AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Heart shapped box [Judd]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Heart shapped box [Judd]   Mar 22 Avr - 18:58

Marchander avec Teddy n’était pas ce qu’on faisait de plus simple et pourtant, Amy parvenait toujours à amadouer son frère et à le convaincre de se charger de ses tâches au ranch quand elle voulait le déserter pour la journée. Bien entendu, elle savait que la présence de Judd l’avait en partie convaincu mais l’idée d’un rendez-vous avec Lily Newton le séduit également. Ce grand nigaud en pinçait pour elle depuis l’école élémentaire mais plus qu’empoté, il ne parvenait jamais à lui décrocher plus de deux mots, à croire que les problèmes de communication avec le sexe opposé étaient de famille et inscrits dans les gênes.

La blondinette avait malheureusement hérité de ce trait de caractère, il lui avait fallu des années avant de reconnaître qu’elle était éperdument amoureuse de Darcy, en fait, il avait surtout fallu qu’il disparaisse de la circulation pour qu’elle en prenne pleinement conscience et s’aperçoive qu’elle aurait sans doute dû penser un peu plus à elle et à son bonheur plutôt que tenter de favoriser celui de gens qui lui importaient peu. Judd échappait à cette règle et son homosexualité n’y était pas pour rien. Ca ne posait aucun semblant de problème à la jeune femme qui avait l’esprit particulièrement ouvert, quoi de plus normal quand on traîne un fardeau aussi lourd que le sien. Bien sûr, dès son arrivée, elle vit en lui un remplaçant potentiel à Draz, son sourire la fit fondre dès la première fois mais dès qu’elle eut vent de ses penchants sexuels, elle abandonna rapidement l’idée de sortir avec lui et se contenta avec plaisir de son amitié. Au fond d’elle, elle ne désespère pas de parvenir à le faire revenir de son côté de la barrière.

Ces derniers temps, on pouvait dire qu’elle dépassait véritablement toutes les limites et ne cessait de le provoquer involontairement. Il ne s’agissait pas d’un plan pour le faire céder, le problème était qu’elle avait la fâcheuse tendance de le voir comme une bonne copine, seulement un peu plus poilu et à la voix plus grave, il avait le droit aux tests maquillage et aux essayages de vêtements tout genre et elle prenait ses regards béats pour de la gêne ou de l’admiration. Quelque part, se dire qu’il était gay lui permettait de se sentir moins différente, atypique. Ils s’aimaient pour ce qu’ils étaient, rien de plus, rien de moins et tout deux savaient à quoi s’en tenir puisque tout avait toujours été clair. Vraiment ?

Excitée comme une puce, elle fit son entrée dans la grange sur les coups de 10 heures du matin, rayonnante et magnifique, comme chaque fois qu’elle se rendait à la grande ville, elle détestait passer pour la campagnarde de service et aimait être jolie et une fois de plus, elle avait mis le paquet. Occupé à brosser son cheval, il ne la vit pas arriver. Elle se plaça derrière lui et plaça ses mains sur ses yeux.


« Devines qui c’est ? » murmura-t-elle à son oreille alors que son parfum envahissait la grange plus habituée aux odeurs de foins et de fumier

Elle se décida à le lâcher avant de déposer un baiser sur sa joue et de lui prendre la brosse des mains pour le recrocher. Il était une des conditions et elle refusait de se rendre en ville sans lui, ça laissait peu d’alternative au jeune homme.


« Je te propose une journée shopping en ville, j’ai cru comprendre que tu avais besoin de nouveaux jeans et puis pour une fois on pourra sortir d’ici ! » dit-elle avec un enthousiasme non feint

Ce besoin compulsif de dépenser son argent avait-il un rapport avec sa rencontre inattendue avec un ami oublié ? Non, bien sûr que non … Voyant l’air qu’affichait son ami, elle se calma un peu et finit par fixer le bout de ses chaussures, un peu gênée.


« Bien sûr si tu ne veux pas m’accompagner je comprendrai et je pourrai toujours m’y rendre seule, c’est rien. Mais ça fait longtemps qu’on n’a pas eut un moment juste toi et moi, entre amis et puis ça fait 2 mois que j’ai pas fait de crise, ça se fête. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heart shapped box [Judd]   Mar 22 Avr - 21:17


Sifflotant un vieil air des sex pistols le jeune homme s’occupait de refaire une beauté à son cheval, un moment que les deux acolytes appréciaient. En déménageant pour Mount Pleasant deux ans plus tôt Judd était venu chercher un peu d’air frais mais il avait trouvé plus que ça. Des amis qui ne se souciaient pas de l’état de son portefeuille mis surtout il s’était retrouvé lui-même. Il avait été écrasé sous le poids du travail, harassé par les exigences sans fin d’une maison de disques plus attachée à ses records au box office qu’à une réelle créativité des artistes auxquels elle faisait signer des contrats. Il avait vu l’envers du décor et son amour de la musique n’avait pas été suffisant pour le garder dans le milieu. De toute façon il en était arrivé au point où c’était sa peau ou une couverture de magazine en guise d’éloge funèbre.

Ca n’avait pas été facile, loin de là, en arrivant ici il n’avait pas complètement réglé ses problèmes avec la drogue et en pus de ça il ne connaissait pas grand chose au travail dans un ranch. Mais il y avait eu Amy et avec elle toute une foule de personnes qui avaient croisé son chemin pendant ces deux années et avaient modifié sa course. Maintenant il avait l’impression d’avoir trouvé sa place et il ne regrettait pas son choix. La musique avait été sa vie et sa mort, maintenant elle n’était plus que plaisir. Il secoua la tête au rythme des paroles qui s’échappaient de ses lèvres et Jagger suivait le rythme en répondant par des hennissements sonores et en poussant le jeune homme du museau s’il avait le malheur de ralentir la cadence.

Il sifflotait toujours quand Amy vint se coller à lui. Il n’avait pas besoin de ses yeux pour la reconnaître. Il y avait d’abord son grain de voix qu’il aurait reconnu entre milles et elle était la seule à le tripoter comme ça sans complexe. Elle en avait fait son jouet personnel et parfois le jeune homme se demandait si elle n’avait pas cruellement conscience des situations pas croyables dans lesquelles elle le coinçait à certains moments. Il faisait toujours attention à ne pas dépasser les « limites » par peur de perdre son amitié mais elle se bornait à lui rendre la tâche difficile. Réprimant l’envie qu’il avait de laisser ses mains traîner sur elle il se retourna pour lui faire face alors qu’elle le libérait enfin.

Aux mots journée et shopping son visage se décomposa et il fit la moue tandis que le cheval venait renifler sa nuque et mordiller le col de son t-shirt en signe de compassion. L’enthousiasme de la jeune femme retomba à plat et il se sentit tout de suite fautif. C’est vrai que les moments calmes étaient rares et qu’il fallait en profiter. De toute façon il était incapable de lui refuser quoi que ce soit
.

« Tu as raison je dois bien avoir besoin de deux trois trucs en ville. »

« On y v-… »
fit-il en s’approchant pour la prendre dans ses bras mais elle le repoussa violemment et fronça le nez en voyant l’état dans lequel il se trouvait. Il sentait le cheval à trois lieues à la ronde.

« … dés que j’aurais pris une douche… » hasarda-t-il en haussant un sourcil ce qui lui valut un gloussement approbateur. Un quart d’heure plus tard il était de retour fin prêt. Amy l’attendait de pied ferme à la voiture. Elle trépignait d’impatience, comme chaque fois qu’il était question de faire les magasins et il se demanda brièvement à quelle sauce il serait mangé aujourd’hui. Il perdait de toute façon sa virilité dés les premiers rayons.

« On y va juste pour… » Regard appuyé vers la jeune femme.

« Des chaussures et... » répondit-elle en dévoilant toutes ses dents, sourire censé l’amadouer.

« Et ? » Le sourire d’Amy s’agrandit et il leva les yeux au ciel en secouant la tête.

« Je sais pas pourquoi je me fais toujours avoir. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heart shapped box [Judd]   Mar 22 Avr - 23:24

Deux mois sans crise, on pouvait parler de quelque chose d’exceptionnel en effet. Ces dernières années, elles s’étaient multipliées à une vitesse folle, ne laissant pas toujours à la jeune femme le temps de voir venir les choses ce qui la mit à de nombreuses reprises dans des situations inextricables, elle avait sauté sur un touriste un soir où elle rentrait de cours, son père et son frère portaient souvent les marques de coups qu’elle leur assénait en pleine crise de nerfs et même Judd avait été sa victime. Elle ne sut jamais exactement ce qui s’était produit parce que ce soir là, ils étaient tout les deux, mais elle ne revint jamais sur le sujet, ayant trop honte de ce qu’elle était et de ce qui la rongeait. Il avait beau être compréhensif elle avait l’impression de l’effrayer.

Malgré cette impression ambiante, il répondait toujours présent, dormant avec elle lorsqu’elle disait entendre ces voix étranges, la serrant dans ses bras quand une crise pointait le bout de son nez, cette simple présence avait permis d’enrayer quelques unes d’entre elles et jamais Amy ne serait en mesure de le remercier pour tout ce qu’il lui apportait. Disons qu’elle lui offrait une compensation à sa manière, lui offrant son amitié et sa bonne humeur et plus encore bien qu’elle semblait aveuglée par ses aprioris sur lui. Elle faisait souvent fi de ces comportements étranges, mettant ça sur le compte de sa « différence » alors que ça ressemblait plus à une attitude de mâle pur et dur.

Amy savait pertinemment que son meilleur ami ne lui refusait rien, il lui suffisait de paraitre triste et de faire la moue pour qu’il craque et il lui arrivait parfois de s’en vouloir de le forcer à faire ce qu’il n’avait pas envie de faire mais oubliait cette culpabilité dès qu’ils se retrouvaient dans les magasins à plaisanter comme des gosses et à se chahuter. Cette relation si spéciale qui les unissait avait été difficile à assumer pour elle, parce qu’elle n’avait jamais laissé personne s’approcher si près d’elle de peur de le blesser, parce qu’il était terriblement mignon et qu’elle craignait que cette simple attirance physique par lui porter préjudice et parce que sa réputation la suivait depuis le lycée et envisageait difficilement qu’on puisse la voir autrement. Mais lui l’avait fait, s’attirant le respect et l’admiration de la blondinette.

Appuyée contre la vieille voiture de son père, elle attendait que monsieur daigne montrer le bout de son nez. Son impatience la rendait souvent irritable mais ses yeux bleus suffire à lui faire retrouver son sourire et son excitation. Cette journée s’annonçait vraiment comme LA journée parfaite.


« Je te promets que tu vas t’amuser et puis tu m’aimes trop pour me laisser y aller toute seule ! » dit-elle en lui envoyant les clés de la voiture

Simple précaution, même si tout semblait calme depuis des mois, rien ne la préservait d’une crise surprise et elle préférait ne pas causer d’accident et puis ne pas conduire lui permettait de contempler le paysage et jacasser à n’en plus finir. Elle aimait l’assommer de paroles inutiles même si souvent l’autre finissait la phrase que l’un avait commencée ce qui les amusait.

Une heure plus tard, ils écumaient les magasins de chaussures et après une vingtaine d’essais, elle finit par opter pour des escarpins noirs en velours absolument sublime, ce que le jeune homme ne manqua pas de souligner comme à son habitude, son regard insistant posé sur le postérieur de la vendeuse. Puis ce fut le tour des vêtements et là, il s’agissait d’une autre paire de manches. La torture durait des heures et des heures et si elle avait eut un peu de considération pour son ami, elle lui aurait épargné ça, quoi qu’il ne semblait pas si mal que ça.


« Djouuuuuuuuuuuuu, j’ai besoin de toi s’il te plait. » lança-t-elle de sa minuscule cabine d’essayage

Il ouvrit un pan du rideau et jeta un coup d’œil rapide pour voir où était le problème.


« Il me faut quelqu’un pour lasser le corset, tu veux bien ? » demanda-t-elle en dégageant ses cheveux

« Outch, je crois que tu as serré un peu trop. » fit-elle d’une voix étouffée alors qu’il lui permit enfin de respirer

Elle relâcha enfin ses cheveux qui tombèrent sur ses épaules et s’observa un temps dans le miroir, son père trouverait cette tenue particulièrement indécente et aguicheuse, comme presque tout ce qui emplissait son armoire, pour lui une robe petite maison dans la prairie représentait le comble de la classe, mais elle se trouvait belle avec ce qu’il appelait des artifices. Ses atouts mis en valeur, elle n’avait rien de vulgaire, elle était juste jolie.


« Tu en penses quoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heart shapped box [Judd]   Mer 23 Avr - 1:10


Amy ne lui laissait pas le temps de respirer. Quand elle était dans les parages elle demandait toujours son attention, d’une façon ou d’une autre, et il laissait facilement toute son attention se focaliser sur elle. Mais ce n’était pas un problème. Il aimait ses bavardages futiles, qu’elle éclate soudain de rire devant une énormité qu’il aurait balancé et qu’elle le couve du regard de cette manière si étrange et unique à la fois. Elle n’avait vu en lui que ce qu’il avait à offrir. Ce n’était pas la star qu’elle assommait de détails inutiles sur les talons de chaussures ou la forme des bonnets de soutien-gorge, ni le drogué, ni le millionnaire mais bel et bien l’ami. Et même si des fois il aurait aimé qu’elle se taise, qu’elle arrête de le martyriser, il revenait toujours pour une autre séance de torture.

Il aurait été incapable de décrire la paire de chaussures qu’elle avait finalement acheté parce qu’elle en avait essayé tellement que les formes et les couleurs se mélangeaient dans son esprit. Mais il se souvenait avec précision de la bouille de gamine qu’elle avait après être passée à la caisse et il se disait que ça valait bien la peine de jouer le jeu encore et encore. C’était tout ce qu’il pouvait faire, jouer le jeu tant qu’une autre crise ne pointait pas le bout de son nez. Parce qu’il avait beau faire attention, il avait beau se montrer le plus doux et patient possible elle finissait toujours par arriver. Il pouvait toujours accepter qu’elle peinturlure ses ongles de doigt de pied de vernis il ne pouvait pas se battre contre la maladie qui la rongeait. Alors il se contentait d’être ce dont elle avait besoin. Ce qu’elle voulait qu’il soit.


« Qu’est-ce qui se passe encore ? »
grommela-t-il en risquant un œil à l’intérieur de la mini cabine, s’assurant d’abord qu’elle n’était pas à moitié nue.

Il soupira, grogna encore et finit par se glisser à l’intérieur. C’était dingue mais les magasins de vêtements étaient toujours surchauffés au point qu’ils donnaient l’envie de se mettre tout nu… Hum ou alors c’était tout simplement du au fait qu’elle avait un corps hallucinant et qu’il s’escrimait à essayer de la ficeler dans cette horreur alors que de son point de vue – mais de son point de vue uniquement – ça aurait été vachement plus marrant de lui enlever.


« Pardon… » souffla-t-il alors qu’il venait littéralement de la saucissonner, trop occupé à lutter intérieurement pour s’en rendre compte.

« C’est… »

Il fit un pas en arrière pour juger de l’effet et chercha à s’appuyer quelque part mais sa paume effleura le tissu du rideau il il partit tête en avant, s’empêtrant dans le tissu. Il se démena comme un diable pour s’en défaire et quand il en émergea enfin des mèches de cheveux hirsutes lui brouillaient la vue. Il souffla dessus et comme il n’obtint pas l’effet escompté il les ébouriffa d’un geste de la main tout en essayant de garder l’attitude du gars qui contrôle parfaitement la situation. Il haussa légèrement les sourcils, gonfla ses joues et d’une voix posée et grave répondit.

« Ouais ça va… »


Il vint se placer juste derrière elle et dégagea une mèche de cheveux qui venait flirter avec son épaule. Il laissa d’ailleurs sa main posée sur son épaule et observa son reflet dans le miroir en face d’eux. « Ca va » était une bien maigre réponse par rapport à ce qu’il avait maintenant sous les yeux. Elle était splendide, absolument magnifique, incroyablement sexy et terriblement inaccessible.

Il avait fini par se faire une raison, pensant que si elle voulait se persuader avec tant de force qu’il était gay c’était parce que de cette façon elle acceptait mieux sa présence à ses côtés, un peu comme l’on tolère celle d’un chien qui paraît dangereux mais n’a jamais mordu. Et puis elle n’avait pas de question à se poser. Il n’y avait pas à savoir s’il lui plaisait ou pas, il était gay fin de l’histoire. Et puis il y avait Tatz – ou peu importe son prénom, Judd se faisait toujours une joie de l’écorcher – qui bien qu’il soit parti depuis un moment était toujours présent dans l’esprit d’Amy. Il n’y avait qu’à voir son regard les rares fois où elle osait reconnaître son existence. Rien qu’à saisir ce regard là on savait que Judd n’aurait jamais eu sa chance.


« Ca va très bien même… » fit-il en hochant la tête et en laissant retomber sa main.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heart shapped box [Judd]   Mer 23 Avr - 2:11

Elle avait conscience de beaucoup lui demander et culpabilisait souvent parce qu’elle lui demandait de jouer beaucoup de rôles, celui de meilleur ami, de confident, de compagnon de bagarres et autres jeux débiles, de cavalier car chaque fois qu’il y avait un événement important, un bal ou autre fête du bœuf, il l’invitait, ce qui nous amène à son dernier rôle, celui de petit ami par intérim. Au fond, la question de son homosexualité restait toujours en suspend, elle voulait y croire parce qu’elle aimait l’idée qu’ils soient identiques dans leur différence, paradoxal mais selon elle, ça se tenait. Mais depuis quelques temps, elle le trouvait étonnamment bizarre pour un gay et se demandait si elle ne faisait pas fausse route depuis le début. Elle n’osait jamais aborder le problème de front, se contentant toujours de petites allusions qu’il ne relevait plus, elle avait pris ses explications pour de la gêne et avait joué la carte de la fille cool et ouverte mais au finale, peut-être avait-elle tout gâché ? Ou bien peut-être voulait-elle uniquement garder la place de Draz au chaud pour un éventuel retour.

« Tu as manqué de me tuer mais je t’en prie ! » ironisa-t-elle

Amy attendait son avis avec impatience mais il ne trouva pas mieux que de s’étaler comme une larve en s’empêtrant dans le rideau de la cabine ce qui ne manqua pas de la faire éclater de rire juste après qu’elle se soit assurée qu’il n’avait rien de cassé. Généralement ,ce genre de moquerie se terminait toujours par un combat de gosses. Se souciant peu de sa tenue pour le moment, elle prit tout de même la peine de poser une main sur sa joue pour lui faire tourner la tête et vérifier qu’il n’avait rien et une fois certaine, elle se retourna vers la glace.


« T’en loupes vraiment pas une Djou. » dit-elle en souriant

Son compliment laissait à désirer et elle avait entendu mieux, elle fut un peu vexée mais se dit que c’était sûrement parce que ça ne lui allait pas plus que ça. Après tout ne dit-on pas que les gays ont un goût sûr pour les vêtements et tout l’attirail dont les femmes se parent ? S’il disait que ça n’était pas extraordinaire, alors elle se devait de le croire même si elle trouvait ça parfait. Cependant, il semblait avoir besoin de plus de temps pour poser un avis définitif, il écarta une mèche de ses cheveux couleur blé et posa sa main sur son épaule. Elle le fixait dans le miroir, attendant quelque chose et fut troublée par son regard qu’elle ne lui connaissait pas ou qu’il arborait rarement et généralement, ça provoquait une foule de questions par la suite.


« Euh… Ok. » finit-elle par articulée, gênée

Judd sortit de lui-même et elle en fut presque soulagée parce qu’elle sentait cette drôle d’impression au fond d’elle, ce qui ressemblait vaguement à du désir et elle n’aimait pas ça. Il n’était pas un homme, il était Djou, son Djou à elle et rien qu’à elle, son meilleur ami et rien d’autre, elle ne devait pas se sentir obligée de reporter l’amour qu’elle éprouvait pour Draz sur lui, c’était stupide et si différent, à croire que ce qu’elle nourrissait au début ne s’était pas totalement éteint.

Elle voulait le vérifier, il le fallait pour le bien être de leur amitié et ne pas tout briser maintenant, elle ne supporterait pas de le perdre après tout ce qu’ils avaient connus, elle devait bien admettre s’être beaucoup appuyée sur lui et s’il désertait, elle ignorait comment elle pourrait gérer. Son plan machiavélique fut de lui proposer de faire un tour par la boutique de lingerie, peu subtile mais tout à fait efficace.


« J’ai besoin de quelques ensembles, rien de bien méchant, j’en ai pas pour longtemps, tu as qu’à m’attendre au fast-food, j’essaie et je te rej-… »

« Non je vais t’accompagner, on ne sait pas sur qui tu peux tomber, les gens d’ici sont fous ! »

Volontairement, elle s’était saisi de l’ensemble sur lequel il louchait depuis un moment, exprimant à haute voix le fait qu’il n’y avait rien de plus provoquant mais que ça ne pouvait être que sexy porté par la bonne personne. Parfait, elle aurait tout le loisir de s’assurer combien il pouvait être gay, qu’il aimait les hommes, un gay tout ce qu’il y a de plus normal. Dans la cabine ce fut une véritable bataille pour enfiler cette espèce de corset étrange qui s’attachait au soutien gorge et maintenait le porte-jarretelles mais elle y parvint, le tout était de trouver un prétexte pour l’attirer à l’intérieur. Elle ouvrit le rideau, regarda où se trouvait la vendeuse et quand elle fut occupée, en profita pour l’attraper par le bras et le faire entrer.

« Y’a pas de miroir ici et j’ai bien peur que sortir me pose problème,j’ai besoin de ton avis, j’ai peur que ça fasse trop… provoquant. »

La cabine était particulièrement étroite et ils se frôlaient au moindre mouvement mais il ne semblait pas troublé plus que ça, où peut-être parce qu’au lieu de le fixer dans les yeux, elle aurait dû porter son attention ailleurs. De toute façon, même si elle l'avait voulu, elle n'aurait pas pu, l'espace réduit ne le permettait pas et cette soudaine proximité la mit mal à l'aise parce qu'il lui lançait le même regard qu'un peu plus tôt et que sentir sa peau chaude à travers son pull la rendait presque dingue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heart shapped box [Judd]   Ven 25 Avr - 18:32


Une fois à l’extérieur il tira sur le col de son pull, gêné, et il essaya de reprendre le contrôle des battements de son cœur. Il ne savait pas comment la vérité pouvait être ignorée à ce point. Deux solutions s’offraient à lui, ou Amy prenait un malin plaisir à le rendre fou ou bien son potentiel sexuel avoisinait celui d’une moule et il devait faire quelque chose d’urgence. Quand l’idée de cette promotion bidon avait été lancée par le manager du groupe il avait ri comme tous ses potes. Ils avaient cru d’abord que personne ne se laisserait berner, puis avaient fini par se laisser convaincre qu’ils pourraient toucher un public plus large de cette façon. Quelques photos détournées dans la presse et la rumeur s’étaient installées pour ne plus jamais le quitter. Tant qu’il arrivait à gérer cette fausse publicité elle ne lui avait pas posé de problème mais maintenant il ne savait plus comment s’en dépêtrer et cesser d’être quelqu’un d’autre pour le plaisir de tous. On lui avait posé la question un tas de fois mais non bordel ! Brokeback Mountain n’était pas son film préféré.

Lorsqu’Amy émergea de la cabine d’essayage il avait retrouvé un semblant de calme et l’on aurait pu trouver trace de ce qui s’était passé seulement dans ses pupilles brillantes. La première fois qu’il avait vu la jeune texane il avait cru voir en elle un possible renouveau. Oh il ne pouvait pas se plaindre de la façon dont elle lui avait tout de suite accordé sa confiance et son amitié, il avait seulement regretté qu’elle voit en lui ce que tous les autres voyaient déjà. Amoureux d’elle il l’avait été à une époque et ce n’était pas un sentiment qu’il rejetait. Il lui avait permis de tenir dans certains moments difficiles où le passé venait le rattraper. C’était quelque chose de doux, de rassurant dans lequel il avait aimé se plonger.

Il refusa catégoriquement de la laisser aller dans le magasin seule, sachant que quelques minutes de négligence pouvaient avoir un effet dévastateur sur elle. Il suffisait d’un rien pour qu’elle ne bascule dans une crise et bien qu’il en ait maintenant l’habitude il n’arrivait jamais a totalement si faire. Dans ces moments là la personne qu’elle était disparaissait complètement pour laisser place à une autre qu’il n’aimait pas. Elle la poussait à faire des choses qu’elle n’aurait même jamais osé penser.


« Eh ! »
protesta-t-il alors qu’il était de nouveau tiré de force à l’intérieur de la cabine.

Il baissa le regard sur l’ensemble qu’elle avait enfilé pour aussitôt relever la tête et ancré son regard dans le sien. Ces fichus battements étaient de retour et ils avaient amenés avec eux leurs copains « petits fourmillements dans l’estomac » qui lui donnait chaud et l’empêcher de se servir de ses neurones judicieusement. Au lieu de s’écarter d’elle ses mains cherchèrent sa chaleur et il les posa sur ses hanches. Son regard glissa à nouveau sur elle et il manqua de défaillir.

« Oh mon dieu… » souffla-t-il.

« Je crois que provoquant c’est encore trop faible comme mot. » fit-il en plaisantant pour détendre une atmosphère qu’il sentait plombée de désir.

« Enlève ça tout de suite. Enfin je sors avant… » fit-il en reculant précipitamment. Il se heurta à une masse et un gros visage, qui appartenait à une femme hideuse et grasse, émergea du rideau pour les fusiller du regard

« Il se passe quoi là dedans. »

« Rien du tout. » répliquèrent les deux comparses en cœur.

« Jeune homme vous allez sortir de mon magasin immédiatem-… » commença la vendeuse en le saisissant par le col.

« Non attendez il n’y a pas de problème il est gay. »

« Hein Judd ? Dis-le à la dame. »
fit-elle en lui balançant un coup de coude dans les côtés.

Judd releva le regard sur l’énorme bonne femme et haussa les épaules avant de se saisir d’une culotte et de demander avec innocence.
« Vous l’auriez en bleu ? »

La vendeuse soupira et partit en maugréant dans sa barbe, zigzaguant dans les rayons à la recherche d’un modèle qui s’approchait de celui que Judd avait brandit. Il souffla et sortit de la cabine avec précipitation les muscles encore crispés par le désir qui l’avait assaillit. Il tourna en rond pendant quelques secondes avant de se planter fermement devant la cabine et de parler au rideau.

« Amy faut vraiment que je te parle je crois. »

Silence.
« Amy ? » répéta-t-il alors qu’il n’obtenait pas de réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heart shapped box [Judd]   Ven 25 Avr - 22:48

Bien sûr Amy n’était pas la seule à avoir des soupçons sur l’homosexualité de son ami, beaucoup de filles de la ville se demandaient comment un garçon aussi mignon pouvait préférer les hommes sans que ça ne se voit d’avantage. Il était vrai qu’on faisait difficilement plus viril et macho que Judd et pourtant, il ne cessait de décliner toutes les invitations un peu trop ambigües des filles du coin et ce fut sans doute ce qui joua en sa défaveur mais tout le monde ne pouvait pas apprécier le charme des filles un peu garçonnes et un brin rustre. En ce qui concernait les hommes, ils évitaient de rester seuls avec lui de peur sans doute qu’il leur saute dessus mais très vite finirent par ne plus y prêter attention et à le traiter comme n’importe quel autre habitant de la ville mais pour cela, l’ex star du rock avait eut le droit au pire des bizutages et avait dû prouver sa valeur avec plus de hargne encore qu’un autre. La blondinette l’aiguilla d’ailleurs, elle connaissait ces rituels cruels et sans son concours, il aurait sans doute eut un peu plus de difficultés.

Elle avait beau être discrète, ça ne l’empêchait pas de se comporter comme une peste quelques fois et son souffre douleur préféré n’était autre que son meilleur ami en personne. Aimant rire, elle ne cessait les petites piques et les blagues pourries et ça se terminait souvent en course poursuite dans les terres pas loin ou en combat de boue mais cette fois ils atteignaient les limites de leurs jeux. Batifoler dans l’herbe fraîche n’avait strictement rien avoir avec le fait de se chercher jusqu’à ce que l’un des deux craque. A l’instant où il posa les yeux sur elle, il n’y eut plus l’ombre d’un doute, cette homosexualité ne pouvait pas exister mais était feinte. Ou bien était-ce le transfert de son propre désir et cette chaleur ne résultait que de sa présence près d’elle.

Garder la face fut particulièrement difficile étant donné le regard brillant qu’il lui accordait et elle sentait son cœur s’arrêter puis repartir à toute vitesse. Un jeu dangereux, c’était tout à fait le bon mot mais pourtant elle n’avait pas envie d’arrêter, l’image de Darcy était loin désormais et les mains de Judd se posant sur elle ne firent qu’effacer d’avantage son souvenir.


« Euh… Oui, sors. » souffla-t-elle

Il s’agissait là d’une simple mesure de prudence, elle ne voulait pas foutre leurs deux ans d’amitié en l’air pour un plaquage en règle contre le mur d’une cabine d’essayage, quoi que . Et puis il était gay, ce qu’elle avait vu dans ses yeux n’était que de l’admiration. Vraiment ? Oui, que ça, il ne pouvait pas en être autrement. Mais alors qu’il s’apprêtait à quitter cet espace clos, l’énorme vendeuse y passa la tête pour les toiser. Ils tentèrent de se justifier en vain et il fallut que la blondinette utilise un argument qui lui semblait avoir bien moins de sens maintenant, il aimait les hommes. La vendeuse crut tout d’abord à une blague puis finit par acquiescer avant de disparaitre, suivie de près par le jeune homme.

Ce fut le début d’une lutte acharnée dans l’esprit d’Amy. Alors qu’elle retirait les vêtements avec soin et enfilait les siens, elle sentait des bouffées de chaleur l’envahir, cette sensation si familière mais étrangère à la fois, c’était toujours comme ça avant qu’elle ne se retrouve dans le noir pendant des jours et rouvrent les yeux dans un endroit différent de là où elle les avait fermés.


*-Dis lui de venir !
-Non !
-Si ! Dis lui ou c’est moi qui lui dirais .
-Ne le touche pas.
-Je pense que pour ça c’est trop tard. *


Un ricanement résonna dans son crâne et elle porta les deux mains à sa tête avant que des images lui reviennent et elle détestait ça, voir ces hommes lui faire ces choses, s’entendre gémir de cette façon, elle trouvait ça ignoble et ne pouvait s’empêcher de le faire, elle ne résistait jamais longtemps, elle n’enrayait jamais longtemps une crise de cette ampleur.Respirant de grandes bouffées d’air, elle ne parvenait cependant pas à faire baisser la température, sa peau devenait moite et elle eut un mal fou à passer sa robe. La voix de son ami lui parvint de loin mais lui répondre c’était laisser une chance à cette partie d’elle de prendre le dessus et elle refusait catégoriquement de laisser sa place, pas aujourd’hui, pas comme ça.

« Non ! » marmonna-t-elle

Elle se plaqua contre le fond de la cabine et se laissa glisser au sol, se recroquevillant et se berçant pour faire disparaitre cette sensation ,ce besoin. Garder le contrôle pour ne pas lui faire de mal. Il ne faisait aucun doute qu’il subirait ce brusque changement et même s’il avait l’habitude, elle ne pouvait qu’avoir terriblement honte de lui infliger ça. Pourtant il devait l’aider cette fois, sortir seule en ville c’était risquer le pire. Dans un dernier moment de conscience elle parvint à articuler quelques mots.


« Judd, aides moi s’il te plait. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heart shapped box [Judd]   Dim 27 Avr - 1:12


Il fallait bien que ça sorte un jour et u’elle arrête de le voir comme un gentil caniche mais qu’elle reconnaisse l’homme qu’il était. Elle ne risquerait pas plus avec lui une fois qu’elle en aurait prit conscience. Il serait toujours Judd. Il continuerait à écouter ses bavardages, il essayerait de la conseiller, de la consoler. Il n’y avait pas de raison pour que leur relation change. Il avait toujours respecter la distance qu’elle avait établie ente-eux et il n’était pas question qu’il foute tout en l’air pour des sentiments qu’il n’éprouvait plus. Ils les avaient étouffés avec le temps préférant croire qu’il était plus normal pour eux d’être amis que d’être un couple. Et ça marchait plutôt bien, ils étaient des amis géniaux.

Il l’entendit vaguement s’agiter à l’intérieur mais qu’elle ne lui réponde pas l’inquiétait. Il hésitait cependant à entrer dans la cabine sans y avoir été invité de peur de se retrouver une nouvelle fois dans une situation inextricable. D’accord il n’avait peut-être pas totalement éliminé tout ce qu’il ressentait pour elle et il lui arrivait – en de très très rares occasions – de croire encore que peut-être une jour, si certaines circonstances étaient réunis ils pourraient ou pas renforcer sa théorie de l’amitié. Ah bordel il n’en sortirait donc jamais !


« Amy ? » demanda-t-il encore alors qu’il l’entendait marmonner.

Il fut encore une fois confronté au son de sa propre voix puis au silence et l’inquiétude monta d’un cran. Il agrippa le rideau mais hésita encore jusqu’à ce qu’elle l’appelle à l’aide. En l’ouvrant il la trouva alors recroquevillée dans le fond de la cabine, tremblante. Il s’agenouilla face à elle et chercha son regard mais elle le fuyait et son cœur manqua un battement pour repartir de plus belle. Il avait appris maintenant à repérer le début d’une crise et ils risquaient d’avoir un sérieux problème dans quelques minutes s’il ne se bougeait pas.


« Allez viens ma crotte on y va. »

Pas de réaction de la part de la jeune femme face à son sobriquet. Il se mordit la lèvre et chercha du regard où pouvaient bien se tenir les vendeuses. Risquer le trajet jusqu’à la voiture était hors de question maintenant parce que ça risquait de mal se passer. Et rester ici semblait également compliqué. Son esprit tourna à vive allure jusqu’à ce qu’il trouve un semblant d’issue. Ce n’était pas parfait mais il devrait arriver à gérer ça.


« Tu bouges pas mon ange je vais voir quelque chose. » dit-il en posant ses deux mains sur ses épaules pour qu’elle ait conscience de sa présence et qu’elle ne se sente pas abandonnée.

« Deux secondes Amy. Rien que deux secondes. »

Il se redressa rapidement et courut voir la vendeuse qui les avaient « interrompus » un peu plus tôt et essaya de lui exposer la situation sans trop lui donner de détails non plus. Ils avaient juste besoin d’un endroit au calme où ils pourraient attendre le temps que le malaise passe. Et non pas de médecin non ce n’était pas nécessaire. Son regard azur et sa bouille d’ange ne semblèrent pas suffirent pour la convaincre puisqu’il dut sortir sa carte bleue pour qu’elle accepte de leur ouvrir la réserve. Il retourna auprès d’Amy et la souleva dans les bras pour la porter jusqu’à l’arrière de la boutique. Il la déposa sur un carton et dégagea quelques mèches de cheveux qui collaient déjà à son front à cause de la sueur.

« Allez dis moi quelque chose. N’importe quoi. Ne te laisse pas submerger. Tu sais que tu es plus forte que ça. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heart shapped box [Judd]   Dim 27 Avr - 18:13

Son esprit ressemblait à un vaste champ de bataille où deux soldats s’opposaient, tôt ou tard, l’un d’eux finirait par tomber sous les coups de l’autre. Pour le moment Amy gardait pied dans la réalité, ou plutôt n’était qu’à un orteil de sombrer mais elle tenait bon. Les crises, elle les sentait rarement venir et n’avait aucune autre alternative que de se plier aux exigences de cette autre femme qui habitait son corps et qui ne lui ressemblait en rien. En effet, Patty, comme elle aimait se faire appeler, buvait et fumait comme un pompier, la débauche était sa raison de vivre malheureusement, la blondinette subissait les conséquences de cette autre part d’elle et ce n’était pas la partie la plus plaisante.

La jeune femme souffrait de schizophrénie depuis son adolescence, quelques troubles apparurent durant l’enfance mais rien de bien alarmant. Seulement, à la puberté, tout s’accéléra et elle devint rapidement ingérable, son père ne savait plus quoi faire pour garder sa fille en sécurité et ne pas entacher la réputation de la famille. L’attacher au lit provoqua sans doute une aggravation de sa maladie puisque de deux personnalités distinctes, elle passa à quatre voir cinq. Le pire étant qu’elle se sentait responsable d’être ce qu’elle était et se considérait comme folle. C’est justement pour cette raison qu’elle résistait avec tant de hargne pour ne pas se laisser aller, parce qu’elle ne voulait plus montrer cette partie d’elle à son meilleur ami, elle voulait être une fille normale.

Elle ne le vit même pas quand il ouvrit le rideau, elle n’entendit que vaguement ce qu’il disait, la voix dans sa tête s’amplifiant et lui intimant des ordres qu’elle avait de plus en plus de mal à refuser. Ca semblait si simple de céder à cette douce chaleur et à cette folie, elle n’aurait plus mal, ses muscles ne seraient plus aussi crispés et elle respirerait enfin normalement. Oui mais qu’adviendrait-il des autres ? Supporterait-elle le poids de la suspicion et de la culpabilité ? Il n’y avait rien de moins sûr, elle devait faire de son mieux pour enrayer la crise.

Deux mains sur ses épaules arrêtèrent sa course dans les ténèbres de sa conscience et elle leva les yeux pour tomber nez à nez avec Judd. Elle avait un mal fou à se souvenir de l’endroit où ils se trouvaient mais il était là. Ses lèvres bougèrent mais elle n’entendit rien. Résister c’était empirer les choses et elle eut tout le loisir de le comprendre alors qu’il disparaissait parce que sa dernière once de bon sens fit de même. Amy fut reléguée dans le noir total, là où il n’y avait rien d’autre que le silence pour répondre au silence.

Assise sur le carton, la jeune femme rouvrit les yeux et s’assit d’une manière aguicheuse qui ne lui ressemblait pas ce qui ne présageait jamais rien de bon. Il était trop près pour pouvoir lui échapper mais elle savait qu’à chaque fois qu’elle lui avait proposé ses services, il s’était débrouillé pour décliner la proposition, avec plus ou moins de conviction, cette fois, elle pensait l’avoir autrement.


« Je suis contente que tu te sois enfin décidé à nous trouver un endroit plus intime, la cabine était bien trop étroite, quoi que… »

Sa voix était plus grave avecun léger accent britannique, rien de semblable avec la voix douce d’Amy. Une lueur malsaine brillait dans ses yeux mais elle semblait certaine de pouvoir l’amener où elle voulait en utilisant les bons arguments.

« Tu sais elle… j’ai toujours su que ça finirait comme ça entre nous, après tout un homme aussi séduisant ne peut pas être gay. »

Une de ses mains courut sur son torse et l’autre passa derrière sa nuque, elle enroula ses jambes autour de sa taille et s’approcha tant qu’elle put, visiblement contente qu’il n’y voit que du feu et de pouvoir obtenir ce dont elle avait envie.

« Et puis je sais très bien que toi aussi c’est ce que tu veux, il me semble pas que ça t’ait déplu la dernière fois dans la cuisine, on pourrait recommencer. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heart shapped box [Judd]   Dim 27 Avr - 21:34


Comment est-ce qu’on était censé réagir quand une amie touchait le fond ? Quand quoi que l’on dise, quoi que l’on fasse la chute était devenue inéluctable et la douleur quotidienne. L’esprit d’Amy était en souffrance. Il était devenu sa prison, sa plus grande peur. Le bourreau était devenu la victime et il ne voyait pas que c’était sa propre chair qu’il tranchait et mettait à vif. C’était quelque chose d’horrible que d’assister à cette amère déchéance sans être capable de faire quoi que ce soit pour la stopper. Judd avait essayé de se montrer ferme, tendre, cajoleur, blagueur, colérique et cela n’avait rien changé. Il n’avait pas trouvé les mots qui apaisent. Les siens n’avaient pas de poids, pas de vie, pas d’impact et pas d’intérêt. Il était muet face au mal qui la rongeait.

Il n’y avait pas grand chose qui avait changé dans l’attitude de la jeune femme mis à part un maintien plus sûr et un timbre de voix plus profond. Pourtant lorsqu’elle prit la parole il sentit des frissons d’appréhension parcourir son corps en entier et les poils de ses bras se hérisser. La personne qui lui faisait face maintenant était une inconnue. Elle avait le sourire d’Amy, son odeur mais pas sa douceur. Il lui manquait ce petit quelque chose qui faisait qu’il venait se blottir tout contre elle lorsqu’ils passaient une nuit à la belle étoile et qu’il lui confiait son passé. Ce truc qui faisait qu’elle était la seule en qui il pouvait avoir confiance.

Il suivit le tracé de sa main sur son torse et se pencha vers elle alors qu’elle glissait sa main dans ses cheveux et venait s’agripper à ses hanches. Son visage se rapprocha du sien, assez pour que son souffle vienne le chatouiller, et il se retrouva pris au piège par son regard électrique. Cette brusque proximité ne l’aidait pas à réfléchir mais il fallait qu’il arrive à se persuader que ce n’était pas Amy qu’il tenait dans ses bras, que ce n’était pas elle qui lui parlait, qui avait envie de lui. C’était d’autant plus difficile parce qu’elle faisait appel à ses propres sentiments et qu’il y avait eu une époque où il avait vraiment attendu quelque chose de la part de la jeune femme.


« Je ne veux rien du tout. » répondit-il en s’arrachant enfin à sa contemplation.

« Tu n’as rien de la Amy que je connais. » Il saisit son menton dans sa main. « Et tu n’auras jamais rien d’elle. »

Il se défit de son emprise et se redressa. Avec le temps il avait appris qu’il valait mieux garder une distance raisonnable avec la jeune femme pendant ses crises.
« Amy ? » dit-il en cherchant son regard, essayant de l’atteindre.

« Amy tu n’est pas obligée de tout laisser tomber. Tu as déjà réussit à vaincre tout ça alors montre toi forte. En plus on a même pas finit de faire le tour des magasins. Je serais bien allé manger une glace. » Il n’essayait pas de faire de l’humeur mais seulement de la ramener à la réalité. « Deux mois ma crotte. Tu as tenu deux mois sans te laisser avoir. Ca peut continuer tu sais. Tu n’auras plus jamais à subir ça. »

Il se demandait s’il n’avait pas fait une erreur, s’il n’aurait pas du essayer de la ramener au ranch plutôt que de l’exposer de cette façon. Elle avait besoin de se retrouver dans un environnement qu’elle pouvait maîtriser si elle ne voulait pas se laisser submerger. Il y avait toujours quelque chose qui finissait par la ramener à elle. Une photo, un lieu, un brusque souvenir qui rejaillissait. Ici elle était encore plus perdue qu’elle ne l’était déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heart shapped box [Judd]   Lun 28 Avr - 3:07


Bien qu’Amy n’ait aucun souvenir de ce qu’elle faisait pendant ses crises ni qui elle devenait, ça n’empêchait pas ces autres parties d’elle, d’avoir libre accès à sa conscience, à son inconscient, à ses souvenirs et ses sentiments, particulièrement embarrassant dans certaines situations ; le pire étant qu’elle ne comprenait pas pourquoi certaines personnes lui en voulaient. Au fond, la jeune femme savait d’où venait le problème mais depuis longtemps elle préférait éviter toute question gênante et acceptait qu’on la déteste ou la repousse, sa bizarrerie faisait d’elle quelqu’un de peu fréquentable et moins les gens l’approchaient et plus elle était sûre que jamais elle ne leur ferait de mal.

Malheureusement pour ceux qui s’accrochaient et voulaient l’aider, c’était un calvaire perpétuel et même si les crises s’espaçaient, ça ne les empêchait pas d’être chaque fois terribles et de faire des dégâts. Elle ne comptait plus les fois où son père s’était retrouvé blessé ou bien que Judd n’osait plus la regarder dans les yeux. Dans ce genre de situation, elle s’isolait pendant des jours pour faire le point et essayer de se préparer à une autre crise pour l’enrayer mais ça fonctionnait rarement. Comme maintenant, collée à son meilleur ami, elle laissait ses mains courir sur lui sans retenue et ses lèvres effleurait l’arrête de sa mâchoire comme si elles connaissaient le chemin. Pourtant son petit jeu tourna court puisqu’il s’échappa sans qu’elle ne soit en mesure de le retenir d’avantage.

Mu par l’énergie du désespoir sans doute, Judd tenta de rappeler la blondinette à lui avec des supplications qui firent pouffer de rire cette autre elle, cette femme vulgaire et trop sûre d’elle . Avec sensualité, elle passa une main dans ses cheveux pour les détacher et les ébouriffa avant de défaire sa veste et de le regarder fixement, toute sourire, l’œil brillant.


« Tu penses sincèrement la ramener avec si peu ? Judd ! » dit-elle en secouant la tête, visiblement attristée

« Je sais ce que tu veux et elle le sait au fond d’elle, cette petite séance d’essayage était pour quoi faire à ton avis ? Ma parole vous êtes aussi stupide l’un que l’autre ! Se dire que tu étais homo lui permettais de se faire une raison, de ne pas faire de l’ombre à cet abruti de Darcy mais la vérité c’est qu’elle te veut, tu ne sens pas son cœur battre quand tu la colles ou la prends dans tes bras ? »

Elle descendit du carton et avança vers lui alors qu’il reculait chaque fois qu’elle faisait un pas en avant, pourtant, elle n’avait pas terminé et comptait bien remettre les pendules à l’heure. Si cette coincée d’Amy en était incapable, elle s’en chargerait, après tout elle s’aidait par la même occasion.

« Tu devines pas pourquoi elle prenait tant de soin à être présentable même quand ça ne servait à rien ? Je ne pense pas que ce soit parce qu’elle adore se faire belle pour le bétail ! Il n’y a pas 1000 raisons qui expliquent pourquoi j’ai toujours envie de te sauter dessus quand elle me laisse champ libre, je suis bercée par ses fantasmes et ses sentiments et devines lesquels je retiens ? »

Il se retrouva dans une impasse, il ne pouvait plus reculer, un empilement de cartons l’en empêchait et elle se plaça devant lui, défaisant la fermeture de sa robe sans pour autant la retirer, elle n’avait pas terminé.

« C’est le moment ou jamais de montrer que tu en as dans le froc mon chou, tu as déjà laissé passer ta chance un bon paquet de fois et c’est pas peu dire ! Tu vas être assez fou pour le faire encore une fois ? Djou… »

Elle souffla son surnom comme pour le convaincre si son monologue n’avait pas eut l’effet escompté .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heart shapped box [Judd]   Lun 28 Avr - 22:49


Un silence pesant s’installa. Quelques secondes à peine qui laissèrent espérer au jeune homme qu’il avait réussit à viser juste et que ce n’était plus qu’une question de quelques secondes supplémentaires pour qu’elle reprenne ses esprit. L’éclat de rire bref et agressif de la blondinette fit voler toutes ses espérances en éclat et il eut même l’impression de rougir légèrement devant l’absurdité de ce qu’il disait. Elle avait raison, ce n’était pas avec ses deux trois arguments pitoyables qu’il parviendrait à enrayer une crise de cette ampleur. Ce qu’il pouvait dire avait de toute façon rarement un effet une fois qu’Amy avait perdu le contrôle.

Il se retrouva donc coincé, obligé de l’écouter parler et il lui semblait qu’elle se délectait du propre son de sa voix et de la douce torture qu’elle lui infligeait. Il serra les poings quand elle prononça le prénom de Darcy. Il ne connaissait pas le jeune homme autrement qu’à travers ce qu’Amy avait bien pu lui raconter depuis qu’ils se connaissaient et il détestait cette fascination qu’elle avait pour lui. Quoi qu’il ait fait ou dit elle finissait toujours par lui trouver des excuses et bien qu’il soit parti depuis un moment déjà sans donner l’espoir d’un probable retour elle l’attendait. Voilà à quoi se résumait la vie de la jeune Dorrington, attendre cet espèce d’empafé.

La voyant avancer il se mit à reculer, voulant s’en tenir strictement à son idée de garder des distances entre-eux. Chaque fois qu’il la laissait trop approcher ça dérapait et il avait de plus en plus de mal à supporter les assauts répétés dont il faisait alors l’objet. Il avait clairement la sensation de trahir Amy alors qu’entre eux rien de pus qu’une stricte amitié n’était déclarée. Il lui était difficile alors de faire la part des choses entre ce qu’il avait pu ressentir – ou ressentait – et ce qu’il devait faire.


« J’ai pas envie de jouer aux devinettes. » se défendit-il alors que ses révélations devenaient de plus en plus gênantes.

Il recula encore jusqu’à ce que son dos entre en contact avec un obstacle et qu’il se retrouve pris au piége. Rester impassible à ses provocations devenait de plus en plus difficile. Tant de fois il avait voulut franchir la barrière qui les séparaient mais il y avait toujours quelque chose pour l’en empêcher au dernier moment. Le souvenir de Darcy, l’arrivée impromptue de quelqu’un ou le regard d’Amy. Ce regard dans lequel elle mettait toute la confiance et la tendresse qu’elle pouvait avoir pour lui. De la tendresse voilà ce qu’elle ressentait pour lui.

Il se rapprocha d’elle d’avantage, son regard ancré dans le sien, de manière à ce que sa hanche vienne effleurer la sienne. Il pencha la tête, son souffle chaud venant caresser le creux de sa nuque. Ses doigts glissèrent du haut de son dos jusqu’à la chute de ses reins, suivant la frontière que formaient sa peau et le tissu léger de la robe. Si l’on y prêtait attention on pouvait voir que ses mains tremblaient légèrement et qu’il retenait son souffle, expirant bruyamment quand ses poumons réclamaient de l’air. Des goulées d’air chaud qui venait papillonner dans son bas-ventre et diffuser sa moiteur dans tous ses membres. Il trouva enfin le zip de la fermeture éclair et le remonta pour refermer la robe. Une fois fermée il ne bougea pas d’un cil.


« Si tu as raison elle ne peut pas rester loin de moi. » souffla-t-il en relevant enfin son regard vers elle. Ses lèvres s’étirèrent en un sourire malin. « Et à ce moment là tu as perdu. »

« Amy… Reviens moi. »
dit-il en ayant l’impression de dire la chose la plus stupide qui soit. « Il n’y a que toi qui puisse m’avoir. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heart shapped box [Judd]   Mar 29 Avr - 1:18

Quel empoté, on lui apportait tout sur un plateau, ce qu’il désirait ardemment depuis si longtemps et il osait encore décliner cette offre plus que généreuse, on nageait en plein délire et la folle n’était sûrement pas celle qu’on pensait. Amy était tout ce qu’il désirait depuis qu’il avait voulu se reconvertir et mener la vie du commun des mortels, elle ne représentait pas spécialement la stabilité mais la constance, en toute circonstance, elle savait être là et le soutenir sans le juger parce qu’elle l’aimait comme une aveugle. Oui, il s’agissait de ça, cette petite sotte d’Amy avançait avec des œillères qui l’empêchaient de voir l’homme chez Judd et c’était sans doute grâce à cela qu’il parvint à l’approcher de si près. Il ne fallait pas être psychologue pour s’apercevoir qu’elle entretenait des rapports difficiles avec la gente masculine, tout d’abord à cause de maladie et ensuite à cause de ces figures masculines qui ne lui permettaient pas de se faire une bonne opinion d’eux. Son père et son frère préférant sauver leur réputation plutôt que la santé d’une personne de leur famille ou encore Darcy qui l’avait lâchement abandonnée. Malgré tout, Patty comptait bien mettre les pendules à l’heure histoire de leur ouvrir les yeux et surtout pour pouvoir assouvir son besoin de sexe.

Plus il se refusait à elle et plus son désir s’accroissait, il l’appâtait en quelques sortes et bizarrement, ça fonctionnait à merveille . Néanmoins, fine observatrice, elle ne doutait pas qu’il ne rendrait pas les choses faciles et s’assurer de son consentement prenait un temps incroyable, elle devait se servir des pensées de cette part d’elle et en tirer avantage et vu le fouillis qui régnait dans l’esprit d’Amy, autant dire que ce n’était pas ce qu’on faisait de plus simple. Mais elle touchait presque au but, à de nombreuses reprise, elle le sentit céder sous ses baisers fiévreux avant qu’il n’ait un regain de conscience et l’écarte mais plus ça allait et plus il la laissait aller loin, avec un peu de chance, cette fois serait la bonne.


« Non, c’est pas à ça que tu veux jouer ! Hein Judd ? »

Sa dernière tentative pour lui résister était plus que pitoyable et elle préféra réprimer un petit rire moqueur pour savourer d’avantage sa victoire. Enfin elle le faisait craquer et s’en félicitait, obtenant ainsi les faveurs du seul homme qui voulait résister à ses avances, aucun ne pouvait se targuer d’un tel exploit. Son sourire carnassier ne la quitta pas tandis qu’il s’approchait et posait sa main dans son dos, son souffle chaud venant caresser sa nuque. Son parfum la rendait presque dingue et elle sentait qu’il n’y avait pas qu’elle mais alors qu’elle s’apprêtait à l’embrasser, il en profita pour s’occuper de la fermeture de sa robe.

Inattendu ? Oui et frustrant. Le désir et sa douce torpeur furent balayés par une tornade de haine, de mépris et de colère. On ne lui disait pas non, il n’avait pas le droit, pas maintenant et après tous ces efforts fournis pour qu’il la prenne contre ces putains de carton. Ca la rendait dingue qu’il puisse encore exister ce genre de mecs capable de garder leur braguette fermer juste pour les beaux yeux d’une soit disant amie. C’était du vent tout ça !


« Espèce de … » commença-t-elle avant de frapper dans le carton juste derrière la tête de son ami puis de reculer de plusieurs pas

« Je suis elle. C’est son corps que tu veux, c’est ça, on est les mêmes putain de merde tu ne peux pas lui faire ça, tu ne peux pas ME faire ça. Je vais te tuer espèce de petit merdeux ! »

Des larmes abondèrent sur ses joues, son regard lançait des éclairs et elle se dirigea vers lui avant de s’arrêter en plein milieu, se tenant la tête avec les deux mains.

« Pas maintenant, non, NON ! »

La jeune femme tomba à genoux, secouée par de violents sanglots, elle marmonnait des paroles incompréhensibles tandis qu’une lutte sans merci se tenait pour savoir qui aurait le dessus. Elle tomba les mains à plat sur le sol. Patty eut beau hurler et se débattre, la propriétaire du corps en reprit possession. La crise avait été brève, comme chaque fois qu’elles étaient dévastatrices, pourtant, elle se sentait exténuée et dut prendre quelques minutes avant de pouvoir se redresser.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heart shapped box [Judd]   Mer 30 Avr - 1:25


Il n’avait pas bougé bien qu’il avait vu le coup arriver dans sa direction. Il avait déjà été soumis à la violence de la jeune femme quand elle était en pleine crise mais il n’en avait jamais gardé aucune trace comme si au fond elle se révélait incapable de lui faire du mal. Il avait vu cependant les états de rage dans lesquels elle pouvait se mettre certaines fois et la brutalité qu’elle avait envers son frère et son père. Il savait que ces débordements n’étaient pas sans raison, ils avaient toujours été apathiques face à sa maladie et le ressentiment qu’elle avait pour eux dans les bons jours se transformait en haine en pleine crise. Ses maigres tentatives pour faire comprendre au chef de la famille qu’il fallait qu’il fasse quelque chose pour sa fille n’avaient jamais porté leur fruit. Il semblait incapable de prendre une décision juste et se cacher pour lui était la seule alternative à une situation de plus en plus invivable.

De nouveau acculé contre les cartons il eut pour la première fois peur d’elle. Une de ses peurs qui vous noue le ventre et vous donne la nausée mais pas l’envie de fuir. Ses sautes d’humeur il les connaissaient mais jamais il ne s’était retrouvé face à quelqu’un dont le but était de faire mal, que ce soit mentalement ou physiquement. Il savait que ce qu’elle disait ou faisait maintenant n’était pas dénué d’une part de vérité et se retrouver confronté à une telle réalité lui faisait un véritable choc. Il resta un long moment immobile, troublé par le visage qu’elle venait de montrer avant d’oser s’approcher d’elle.


« Amy ? »

Elle répondit mollement et il la serra contre lui, caressant ses cheveux d’une main tandis qu’il lui murmurait des paroles pour la réconforter. Quand il sentit qu’elle ne risquait plus rien il la souleva dans ses bras et remercia brièvement les vendeuses avant de la porter jusqu’à la voiture. Il l’installa sur la banquette arrière, la ceinturant fermement et se mit au volant pour rentrer sans attendre. Il roulait vite sur des petites routes qu’il connaissait maintenant par cœur. Cependant il préférait les emprunter à cheval. S’il ne pouvait se séparer de son ordinateur portable et de tout un matériel sophistiqué pour composer de la musique en revanche il n’aimait pas conduire et boudait la télévision, il refusait également de trop se servir du téléphone et si l’on voulait lui parler il valait mieux aller le chercher.

« On est bientôt arrivés. » fit-il en cherchant son regard à l’aide du rétroviseur.

« J’irais te coucher tu tiens à peine debout. » murmura-t-il alors qu’elle somnolait presque.

Il gara la voiture de travers, bondit hors de l’habitacle et la prit dans ses bras encore. Le vieux Dorrington accouru mais le jeune homme l’envoya bouler. Ils n’avaient pas besoin d’un emmerdeur pour le moment. Judd s’imposa et annonça s’occuper de tout et l’homme lui abandonna sa fille, trop heureux que quelqu’un d’autre que lui soit là pour se charger d’elle. Cela faisait deux ans qu’il lui avait accordé toute sa « confiance » pour se charger d’Amy. Il avait émit quelques réserves au départ mais avait sauté sur le prétexte de son homosexualité pour s’assurer de la sécurité de sa fille. Avec le recul Judd pensait qu’il lui aurait confié sa fille, qu’il soit gay ou pas.


« Tu te reposes maintenant. » fit le jeune homme en caressant le front de son amie avec douceur. Ils étaient dans la chambre de la jeune femme et les volets étaient tirés pour qu’elle puisse se reposer.

« Je reste là. Tu peux dormir tranquille. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heart shapped box [Judd]   Mer 30 Avr - 15:02

« Moui. » souffla-t-elle

Sa tête était terriblement lourde et douloureuse et elle sentait la rancœur et la haine au creux de son ventre, comme si elle s’était mise en colère, elle cherchait des explications mais avait beau fouiller sa mémoire, il n’y avait rien d’autre que le noir total et complet, elle ne parvenait pas à avoir accès à ses autres personnalités, peut-être parce qu’au fond, même si elle existait, elle refusait de les reconnaitre. La source du blocage venait peut-être de là. Elle n’eut cependant pas le loisir d’y réfléchir puisqu’une masse vint se blottir contre elle, ce parfum musqué, elle l’aurait reconnu entre mille. Faiblement, elle répondit à son étreinte et posa sa tête sur son épaule, essayant de ne pas penser à ce qu’elle lui avait fait subir.

Il murmurait des choses à son oreille, tentant de la réconforter et de la rassurer mais rien ne pourrait effacer ce qu’elle avait failli faire, elle ne revenait à elle que quand une de ses personnalités allait trop loin et ça ne présageait rien de bon. A bout de force, elle ne demanda aucun détail, aucune information, se laissant porter et trimballer comme un poids mort jusqu’à ce qu’il la dépose dans son lit. Elle reprenait tout juste pied avec la réalité et pour la première fois de sa vie, elle aurait préféré rester dans le noir, définitivement pour ne plus avoir à affronter ces regards réprobateurs, cette ombre qui passait dans les yeux de Judd et cette perpétuelle inquiétude. Certaines choses ne seraient jamais pardonnées.


« Tu peux t’allonger près de moi s’il te plait ? »

Son hésitation lui fit mal et elle ferma les yeux, retenant ses larmes comme elle put. Il retira ses chaussures et se glissa à ses côtés, la prenant dans ses bras mais ça ne changeait rien, elle se sentait plus seule que jamais. L’impression d’avoir perdue l’unique personne qui la soutenait en toute circonstance était sans doute la pire chose qu’elle connaissait. Il était une petite partie d’elle et sans lui, elle ne se sentirait jamais entière, jamais.

« Djou ? Tu me le dirais si j’avais dépassées les bornes ? Tu m’as fait une promesse ! Qu’est-ce que j’ai fait ? »

Consciente de ce dont elle était capable en pleine crise de démence, elle avait pris soin de faire promettre au jeune homme que si elle dépassait toutes leurs limites, il devrait lui dire, que si elle menaçait sa vie ou bien le forçait à faire qu’il refusait, il aurait le devoir de la mettre au courant. Sur le moment il avait trouvé ça vraiment facile à tenir mais plus le temps passait et plus il cherchait à se défaire de celle-ci, ne racontant ses frasques qu’à demi mots ou bien faisant mine de ne pas savoir où elle voulait en venir. Au final, elle se demandait si couper les ponts n’était pas la meilleure solution, pour lui, pour elle, pour leur amitié. Frapper son père ou son frère lui importait peu, mais pas lui.

« J’ai consulté un site et il y a des hôpitaux psychiatriques performants en ville et je crois que je devrais peut-être demander à y entrer, pour arrêter de compter sur vous et vous faire subir ça. »

Le sacrifice était énorme, sa liberté contre une camisole chimique, elle serait la plupart du temps dans un état second à cause des médicaments et ne passerait son temps qu’en pyjama, au contact de personnes bien plus dérangées qu’elle mais si ça évitait à son entourage de souffrir, elle le ferait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heart shapped box [Judd]   Jeu 1 Mai - 16:29


Judd posa son regard sur elle et la fixa un long moment avant de se pencher en avant pour enlever ses chaussures avec lenteur. Il craignait d’avoir été le déclencheur de cette nouvelle crise et d’aggraver son état en venant s’allonger à ses côtés. Après tout il avait franchit les limites qu’il s’était instaurées en flirtant innocemment avec elle. Il avait fait passer ses propres désirs avant son bien-être ce qu’il s’était promis de ne jamais faire quand il avait réussit à mettre un nom sur ce qu’il ressentait pour elle. Au fil du temps ce plus d’amour moins d’amitié avait finit par glisser vers plus d’amitié et moins d’amour mais il n’avait jamais totalement perdu l’espoir qu’un jour elle soit à lui. C’était sans compter ce qu’elle pouvait ressentir pour Darcy. Il y avait de ces âmes, liées par le temps et le destin, qu’on ne pouvaient pas séparer. Même avec plus d’amour et moins d’amitié.

En s’allongeant à ses côtés il remonta la couverture sur elle et la borda comme si elle avait été une gamine tout en gardant le silence. Il refusait de lui dire ce qui c’était passé pour ne pas la rendre responsable de quelque chose sur lequel elle n’avait pas eu de contrôle et qui résultait de ses propres faiblesses et fautes. Même là, en la serrant contre lui il avait l’impression de ne lui apporter aucun réconfort et il lui prenait l’envie, comme souvent, d’aller chercher Darcy et de l’attraper par le fond du caleçon pour le ramener à la blondinette.


« Dors. » souffla-t-il en réponse en posant ses lèvres sur sa tempe.

Ils avaient bien le temps pour les moments difficiles. Ils avaient bien le temps avant de se rendre compte que sa présence à ses côtés était loin d’arranger les choses. Ils avaient bien le temps avant de se dire qu’il serait sans doute préférable qu’il parte au lieu de rester et de lui faire du mal. Il lui faudrait accepter de s’être trompé de voie encore une fois en cherchant son chemin dans sa nouvelle vie. S’il y avait une âme qui devait aller avec la sienne ce n’était pas celle d’Amy.


« Et quoi ? Fixer tes murs jusqu’à ce que les choses s’arrangent toutes seules à coup de médicaments ? » Il soupira et se redressa pour pouvoir soutenir son regard.

« Tu ne supportes même pas de rester enfermée dans la cuisine du ranch pour faire cuire trois patates et tu vas essayer de me faire croire que tu veux aller là-bas ? Arrête donc de raconter des conneries et ne t’occupe pas de moi. Je savais ce que je faisais en venant ici. Je l’ai choisit ne l’oublie pas. Si tu veux guérir il y a d’autres moyens. Je t’emmènerais moi voir les médecins qu’il faut. En attendant je veux que tu arrêtes de raconter n’importe quoi. »

« Et que tu dormes bordel ! »
râla-t-il en remontant la couverture jusqu’à son menton cette fois.

« On aura bien le temps de voir tout ça plus tard. » Elle ouvrit la bouche pour répliquer mais il l’en dissuada d’un regard.

« Je t’ai dis de te taire. Si t’écoutes pas je te sors tout mon répertoire disco. Et tu sais que j’en connais des tas des chansons connes. » fit-il en pointant en doigt qui se voulait menaçant vers elle en arquant un sourcil ce qui la fit éclater de rire.

« Bien j’aime mieux ça. » Il se rapprocha d’elle et posa ses lèvres sur son front.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Heart shapped box [Judd]   Sam 3 Mai - 1:44

Il ne répondit à aucune de ses interrogations et une vague de panique la submergea. Habituellement il trouvait toujours une explication niaiseuse à donner mais elle devait avoir dépassées toutes les limites pour qu’il ne prenne pas la peine de se justifier. Elle comptait depuis trop longtemps sur les autres, son père et son frère pour calmer ses crises, Judd pour la consoler après ces choses horribles qu’elle faisait et disait mais personne ne pouvait l’aider hormis elle-même. Prendre sa vie en mains et se faire enfermer pour le bien de tous. L’idée n’était pas nouvelle et germait dans son esprit depuis des années maintenant, l’arrivée de son meilleur ami avait retardée l’échéance tout simplement parce qu’elle avait senti qu’il avait besoin de quelqu’un et elle voulait être cette personne, aider quelqu’un à résoudre son problème pour oublier tout ceux qu’elle pouvait avoir.

Finalement, elle en revenait au même point et même si elle rechignait à abandonner le jeune homme, elle devait se rendre à l’évidence, elle ne lui apportait que des soucis en plus. La vie de Judd ne fut pas une partie de plaisir, il l’avait quittée justement pour recommencer à zéro et se reconstruire et ne s’était pas forcément entouré des individus les plus stables. Comme Amy, il semblait être attiré par les gens en détresse avec cet inconscient besoin de venir en aide aux autres avant même de penser à soi. Ce fut toujours comme ça entre eux, elle s’occupait de lui et il s’occupait d’elle, un équilibre presque parfait bien qu’elle demandait souvent plus d’attention que lui. Mais ce petit jeu semblait avoir assez duré. Elle voulait y mettre un terme. Pour son bien.

L’idée de ne plus le revoir lui brisait le cœur et y penser l’anéantissait, elle se blottit avec plus de force contre lui, l’oreille posée sur sa poitrine pour écouter son cœur battre et respirer son odeur qui la rassurait toujours. C’était comme s’ils avaient grandis ensemble, comme s’il avait toujours fait parti de son univers. Elle lui devait des explications et préféra lui avouer ce qui trottait dans sa tête, parce qu’elle ne pouvait rien lui cacher et qu’il était toujours de bon conseil. La réponse fut sans appel, il refusait catégoriquement cette solution et ses arguments semblaient convaincants, que ferait-elle entre quatre murs complètement endormie par les médicaments ? Ce n’était pas une vie, ni même une alternative, une sorte de mouroir peut-être mais rien de plus.

Il l’emprisonna dans ses couvertures, la bordant jusqu’à presque l’étouffer en dessous et elle voulut répliquer mais il la coupa net, la grondant comme on engueule une gosse. Sa menace fut efficace puisqu’elle éclata de rire avant de se découvrir assez pour embrasser sa joue ,baiser auquel il répondit par un autre sur son front.


« Merci d’être là Judd. Je t’aime tu sais. »

Comme un frère ou un ami ou bien un amant ? Elle n’en savait rien mais elle ressentait le besoin de lui confier, pour qu’il sache que malgré tout ce qu’elle lui faisait endurer, il avait une immense place dans sa vie. Ces quelques mots ne faciliteraient certainement pas leurs rapports dans les jours à venir mais il méritait de savoir. La fatigue l’emporta et elle sombra dans un sommeil agité duquel elle se réveilla le lendemain matin très tôt, en larmes et en sueur, il se tenait toujours à ses côtés, l’observant avec inquiétude.

« Je vais bien. » répondit-elle en se redressant alors qu’il tentait de la maintenir allongée

« Je vais prendre une douche et manger, tout va bien. »

Ce fut les derniers mots qu’ils échangèrent avant qu’elle ne se décide à déplacer les bêtes vers le nord pour disparaitre pendant quelques jours histoire de réfléchir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Heart shapped box [Judd]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Heart shapped box [Judd]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» The way of the heart.
» Total eclipse of the heart ? Pete (terminé)
» Grimoire Heart
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ? le 30/03 vers 01h58

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Ecstasy of Gold :: FOR A FEW DOLLARS MORE :: Graveyard :: EOG I :: RP-
Sauter vers: