AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Just images... [ R]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Just images... [ R]   Mar 6 Mai - 2:09




Le réceptionniste du motel n’avait même pas sourcillé quand ils avaient demandé la clé d’une chambre et il avait à peine levé le nez de l’écran de sa télé miniature, dans laquelle des silhouettes brouillons - en noir et blanc - de personnages de soap se balançaient des répliques niaises, pour faire glisser le trousseau sur le contreplaqué du comptoir. Un changement d’attitude notable s’était néanmoins opéré chez lui quand Judd avait laissé tomber une somme plus importante que nécessaire et il s’était empressé de faire disparaître les billets en dardant sur eux un regard libidineux. Mais les deux amants d’un soir s’en moquait, l’un comme l’autre ils avaient appris à évoluer sous la vigilance constante de personnes dont la vie ne suffisait pas à remplir les esprits et qui cherchaient chez les autres un moyen de combler leurs attentes et leurs fantasmes. Leur corps ne leur appartenait plus. Ils étaient exposés au regard des autres, prisonnier de la torpeur moite d’un monde morne et sans âme.

Le dos de la jeune femme heurta le bois de la porte, lui arrachant un soupir, alors que les paumes de Judd se posaient de part et d’autre d’elle et qu’il l’emprisonnait dans une étreinte brûlante. Il avait perdu sa timidité, elle s’était évaporée avec autant de facilité que les lèvres de Joan courraient sur sa peau, sur l’arrête de sa mâchoire et dans le creux de sa nuque. Il n’avait pas fallut grand chose pour réveiller l’homme qu’il avait été autrefois, celui qui ne s’occupait pas de savoir si ce qu’il faisait était bien ou mal mais plutôt s’il en retirait du plaisir ou non. Celui dont les nuits appartenaient à toutes et aucune à la fois.

La porte vibra dans son cadre alors qu’il se pressait un peu plus contre elle et glissait sa main sous sa cuisse pour qu’elle vienne entourer ses hanches de ses jambes. La peau de sa cuisse flirtait avec le tissu rêche et épais de son jean et pourtant il sentait la chaleur de son corps percer à travers le vêtement. Ils s’étaient assez respirer et il se goûtaient maintenant, d’abord du bout des lèvres puis du bout de la langue laissant à leurs doigts le soin de poursuivre l’exploration. Chaque parcelle de leur peau vibrait de cette découverte et pourtant elle n’animait pas le battement de leur cœur. Il y avait bien cette chaleur qui venait leur fusiller les reins mais il ne s’y mêlait aucune sentiment. C’était un jeu pas un risque.

Judd trouva enfin le moyen d’ouvrir la porte et ils s’engouffrèrent à l’intérieur de leur chambre, cessant le temps de quelques secondes de faire vibrer leurs sens. Il avait les lèvres rouges à force de l’avoir embrassée et ses cheveux miels étaient emmêlés d’un grain de folie. Il retira sa veste et la laissa tomber sur le sol tandis qu’elle se débarrassait de son marcel et venait lui offrit une nouvelle parcelle de peau à découvrir. Il plaqua sa hanche contre la sienne et la fit basculer en arrière ce qui lui arracha un rire jusqu’à ce qu’il vienne nicher son visage à la naissance de sa poitrine et ne lui arrache un soupir. Elle se cambra d’avantage alors que la pression de la boucle de ceinture du cow boy se faisait douloureuse et elle s’agrippa à deux mains à sa chemise pour le faire pivoter et le pousser sur le lit après l’en avoir débarrassé.

Ce n’était qu’un jeu, un de plus mais pour celui-ci il n’y avait pas de perdant. Mais il n’ avait pas de gagnant non plus puisque l’illusion de n’être qu’un ne durait que temps que les souffles se mélangeaient. Après il n’en restait que des draps défaits et un goût salé sur la peau.
Revenir en haut Aller en bas
Sawyer C. Foxwood
QUEEN SALOPERITYI need to feel your hand upon my face
avatar

Nombre de messages : 2563
Age : 28
Crédit : Psychozee, inthe_sunshine & birdshapedcloud @lj
Nickname : Birdie
Gold is : peace and moving on
Date d'inscription : 16/04/2008

Gold Rush
Living Place: Red Horse Star Ranch
Job: waitress at the Country restaurant
A fistful of names:

MessageSujet: Re: Just images... [ R]   Jeu 8 Mai - 14:04

Lire le désir dans les yeux de Judd, lire le désir dans les yeux d'un homme, c'était se sentir exister. De toute sa vie, on ne lui avait jamais rien demandé. Elle savait lire, écrire, compter, elle pensait, avait des idées, ingénieuses parfois, pertinentes souvent, mais personne ne songeait jamais à les lui demander. Belle plante depuis toujours, on se perdait dans la contemplation du vert bleu de ses yeux, on la complimentait sur ses cheveux blonds, on craquait devant son sourire mais on ne l'avait jamais reconnue pour ce qu'elle était, à l'intérieur. D'aucun pourrait dire que c'est parce qu'elle ne s'est jamais montrée telle qu'elle était vraiment mais c'était surtout parce qu'elle ne s'était jamais sentie sollicitée pour cela. Alors se sentir désirée, se sentir la seule et l'unique, rien que le temps d'une nuit, c'était une consolation qu'elle s'offrait quand l'occasion se présentait. C'était purement égoïste. Elle offrait son corps au soulagement des sens de l'un mais en échange elle prenait ce désir et avait la certitude d'avoir laissé un souvenir indélébile et brûlant, elle entrait en possession d'une petite partie de la mémoire de quelqu'un.

Mais avec Judd ce soir, c'était différent. Ce n'était plus seulement un échange de bons procédés. Contrairement aux autres il l'avait comprise, et sa franchise du saloon l'avait bien plus touchée qu'elle ne le laissait paraître. En plus de se sentir désirée, elle se sentait respectée, appréciée, considérée comme plus qu'une jeune femme flamboyante que l'on rêvait de posséder rien qu'une seconde. Et tout cela rendait les choses différentes même si l'issue serait la même.

Ses cuisses enserrant la taille de Judd elle tenait son visage entre ses mains alors qu'ils échangeaient un baiser où tous les deux y perdaient leur souffle et leurs repères. Les mains du cow boy qui agrippaient sa taille rompirent le contact avec sa peau le temps d'aller dégrafer son soutien-gorge et elle gémit quand elle se retrouva violemment plaquée contre lui après s'être débarrassée de sa lingerie. Il la fit basculer sous lui sur le lit qui grinça de mécontentement et vint l'embrasser sur sa poitrine et son ventre alors qu'il lui enlevait son short et débouclait ensuite sa propre ceinture. Il s'en fallut ensuite de quelques minutes où ils abandonnaient leurs derniers vêtements avant qu'elle ne vienne soupirer dans son oreille et qu'il pose ses lèvres brûlantes sur son épaule.

Elle exhala de son dernier cri fatigué et il vint poser son front moite contre le sien. Elle lui sourit et il lui sourit en retour alors que tous deux restaient immobiles, simplement agités par les mouvements brusques de leur souffle qu'ils essayaient de reprendre. La pression de ses doigts sur les épaules de Judd se fit nulle et les marques qu'il avait laissé sur ses hanches se dissipaient quand ils se séparèrent finalement dans le lit complètement défait. Elle dégagea de son visage des mèches qui s'étaient collées à son front et s'étira en prenant une longue inspiration difficile dans l'air moite et chaud qui les environnait.

« J'ai réalisé un rêve ce soir. » Elle tourna la tête sur l'oreiller vers Judd avec un air plein de malice, « J'ai toujours voulu savoir ce que ça faisait de coucher avec un gay. Eh ben c'était pas trop mal. »

Elle esquiva en riant un coup de coussin mais aucun d'eux n'étaient en état de réellement mener une bataille de polochon et elle continua de rire faiblement, le visage dans son oreiller, en le regardant paisiblement. Après un temps de silence, elle se redressa un peu et chuchota :

« Ça te gène si je viens dormir contre toi ? »

Ils savaient tous les deux qu'il n'y aurait probablement rien de plus que cette nuit, mais pour une fois elle se sentait vraiment en confiance pour montrer qu'elle n'en avait pas rien à faire d'enchaîner les aventures, et qu'au fond, elle avait peur de finir seule un jour. Elle se sentait vraiment en confiance et cela la poussait à être vraie, elle-même. Et la vraie Joan, contrairement à celle que l'on voyait tous les soirs, la vraie n'avait pas envie de dormir seule ce soir.

_________________

I'LL BE THERE WAITING FOR YOU
Darling I'll bathe your skin
I'll even wash your clothes
Darling I'll kiss your eyes
And lay down on your rug


I'M STEVEN R. MCQUEEN'S HIDDEN WIFE
PACSEE AVEC API
TROLOLO !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdshapedcloud
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Just images... [ R]   Dim 11 Mai - 23:33


L’amour n’est pas quelque chose que l’on attrape et que l’on peut quantifier. Même les mots pour le décrire sont difficiles à trouver tant sa définition varie d’une personne à une autre tandis que le sexe est l’accession brute à un état qu’il est toujours facile de trouver et de retrouver. C’est autrement plus facile que les sentiments. Un simple enchaînement de gestes, de caresses et la peau se réchauffe, les pupilles se dilatent et une vague de chaleur irradie dans le bas-ventre pour grossir jusqu’à l’explosion, l’orgasme. C’était d’autant plus facile l’amour n’était pas nécessaire pour l’atteindre et qu’il devenait alors le fantôme des sentiments. On aurait pu croire que c’était ce qui se passait cette fois aussi, une pantomime de l’amour mais c’était plus que la simple recherche de l’extase. C’était la recherche de deux êtres à ce qui se rapproche le plus du sentiment d’être aimé. Et ils avaient touchés cette sensation du bout des doigts alors que leur corps était ravagé par de puissants spasmes et que le goût de la sueur était venu se mêler à leurs baisers fatigués. Faire l’amour à défaut de l’avoir.

Judd se laissa tomber sur le dos et le drap vint immédiatement se coller à sa peau humide. L’air passait avec rudesse dans ses poumons alors qu’il retrouvait peu à peu la perception de ce qui l’entourait. Des images de leur étreinte venaient encore éclairer ses paupières qu’il gardait closes comme pour mieux maintenir l’illusion qu’il leur restait encore quelque chose alors qu’il n’y avait plus que les battements rapides de leur cœur et une odeur de cuir, de bière et de sexe qui flottait dans l’air comme si finalement le plus important n’était que la réalité. Il se mordit légèrement la lèvre avant de se tourner vers elle et de l’observer d’un regard voilé non pas par des sentiments mais par des émotions. Sa remarque lui arracha un éclat de rire bref et il attrapa la première chose qu’il avait sous la main pour l’assommer avec. Le coton de l’oreiller lui glissa des mains et son coup manqua de force parce que ses muscles étaient encore anesthésiés par le plaisir.

Il récupéra son arme et y enfouit son visage pour étouffer un soupir et comme il manquait toujours d’air il se tourna pour poser seulement sa joue dessus. Son regard accrocha alors celui de Joan et ses pupilles azur se dilatèrent sous l’effet de la surprise. Il se redressa légèrement, prenant appui sur ses coudes afin de la considérer avec attention, en silence. Puis un lent sourire éclaira son visage et il ouvrit un bras pour qu’elle puisse venir tout contre lui. Il hésita quelques secondes avant de refermer ses doigts sur son épaule et de poser sa joue contre la sienne. Ils s’endormirent ainsi, jambes entrelacées dans ce qui avait été le théâtre de leurs troubles. Le lendemain trouva deux personnes silencieuses et sereines. Ils s’habillèrent sans se presser mais sans pour autant chercher le contact de l’autre. Chaque fois que leurs regards se rencontraient ils se souriaient, une drôle de petite lueur au fond des yeux, de celle que partagent deux personnes qui ont un secret.

Il posa sa main sur la clenche pour lui ouvrir la porte après qu’elle ait ajusté le col de sa chemise et essayé de dompter des mèches hirsutes sur le sommet de son crâne et alors qu’il l’avait entrouverte il suspendit son geste et se tourna vers elle. Il ouvrit la bouche pour parler mais aucun son n'en sortit et il fallut qu’il détende ses lèvres d’un éclat de rire pour pouvoir parler.


« Si on me demandait qui est Joan Foster je répondrais que c’est sans doute une des personnes les plus paumées que j’ai rencontré mais que bizarrement c’est elle qui m’a aidé à me retrouver. »

Il lâcha la poignée de la porte pour saisir son visage entre ses mains et venir déposer ses lèvres sur sa pommette droite en un baiser tendre. Du pouce il caressa ensuite la partie qu’il venait d’embrasser, comme pour en réduire l’impact ou s’assurer qu’il n’avait pas laissé de trace. Il lui sourit, une millième fois et elle lui répondit avec la même sincérité. Dans quelques heures, voir quelques minutes les draps seraient changés et ils n’auraient plus le goût de l’autre sur les lèvres mais il resterait toujours quelque chose de cette nuit. Sentiment, émotions, illusion… Peu importe du moment qu’il leur apprenait l’amour à défaut de le faire.

[TERMINE]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Just images... [ R]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Just images... [ R]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De vieilles images
» bastogne la bastos le reportage en images
» Images drôles et insolites.
» Google Earth: Des images fraîches d'Haïti !
» TRES BELLES IMAGES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Ecstasy of Gold :: FOR A FEW DOLLARS MORE :: Graveyard :: EOG I :: RP-
Sauter vers: