si elles allaient bien. Le moindre détail l’intéressait. Elles lui avaient manqué. Sa seule amie et sa première petite amie. Deux personnes qu’il avait désespérément essayé d’oublier. Il n’avait pas eu la chance de croiser Amy, mais s’était rendu sur la propriété de son père quelques fois depuis son retour. Chaque fois le courage lui manquait et il faisait demi-tour retournant la tête basse à un mariage en ruine. Et puis June était partie. Les papiers de divorce signés et approuvé.

Pourtant, elle était là devant lui. Toujours aussi belle, avec sa chevelure couleur de blé qui cascadait jusqu’à ses épaule. Il n’avait pu s’empêcher de voir une ressemblance entre elle et June quand il l’avait croisé pour la première fois après son retour. June marchait à ses côtés un bras autour de sa taille et il l’avait vu au loin. Ses yeux bleus perçant qui vous donnait l’impression qu’elle lisait en vous comme un livre ouvert. Elle était toujours là. Il avait espérait qu’elle aurait eu la chance de faire comme lui et s’enfuir. Sortir un peu de cette ville qui vous empoisonnait peu à peu.

« Je savais pas que tu étais revenue. »

-Oui. Ça fait un moment maintenant.

Elle n’était pas au courant qu’il était revenu! Savait-elle pour June? Probablement pas.

Finalement leurs regards se croisèrent et il ne put s’empêcher de sourire en voyant que ses yeux étaient toujours aussi brillants, mais quelque chose clochait et il n’arrivait pas à mettre le doigt dessus.

« Tu as l’air d’aller bien, je suis contente, bon écoutes je m’ennuie pas mais je dois rentrer. »

-Attends une seconde. Tu m’en veux toi aussi?!!

Dot lui faisait la gueule depuis son retour. Pas étonnant vu la façon dont il était partie, mais surtout il savait que son mariage l’avait encore plus blessé. Ce fut à ce moment là qu’il commença à s’éloigner plus que de raison de June. Parce qu’elle n’était qu’une pale copie, un substitut de celle qu’il voulait vraiment. Mais il ne comprenait pas pourquoi Amy lui en voulait. Il avait toujours cru que si une personne pouvait comprendre son geste s’était elle. Elle était différente elle aussi. Un deuxième mouton noir dans le troupeau de Mount Pleasant.

-Je pensais que tu comprendrais, souffla-t-il en baissa les yeux incapable de regarder son visage dépourvu d’émotion.

[Dsl C’est tout court *rougit*]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A simpleton could see [R.]   Lun 21 Avr - 23:30

S’il y avait bien une chose qu’Amy détestait, c’était les rumeurs, ces bruits de couloirs qui faisaient la joie de la moindre commère. Celles-là même qui bercèrent son adolescence et la firent passer pour la pute du lycée, depuis, elle avait pris soin de les ignorer, pour se préserver et pour ne pas porter de jugement hâtif sur des personnes qu’elle ne connaissait pas. Ce qui expliquait sûrement qu’elle ignorait toujours le retour de Draz, son mariage et son divorce ainsi que son intégration comme professeur à l’école de la ville. Tomber sur lui par hasard lui faisait drôle et pourtant, ça ne ranimait que de bons souvenirs, elle le détestait de lui faire cet effet là.

Fuir ou s’effacer avait toujours été ses deux stratégies favorites, plus simples et moins douloureuses que les autres. C’est ce qu’elle fit lorsqu’elle avait aperçues les œillades que se lançait Dot et Darcy, elle s’était effacée, persuadée que jamais il ne voudrait d’une folle et que ses sentiments ridicules et insensés ne seraient partagés que dans ses rêves les plus fous. Le fuir s’avérait cependant toujours plus difficile, elle semblait incapable de faillir au rôle d’ami qui lui avait attribué, elle se donnait le devoir de l’aider du mieux qu’elle pouvait, le soutenant à bout de bras même si parfois elle se sentait plus mal encore que lui, tout ça pour qu’il l’oublie définitivement et ne la prévienne de son retour que parce qu’il la croisait au détour d’un couloir. Non, il ne méritait pas tous ces sacrifices, Judd en avait fait bien plus pour elle en deux ans que lui en toute une enfance. Peut-être lui reprochait-elle trop de choses mais ternir son image c’était l’aimer un peu moins et se défaire de son emprise.


« Oh … Merci d’avoir prévenu. » lui reprocha-t-elle

Du baratin tout ça. Prétendre être son ami mais pour quoi faire ? Se payer sa tête ou bien tout simplement s’assurer de ne jamais être seul en choisissant une personne assez stupide pour ne jamais rien lui reprocher. Sa vision de lui s’était dégradée au fil des ans, quand elle avait vu que ses lettres devenaient de plus en plus rares jusqu’à ce qu’il n’écrive plus, certainement trop occupé pour penser à la pauvre fille du pays .

Sa question la retint alors qu’elle comptait faire volte face et rentrer au ranch. Lui en vouloir ? Pourquoi lui en voudrait-elle ? Elle avait juste l’impression d’avoir été son bouche trou toute son adolescence mais hormis ça elle lui reprochait rien, hormis peut-être le fait qu’il l’avait mené en bateau et aussi qu’il soit sorti avec cette pimbêche de Dot plutôt qu’elle. Elle le détestait de ne pas l’aimer comme elle avait pu l’aimer. C’était futile et elle le reconnaissait volontiers mais semblait incapable de s’en empêcher, il faisait parti d’elle, comme cette rancœur et cette colère.


« Que je comprendrais quoi Draz ?Que je n’étais plus assez bien pour toi et que tu préférais passer du temps avec des universitaires plutôt qu’avec la pauvre fille censée être ton amie ? Je m’en fous que tu sois parti, à ta place j’aurais fait pareil ,ce que je te reproche c’est de m’avoir rayé de ta vie et d’oser venir me parler comme si de rien était. Attendre qu’on se croise pour me prévenir que tu es de retour, comme si j’étais une plouc de plus dans ce trou à rats ! Alors ouais je t’en veux aussi ! Je suppose que tu as été voir Dot’. »

Devant son air gêné, elle comprit et enragea d’avantage. Bien sûr, elle avait toujours eut le droit à des avantages que elle n’aurait jamais, Do’, sa petite préférée, celle avec qui il passait le plus clair de son temps, elle avait le droit aux blagues, aux câlins et aux sourires et elle, les larmes, la tristesse et le désespoir, à croire qu’elle attirait ce genre de sentiments.

« Ca m’aurait étonné ! Ca a toujours été comme ça, pas vrai ? Tu as toujours attendu d’avoir un problème pour venir voir la pauvre conne d’Amy ! Bah tu sais quoi, Amy elle en a marre de servir de bouche trou quand une pétasse veut pas t’écouter, si tu crois que c’est en prenant cet air de gamin que tu vas m’amadouer, tu te fous le doigt dans l’œil et jusqu’au coude ! »

Elle ne décolérait pas et savait qu’elle le paierait très cher dans les jours à venir mais c’était la rancœur de ces années passées à l’attendre qui avait besoin de s’exprimer, parce qu’elle avait terriblement mal en y repensant. Puis tout à coup il n’y eut plus rien, il posa un regard sincèrement désolé sur elle et sa colère fondit comme neige au soleil, elle soupira et chercha à y échapper mais sans grand succès.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A simpleton could see [R.]   Mar 22 Avr - 19:25


Today is gonna be the day
That they're gonna throw it back to you

« Oh … Merci d’avoir prévenu. »

Il garda les yeux sur le bout de ses bottes. Il ne savait pas quoi dire. Il avait essayé, mais s’était dégonflé à chaque fois. Elle n’avait qu’à demander à son frère combien de fois il était arrivé en cheval sur la propriété des Dorrington avant de perdre son courage et faire demi tour. Il ne lui avait pas donné de nouvelle depuis tellement longtemps. Il lui avait écrit au début. Parce qu’elle était la seule à qui il pouvait vraiment parler, mais ses lettres étaient resté sans réponse et puis il avait arrêté d’écrire. Pensant qu’elle s’en foutait de ce qu’il pouvait penser ou de ce qu’il pouvait faire de ses journées. Par la suite il s’était noyé dans ses cours et travaux. Prenant de plus en plus de charge seulement pour ne pas penser à ce qui pouvait être arrivé à son amie là bas.

There are many things that I would
Like to say to you I don't know how

Elle lui avait manqué. Il la regarda s’éloigner, mais finit l’interpeler. Il voulait savoir pourquoi elle lui en voulait pour qu’il puisse se faire pardonner. Elle était celle qui l’avait toujours compris alors pourquoi maintenant ce n’était pas le cas. Ils avaient toujours été différent des autres et même si elle avait l’âge de sa petite sœur, elle avait toujours eu une maturité propre à son jeune âge, mais elle n’était plus celle qu’il avait connu. Qui lui donnait des bear hug quand il avait un coup de déprime. Qu’est-ce qui avait changé ? Était-il à l’origine de ce changement ?

Il l’écouta avec une attention particulière. Comme il l’Avait toujours écouté. Elle aurait pu lui raconter les aventures palpitantes du Vieux Bill qu’il l’écouterait de la même façon. Il fut attristé et peiné par ce qu’Amy lui apprit. Il n’avait jamais voulut la blesser et encore moins lui faire croire qu’il n’était pas à la hauteur ou d’autre connerie semblable. Il se sentait mal, puisqu’à ses yeux elle était exceptionnelle. Une perle le rare qu’il fallait à tout prix protégé. Il ne méritait pas son amitié, ni son amour.

«…comme si j’étais une plouc de plus dans ce trou à rats ! Alors ouais je t’en veux aussi ! Je suppose que tu as été voir Dot’. »

-J’ai essayé pourtant, murmura-t-il à voix basse. Et puis non je n’ai pas vu Dot.

Son front se plissa et ses sourcils se froncèrent montrant quelques rides précoces. L’éclat de jalousie le surprenait. Il n’avait jamais pensé qu’elle pouvait penser à lui de ce façon. Elle était trop bien pour lui et surtout elle n’avait jamais rien dit à ce propos. Pourquoi n’avait-elle rien dit quand il avait commencé à fréquenter Dot.

La tirade d’Amy qui S’en suivit le secoua. Il avait envie de l’interrompre, se répandre en excuse et en explication, mais n’en fit rien attendant patiemment qu’elle ait finit. Pourtant la bouche ouverte il n’arrivait pas dire quoique ce soit, sous le choc. Il savait qu’il l’avait négligé après avoir commencé à voir Dot, mais il n’avait jamais considéré Amy comme une solution de rechange.

-J’ai jamais voulut te blesser, dit-il en trouvant le courage de la regarder dans les yeux, sincèrement désolé.

Il s’avança un peu, il avait envie de la prendre dans ses bras, mais n’en fit rien ronger par les remord.

Because maybe
You're gonna be the one who saves me ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A simpleton could see [R.]   Mer 23 Avr - 0:38

Essayer ? Voilà exactement ce qu’elle lui reprocher, d’avoir toujours fait qu’essayer avec elle. Parce qu’elle n’était reléguée qu’en deuxième plan et elle détestait cette place qu’elle s’était pourtant attribuée toute seule, s’écartant volontairement devant Dot qu’elle jugeait plus apte à rendre heureux Darcy qu’elle-même. Finalement, sa colère ne semblait pas justifiée, elle lui reprochait ses propres erreurs mais elle regrettait tellement. Ne plus avoir de nouvelles fut un véritable déchirement et même si elle s’évertuait à l’oublier, elle n’y parvenait jamais, nourrissant l’espoir fou qu’un jour il reviendrait, pour elle.

Mais maintenant qu’il se retrouvait face à elle, la rancœur supplantait le manque et le bonheur de le retrouver, elle lui reprochait des années de silence et d’ignorance bien que ce soit trop tard. Peut-être parce qu’avec Judd elle avait découvert ce que c’était qu’une amitié à double sens et que mais, elle s’apercevait que jamais ce jeune homme qu’elle avait pris en pitié des années auparavant ne la connut véritablement. Tragique quand on y pensait mais c’était l’histoire de sa vie, des rencontres stériles ou bien à sens unique, elle restait assez gentille et polie pour écouter les autres et ne jamais imposer sa présence et ses problèmes, peut-être était-ce un tort.


« Ca suffit pas d’essayer ! » lâcha-t-elle avec aigreur

Elle s’en voulait déjà de son comportement de petite peste, ce n’était pas elle, il ne s’agissait pas de la Amy de tous les jours, seulement de celle qui tentait de défendre férocement ce qu’elle avait cru pouvoir posséder un jour mais s’apercevoir qu’il ne s’agissait que d’un leurre lui faisait mal, parce que ça n’effaçait en rien ses sentiments. Toute sa vie était réglée en fonction de son petit cercle de proches qu’elle avait difficilement construit et lui débarquait pour foutre tout ça en l’air et bousiller le peu d’équilibre qu’elle était parvenue à avoir.


*Peut-être que tu lui manquais tout simplement !*

« Tu as des années de retard pour ça Draz ! »

Jamais elle n’avait été méchante et avait apprécié blesser les gens et le visage déconfit du géant lui brisa le cœur, son regard brillant trouvait un écho familier chez elle. Elle le revoyait, des années de cela, dans la grange familiale, elle brossait Wild et lui l’observait en silence, quand enfin elle s’inquiéta de son soudain mutisme et lui fit face, elle avait croisé le même regard de petit garçon perdu. Il lui avait annoncé qu’il partait commencer une nouvelle vie ailleurs, là où elle ne serait pas. Elle fit un pas en sa direction, voulant le serrer contre son cœur mais s’arrêta net et le fixa intensément, les yeux embués de larmes.

« J’ai de nouveaux amis, des projets et une vie qui me plait, pourquoi tu as refusé d’en faire parti ? Tu sais, j’ai toujours tout fait pour que tu me garde près de toi, parce que j’avais envie de t’aider et que… Tu comptais pour moi mais toi tu m’as oublié et ça me fait mal. Qu’est-ce que tu veux de moi maintenant ? Que je te pardonne ? Je t’en veux même pas, j’ai jamais réussi à t’en vouloir, seulement je doute que tu puisses remplir le vide que tu as laissé en me rayant de ta vie. »

Elle serra plus fort ses livres et ses cahiers contre sa poitrine, se mordant l’intérieur de la joue, tentant désespérément de retenir ce qu’elle voulait vraiment lui dire mais ce fut plus fort qu’elle.

« Tu m’as manqué espèce de crétin ! C’est pas vrai… Je ne cesse de me contredire, enfin non, j’ai jamais dit que tu ne m’avais pas manqué mais...Fuck ! Ecoutes je vais te prendre dans mes bras mais ça ne signifie en rien que j’oublies tout !Ok ? »

Il s’agissait là du paradoxe Amy, à elle seule elle était un des plus grands mystères de la ville, on n’arrivait jamais à savoir ce qui lui passait par la tête. Ses livres touchèrent le sol dans un bruit sourd et elle se blottit dans ses bras.


HS:Post pourri désolée jumelle
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A simpleton could see [R.]   Mer 23 Avr - 4:05

« Ca suffit pas d’essayer ! »

Il resta silencieux. Il savait tout ça. Il avait gaffé. Il l'avait blessé. Il l'avait perdu. Voilà, c'était simple. Ce n'était pas difficle à comprendre en apparence, mais le cerveau de Darcy ne fonctionnait pas comme les autres. Comme aurait-il pu savoir, alors que tout ce quìl avait vu à l'époque était sa meilleure amie qui s'éloignait. Il avait moins de temps d'accord, mais elle s'était éloigné comme sìl n'était aps capable de partager son temps entre sa petite amie et sa meilleure amie. Y serait-il arrivé si elle n'avait pas pris ses distances?

« Tu as des années de retard pour ça Draz ! »

-Je sais, mais au moins tu pourrais me donner... Non laisse tomber je mérite pas une chance.

***


Il l'attendait patienment. Il devait lui parlé, une pile de lettre dans une main. Il était partie sur un coup de tête de la maison pour venir l'attendre à la sortie des cours. Il avait besoin de lui parler. Il s'était cachait à l'approche de Dot et quand elle s'était éloigné il avait été attendre Amy.

Elle boudait, mais elle le laissa tout de même la suivre jusque chez elle. Il essayait de lui dire, mais il n'arrivait pas à trouver les mot pour lui dire.

-Tu vas me manqué, avait-il murmuré à son oreille avant de partir.

Elle savait maintenant, mais il ne se sentait pas mieux. Pourquoi se sentait-il si mal de partir tout d'un coup?

***


Il la regarda surpris. Elle n'Avait jamais autant parlé en aussi peu de temps. Ils se comprenaient sans parler avant. une vague de nostalgie l'envahie alors qu'il comprenait que rien ne redeviendrait à la normal. Il ne pouvait rien répondre à sa tirade. Une chance? Il ne la méritait pas. Il allait lui dire de laisser tomber. Il l'ignorerait si c'était ce qu'elle voulait et ferait comme s'il n'était jamais revenu. Ou il pouvait retourner d'ou il venait. Il le ferait pour elle.

« Tu m’as manqué espèce de crétin !...»

Ce fut tout ce qu'il entendit avant quùn livre lui tombe sur un pied et que se petit bout de femme vienne se blottir contre lui. Il l'entoura de ses bras et soupira, presque soulager. Il savait que les choses ne serait jmais comme avant, mais il lui avait manqué.

-Tu m'as manqué aussi.

Ses lèvres touchèrent les cheveux soyeux de la jeune femme. Il ne tenait qu'à de ne pas refaire les erreurs du passé.

[DSL pour la rep pourri Jumelle]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A simpleton could see [R.]   Mer 23 Avr - 16:07

***


« Ca me rappelle la fois où on avait jeté des œufs sur la maison du vieux Will avec Draz et Dot, il nous avait poursuivi jusque dans le champ. Tu sais comme je peux être maladroite quelques fois, j’ai trébuché sur une pierre et je suis tombée . Je me souviens avoir eut la peur de ma vie, il se rapprochait et Dot le tirait par la main pour lui faire signe de partir, mais il est revenu sur ses pas et m’a aidé à me relever pour qu’on puisse s’enfuir. »

Parler de son ami était toujours difficile et le sujet restait tabou. Au début de son amitié avec Judd, elle avait tout mis à plat, lui parlant de sa vie, de ses amis, récents et anciens et tout ce qui pourrait l’intéresser ou pas, il savait tout d’elle ou presque ce qui ne l’empêchait de mentionner son ancien meilleur ami que très rarement.

« Toute cette histoire pour en venir où ? Ca n’a aucun sens ce que tu racontes ! » répliqua le jeune homme en souriant histoire de détendre l’atmosphère

Une lueur étrange passa dans le regard d’Amy, quelque chose se brisait en elle quand elle l’évoquait lui, elle perdait son légendaire sourire et devenait aussi joyeuse que la mort.

« Je ne comprends pas pourquoi il m’a laissé c’est tout, je ne demandais pas grand-chose mais ça devait être trop pour lui. » lâcha-t-elle la voix enrouée

« Maintenant tu m’as moi et puis je suis mieux, qui peut se vanter d’avoir un meilleur ami avec lequel on peut faire du shopping sans qu’il se plaigne . Je te dis, je serais une fille je m’épouserai ! » dit-il en passant son bras autour de ses épaules pour l’attirer à lui

« Sauf que tu es gay et que tu es trop vantard ! »

S’en suivit un combat furieux remporté par Amy qui avait pris le dessus au moment où elle tentait de lui faire avaler de la paille.

***


Accrochée à lui, elle refusait de le lâcher, craignant qu’il parte à nouveau, derrière sa colère il n’y avait que de la peine et elle mourrait d’envie de rattraper le temps perdu mais elle se disait que s’ils allaient trop vite, il aurait d’autant plus de raison de se désintéresser d’elle mais elle ne trouvait aucune solution alternative. Elle mourrait d’envie de savoir ce qu’il avait vu et vécu.


« Je sais que c’est pas vrai mais c’est pas grave. »

Elle finit par le lâcher et s’agenouilla pour ramasser ses livres et ses cahiers et croisa son regard en se redressant, se sentant un peu mal à l’aise .

« Je pense qu’on aura tout le temps de discuter maintenant mais je dois rentrer, Judd m’attend et si je suis en retard lui et mon père risquent de lancer des recherches. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: A simpleton could see [R.]   Mer 23 Avr - 23:08

Il ne bougeait pas et n’en avait nullement l’envie. Les yeux fermés il essayait de mémoriser chaque détail, sans bouger de peur qu’elle ne prenne son geste pour un rejet. Il la serra un peu plus contre lui comme si elle allait disparaitre et qu’il ne la reverrait plus jamais.

« Je sais que c’est pas vrai mais c’est pas grave. »

Il posa ses mains sur ses épaules et fit un pas en arrière, blessé par son affirmation. Elle parlait comme si elle pouvait voir dans sa tête, comme s’il était complètement transparent pour elle. Pourtant elle avait tord. Il le pensait réellement. Elle lui avait manqué et il ne disait pas ça pour qu’elle se sente mieux ou le ramène dans ses bonnes grâces. Il voulait simplement qu’elle sache, mais si elle ne le croyait pas alors qu’il disait la vérité comment pourrait-il la convaincre qu’il voulait redevenir ami.

*Aucune chance*, souffla une petite voix dans sa tête.

Il se pencha l’aidant à reprendre ses livres avant de se relever.

« Je pense qu’on aura tout le temps de discuter maintenant mais je dois rentrer, Judd m’attend et si je suis en retard lui et mon père risquent de lancer des recherches. »

-Judd??

Trop tard, elle s’éloignait et il se refusait de la rattraper. Elle avait quelqu’un d’autre dans sa vie. Bizarrement cette idée lui déplaisait, mais si ça pouvait la rendre heureuse. Il s’éloigna dans la direction opposé et retourna dans sa classe. Il prit place derrière son bureau en soupirant et ne bougea plus avant les petites heures du matin. Il regarda même le levé du soleil par la fenêtre de sa classe. Il ne se leva de sa chaise qu’au moment ou sa classe titulaire commença à prendre place. Cependant son esprit était ailleurs.

{TERMINE}
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A simpleton could see [R.]   

Revenir en haut Aller en bas
 
A simpleton could see [R.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Ecstasy of Gold :: FOR A FEW DOLLARS MORE :: Graveyard :: EOG I :: RP-
Sauter vers: