AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 How find Love? | Because you are the light to my soul [R.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: How find Love? | Because you are the light to my soul [R.]   Jeu 8 Mai - 12:25

Cause you're all I want
You're all I need
You're everything... everything
You're all I want
You're all I need
You're everything... everything





Il était une fois dans un pays pas si lointain que ça, vivait un beau et merveilleux cow-boy du nom de Jimmy MacKenzie. Il était le plus amoureux de tous les hommes, mais malheureusement le conte de fée ne se déroula pas comme il l’aurait souhaité. Le pauvre bougre, était follement amoureux d’une belle blonde du nom de Maddison Ouimet, et comme dans toute tragédie, il y a un rival du nom de Nolhan Pejito. Maddison se présentait au bras de Nolhan, toute rayonnante, comme étant la princesse du bouffon du village, c’est pourquoi le petit Jimmy a le coeur brisé en mille et un petits morceaux. Pour résoudre son problème il appela sa bonne fée, mais celle-ci est partie en vacances à Hawaï. Jimmy se contenta donc de passer un coup de fil à une bonne amie, rencontré il y a très peu de temps et qui s’avère être généralement de bon conseil. Sacha, c’était le nom de la nouvelle connaissance du héros de l’histoire, était en réalité l’ex copine du bouffon Pejito, et ça Jimmy l’avait appris depuis peu. Grâce à la nouvelle technologie du téléphone portable, le rendez-vous fut vite fixé. A 17h au cinéma. Et justement il était 17h, mais Sacha avait quelques secondes de retard, comme toutes les filles. Mais Jimmy n’attendit pas longtemps car Sacha pointa le bout de son nez assez vite.

“Salut Miss!” Salutation d’usage oblige. “Comment vas-tu?” Depuis que la belle texane était rentrée chez ses parents, les deux nouveaux amis avaient passé très peu de temps ensemble, il avait donc beaucoup de chose et d’anecdotes à se raconter. “Je vais être direct, mais j’ai absolument besoin de tes conseils” Jimmy n’aimait pas tourné autour du pot, si il lui avait demandé de venir c’était pour un raison bien précise, parler de son amourette encore fictive avec la belle princesse Ouimet. Il parla franchement tout en prenant place à l’arrière de son pick-up. “Voilà, je te fais un bref résumé de ma vie, ne me coupes pas, et après tu me donneras tes avis, ok?” N’attendant pas la réponse, Jimmy continua “Voilà... euh” C’était plus facile à dire qu’à faire, déballer ses problèmes et avouer des sentiments qu’il se refusait à croire jusqu’à présent, était bien difficile pour un cow-boy qui se voulait solitaire. “J’aime un fille, mais cette fille m’ignore, mais je pense quand même qu’elle m’apprécie surtout quand elle n’est pas avec son ex-copain, pas si ex que ça.” Jimmy qui pensait avoir fait la révélation du siècle, fut bien surpris en voyant l’air amusé de son amie Sacha.Ben quoi? C’est pas drôle!” Mais à voir la mine réjouie de Sacha, Jimmy avait sans nul doute prononcé quelque chose de drôle sans le savoir. Même s’il se voulait discret sur ses sentiments, il semblerait que toute la ville soit au courant de son coup de foudre pour Maddison. Il n’était pas difficile pour la jeune McLauren de faire le rapprochement entre son problème amoureux et Maddie. Et en ce qui concerne l’ex qu’il semble détester, le moins qu’on puisse dire c’est que Sacha le connaissait bien, même très bien, vu qu’il était aussi l’un de ses ex. Invitant Sacha d’un geste de la main, à prendre place avec lui dans son pik-up, Jimmy ne savait quoi penser. Sacha avait un sourire en banane alors qu’il venait de lui avouer que sa vie amoureuse était un vraie désastre. Pour ne pas penser qu’à lui, Jimmy demanda donc ce que donnait la vie sentimentale du côté McLauren. “Et toi, toujours en fuite?” Sacha avait avoué à Jimmy qu’elle avait laissé son futur et sans doute ex mari, devant l’hotel. Pauvre homme. Et comme pour en rajouter encore un peu il ajouta en maromonnaJe vois pourquoi tout le monde aime ce crétin” Ce crétin comme il l’appelait si affectueusement n’était autre que Nolhan, pour lequel Sacha semblait avoir encore des sentiments très forts.

Quelques minutes après avoir raccrocher son mobile, Jimmy avait glissé très discrètement sous la porte de la chambre de Maddison, un petit mot. Mais ça Jimmy le dirait plus tard à Sacha pour savoir s’il avait prit la bonne décision.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: How find Love? | Because you are the light to my soul [R.]   Jeu 8 Mai - 22:35

Il n’avait fallut à Sacha qu’exactement 1H28 à Sacha afin de se préparer. La logique voudrait qu’une fille oit longue mais qu’une fille déprimée le soit encore plus. Encore allongée dans son lit, elle avait décroché le téléphone sans savoir si oui ou non elle accepterait le rendez-vous de Jimmy. Sa mère rentrée précipitamment dans son petit cocon douillet, voulant absolument qu’elle rappelle son mari afin de l’inviter. Rien de plus convaincant pour dire oui a Jimmy et à se préparer en faisant en sorte que sa dernière discussion avec Nolhan c’était très mal finit.

Une fois devant son ami, munit d’un simple jean moulant et d’un débardeur ainsi que des santiags, Sacha embrassa rapidement son ami. Il y avait pas mal de monde dans la rue et tous savaient déjà que Sacha McLauren était revenu à Mount Pleasant. Lui dire que tout allait bien était un mensonge donc elle se contenta d’hausser les épaules comme si la vie était tous les jours pareil. Apparemment il n’y avait pas grand intérêt pour elle tant qu’elle ne n’était pas sujet à une rencontre extraordinaire ou que quelque chose d’incensser lui arrivée. La petite prétentieuse était elle de retour ou était-ce juste une facette pour ne pas dévoiler à quel point elle souffrait ?

Il avait besoin d’elle et il n’y avait rien de mieux pour la remettre d’aplomb, savoir qu’elle était utile à un garçon au moins. Elle s’installa donc rapidement à l’intérieur de son pick up tout en ne cessant de le quitter du regard. Un home amoureux, il n’y avait rien de lus trognon et une fille comme Sacha avait le don d’énerver pas mal car elle savait exactement comment rendre le sexe opposé complètement dingue à cause d’elle. Jimmy avait donc sonné à la bonne porte. Du moins c’est ce qu’il espérait sûrement mais lorsqu’il lui révèlerait l’identité de cette fille dont il était tombé éperdument amoureux, la donne allait changée.

Un large sourire illuminait son visage alors que déjà son ami s’impatienter de son attitude touchante.


« Te vexes pas cow-boy mais j’ai toujours craqué pour les mecs amoureux c’est pour ça. » Clin d’œil. « Cette fille doit être super douée, elle arrive à te faire croire qu’elle ne pense pas à toi, et surtout en présence de son ex, ingénieux comme plan. C’est une froussarde j’imagine ou sinon une fille qui ne peut imaginer faire le premier pas. »

Elle adressa un regard interrogateur à Jimmy, comme pour tenter d’en savoir plus mais une fois qu’il lui avoua qui c’était, elle ne put réprimander qu’un simple :

« Quelle dégénérée celle-la. Tu devrais laisser tomber elle est vraiment… » Vu que le mot parfait ne lui venait pas en tête, elle se contenta de s’imiter en train de vomir, scène particulièrement drôle à voir sauf peut-être pour Jimmy. « Non mais sérieusement Jimmy c’est…Maddie ! » Citer son prénom semblait être nécessaire à ses yeux pour exprimer toute a répulsion qu’elle avait à son égard. Mais prise d’une générosité destinée seulement à ses amis.

« Bon aller, dis moi qui c’est son ex, je m’en chargerais. Et pourquoi pas si ex que ça, elle te rend jalouse je suis sûr que c’est tout. Les femmes sont vraiment vicieuses, j’avoue que je ne pensais pas qu’elle pourrait arriver quasiment à mon niveau la petite. »

1,2, 3 secondes plus tard, il aurait put la gifler, l’effet aurait était le même. Il venait de lui parler de son fiancé ainsi que de Mister Pejito, il avait osé.

Son sourire se dissipa et elle croisa ses bras sur son torse. Elle lui avait tout dit pour son mari mais les raisons semblaient toujours inconnus, quoi que. Face à sa remarque sur Nolhan, elle vint lui offrir une claque sur le dos de la tête.


« Bon alors primo si je suis en fuite ça n’a rien avoir avec ce crétin de Pépito. » Aoutch. « Et deuxio, ce n’est pas un crétin. » Sacha ou l’art de se contredire elle-même.

« Je n’ai jamais comprit ce qui te dérangeait en lui, laisses le tranquille, tu ne le connais pas. »

Même sur qu’elle ne lui adresserait plus jamais la parole, le besoin de le défendre était présent, comme pour se rattraper face à toutes les erreurs du passé qu’elle avait commise à son égard.

« Je redoute le moment ou je devrais tout expliquer à mon fiancé, je donnerais tout pour ne jamais être partit, même si je ne l’aime plus, tout aurait était beaucoup plus simple. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: How find Love? | Because you are the light to my soul [R.]   Ven 9 Mai - 11:13

Et voilà comment en quelques minutes le cow-boy s’était confié à une amie peu compréhensive. Sacha avait rigolait quand elle avait entendu les paroles de l’amoureux transit, elle avait osé se moquer de lui alors qu’il était très sérieux avec les sentiments qu’il éprouvait. Parfois elle n’avait pas de coeur. D’accord il était amoureux, mais ce n’est pas une tare, pas un défaut ou une maladie incurable! Pas la peine de plaisanter avec l’amour. Selon la logique de Sacha, Maddison serait donc stratégique et utilise des stratagèmes pour rendre affreusement le pauvre cow boy amoureux. “Tu crois vraiment?” Mais la belle Ouimet était-elle réellement capable d’une telle chose? Jimmy avait beaucoup de mal à le croire, elle ne lui ferait pas du mal délibérément, enfin c’est ce qu’il pensait. Maddie avait-elle réellement peur? Elle n’était pas du style peureuse ou froussarde comme le pensait Sacha. Cette confidente et conseillère dans les histoires de coeur aurait très pu s’arrêter là, mais malheureusement elle continua sur une dangereuse pente savonneuse. Personne, non personne n’a le droit de critiquer l’élue du coeur de Jimmy MacKenzie, même pas Sacha. Sacha semblait avoir un tel dégoût pour Maddie qu’il en fut étonnait et déçu. L’attitude de son amie était déplorable, comment pouvait-elle juger Maddison? Qui était-elle pour la condamner avant même de lui avoir parlé? Depuis son Retour à Mount Pleasant, Sacha n’avait même parlé à la belle blonde, Maddison avait évolué comme tout le monde. Quand Sacha imita une personne en pleine régurgitation, ce fut la goutte qui fait déborder le vase. “Non mais je ne te permets pas!” Il agrippas les bras de la brunettes, sans lui faire mal, et les descendit pour qu’elle arrête son petit numéro vraiment pas drôle. Puis comme Sacha en rajoutait et que en tant que bonne amie elle voulait se charger de l’ex-copain, Jimmy laissa s’échapper un petit rire moqueur “Tu ne devines pas qui est l’ex en question? Pourtant tu le connais si bien” Et voilà comment Jimmy venait de lui rendre la monnaie de sa pièce, après tout elle l’avait bien cherché en critiquant si ouvertement sa bien-aimée. La jalousie, Jimmy y avait droit tous les jours, lui était extrêmement jaloux de Pejito, Sacha de Maddison, et maintenant ça serait Maddison qui utiliserait Pejito pour rendre jaloux le cow boy au coeur tendre. C’est à ne plus rien comprendre.

Et voilà comment en prenant des nouvelles de son amie, Jimmy avait déclenché une tempête dans son pick-up. Le simple fait de parler des deux hommes de la vie de Sacha la rendait pour le moins colérique, surtout quand quelqu’un osait critiquer le “beau et si merveilleux Nolhan Pejito”. Sacha n’était plus du tout objective lorqu’il s’agissait de son Don Juan, et elle se mit dans une telle colère qu’elle avait une tête aussi rouge qu’un tomate quand elle reprit à l’ordre Jimmy. Jimmy à l’intérieur de lui ne pouvait que penser *Primo je pense ce que je veux et Deuzio il est pire qu’un crétin* Heureusement pour lui, Jimmy n’avait fait que pensé de tels “atrocités” sur pauvre petit “Pepito”, s’il aurait prononcé ça à haute voix, il aurait été renvoyé en Ecosse dans un joli cercueil. Sacha ne comprenait pas pourquoi il ne l’aimait pas! Jimmy allait se faire un plaisir de lui donner deux trois raisons.

“Non mais, sérieusement ce gars est un bourreau des coeurs, il joue avec toutes les filles qui ont le malheur de croisé son chemin! Et puis toi tu te permets bien de critiquer Maddie, pourquoi moi je pourrais pas en faire de même avec ton Pepito? Hein?”

Oui Jimmy était jaloux de Nolhan, non pas à cause de la popularité de celui-ci avec la sexe féminin, mais surtout à cause de cette relation privilégiée qu’il entretenait avec la fille Ouimet.

Sacha venait-elle d’ouvrir une minuscule trappe qui conduisait à son coeur de glace? Il semblerait que oui. Et la pauvre n’avait pas vraiment pas tort, si elle était resté avec son fiancé, elle aurait fait un très beau mariage, elle serait revenu cinq ans après avec un merveilleux bébé. Les McLauren auraient été les grand-parents les plus heureux du monde, et même en revoyant son ancien amour de jeunesse, elle n’aurait pas eu de regret tenant dans les bras l’enfant qu’elle avait eu avec son mari. Mais, malheureusement ses sentiments envers son futur-ex mari ont disparu et Pejito en était pour quelque chose. Revoir Nohlan, eut l’effet d’une bombe pour Sacha, et maintenant elle était plus perdue que jamais. Bien que Jimmy n’avait pas apprécié la façon dont elle avait parlé de Maddison, il se devait de consoler son amie quand elle en avait besoin.

“Peut-être plus simple, mais sans sentiments, il n’y a pas d’amour et sans amour on se vit pas. Il faut que tu fasse le tri dans ta tête et que tu te laisses guider par ton coeur”.

C’était bien Jimmy qui avait dit ça? Lui même n’en était pas vraiment capable, alors qui était-il pour lui donner de tels conseils à l’eau de rose. Puis ramenant le sujet vers lui, il avoua à Sacha, pour avoir son opinion, même si c’était blessant.

“Je l’ai invité ce soir ici même”
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: How find Love? | Because you are the light to my soul [R.]   Dim 11 Mai - 22:10

L’amour n’avait aucune règle à part celles que ces protagonistes s’imposer comme morale. L’amour n’avait rien de beau ni de dégradant, l’amour n’était en réalité sentiment comme un autre, comme l’amitié, il fallait simplement savoir y faire afin de transformer ce sentiment en bonne expérience. Les mots, les gestes, les intentions, la loyauté, tout était important dans la vie et pour se prouver qu’elle était une amie exceptionnelle, Sacha ne savait pas jouer la comédie, elle n’arrivait pas à être agréable si quelque chose n’allait pas. Elle ne voulait plus faire croire que tout allait bien, mentir n’était plus son but et la vérité devenait sa seule priorité, même si cela n’était pas forcément très apprécier en général. En même temps, vu sa délicatesse de pachyderme, personne n’aurait put apprécier.

Au fur et à mesure qu’elle avançait, Sacha se demandait si au final, elle n’asseyait pas plutôt d’être méchante afin de faire croire qu’elle ne posséder aucun cœur, après tout, tout aurait était plus simple dans ce cas. Jamais elle n’aurait souffert des paroles de Monsieur Pejito et jamais elle n’aurait décidé de quitter un mari aimant pour une illusion, pour u homme qui l’insultait de catin.


« Écoutes les femmes sot parfois difficile, elle disent et agissent souvent contrairement à leur ce que leur cœur voudrait. Elles n’osent pas forcément se lancer et agissent bêtement pour une attention ou alors tout simplement se protéger en obligeant l’homme de leur rêve à e pas s’approcher d’elle. »

Jimmy, de son regard étonné, interrogateur, ne pouvait imaginer à quel point les femmes pouvaient avoir un esprit malsain, torturé et stupide de temps en temps. La différence entre elles et les hommes, c’est qu’elles n’admettaient pas à quel point elles pouvaient être dérangées elles aussi. Et entre femmes, c’étaient pire, n’allez pas croire que sous leurs apparences d’enfants, leur douceur, se cache un ange. Entre elles, elles ne sont que des vipères les unes avec les autres alors que les hommes n’avait besoin que de se donner un bon coup de point pour régler leur compte, les femmes agissaient plus vicieusement, achevant leur victime petit à petit, en remettant toujours une couche dès qu’elles le pouvaient. Jimmy tenta tant bien que mal d’empêcher Sacha de faire son spectacle mais la jeune femme le poussa légèrement, lui ordonnant de faire plus attention à poser ses mains sur le volant.

Plongée dans son monde, la douceur qui s’affichait auparavant sur le visage de Sacha s’évanouit lorsque son ami lui annonça non sans délicatesse que l’homme qu’elle aimait e c’était pas privé pour sortir avec d’autres filles durant son absence, et avec la fille qu’elle détestait d’ailleurs. Un petit rire nerveux éclata dans le pick-up alors que la main de la jeune furie partie se claquer sur la joue saillante de son abrutit de copain. Elle ne cessait de le fixer mais savait qu’elle devait arrêter de se laisser emporter pour un homme, surtout si elle voulait paraître insensible face à son histoire avec lui. Jimmy savait qu’elle avait laissé son mari, qu’elle en pinçait pour Pépito mais ce qu’il était loin de se douter, c’était qu’elle avait eu une liaison avec lui et que le jeune homme avait eu une discussion des plus brèves avec elle, discussion ou adieux plutôt devrais-je dire.


« Et ça t’amuses peut être ? » Un regard par la vitre, un soupir, un éclat de verre en plein cœur. « T’aimes les traînes apparemment. »

L’entendre parler de l’homme qu’elle était censé oublier la chamboulé également. Pépito, un bourreau des cœurs, un profiteur ? Non, pas SON Pépito, pas celui qu’elle avait aimé. Finalement elle se disait que les gens ne le connaissaient pas comme elle, elle l’avait connu et Sacha s’en voulut de ne pas en avoir pris conscience plus vite.

Et puis pourquoi l’insulter de salope si lui en faisait autant avec les autres femmes, non c’était certain, Jimmy n’était qu’un jaloux, il essayait de lui faire croire des choses qui, même vraies, ne serait pas encaisser car elle n’était pas prête à les entendre. Une petite partie d’elle rêvant encore en silence de retrouver les bras protecteur mais surtout amoureux de son cow-boy fétiche.

Il s’acharnait sur Pépito mais Sacha ne rentrerait pas dans son jeu, préférant lui faire remarquer qu’elle n’avait pas de temps pour des gamineries.


« Tu crois que c’est un jeu peut-être ? Et puis c’est justement parce que c’est MON Pépito et qu’elle c’est simplement Maddie, pas TA Maddie. En plus personne à part moi ne l’appelle Pépito. » Nerveusement, elle tapota sur la vitre du véhicule dans lequel ils se trouvaient.

« Il n’avait jamais joué avant moi, il était adorable et si tu veux savoir c’est le mec le plus attentionné que je connaissait. Si il y a bien eu un bourreau c’est moi et pas lui alors fou lui la paix parce que ta jalousie n’a aucune raison a part celle de l’idiotie de Maddie à, selon moi, tenter de te rendre jaloux. »

Comme je vous le disais plus hait, l’amour n’est qu’un sentiment comme un autre, l’amitié, quand on établit certaines règles, comme celle de toujours être la même si nous n’avons pas le même point de vue, transforme u sentiment en la chose la plus forte au monde. C’est ainsi que le jeune homme lui ouvrit son cœur et que Sacha arrêta de se crisper et de se faire passer pour Cruella. Il avait de bons conseils, ceux qu’on se dit le soir avant de se coucher mais qui, une fois dit de la bouche de quelqu’un d’autre, nous fait agir plus sereinement, comme si l’on se sentait moins seule. Hochant la tête, elle tenta de lui lancer un petit sourire, sans vraiment savoir si il l’avait remarqué.

« Mon cœur… » Répéta elle stupidement, se demandant bête et si son cœur était la meilleure chose à écouter. « J’ai des sentiments pour lui…Mais plus comme avant et je pense que j’aime un autre garçon…qui ne m’aime pas. Je devrais peut être au final refuser d’entendre mon cœur et faire ce qu’il faut pour rendre mon fiancé heureux. »

Sacha secoua la tête lorsqu’il lui annonça qu’elle était la ou celle qu’il aimait était invité ce soir même. Elle aurait put se comporter en véritable peste mais n’en fit rien. Son ami avait était la pour elle, elle se devait de se mordre la langue et d’essayer de faire un effort.

« Ohh…Donc, tu t’es jeté à l’eau. » Son courage mérité tout l’attention de la jeune brunette qui se trouvait à ses côtés. Elle claqua des mains puis se retourna de telle façon a être face à lui.

« Ce soir, c’est toi le boss. TU mènes la danse, ne te laisses surtout pas déstabilisais. Mais ne t’en fais pas, si tu bégaies, tu rougis ou lances une connerie alors que tu dévores accidentellement son décolleté, elle trouvera ca craquant. Quoi que à la réflexion faite, évites quand même le décolleté, mais contemple la tu as le droit, mais pas comme un dragueur super lourd. »

En voyant la tête qu’il affichait, elle ne put s’empêcher de rigoler car elle se doutait que si il avait eu un bloc note sur lui, il aurait tout écrit pour se préparer mentalement à sa soirée.

« Écoutes moi bien, tout va bien se passer et puis tu n’as rien a perdre, et tout à gagner. Ne laisse pas échapper la chance que tu as. Si vos deux cœurs battent à l’unisson alors ils se reconnaîtrons et seront que vous êtes faits l’un pour l’autre. »

« Je te met en condition. Quand elle arrivera, elle sentira sûrement bon, ayant opté pour un parfum mais pas trop osé, elle voudra rester naturelle, après tout si elle t’apprécie elle voudra être bien mais naturelle donc pas de superflue. Après peu importe la tenue, légèrement arrangée pour toi ou très naturelle, tu la trouveras forcément remarquable comme à chaque fois. Bon maintenant si tu flippe, je peux te présenter mon fiancé, il acceptera peut être de t’épouser à ma place. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: How find Love? | Because you are the light to my soul [R.]   Jeu 15 Mai - 16:40

L’amour, l’amour, l’amour, pour un jeune homme qui devait venir vivre au Texas pour être un solitaire, un cow boy pur et dur comme dans les films, c’était mal parti. Jimmy ne pensait plus qu’à cette fille depuis son arrivée en ville, et ça faisait déjà plus d’un an qu’il en était tombé fou amoureux. Le temps fut long avant qu’il réalise qu’il l’aimait, et qu’il ne voulait qu’elle, mais beaucoup de petits imprévus ont mis ces projets de déclaration d’amour en attente. Il devait apprendre à la connaître un peu mieux, et Maddie restait encore un mystère pour Jimmy. Elle pouvait se montrer chaleureuse, timide ou alors ignorante lorsqu’ils se croisaient. Pas facile de comprendre la jeune femme. Et pourtant, il n’a jamais baissé les bras, il n’a jamais pensé, comme lui avaient conseillé certains, abandonner. Jimmy n’était pas tombé aussi amoureux, n’avait pas son coeur rempli de joie et d’amour, depuis un bon moment, depuis Charlotte. Charlotte lui avait brisé le coeur et ça il ne lui pardonnerait que très difficilement, mais pour le moment il ne pensait plus à elle, il l’avait effacé de sa mémoire pour repartir du bon pied. Et Mlle Ouimet, a fait son apparition, belle, rayonnante, radieuse, merveilleuse, drôle, elle avait tout d’un ange pour Jimmy.

Sacha semblait avoir une opinion bien précise et peu glorieuse pour les femmes. Certes elle en était une et savait donc mieux que Jimmy ce que font les femmes pour faire tourner en bourriques les hommes, mais tout de même. Jimmy ne voulait croire que Maddie se servait de lui comme une marionnette, il l’imaginait mal faire des stratagèmes pour le rendre jaloux, mais Sacha elle, savait que les femmes étaient prêtes à tout pour un homme. Maddison était-elle, comme le prétendait Sacha, timide et n’osait pas faire le premier pas? Difficile à croire, mais peut-être était-elle tout simplement comme Jimmy, elle ne voulait pas souffrir. Il l’avait laissé parlé, écoutant avec attention, et hochant la tête de temps en temps.

Pourquoi avait-il parlé de Nolhan? Il en parlait sans cesse, tellement il éprouvait un dégoût à faire vomir pour ce gars. Mauvaise idée que de lancer Sacha sur un tel sujet. Jimmy s’était retrouvé en quelques secondes en pleine guerre, sous les tirs ennemis. Mettre un femme en colère n’est jamais, oh non jamais, une bonne idée. Il venait de découvrir une autres facette de son amie. C’était un véritable furie, une tempête auquel on ne pouvait y échapper. Jimmy n’osa rien répondre. S’il était amusé? Non, bien sûr que non, la voir dans un état pareil n’était pas des plus amusant, mais des plus désolant. La pauvre aimait toujours un homme, mais devait se marier avec un autre, elle revient pour le premier...

Maddison, une traînée? Oh non! C’est lui ne connaissait pas Pejito, elle, elle ne connaissait pas Ouimet! Sacha était tellement furieuse, qu’elle tenait des propos injurieux qu’elle regretterait très vite. Si elle connaissait Maddison, elle s’aurait qu’elle n’est pas ce type de fille à coucher avec n’importe qui! Pour ne pas en rajouter en insultes désobligeante, Jimmy prit sur lui pour ne pas riposter. Lui aussi était furieux, furieux du comportement de son amie qui ne savait faire la différence entre ses sentiments et le service qu’il essayait avec beaucoup de mal de lui demander. Mais même s’en renchérir, Sacha continua dans son délire pour là faire trop, beaucoup trop de peine à son ami. D’accord, elle avait vécu une belle relation, selon elle avec Nohlan, mais ce n’était pas une raison pour s’en prendre à ce que lui éprouvait pour Maddison. Il avait été sincère avec elle, lui demandait de l’aide, et elle lui enfonçait un poignard dans le dos en lui disant “elle c’est simplement Maddie, pas TA Maddie”. Jimmy pensa très fort, mais heureusement aucun mot ne sortir de sa bouche. *Maddison c’est mon avenir, toi Nolhan appartient à ton passé*

Et voilà que Sacha recommençait avec ses remarques désobligeante sur Maddison, idiote Maddie? Et puis quoi encore, c’était plutôt Sacha l’idiote dans tout ça, c’était elle qui avait quitté son prince charmant, c’était donc ça faute à elle si elle n’était plus heureuse, pas besoin de s’en prendre aux autres qu’on est la seule fautive de l’histoire.

Jimmy était bien trop gentil, il avait gardé son calme pendant tout ce temps pour ne pas énerver encore plus sa furie d’amie. Et quand il tenta une vague explication sur l’amour, le coeur de glace livra quelques secrets. Elle n’aimait donc plus celui qui devait devenir son mari, mais en aimait un autre. Pas difficile de trouver qui. Sacha venait d’user sa salive pour prendre la défense de celui qu’elle a toujours aimé, elle ne l’a donc pas oublié. Et Nohlan, depuis leur folle liaison, avait cessé de l’aimait. Pas très étonnant, Sacha avait fait beaucoup de mal à son chéri en quittant la ville. Jimmy ne savait plus quel conseil donner et préféra caressait doucement la joue de la jeune femme en signe de compassion et de compréhension. Même s’il détestait Pejito, il était bien placé pour le comprendre, il avait eut un mal fou pour oublier Charlotte qui l’avait quitté du jour au lendemain sans aucune explication.

La dispute cessa et l’atmosphère changea de nouveau, pour une séance de conseils féminins pour les rendez-vous galants. Sacha parlait vite et Jimmy avait un peu de mal à tout suivre, mais c’était adorable que son amie lui donne autant de bons conseils. Mais ce qu’elle semblait ignorait c’est que ce n’était pas son premier rendez-vous avec une fille, il n’avait plus 15ans! Bégayer? En espérant que cela ne lui arrive pas. Rougir? Ca c’était plus qu’évident, il n’arriverai à contenir son émotion. Jimmy hocha la tête à chaque phrase et en ce qui concerne le décolleté, il préférait de loin se plonger dans les magnifiques yeux de Maddison. Jimmy grava chaque mot dans sa tête pour ne rien oublier quand il se préparerait. Maddison serait parfaite? Elle est toujours parfaite dans les yeux du cow boy, l’amour ah l’amour. Sacha termina par une note d’humour qui fit bien rire Jimmy. Si ça déraper, il n’envisagerait même pas cette dernière possibilité. Il n’aimait pas trop les plans à la Brokeback Mountain.

Après dispute et conseil, Jimmy déposa Sacha dans le centre ville et la remercia fortement, et avec un clin d’oeil lui lança cette dernière phrase avant de partir le plus vite possible se préparer.


“Je vais faire comme tout mon possible pour rester naturel, mais toi évite de juger trop vite Maddison, c’est une fille formidable, de mon côté je ferais des efforts avec Pejito, enfin je veux dire Nolhan.”

Jimmy prit la route en direction du Ranch, à peine avait-il franchi la porte qu’il avait déjà retiré son t-shirt, trempé par la sueur qu’il faisait dans son véhicule. Il fila sous la douche et n’en ressortit qu’une demi-heure plus tard pour s’imprégnait de crème anti-cernes, et tout et tout... Qui a dit qu’un homme ne pouvait se faire beau? Jimmy aime prendre soin de sa peau, et aime plaire, surtout quand il s’agit d’une certaine personne, à qui il devait ouvrir son coeur le soir même. Serviette autour de la taille, il se dirigea dans sa chambre, et ouvrit son armoire. Il n’avait pas grand chose à se mettre, et Sacha lui avait demandé de rester naturel, mais c’était quand même son premier rendez-vous avec Maddison, il fallait marquer l’événement, en tout cas si elle venait bien. Son kilt? Non ce n’est pas très discret. Une veste en cuir? Trop kitsch et rebel, et il aurait bien trop chaud. Il opta donc pour un jean, pas trop moulant tout de même, et un t-shirt noir lui très moulant. Bref comme d’habitude quoi. Retour dans la salle de bain pour la séance chez le coiffeur, puis lavage de dents, bain de bouche et parfum. En sortant Jimmy attrapa une veste et repartit en ville.

Jimmy était en avance au Drive Through Movie, mais quelques voitures étaient déjà arrivées pour la séance. Jimmy se gara à une bonne place et en marche arrière, il aimait allongé ses jambes et avoir de la place pour regarder un film, en plus il faisait encore chaud et le ciel était dégagé. Son pick-up était bien propre, il avait fait le vide dans l’espace ouvert à l’arrière, les deux jeunes gens seraient confortablement installé pour le film. Par chance, il lui restait encore un peu de temps, il fila, à pied, vers le fleuriste, et acheta un unique rose rouge.
Il fit un petit détour pour acheter des pop-corn et de la boisson, en espérant ça soit dans les goûts de son amie. Puis à son retour, Maddison était là, devant son pick-up à l’attendre. C’est un comble ça, c’est Jimmy qui arrive en retard et qui la fait attendre. Elle avait donc bien reçu son petit mot et était à l’heure au rendre-vous qu’il lui avait donné. Jimmy commençait à baliser, il avait peur de faire une boulette, il s’approcha de Maddison, à travers la foule, en lui faisant un signe de la main. Ce n’était pas tous les jours qu’il y a avait un rediffusion d’un bon film en ville.

Il approcha, avec son rythme cardiaque de plus en plus rapide.
“Salut! Je suis content que tu sois là”
Premier rougissement et pas des moindres, il était devenu aussi rouge qu’une tomate. Il désigna l’arrière, ouvert de son pick-up, et passa en premier pour aider Maddison à monter en lui tendant la main. Ils s’assirent et Jimmy lui proposa sa veste pour son dos. “Tiens prend ça, t’auras moins mal au dos, c’est pas du cinq étoiles ici”.
Aie, première note d’humour pas drôle. La soirée risquait d’être longue.
J’espère que tu aimes les pop-corn et le soda?” demanda t-il avec une grimace. “Et aussi Forrest Gump?” Nouvelle grimace. Jimmy n’avait pas trop le choix du film, et tout le monde n’apprécié pas le talent incroyable de l’acteur principal Tom Hanks. Jimmy aurait préféré un film d’amour, ça aurait collé à la situation, où un film d’horreur, car il avait rêvé que Maddie se serait réfugié dans ses bras, ou un fil d’action poignant... Mais non ce soir c’était une comédie dramatique. Et la Jimmy comprit la phrase “La vie, c'est comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber”.
Puis dévoilant ce qu’il cachait dans son dos depuis quelques minutes, il plaça la rose sous le nez de sa belle, sans dire un mot, comme paralyser.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: How find Love? | Because you are the light to my soul [R.]   Dim 18 Mai - 16:31

Le langage est un concept tellement banal et usité que plus personne n’y fait attention. Pourtant, sans langage, la nature humaine ne serait jamais parvenue à une telle évolution. Il pouvait prendre tout un tas de formes, des paroles jusqu’à la liste des courses. Tout n’est que langage, expression explicite des sentiments et pensées qui tournoient sans fin dans l’esprit des hommes dès le plus jeune âge. La tendance à oublier tout ce qu’on lui doit est à la hausse, toutefois plus personne ne doute de sa force, la douleur que peuvent causer des mots étant proportionnelle au bienfait que d’autres peuvent avoir.

Pour Maddison, rien n’était tel que le langage parler, l’échange direct avec son auditoire pour entrer dans l’authenticité la plus pure. Néanmoins, elle fut forcée de reconnaître que les petits mots laissés sous les portes possédaient un effet bœuf s’ils étaient utilisés à bon escient. Ce fut pourquoi, lorsqu’elle trouva un bout de papier glissé à l’entrée de sa chambre, lorsqu’elle le ramassa et parcourut les quelques lignes maladroitement griffonnées, elle sentit son cœur faire un bond faramineux dans sa poitrine, comme si elle venait d’apprendre qu’elle était la princesse héritière d’une province éloignée et que bientôt elle aurait toute une suite de sujets sous ses ordres – et encore, ce n’était pas suffisant pour décrire l’état d’allégresse dans lequel elle se trouvait. Jimmy McKenzie l’invitait à sortir. Pas à se retrouver dans un bar accompagné d’un groupe d’amis qu’ils avaient en commun. Non, seulement lui et elle. Comme un vrai rencard. Un rendez-vous auquel elle n’était pas préparée. Toute cette dernière semaine qui venait de s’écouler, elle s’était évertuée à l’ignorer depuis l’incident avec Nolhan – où elle avait tout fait foirer avec un professionnalisme impressionnant de stupidité -, elle ignorait si elle était capable de supporter une soirée entière en sa compagnie. Non qu’elle n’eût pas aimé, bien au contraire, elle avait juste peur d’encore une fois être à côté de la plaque et sortir conneries sur conneries. Pour elle qui avait l’habitude de toujours tenir les rênes, perdre ses moyens face à un garçon relevait du supplice.

Avant de débuter sa préparation – qu’elle prévoyait longue à la vue de l’événement – elle eut la tentation d’appeler Rachael ou Amy pour peser le pour et le contre de la soirée, mais se ravisa en se rappelant que la première était partie en voyage familial tandis que la seconde avait déjà ses propres soucis sentimentaux à résoudre. Restait alors une suite de numéros dans son répertoire qui n’aurait aucunement pu lui venir en aide. Et c’était bien mieux ainsi. Elle ne serait pas tentée de demander des conseils qu’elle n’aurait de toute façon pas réussi à suivre, elle pourrait se montrer aussi authentique et naturelle que possible car chaque mot, chaque geste, qu’elle allait faire serait dictés par son esprit propre, non celui d’une personne extérieure qui, de toute façon, ne comprenait pas ce qu’elle ressentait pour le cow-boy. Elle-même n’était pas certaine de bien saisir la situation.

Le passage par la case douche s’avéra plus rapide que ce qu’elle n’avait prémédité, ce qui tomba à pic puisque l’habillage causa plus de difficultés. Elle retourna la moitié de sa garde-robe avant de jeter son dévolu sur une petite robe noire très simple qui mettait en valeur sa longue chevelure blonde tombant sur ses épaules nues. Bien évidemment, lorsqu’elle se posta devant le miroir pour un dernier check-up avant le départ, elle ne ressentit en rien la beauté qu’elle dégageait, trop obnubilée par les cernes dissimulée par le font de teint mais qui se percevaient malgré tout lorsqu’on s’approchait suffisamment, par les courtes griffures serpentant sur ses bras et datant de sa dernière promenade en forêt, par ce gigantesque grain de beauté à la naissance de son cou, par tant d’infimes détails qu’elle était la seule à voir avec autant d’importance. Parce qu’elle s’était toujours sentie dans le regard de ses parents, parce que jamais on ne l’avait regardée comme si elle était belle. Parce que pour elle, elle ne l’était pas – avec des amies comme les siennes, il était normal qu’elle ait cet état d’esprit.

Après s’être vaporisée un peu de parfum – un pschitt à la base de la nuque et deux petites touches dans le creux des poignets – elle descendit quatre à quatre les marches menant au salon du ranch où se trouvait son cousin. Ce dernier releva les yeux du magazine qu’il était en train de lire et lui jeta un regard suspicieux.
« Tu sors ? » Maddie se mordilla la lèvre inférieure et hocha la tête comme l’aurait fait une fillette n’osant pas demander le dernier cookie du plat. « Et tu voudrais que je t’amène en ville, c’est ça ? » La jeune femme s’approcha de lui, l’air innocent et hocha la tête de plus belle. « Si ça ne te dérange pas… » Emrys leva les yeux au ciel avec un soupir qui voulait justement dire que, si, ça le dérangeait, mais le sourire qui ne demandait qu’à poindre sur ses lèvres signifiait le contraire. Quinze minutes plus tard – il fallut faire deux fois demi-tour car elle avait, dans un premier temps, oublié son portefeuilles, puis s’était aperçu que son sac ne convenait pas avec le reste de sa tenue et l’avait changé – la voiture de Lazarido s’arrêta juste devant le Drive Through Movie et Maddison s’extirpa du véhicule avec un petit rire, son cousin lui demandait qui était l’heureux élu. Elle le regarda droit dans les yeux, le visage tout ce qu’il y avait de plus neutre et lâcha : « Aucune chance que je te le dise. » Puis elle claqua la portière, lui fit signe alors qu’il démarrait avant de chercher du regard le pick-up de Jimmy à travers l’océan de carrosserie qui s’offrait à elle.

Habituée à l’espionner du haut de sa chambre au ranch, elle rejoignit le large véhicule sans peine. Toutefois le doute l’envahit puisqu’il n’y avait aucune trace du beau brun dans les parages. Elle vérifia la plaque d’immatriculation de la voiture au cas où elle se serait trompée. Non, étrange. Finalement, alors qu’elle restait debout, les yeux rivés sur l’écran pour l’instant noir, son cœur se mit à battre plus rapidement au son d’une voix à l’accent agréablement familier.
« Hey ! » répondit-elle en se retournant, un sourire étonnamment confiant accompagnant son salut. Elle garda pour elle son « je suis contente que tu m’aies invitée » et attrapa la main tendue par l’Ecossais qui l’aida à grimper à l’arrière du pick-up. « J’ai l’air d’être une adepte des cinq étoiles ? » demanda-t-elle avec un regard insistant tandis qu’elle prenait place sur le sol métallique du véhicule ; elle accepta néanmoins sans rechigner la veste du jeune homme pour préserver sa robe qui paraissait encore toute neuve.

« Qui n'aime pas ça ? » fit-elle avec un clin d’œil tout en plongeant ses doigts dans le paquet de popcorn et de porter les éclats de maïs éclaté jusque dans sa bouche. Son sourire se voila alors qu’elle avalait avec difficulté sa bouchée. Forrest Gump ? Un drame pour un premier rendez-vous cinématographique ? Ca n’était certes pas le meilleur plan pour emballer une fille, mais Maddison trouva cela amusant, encore un bon point pour Jimmy. Enfin un demi puisqu’elle n’était pas du tout fan de Tom Hanks. Elle devrait faire avec. « Ne te moque pas, » commença-t-elle, les lèvres pincées, « mais je n’ai jamais vu ce film… »

La suite des événements lui apparut comme dans un rêve – ou bien comme dans une comédie romantique pour adolescents – puisque le jeune cowboy lui tendit une rose d’un rouge passion. Maddison attrapa délicatement la tige pour éviter les épines et porta le bouton jusqu’à son nez pour renifler le parfum de la fleur. Elle posa ensuite son regard azur sur Jimmy qui paraissait tétanisé et lui adressa un sourire timide. « Merci, elle est magnifique. » Elle allait ajouter qu’il n’aurait pas dû, que la simple perspective de cette soirée suffisait comme cadeau, mais le début du film l’empêcha de faire cette bêtise. La blondinette s’installa plus confortablement, la rose toujours entre ses doigts, en jetant de temps à autres de discrets regards en direction de l’Ecossais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: How find Love? | Because you are the light to my soul [R.]   Mar 20 Mai - 21:05

Lorsque ses yeux s’étaient posés sur elle, son coeur s’était emballé, il avait du mal à respirer, devenait de plus en plus rouge, transpirer, était désorienté. Tout ça rien en la regardant, alors qu’il s’est mis à lui parler, ce fut pire encore. L’amour faisait mal, et donner mal à la tête. Jimmy avait osé lui parler sans que quelqu’un lui donne une tape dans le dos, ou qu’on lui pose une question, il l’avait fait par lui même, tout comme l’invitation. Cette idée lui avait germé dans la tête le matin même à son réveil. Il était encore dans son lit, dans le brouillard, et avait basculé du côté gauche de son lit deux personnes, et là c’était le vide. Un lit deux personnes pour une personne c’était moins drôle. Depuis plus d’un an et demi, Jimmy tentait de penser le contraire de ce qu’il éprouvait. Il voulait oublier l’amour et ses complications, c’était d’ailleurs la raison de sa venue ici, mais en tombant sur Maddison c’était raté. Il avait posé ses yeux sur elle, et en un instant son coeur avait compris qu’elle était faite pour lui. Il aurait très bien pu lui dire dès le début, mais non il avait lutté, en vain. Jimmy avait écrit un petit mot vite fait et après des minutes d’hésitation sous sa douche, puis assit dans son canapé, il s’était jetait à l’eau en le passant sous la porte de sa belle.

Il ne s’était même pas excusé pour son retard, c’était un peu tard maintenant et il espérait qu’elle ne lui en tienne pas rigueur. Alors qu’il aidait la demoiselle à prendre place dans le fond du véhicule, il fit sa première boulette. Pourquoi avait-il tenté une note d’humour alors qu’il en était incapable en sa présence? Jimmy ne contrôlait plus son cerveau et envoyait des ordres sa lèvres que lui même de comprenait plus. Si Maddie était une adepte des cinq étoiles? Pour dire la vérité la jeune Ouimet était d’une élégance ce soir ce qui n’arrangeait en rien le pauvre Jimmy. Elle méritait le meilleur, et le meilleur n’était sûrement pas un pick-up et un cinéma.
“Non? Enfin... euh... je veux dire... euh... j’en sais rien.” Et le voilà qui bafouillait encore. Il aurait très bien pu ne pas lui répondre, mais non il avait fallu qu’il ouvre sa bouche! Elle n’avait pas fait sa chochotte en s’assaillant, ce qui laissait entendre au cow boy qu’elle n’avait rien contre son épave.

A quelques centimètres de la jeune femme, Jimmy avait une respiration haletante. Elle répondit par la positive à la proposition de soda et de pop corn de l’écossais. Jimmy plaça donc entre eux le paquet de pop corn et lui tendit son gobelet de soda. Il le fit avec précaution pour ne pas en renverser sur sa belle robe. Leurs mains se frôlèrent, et Jimmy faillit en laisser tomber le gobelet. En ramenant sa main vers lui Jimmy regarda de haut en bas la jeune fille qui était resplendissante, comme toujours. Il rougit même en arrivant au niveau des merveilleuses jambes de sa voisine. Oh mon Dieu! Il avait osé la reluquer! C’était bien une des choses qu’il ne devait pas faire selon Sacha, cette dernière l’avait mis en garde contre les décolletés, mais pas contre la finesse des jambes sous une robe. Il avait fait une grosse bourde là et espérait ne pas passer pour un ‘dragueur super lourd’.

Se moquer? C’est plutôt elle qui avait de bonnes raisons de le faire de lui! “Non bien sûr que non”. Jimmy fut étonné que Maddie ne connaisse pas le film. Même si Mount Pleasant était une petite ville, ce film avait fait un carton au box office. Mais ce n’était pas le film que des jeunes appréciés spécialement il est vrai. Forrest Gump, lui Jimmy connaissait bien, son père le compara souvent au héros de l’histoire. Encore un moyen pour son paternel de rabaissait son fils, mais Jimmy trouvait que Forrest avait plus de qualités que de defaults. “Tu verras c’est assez... spécial.” avoua t-il car il détestait lui mentir.

La rose qu’il avait acheté quelques minutes auparavant eut l’effet escompté. Jimmy était heureux d’avoir donné le sourire à la texane. Les bandes annonces, d’il y a déjà quelques années se finissaient, et Jimmy se rapprocha légèrement de sa voisine, en plaçant le pop corn sur ses jambes allongés. Il était maintenant à deux centimètres d’elle. Il aurait aimé se jeter sur elle pour l’embrassait et lui dire tout ce qu’il ressentait mais il était un gentleman, et un gentleman ne fait jamais ça. Pour une fois la bonne éducation de Jimmy lui servirait pour quelque chose de concret et de positif. Il ne pouvait donc pas lui sauter dessus, la convenance voudrait qu’il attende la fin du film, qu’il la raccompagne en lui tenant la main, puis l’embrasser devant sa porte.

Alors que les premières images du film faisaient leur apparition sur le grand écran, Jimmy se mordit la lèvre en se tourna vers Maddison. Une question lui brûlait les lèvres depuis plusieurs, et il voulait savoir si ses efforts n’étaient pas voués à l’échec. Il plaça son bras par dessus l’épaule de la jeune femme, maintenant collait à lui. Ses yeux en disait long sur ce qu’il ressentait, et si elle était bien attentive elle aurait pu sentir les battements de coeur du cow boy plus rapides qu’à la normale. “J’ai une question.” Puis voulant se raviser, il était trop tard, il devait continuer. “Toi et Nolhan... euh... vous...” Il ne termina même pas sa phrase tellement il bégayait et qu’il se sentait idiot. Lui et sa jalousie allaient tout faire rater. Il n’attendait même pas de réponse, il n’aurait jamais du poser une telle question indiscrète, mais cela le ronger de l’intérieur. Si Maddison lui avait jeté son soda en pleine figure, il l’aurait bien mérité après tout. Il détourna le regard, sans doute par peur de la réponse qu’il redoutait tellement. Si elle lui affirmait que c’était sérieux entre Nolhan et elle, Jimmy n’avait plus qu’à se jeter d’un pont, on passer sous une voiture.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: How find Love? | Because you are the light to my soul [R.]   Ven 23 Mai - 18:31

Les rencards, Maddison connaissait bien, pour en avoir déjà un nombre assez conséquent derrière elle. A chaque fois, il y avait cette même montée d’adrénaline au moment où elle voyait son cavalier pour la soirée, le premier regard échangé, les rires forcés pour que les deux soient plus à l’aise. Chaque premier rendez-vous était régi par une multitude de règles que tous se devaient de respecter pour avoir droit aux réjouissances promises – qui pouvaient prendre moult formes – et pouvoir raconter le tout aux amis le lendemain venu. Tous les adolescents étaient passés, passaient ou allaient passer par ces différents stades avant de découvrir le plaisir indescriptible des mots doux voire du premier baiser. Pas avant.

Sauf que pour la jeune Ouimet, c’était différent. Les codes n’avaient plus de sens puisqu’au premier regard échangé, l’adrénaline avait laissé place à un rythme cardiaque considérablement accéléré, ses mains étaient devenues moites, son souffle court. Des signes qui, jusqu’à présent, n’étaient jamais arrivés aussi précocement. Il s’agissait du premier rendez-vous qu’elle avait avec Jimmy et pourtant, il lui semblait que, déjà, elle le connaissait par cœur. Comme s’ils avaient au préalable vécu des années ensemble sans pour autant que la flamme de leur amour ne se soit éteinte. Elle ignorait tout de son histoire mais était en mesure de décrire avec exactitude sa façon de constamment se remettre les cheveux en place, comme s’il craignait que le vent ne le rende moins attrayant, sa manière de rouler les « r » et les « l » en bon Ecossais qu’il était, sa manie de toujours s’assurer que ses vêtements étaient bien repassés, des petites choses invisibles à un œil non averti qu’elle se sentait coupable d’avoir remarqué. Ce rencard lui semblait dérisoire car, pour elle, ils n’avaient pas besoin de ça. Hélas, les codes en avaient décidé autrement ; leur histoire n’en était qu’à ses balbutiements, elle devait encore s’écrire et avait besoin d’un commencement. Il fallait qu’elle profite de cette soirée pour arrêter de jouer à la cruche – rôle qui lui collait à la peau à chaque fois qu’elle se trouvait en présence du cow-boy – et d’ouvrir son cœur une bonne fois pour toute. Ce qui, sur le papier, apparaissait bien plus évident qu’en pratique.

Maddie esquissa un petit sourire en coin alors que Jimmy bafouillait une réponse boiteuse à sa note d’humour. Il était trop mignon. Elle garda ses yeux rivés sur l’écran sur lesquelles s’étalaient désormais les bandes-annonces vieilles d’au moins une décennie tout en sentant le regard du jeune homme posé sur elle. Ce qui était normal. Si elle ne l’avait pas souhaité ainsi, elle aurait jeté son dévolu sur un jean épais accompagné d’un pull large, en aucun cas elle ne serait sortie avec une simple robe. Les jeunes filles en fleur qui disaient détester se faire « reluquer » avaient bien peu de valeur à ses yeux puisqu’il suffisait d’assumer ses décisions et ses actes. Si on ne désire pas être vu, autant ne pas chercher à se montrer au grand jour, n’est-ce pas ?


« Si je n’aime pas, je pourrais toujours me rabattre sur les popcorns, » plaisanta-t-elle en reprenant une poignée de maïs soufflé tout en fixant avec intensité le jeune MacKenzie. Elle ne put néanmoins garder trop longtemps son regard dirigé vers lui puisque le rouge lui montait aux joues ; il faisait sombre en ce début de soirée, cependant elle était en mesure de discerner l’éclat de ses yeux si profonds et difficiles à soutenir plus de quelques secondes. Lui avait l’air d’apprécier le film qui n’allait pas tarder à défiler sur le large écran du drive-in, ce qui lui sembla d’autant plus étrange qu’à l’ordinaire, les garçons avaient tendance à choisir une comédie à l’eau de rose pour éveiller le côté romantique qui sommeillait en chaque fille ou un film d’horreur pour leur donner l’occasion de les réconforter dans leurs bras grands ouverts. Soit il s’agissait là d’un mauvais choix tactique, soit il ne souhaitait que passer un bon moment en sa compagnie. Dans les deux cas, elle était satisfaite qu’il sorte du lot, prouvant une énième fois qu’il n’était pas comme tous les autres.

La blondinette jouait machinalement avec la tige de la rose lorsque le film débuta, elle porta une telle attention aux images qui défilaient sous ses yeux qu’il lui fallut une bonne minute avant de remarquer le changement d’attitude de Jimmy : il venait tout juste de passer son bras autour de ses épaules, mine de rien. Elle ne fit aucun commentaire, l’unique indice qui aurait pu démontrer l’état dans laquelle ce simple geste la mettait fut un frisson qui lui parcourut l’échine. Et il était peu de dire qu’elle n’avait aucunement froid. Chaque bonne chose ayant une fin, le bien être ambiant de la soirée s’évapora comme de l’eau en ébullition alors que Jimmy mettait sur le tapis une histoire qu’elle ne souhaitait pas évoquer. Elle aurait préféré discuter guerre nucléaire plutôt que justifier ses actions datant de quelques jours avant ce soir-là.
« Nolhan et moi… » Elle se mordilla la lèvre, cherchant dans le plus profond de son cerveau la réponse adéquate tandis qu’une petite voix lui hurlait de dire la vérité. « On est juste amis. On l’est depuis un moment mais ça s’arrête là. » Pause. « Je veux dire, c’est un très bon ami, un très très bon ami mais… » Elle s’interrompit, le regard dans le vague. Elle parlait beaucoup trop pour peu de contenu.

Elle releva finalement la tête vers le cow-boy, se rendant seulement compte alors de la promiscuité de leurs deux visages. Un pâle sourire apparut sur ses lèvres.
« La dernière fois que tu nous as vus ensemble, il y a eu un gigantesque quiproquo, je ne voulais pas que tu crois qu’il y avait quelque chose… » Pour classer l’affaire une bonne fois pour toute, elle se concentra de nouveau sur le film, néanmoins elle n’oublia pas de s’installer un peu plus confortablement en posant sa tête sur l’épaule de Jimmy, respirant à plein poumon son parfum jusqu’à s’en donner mal à la tête. Il sentait tellement bon…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: How find Love? | Because you are the light to my soul [R.]   Mer 11 Juin - 16:39

Depuis des semaines, des mois il avait rêvé de ce jour passé seul en compagnie de Maddison et ce jour arrivé, il n’arrivait à aligner deux mots à la suite sans rougir, bafouillé, ou passer pour une andouille. L’amour le rendait complètement gaga, c’était affligent. Habituellement sûr de lui, là il hésitait à chaque mot, il ne savait quoi dire, quoi faire, et ce demandait sans cesse ce qui plairait ou déplairait à sa belle. Il avait dans la tête deux petites voix, celle de la raison et l’autre celle de l’amour sans logique. L’une lui disait, ‘mais dis lui ce que tu ressens’, l’autre disait, ‘attends un peu c’est trop précipiter les choses’... Jimmy était tiraillé entre son désir pour la belle texane et son sens courtois et gentleman du premier rendez-vous. Il n’avait envie que d’une chose, tout lui dire sur ses sentiments et déposer un baiser sur ses merveilleuses lèvres, mais ça il n’osait pas, ce n’était pas convenu après quelques minutes passées ensemble.

Les regards complices et langoureux qu’ils se jetaient en disaient long sur les sentiments qu’ils éprouvaient l’un pour l’autre, mais aucun ne semblait vouloir, faire ou dire quelque chose pour clarifier les choses. Ils se connaissaient pourtant bien depuis le temps. Jimmy savait que Maddison se mordillait la lèvre quand elle était stressé ou encore qu’elle arquait les sourcils, ce qui faisait bien rire le cow boy, en signe d’incompréhension, ou qu’elle levait les yeux au ciel quand elle s’ennuyait... Ce sont ses petites choses que Jimmy remarquait de suite quand il la voyait, il l’espionnait - pas au sens péjoratif du terme non - et connaissait ses manies, ses phobies, ses envies du moment... Elle aime les longues chevauchées sauvages, la tequila à outrance, les framboises... Il la connaissait et c’est pourquoi il avait été si déçu de la retrouver dans les bras de Nolhan quelques jours plus tôt. Il pensait qu’entre eux tout été fini, et ça lui avait brisé le coeur de les voir ensemble, et sa soif de curiosité maladive l’avait poussait à poser la question dont il redoutait tant la réponse. A peine eut-il fini de poser la question qu’il s’en voulait déjà de l’avoir posé. Il était jaloux de ce mec, pour quelle raison? Tout simplement parce qu’il occupait une place d’honneur dans la vie de celle qu’il aimait et que lui n’avait pas encore trouvé sa place. C’est bête à dire mais il est envieux de la complicité qu’ils ont. Jimmy sentit à la tonalité de la voix de Maddi qu’il avait abordé un sujet sensible qu’il aurait mieux valu éviter. Il n’avait plus envie d’entendre la réponse car elle lui faisait peur, mais Maddison ne serait jamais venu si elle avait des sentiments pour un autre. Il prit une grande respiration comme pour se donner du courage quand elle prononça le nom de Pejito. Elle cherchait des mots, et Jimmy était terriblement gêné mais il devait savoir. ‘Amis’ des amis comme Roxanne et lui? Juste une extraordinaire amitié et complicité? Rien de plus? Un simple
“oh” sortit de sa bouche comme symbole de son soulagement. Il était encore plus mal à l’aise d’avoir posé la question maintenant, et se sentait idiot à souhait. Il ne reprit pas le sujet voulant tourner la page sur sa bourde et sa jalousie maladive pour ce gringalet. Mais, alors qu’il replongeait ses yeux vers l’écran géant, il croisa le regard de Maddison qui lui donna plus d’explications sur leur dernier rencontre à la sellerie. Elle ne voulait donc pas le faire souffrir ou lui donner de faux espoirs. Jimmy la croyait sur parole car la belle blonde était digne de confiance. Elle posa sa tête sur son épaule, et son coeur voulait sortir de sa poitrine pour exprimer son bien être général. Ils étaient blottis l’un contre l’autre et à quelques centimètres de la chevelure blonde il respirait le doux parfum du shampoing de sa dulcinée, et se sentait l’homme le plus heureux du monde à cet instant précis.

Alors que les minutes défilés, le film continuait et Jimmy un peu absent avait du mal à se concentrer sur la véritable histoire de Forrest Gump, trop préoccupé par la sienne. Il y a encore quelques mois de ça en quittant L’Ecosse il s’était promis de ne plus tomber amoureux pour ne plus souffrir et il était content que Maddison est déclenché un changement dans sa vie affective. Alors que les répliques cultes défilaient ou pouvait voir les différentes facettes du héros du film joué par le grand Tom Hanks. Forrest : champion de football américain, soldat au Viêt Nam, champion de ping-pong, marathonien exceptionnel, capitaine de crevettier, et même milliardaire... Puis son histoire d’amour avec la femme de ses rêves, meilleure amie d’enfance, Jenny. Seul pour deux répliques Jimmy brisa le silence. Pour “Cours Forrest, cours!” il avait prononcé les mots avec un petit rire. Puis pour “Maman disait toujours : La vie, c'est comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber.” il prononça en même temps exactement chaque mot connaissant cette réplique par coeur.

Le film touché à sa fin, la boîte contenant les pop corn était vide, tout comme les gobelets de soda. Le générique de fin commença et toutes personnes au alentour semblait reprendre place dans leur véhicule pour rentrer chez eux. Mais Jimmy lui ne voulait pas que ce moment se termine, il n’avait pas bougé d’un pouce, profitant un dernier instant de sa proximité avec Maddi. Les véhicules démarraient et le sien ne bougeait pas. Jimmy se décida enfin à bouger à cause d’un vieux qui avait lancé ‘Hey petit tu la bouge ta poubelle!’. Jimmy se releva et s’étira un peu engourdi de ne pas avoir bougé les jambes pendant plus d’une heure. Il lança un regard charmeur à Maddison et lui proposa - comme quand elle était monté - sa main pour descendre du pick up. Puis la tenant par la taille, elle fit un bond et elle toucha le sol. Il l’a tenait encore il lui dit “Je crois qu’on dérange un peu” plaisanta t-il en montrant les voitures bloquées à cause de la sienne. “Tu montes?” lui demanda t-il en ouvra la porte côté passager. “Une glace ça te tente?” Il savait que par une chaleur comme ça, un petit rafraîchissement s’imposait. Quelques mètres plus loin il gara sa voiture pour ne plus gêné la circulation et descendit de voiture en ouvrant la porte - comme tout bon écossais - à sa belle. Puis sur un ton très solennel “Je reviens dans une minute”. Et il n’avait pas menti car une minute plus tard il se présentait deux glaces à la main devant Miss Ouimet. “Framboise pour toi, et pour moi fruits de la passion” dit-il en lui tendant la glace qu’il avait choisi pour elle. “Sauf si tu veux qu’on échange?” Puis il prit la main de Maddison et plongea ses yeux dans les siens. “Et si on marchait un peu”. Quelques mètres plus loin toujours main dans la main, il s’arrêta brusquement et comme soulevé par l’amour il avoua tout. “Je ne peux plus le retenir au plus profond de moi c’est trop dur”. Si quelqu’un passait par ici, il l’aurait prit pour un fou. “Je...” Nouveau bégaiements alors qu’ils avaient disparu. “Je suis...” Pause “Amoureux”. Mot futile et enfantin pour décrire la panoplie des sentiments qu’il ressent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: How find Love? | Because you are the light to my soul [R.]   Lun 16 Juin - 22:56

Le film était passé vite, trop vite. Deux heures vingt qui semblaient s’être effacées aussi rapidement qu’un clignement d’œil. A côté, les semaines – voire même les mois – qui s’étaient écoulés depuis leur première rencontre, depuis leur premier échange, apparaissaient comme gigantesquement longues ; il avait fallu un temps considérable à Jimmy pour qu’il se décide enfin à lui demander de sortir et déjà, cette date tant attendue prenait fin. Ou presque. Les images avaient défilé sous les yeux peu concentrés de la demoiselle qui était bien trop préoccupée par la présence qui se trouvait à ses côtés, l’entourant de ses bras protecteurs. Elle ne pouvait que difficilement se faire à l’idée que, peut-être, ce soir serait celui qui allait mettre fin au célibat dans lequel elle était plongée depuis plusieurs années maintenant. Cette perspective avait tout d’alléchant, pourtant au fond d’elle, Maddison avait peur. Une crainte sans nom étreignait son cœur alors qu’elle aurait dû être la plus heureuse des jeunes femmes. Elle avait rêvé de cet instant durant des semaines entières, jouant la scène dans sa tête maintes et maintes reprises, toujours de façon plus romantique. Tout était parfait, mieux encore que ce qu’elle avait espéré. Seulement, elle ne se sentait pas aussi à l’aise qu’elle ne l’aurait voulu. Quelque chose faisait que, d’un claquement de doigts, elle avait envie de tout jeter à l’eau, comme elle l’avait fait en début de semaine lors de leur rencontre en compagnie de Nolhan. Elle avait alors tout foiré, par sécurité. Parce qu’elle savait qu’elle pouvait compter sur ses amis pour la relever, parce qu’elle se doutait que Jimmy l’estimait beaucoup trop. Elle ne méritait pas toute l’affection qu’elle pouvait lire dans ses yeux, pas autant. Elle n’avait rien fait pour ça même si, au fond, elle l’avait ardemment désiré. En réalité, elle n’aurait pas été contre un mois de plus de réflexion malgré qu’elle fût de plus en plus avide de goûter aux lèvres du jeune cow-boy.

Le générique de fin accompagné des démarrages synchronisés des divers véhicules garés sur le drive-in la firent sursauter. Pas maintenant, elle voulait encore restée allonger dans ce pick-up au sol dur et peu agréable, bien au chaud sous son étreinte apaisante. Elle s’y sentait tellement bien. Le choquant retour à la réalité fut difficile et elle s’extirpa bien malgré elle de sa semi-conscience, elle aurait bien été incapable de coucher sur papier un résumé du film tant elle n’en avait que peu suivi les grandes lignes. Encore un « chef-d’œuvre » du septième art qu’elle ne pourrait pas se vanter d’avoir réellement vu, dommage. Un râleur de premier ordre vint mettre un terme définitif au petit tête-à-tête des deux jeunes gens, forçant Jimmy à bouger sa voiture pour permettre aux véhicules restants de sortir. Quel était l’idiot qui avait inventé un système de sortie de drive-in aussi peu pratique ? N’avait-il pas pensé aux tourtereaux désireux de plus d’une heure trente d’intimité ? Maddison se releva à son tour, non sans jeter au responsable un regard furibond et se laissa aider à descendre, sa rose toujours à la main. Elle n’était pas prête à s’en séparer au vu de la signification particulière que la fleur tenait désormais. La jeune femme adressa un demi-sourire à l’Ecossais lorsque ses deux pieds retrouvèrent le contact de la terre ferme puis se dirigea sans un mot vers la portière côté passager. Un nouveau petit rire d’amusement manqua de lui échapper alors que le cow-boy s’empressait de venir lui ouvrir, en grand gentleman qu’il était. Comment appelait-on les gens comme ça déjà ? Ah oui, des perles rares.


« Va pour une glace, » répondit-elle d’une voix enjouée à sa demande. La soirée annonçait bien la fin du printemps qui ne tarderait pas à laisser sa place à un été chaud et sec – qui causerait un certain nombre de problèmes dans les ranchs, à n’en pas douter – par une température en hausse et une humidité en baisse. Une crème glacée ne serait pas de refus, surtout après tous ces popcorns ingurgités. Laissée – abandonnée – près de la voiture, elle en profita pour vérifier son maquillage à l’aide du rétroviseur extérieur, elle n’avait pas à regretter son dernier achat en parfumerie qui lui avait couté une petite fortune car mascara et eyeliner avaient bien tenu le choc – Dieu bénisse les grandes marques -. Le retour plus que rapide de MacKenzie lui cause un nouveau mini sursaut. « Tu lis dans mes pensées, j'adore la framboise, » s’étonna-t-elle en attrapant le cornet. Jimmy savait même son parfum de glace préféré, fallait-il qu’elle s’en inquiète ou, au contraire, qu’elle trouve cela touchant de sa part ? Elle opta pour un mélange des deux qui se résuma à un large sourire ravi doublé d’un regard insistant dirigé vers le jeune homme. Son cœur bondit dans sa poitrine lorsqu’il lui attrapa sa main libre – elle avait finalement abandonné la rose à l’intérieur du pick-up – et proposa de marcher. Elle ne rechigna pas, trop heureuse de poursuivre encore un peu cette soirée jusque là si formidable. Toutefois, elle ne pouvait empêcher ce sentiment étrange de poindre dans le fond de son âme. Quelque chose clochait chez Jimmy, il semblait distant, comme dérangé par quelque chose qu’elle ignorait. Mais plus pour longtemps…

« Pardon ? » Le sorbet framboise resta coincé dans le fond de sa gorge, l’obligeant à tousser pour éviter l’étouffement. Jamais encore elle n’avait eu droit à pareille déclaration de la part d’un garçon qui l’intéressait, pourtant elle en avait connus plus que la moyenne des jeunes filles de son âge. Le souhait de lui sauter au cou pour lui avouer qu’elle ressentait la même chose à son égard fut surpassé par son instinct de conservation qui l’empêchait de se confier. C’est pourquoi elle fit ce qu’elle maîtrisait le mieux : elle usa de détours plus ou moins humoristiques. Elle fronça les sourcils en signe de profonde réflexion et posa un regard lourd sur Jimmy, comme si elle le détaillait de bas en haut tout en sondant son âme. « Ah… » Elle marqua une pause en relevant les yeux vers les siens. « Et c’est grave comme maladie ? Je veux dire… ça ne fait pas trop mal ? » Maddison se mordilla la lèvre inférieure puis baissa la tête, gênée de se moquer de lui aussi ouvertement. Elle voulait lui faire croire que la réciprocité de ses sentiments n’existait pas, parce qu’il en était mieux ainsi. Loin d’elle était l’envie de lui faire croire qu’un avenir était possible pour eux alors qu’elle n’en était pas certaine. Le faire souffrir n’était pas imaginable. Elle lui lança un petit sourire de côté avant de reprendre sa main dans la sienne et de faire demi-tour dans la direction du véhicule garé non loin.

« Tu me ramènes au ranch ? » demanda-t-elle calmement, quasiment en un murmure, alors qu’elle se tenait tout contre lui. La soirée avait été géniale, comme elle l’avait espérée de la part de Jimmy, toutefois c’était elle qui avait tout fait rater avec ses états d’âmes adolescents. Tomber amoureux était une mauvaise idée et elle savait que plus elle resterait auprès du jeune homme, plus elle risquait de tomber dans ses filets. Le fuir était la seule option qu’il lui restait. Alors qu’elle ne voulait pas ça du tout. Sa glace était bientôt terminée, après cela, elle avait peur de savoir ce qu’il avait prévu. C’était à elle de prendre les rênes de ce rendez-vous pour y mettre un terme. Mais elle comptait bien profiter des minutes qui lui restaient avant qu’elle ne referme la porte de sa chambre sur une journée décidément très spéciale.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: How find Love? | Because you are the light to my soul [R.]   Mer 2 Juil - 16:35



I'm falling apart, I'm barely breathing
With a broken heart that's still beating


La fin de soirée s’annonçait idyllique, mais Jimmy n’avait pas prévu l’aspect changeant de sa cavalière. Car Miss Ouimet est insaisissable et ça Jimmy allait encore en faire la mauvaise expérience. Alors qu’ils dégustaient tous deux une excellente glace, Jimmy s’était lancé, enfin! Depuis le début de la soirée il ne pensait plus qu’à ça, tout lui dire, tout lui avouer, et maintenant qu’il savait qu’il n’y avait rien entre Pejito et elle, il se sentait plus confiant que jamais. Mais après quelques pas main dans la main de la belle blonde, Jimmy se trouva face à un mur, à une immense barrière qui l’empêchait d’atteindre son but, le coeur de la belle Maddison. Avec beaucoup de difficultés, après des bégaiements, des rougissements, il avait enfin dévoilé son secret, son amour. Et il aurait mieux fait de tout garder pour lui, car la réaction de la belle Texane n’était pas celle dont il avait rêvé toutes ces nuits. Il était tombé sur l’humour décalé, la barrière des sentiments, l’ironie blessante de celle qu’il aimait plus que tout. C’était affreux, il était encore sous le choc, elle se moquait de lui comme de sa première chaussette! S’était-il trompé? Avait-il mal juger Maddie? Sacha avait-elle raison? Etait-elle une mangeuse d’homme? Toutes ces questions se bousculaient dans sa tête, mais il n’avait aucune réponse. Comment réagir à cette douche froide? Il était furieux, envers lui même d’avoir était un parfait idiot en pensant qu’il pouvait lui plaire, car visiblement son amour n’était pas réciproque. Il s’était fait berné et se sentait tellement idiot, une vraie cruche! Il était retombé dans le piège de l’amour pour qu’il se referme une fois de plus contre lui. Pourquoi avait-il cédé à ses pulsions? Pourquoi? Pourquoi Maddie? Pourquoi avoir accepté cette invitation? Pourquoi avoir passé une si belle soirée pour qu’elle se termine en fiasco? La vie est injuste vraiment trop injuste.

Jimmy n’avait pas la bouche grande ouverte mais c’était tout comme, il était tellement surpris et déçu que ça se lisait sur son visage. Il était dépité. Maddison lui reprit la main et il repartirent vers le pick-up. Jimmy - toujours sous le choc - n’avait même pas prit conscience de la gravité des événements. Pendant des mois il avait gardé le silence de son amour pour aboutir à quoi? A une belle scène de moquerie gratuite et méchante. Il n’avait rien répliqué à ça. Elle voulait rentrer? Ca tombe bien lui aussi! Il voulait se jeter sur son lit et pleurer à chaude larme contre son oreiller tout en racontant ses déboires affectifs par téléphone à Roxanne. "Ok je te ramène" avait-il prononcer avec un ton indifférent.

Devant le véhicule, il lâcha la main de la belle blonde brusquement et prit le volant sans même jouer au grand gentleman en lui ouvrant la porte. Elle pouvait toujours se brosser pour qu’il soit de nouveau gentil avec elle, il était tellement sur les nerfs que ses bonnes manières avaient disparu. Tous les deux avaient pris place et il démarra en trombe. De la fumée jaillit du peau d’échappement et un nuage de fumée fit naître un épais brouillard derrière eux. Il roula plus vite qu’à la normale - pas comme un dingue non plus - mais il voulait rentrer au plus vite pour que ce calvaire soit enfin fini. Pour ne pas avoir à parler de cette ‘mauvaise blague’, le cow boy alluma son auto-radio. La casette à l’intérieur de celui-ci lança des hymnes écossais de cornemuses. D’un geste vif et rapide, il retira la cassette et la radio locale se fit entendre. Ah non, il ne voulait pas entendre de cornemuse ce soir, il était déjà assez triste de s’être fait berné comme un débutant par une fille, alors le mal du pays en plus, là c’était le suicide assuré. Et puis Maddison ne méritait plus qu’il se confie à elle sur son histoire, car elle s’en fichait totalement. C’est génial ça, la météo annonce un temps sec et aride pour demain, oh joie, enfin quelque chose de normal et logique dans se coin perdu du Texas.

Le Ranch en vu, Jimmy ralentit, il ne voulait pas qu’on lui reproche de rouler trop vite dans la propriété à une tardive. Jimmy ne savait pas quelle heure il était exactement, il n’avait même pas le courage de regarder le cadran de sa montre, mais le ciel s’était assombrit et la nuit avait déjà commencé pour beaucoup de monde. Le Ranch était paisible, il n’y avait pas un chat, et toutes les lumières étaient étteintes, on y voyait à peine le bout de son nez. Arrivés à destination, Jimmy coupa le contact, atteignit les phares et descendit de voiture. Il y voyait à peine, mais se dirigea sans peine vers le porche de la maison principale du grand patron. Il s’assit sur la première marche attendant d’être rejoint par Maddison. Il ne savait pas quoi lui dire, comment prendre son indifférence, il regarda droit devant lui, le regard perdu. Il coupa le silence pour dire “Bonne nuit”. Puis il se leva, lui tourna le dos, sans même un regard et partit en direction de son chez lui. A mi chemin, alors que Maddison tournait encore la clé dans la serrure, il fit volte face et courut jusqu’à elle, pour lui tirer le bras, la faire chavirer sur le côté et lui donner un baiser d’une sacré puissance.

Il n’avait aucune idée de ce qui lui était passé par la tête à cet instant précis. Maddison lui avait pourtant rit au nez quand il lui avait avoué qu’il était ‘amoureux’, d’elle bien sûr. Et malgré ça il était retourné vers elle, pour un baiser fougueux. Jimmy était vraiment incompréhensible. On dit que l’amour donne des ailes ou rend aveugle, mais là il le rendait peut-être idiot? S’entêter comme ça pour souffrir encore plus, n’était peut-être pas la bonne solution.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: How find Love? | Because you are the light to my soul [R.]   Mar 8 Juil - 1:18

Elle avait tout fait capoter. Une fois encore. A ses yeux, elle s’était contentée de balancer une banalité, demander à un jeune homme de vous raccompagner n’avait en soi rien de négatif, surtout après une si agréable soirée. Sauf que là, dans la voiture à côté de lui, elle se rendait compte que quelque chose clochait. Il ne lui avait pas tenu la portière pour qu’elle puisse monter, il n’avait plus ses petits regards de côté qu’il imaginait discrets à son égard, il ne voulait même plus lui adresser la parole pour le peu de temps qu’il leur était accordé. Il avait clairement mal pris le fait qu’elle se soit gentiment moquée de lui alors qu’il lui avait exprimé l’étendue de ses sentiments. Elle voulait tout simplement demeurer aveugle un peu plus longtemps, mais il n’était pas prêt à lui laisser cette chance. Elle ressentait au moins la même chose qui lui en cet instant, désirant ardemment faire arrêter ce foutu pick-up polluant et se mettre à l’embrasser jusqu’à ce qu’asphyxie s’en suive. Elle le voulait pour elle toute seule pour le restant de ses jours. Qu’importait s’il n’était pas le bon ? Il serait temps de changer d’avis plus tard, comme tous bons êtres humains de la société actuelle. Sauf qu’elle n’était pas comme cela, elle se posait trop de questions, ne répondait pas assez à ses pulsions, il fallait toujours qu’elle garde le contrôle de ses pensées. Et si elle restait ne fut-ce qu’une heure de plus en compagnie de Jimmy, elle donnait peu cher de son instinct qui la pousserait indéniablement dans ses bras. La preuve étant qu’elle avait dû se battre pour ne pas lui sauter au cou lorsqu’il avait pris sa main plus tôt dans la soirée.

Pourtant, l’ambiance romantique du départ s’était métamorphosée en chambre froide, muette et sombre. La petite interruption musicale par des cornemuses ne détendit en rien l’atmosphère. Ce fut tout juste si le cow-boy lui accorda un regard alors qu’il coupait le moteur de son véhicule et en descendait une fois qu’ils furent arrivés au ranch. Là où leurs chemins devaient se séparer. La jeune femme resta un instant seule dans la voiture, sa rose de nouveau entre ses mains. Tout avait été si parfait, pourquoi avoir tout fait s’écrouler pour une simple peur panique de l’amour ? Elle devait aller de l’avant. Prendre sur elle pour ne plus s’enfermer dans une histoire passée qui avait laissé son cœur brisé et ses yeux remplis de larmes. Tous les garçons n’étaient pas des malhonnêtes adeptes de la tromperie, elle devait leur faire confiance à nouveau pour retrouver les sensations intenses qui étreignent les âmes des amoureux. Elle en avait besoin. Et comment savoir si MacKenzie était de la même étoffe si elle ne lui offrait pas sa chance ? Finalement, elle se décida à descendre du pick-up, prête à affronter tout ce que le retour à la réalité engendrerait. Elle n’avait mis personne au courant de ce rendez-vous avec l’Ecossais, comme si elle avait prévu que tout ne se passerait pas comme dans les comédies romantiques, qu’elle agirait en parfaite petite andouille inconstante. C’était mieux comme ça, elle ne recevrait aucun reproche de la part de ses amies. Mais cela ne l’empêcherait pas de s’en vouloir à mort pendant des semaines.

Ouimet rejoignit d’une démarche lente le jeune homme qui avait pris place sur les marches du bâtiment principal, là où Emrys avait confié une chambre à sa cousine. Elle s’arrêta à sa hauteur, n’osant pourtant pas s’assoir à ses côtés de peur d’être rejetée comme elle l’avait elle-même fait plus tôt. Elle souhaitait trouver les mots suffisants pour s’excuser, toutefois rien ne vint. Il n’y avait aucun terme pour palier à sa bêtise, rien pour sauver son cas désespéré. Et Jimmy n’était apparemment pas décidé à lui faciliter la tâche puisqu’il lui souhaita un « bonne nuit » dénué de toute émotion sans prendre la peine de la regarder. Elle l’avait profondément déçu, elle avait éteint d’une simple phrase tous les sentiments qu’il avait pu éprouver à son égard alors que de son côté, sa passion pour l’Ecossais n’avait fait que s’accroître tout au long de la soirée. Si seulement il pouvait mettre sa fierté de cow-boy de côté pour la regarder, elle aurait été capable de trouver dans ses yeux noisette la force de s’excuser pour sa stupidité et lui avouer qu’elle aussi, elle était amoureuse, comme elle ne l’avait pas été depuis longtemps, peut-être même comme elle ne l’avait jamais été. Son regard, toute son attitude, réclamait qu’il lui laisse une chance, mais il n’y prêta pas attention et s’éloigna sans un mot de plus.
« Bonne nuit, » murmura-t-elle finalement alors qu’il avait déjà disparu dans la pénombre de la nuit. C’était fichu. Leur relation venait d’être enterrée avant même d’avoir connu ses premiers balbutiements. Et elle ne pouvait s’en prendre qu’à elle-même d’avoir tout gâché. Au revoir presqu’amour, cela aura été délicieux pour le peu de temps qui nous aura été imparti.

Face à la porte d’entrée glaciale, le regard glacial lancé par Jimmy ne s’était toujours pas estompé de son esprit. Des bruits de pas précipités se rapprochèrent et Maddison eut tout juste l’occasion de se retourner qu’une forte poigne s’emparait de sa taille pour la faire légèrement basculer en arrière. Les lèvres de Jimmy se posèrent sur les siennes entraînant un véritable feu d’artifice dans la tête de la blondinette qui s’accrocha à son T-shirt pour garder le plus longtemps possible ce contact divin. L’Ecossais savait jouer avec ses lèvres d’une manière dont Maddie n’eut pas l’habitude et l’air lui manqua bien vite tant elle était prise dans cet instant magique. Les paroles échangées plus tôt n’étaient plus qu’un mauvais souvenir, déjà, elle ne se rappelait plus avoir vu Forrest Gump. Ne comptaient plus que Jimmy MacKenzie et ses baisers bénis des dieux. Il l’avait choisie, elle, il n’y avait donc aucune raison qu’elle doute de ses sentiments, elle devait savourer ce qu’il était disposé à lui offrir sans se poser les éternelles questions qui lui barraient la route depuis sa dernière histoire. Lâchant une main qu’elle vint placer dans son dos pour ouvrir la porte derrière elle, la blondinette continuait de couvrir les lèvres de son cavalier de baisers tout en l’attirant à l’intérieur. Quelques pas hésitants plus tard, les reins de la jeune femme vinrent percuter une chaise qui grinça des pieds sous le choc. Maddison profita de cet intermède pour mettre fin à leur longue suite de baisers ininterrompus sans pour autant ôter ses mains du torse de Jimmy.
« Pour tout à l’heure, » c’était plus fort qu’elle, elle ne pouvait pas laisser les choses couler sans chercher à s’excuser ou se justifier, « je suis désolée. J’ai voulu faire de l’humour mais c’était déplacé. » Passant un bras autour de la nuque du jeune homme, elle se colla totalement contre lui, redoublant l’intensité de ses baisers. « Je crois que moi aussi je suis amoureuse. » Voilà, la bombe était lâchée sans douleur. Et le mieux dans tout ça ? Elle ne s’en était même pas rendu compte, trop absorbée par la découverte incessante de la bouche de son partenaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: How find Love? | Because you are the light to my soul [R.]   Mer 16 Juil - 21:06



So Kiss Me


Alors que la soirée semblait se terminer dans un échec total de l’amour, Jimmy poussait par une pulsion indescriptible s’était jeter tel un fauve sur sa proie. L’amour donne des ailes, et là Jimmy volait vers son destin en laissant ses gestes tellement refoulés au cours de la soirée, enfin s’exprimaient. Depuis le début, le tout début, dès qu’il avait posé ses yeux sur elle, le jeune écossais ne rêvait que d’une chose, la prendre dans ses bras, la serrait très fort contre lui, et lui donner des milliers de baisers. Et là le rêve devenait réalité, il n’avait pas réfléchit à son acte, car si on y regarde de plus près, il s’était fait jeter comme une vieille chaussette par Maddison, un refus et une bonne gifle de la part de cette dernière auraient donc été prévisible, mais heureusement pour lui, elle semblait plus docile et plus douce à ses gestes d’amour. Le suite avait été si vite que Jimmy n’arrivait plus à penser, il se laissait guider par son instinct, par l’amour et surtout par les lèvres de sa partenaires. Qui aurait pu croire qu’après tout ça, les deux tourtereaux se trouveraient enfin. Après une tonne de baisers pas très catholiques, même plutôt osés, il ne cessait de vouloir aller encore plus loin. Ses mains descendaient et remontaient continuellement le long de la colonne vertébrale de Maddison pour soit finir dans son cou sous sa belle chevelure blonde, soit pour finir sur son bassin très tentant. La chaleur des deux corps fusionnés avec une telle puissance qu’il aurait été vain d’essayer de les séparer, tous deux enlacés et se livrant corps et âmes - plus corps que âmes - dans cette étreinte passionnée. Le spectacle était digne d’une scène d’amour du grand écran, tel Rose et Jack dans la scène mythique de la voiture du Titanic, Maddison et Jimmy s’apprêtait à vivre un moment inoubliable. Poussé petit à petit vers la porte s’ouvrant devant lui, Jimmy ne réalisait pas encore très bien ce qu’il était en train d’entreprendre, ni la tournure que prenait les événements. C’est seulement quand il fut enfin à l’intérieur, que là, une crainte inhabituelle le gagna. Alors que Maddison manqua de tombait sur le sol combattant face à une chaise récalcitrante, les baisers cessèrent et là Jimmy réalisa enfin qu’il était là, avec Maddison chez elle, les mains de la jeune femme posées sur son torse, son coeur battait tellement vite qu’une crise cardiaque était à prévoir, et quand elle brisa le silence, là ce fut la révélation, elle avoua sa bêtise. La texane avouait qu’elle n’avait pas utilisé les mots adéquats, elle, Maddison Ouimet, qui s’excuser, là c’était le bouquet final, et enfin elle utilisa le mot ‘amoureuse’ devant lui. Jimmy était tellement bien, tellement mieux, sur un petit nuage, qu’à peine Maddie eut elle fini sa phrase que déjà il la prenait dans ses bas, passant les jambes de sa partenaire autour de lui, et la plaquant contre le mur pour mieux l’enlacer.

Quelques secondes plus tard, alors que ses pulsions le poussé encore de plus en plus loin, il releva la robe de la belle texane, et là il coupa net. Assez inattendu, il aurait aimé l’emmené directement dans sa chambre pour passer aux choses ‘sérieuses’ mais là un fou rire improbable et très gênant le gagna. Il ne pouvait s’empêchait de rire, car il avait répété cette scène des centaines de fois dans ses rêves et jamais il n’avait pensé aux détails. Car se matin en passant le petit mot sous la porte pour lui donner rendez-vous, il ne pensait pas que cette dépendance était si grande. Car pour trouver la chambre de Jimmy, un simple coup d’oeil suffisait pour trouver la pièce, mais là c’était plus compliqué qu’il ne l’avait pensé. Emrys en bon cousin pour gâté sa cousine lui avait donné un charmant chez elle, et Jimmy qui n’y avait jamais mis les pieds ne reconnaissait rien, encore moins dans le noir. S’était assez frustrant de voir son partenaire se tordre de rire alors que l’acte approchait, alors Jimmy se sentit obligé de faire part des raisons de ses rires. Il posa Maddison doucement sur le sol, toujours les mains sur ses hanches, il sourit et dit
“C’est juste que... je ne sais pas très bien...” Là s’était le summum de la honte suprême. “Où est ta chambre”. Puis rougissant comme une tomate. “Et dans le noir je ne sais pas très bien me diriger” Et voilà qu’il continuait à s’enfonçait. Quel boulet!! “Mais si tu m’aides, peut-être que je trouverais... seulement si tu désires la même chose que moi”. Et voilà qu’il continuait dans son délire. Ce que lui désirais, c’était très prévisible, après tout c’était un homme. Mais Jimmy n'imaginait pas une première fois pour un couple à l'arrière d'un vieux pick-up pourri, mais voyait bien ça dans un lit confortable.

Il se laissa guider, et quelques mètres plus loin, il découvrait le coin secret de Miss Ouimet. Comme s’il craignait d’être dérangé ou encore pire surpris - surpris par Emrys serait totalement traumatisant - il claqua la porte derrière eux alors qu’ils étaient à peine entrés dans la pièce. Là il savait ce qu’il devait faire, et ses hésitations d’il y a quelques minutes avaient disparu. Il retira ses chaussures, et fit glissait les bretelles de la robe de Maddison pour couvrir son cou de longs baisers. Enfin son T-shirt valsa à l’autre bout de la chambre...


La suite au prochain épisode.



[Embarassed Embarassed Arrow]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: How find Love? | Because you are the light to my soul [R.]   Jeu 24 Juil - 1:34

Rien de comparable. Jamais, dans toute sa courte mais néanmoins remplie vie, elle n’avait connu pareil engouement, pareille passion pour un garçon. D’un seul regard il avait réussi à mettre son âme à nu, mettant par la même occasion son cœur au supplice pendant des semaines. D’une seule parole, il l’avait intriguée comme personne ne l’avait jamais fait auparavant. Et le meilleur dans l’histoire ? Il semblait que toutes ses émotions passées, présentes et – elle l’espérait – futures avaient trouvé leurs réciproques en Jimmy. Tous deux formaient un tout. Les pièces qu’ils étaient s’emboîtaient parfaitement, à tel point que Maddison ne cessait de se demander ce qu’elle avait bien pu faire avant de le connaître. Cette soirée avait été leur premier rendez-vous officiel – même si aucun proche de la jeune femme n’avait été mis dans la confidence – et énormément auraient grincé des dents en apprenant que le désormais couple en arrivait déjà à un tel niveau dans leur relation. Ouimet pouvait déjà entendre les sifflements rabaissant et les ragots méprisants dans le lointain. Mais elle n’en avait rien à faire. A ses yeux, elle avait été mise sur Terre, avait été dotée de sentiments, pour être avec Jimmy MacKenzie. Quid des deux décennies qu’elle avait vécues avant son débarquement à Mount Plaisant ? Broutilles, tout n’avait été que prémices à cet instant magique, intime et terriblement délicieux. Au diable les avis des autres, ils n’étaient que des jaloux, envieux de leur bonheur. Maddison et Jimmy étaient spéciaux, il n’avait encore rien existé au monde que l’on puisse comparer avec ce qu’ils étaient en train de vivre. Alors qu’elle avait été prête à jeter l’éponge sur les relations amoureuses, alors qu’elle avait été à deux doigts d’enchaîner les histoires sans longs lendemains pour terminer comme Samantha de ‘Sex and the city’, Maddie avait rencontré l’amour, le vrai, celui qui lui donnait l’impression d’être malade – d’une manière plus agréable que la grippe –, il avait fait apparaître des papillons dans son ventre dont elle avait l’intuition qu’ils ne s’envoleraient pas de sitôt.

Pourtant, le sensationnel vertige dont elle était la proie consentante eut tôt fait de s’évanouir face au rire – pourtant loin d’être désagréable – du jeune homme. Toujours agrippée à son cou, elle se recula pour le regarder droit dans les yeux, prête à l’envoyer balader pour oser se moquer d’elle de la sorte. Oh, il voulait se venger parce qu’elle l’avait éconduit plus tôt et maintenant qu’elle pensait avoir rattrapé le coup, il lui faisait ravaler sa fierté. Qu’il aille se faire foutre alors ! Dès que ses deux pieds retrouvèrent leur place initiale, c'est-à-dire au sol, elle leva un bras comme pour lui asséner une gifle bien méritée mais fut interrompue par son explication.
« Idiot, » lâcha-t-elle finalement en attrapant sa main, un large sourire aux lèvres. Encore une fois, le cow-boy venait de lui rappeler à quel point il était parfait, prévenant et d’un romantisme à toute épreuve presque touchant. Il souhaitait simplement que leur « première fois » ensemble soit parfaite, pas sauvage comme elle aurait pu l’imaginer au départ. Et ça n’était pas un mal. Un lit n’était pas synonyme que de confort, il était également promesse de retrouvailles sur l’oreiller dès le matin venu, et ça, c’était le pied. Maddison gratifia les lèvres ainsi que le cou de l’Ecossais de baisers volés à chaque recoin croisé sur le trajet menant jusqu’à la chambre, elle n’avait pas envie de se séparer de lui et souhaitait faire durer chacun de leurs instants le plus longtemps possible Pour arrêter le temps de cette nuit. D’autant plus que cela ferait des anecdotes croustillantes à raconter à Amy durant leur prochaine sortie entre filles.

Enfin la cliche providentielle fit son apparition sous les doigts habitués de la demoiselle qui pénétra à l’intérieur, toujours collé contre son bel homme de ferme qui claqua la porte aussitôt franchie pour l’intimité la plus complète, ce qui eut don de faire sourire Maddie de plus bel. Alors qu’il faisait glisser les bretelles de sa robe, elle entreprenait de soulever le bas de son T-shirt tout en, d’une main experte, défaisant le bouton de son jean. Un soupir de contentement lui échappa, suivi de bien d’autres tant les caresses et baisers de Jimmy se faisaient pressants. Face à son torse divinement sculpté par le travail de ranch, la jeune femme n’eut d’autre envie que se serrer davantage contre lui, de caresser crapuleusement ces pectoraux si tentant, de le couvrir de baisers fougueux. Toutefois elle se retint pour imposer une certaine distance entre eux, le temps pour elle d’ôter la robe dont la fermeture éclair avait déjà été ouverte par des doigts désireux d’aller plus loin encore. Elle se sentait mise à nue, comme si les sous-vêtements noirs assortis qui lui restaient ne servaient à rien, et se rapprocha de l’Ecossais pour se perdre de nouveau dans ses bras.
« J’espère que c’était bien ça, ce que tu désirais, » souffla-t-elle avant de reprendre sa charge de baisers. Elle agrippa le bord de son pantalon pour l’attirer jusque dans le lit sur lequel elle se laissa tomber, attendant qu’il enlève ces foutus bouts de tissu aussi inutiles qu'encombrants et la rejoigne pour poursuivre la nuit de la façon la plus agréable qu’il était.

[ I love you ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: How find Love? | Because you are the light to my soul [R.]   Jeu 24 Juil - 17:15

Encore une belle bourde que Jimmy pourra ajouter à sa liste de choses à ne pas faire en compagnie d’une charmante demoiselle. C’était un don, un don dont il aurait aimé se passer certes, car il avait la don de se rendre ridicule quand la situation de ne s’y prêtait pas. Difficile de garder son sérieux avec Jimmy dans le coin, à chaque fois il faisait tout foirer. Mais là c’était le comble, rire alors qu’il était l’homme le plus chanceux au monde! Il était là, enfin, dans l’appartement spacieux de sa belle, dans ses bras, il était enfin avec elle, comme il l’avait voulu dès leur première rencontre. Il avait vu la main de Maddison se levait et s’avait déjà ce qui l’attendait, car sa réaction était prévisible et justifiée, alors il ferma les yeux, et continua à s’embourber dans des explications foireuses. ‘Idiot’ oh ça oui il l’était et en était conscient. Quand il rouvrit les yeux, la main de Maddie n’était plus suspendu au dessus de son visage mais elle agrippait sa main pour la tirait vers le lieu si convoité : la chambre. Jimmy était soulagé, elle ne lui avait pas demandé de quitter immédiatement les lieux sous des injures, c’était plutôt bon signe. Elle arrivait même à lui pardonner ses maladresses involontaires, ce qui prouve que ces deux là s’attendaient depuis un bon moment. Quand Roxanne apprendrait la nouvelle, il imaginait déjà la scène, soit elle allait sauter de joie dans tous les sens, soit lui mettre une gifle pour ne pas lui avoir dit avant, et surtout pour avoir attendu si longtemps pour avouer ses sentiments. Car si quelqu’un avait bien subi les jours heureux et malheureux de la vie sentimentale du jeune MacKenzie c’était bien Roxy. Et si il n’avait pas choisi cette date et attendu encore et encore comme à son habitude, peut-être que l’amour de sa vie lui aurait passé sous le nez et là il n’avait plus qu’à monter un monastère avec Roxanne. Mais la vie lui souriait enfin, peut importer le temps qu’il lui avait fallu pour oublier Charlotte et tirer un trait sur son ancienne vie, ou encore le temps qu’il avait mis pour comprendre que seule Maddison Ouimet était l’élue de son coeur, ils étaient enfin réunis et ça c’est le plus important.

Parcourant, sous la protection chaleureuse de Maddison, le labyrinthe menant à la chambre de le jeune femme, Jimmy reçut des baisers qu’il rendit volontiers. Quand la porte s’ouvrit il ne pensait plus qu’à une chose, qu’elle se referme bien vite, et ce fut chose faite car à peine avaient-ils passaient tous le deux le seuil, que déjà Jimmy claquait la porte derrière eux. Le sourire radieux de Maddison était tellement envoûtant que Jimmy n’arrivait à décrochait ses yeux d’elle, il ne prit même pas le peine de regarder la décoration de la chambre. Il ne savait donc pas si Maddison si vivait dans un monde en rose, avec des fringues partout sur le sol, ou si elle était du genre, un place pour chaque chose et chaque chose à sa place... C’était le dernier de ses soucis du moment, car il était obnubilé par la robe toujours sur le dos de la belle blonde. Quelques secondes plus tard cette dernière était sur le sol, laissant un Maddison toute en beauté sous le regard enchanté de MacKenzie. Lui torse nu, elle en petite tenue sur le lit, tout était parfait et il se devait d’être à la hauteur de l’événement. Il s’approcha du lit et répondit à la phrase qui trottait encore dans sa tête “oh oui” c’était bien ça, elle avait tout compris. Jimmy debout, Maddie à califourchon sur ses hanches, il fit glisser les brettelles de son soutient-gorge et avec des mains expertes lui dégrafa pour que l’objet en question tombe sur le sol. Il se pencha pour admirer et baiser la partie du corps dévoilée et fit basculer Maddison dans le lit avant de la rejoindre. Il se pencha sur elle, et fit glisser une chaussette, puis l’autre, et enfin son jean. Ses vêtements sur le sol, Jimmy avait prit soin très discrètement de placer son portefeuille sous la couverture, car si les choses devaient aller plus loin - ce dont il était persuadé à cet instant précis - il aurait ce qu’il fallait. Dévoilant donc son beau et moulant boxer noir à la jeune femme, une série de caresse de pirouettes et de longs baisers s’en suivirent. Il ne restait plus qu’un minuscule tissu qui les séparait de l’acte ultime. Sous les couvertures, comment ils étaient arrivaient en dessous ça mystère total, il glissa le long du corps de Maddie en partant de ses lèvres pour continuer à son cou, puis après baisers par baisers, il trouva son nombril, puis ses hanches, et là la dentelle noire et fine de sa petite culotte.

Alors que tout semblait se dérouler à merveille, Jimmy sentit le corps de Maddison lui échappait et glissait entre ses doigts pour sortir du lit. Avait-il encore une fois commis une bourde sans s’en rendre compte? Ca ne l’aurait pas surpris. Il se dégagea des couvertures, ses cheveux étaient tout ébouriffés, et il trouva Maddie debout dos à lui. Etait-il si mauvais que ça pour la faire fuir? Non quand même pas à ce point. Il se leva à son tour, muni d’une couverture qu’il plaça sur le dos de la blondinette soucieuse. C’est alors que le silence fut interrompu quand elle lui demanda si il avait entendu. Mais entendu quoi? Lui en tout cas n’avait rien entendu sans doute trop préoccupé par la suite des événements. Jimmy se contenta d’un simple “Non”. Le visage de Maddison était grave, ce qui attira la curiosité du cow boy, qu’avait-elle bien pu entendre qui la mette dans un tel état? “Qu’est-ce qu’il y a?” demanda t-il enfin pour avoir plus d’explication sur cette ‘pause’ inattendue. Il regarda à son tour par la fenêtre mais ne vis rien de particulier, mise à part les étoiles hautes dans le ciel, et un brise légère qui tapait sur la vitre, il n’y avait pas un chat.

Jimmy s’assit sur le bord du lit, et prit Maddison dans ses bras pour la réconforter. Elle avait du entendre le vent, ou la porte de la grange qui claquait. Ca lui arrivait souvent à Jimmy d’entendre des petits bruits suspects pendant son sommeil, car dans un ranch ne dort jamais vraiment. Il y a toujours une quelconque activité, des rongeurs sous le plancher, des rapaces et autres bêtes sauvages qui cherchent des proies faciles dans l’obscurité. Un baiser, et il avait oublié la raison pour laquelle il était sorti du lit. Mais il ne s’attendait pas en prenant dans ses bras Maddie à voir par la fenêtre une lueur étrange. Il se leva d’un bond “Tu vois la lueur là bas?” demanda t-il en montrant du doigt la fenêtre. Il n’avait pas rêvé, non impossible, il avait bel et bien vu une lumière qui provenait de la grange. Et pourtant maintenant le calme de la nuit était revenu et plus rien.

Il n’attendit pas la réponse de Maddison que déjà il avait enfilé son jean et des chaussures. Si un rôdeur s’amusait à venir fouiner dans le ranch pour repérer le lieu de sa futur cible, le cow boy devait agir. Les Ranch étaient souvent la cible de gens crapuleux qui aiment détruire tout sur le passage, et le journal relatait souvent des faits tels que des incendies volontaires, des empoisonnements de bétails, et d’autres petits larcins pour cause de jalousie entre éleveurs ou simple hobbies de jeunes délurés. Le Ranch d’Emrys, qu’il arrivait à gérer du mieux qu’il pouvait, ne devait subir le même sort. Il se retourna vers Maddison - qui semblait chercher quelque chose dans son armoire - pour lui demandait “Tu aurais une lampe torche ou une lanterne?”. C’était décidé, il devait trouvé qui était le petit malin qui traînait dans Red Horse Ranch en pleine nuit. Il n’avait pas était très discret en faisant du bruit, cela rendrait sa découverte plus simple pour l’écossais. Il semblerait que Maddie soit tout aussi inquiète que Jimmy, mais elle a le même désir de découvrir ce petit imbécile car elle s’était enfilé quelques vêtements. Jimmy la regarda et hocha la tête d’un air désapprobateur. Si jamais le voleur ou peu importe qui il était, était armé? Hein? Il n’allait pas prendre le risque de laisser l’amour de sa vie l’accompagner. “C’est trop dangereux, tu restes ici” annonça t-il comme s’il n’y avait pas à discuter sur ce point. Jamais l’écossais n’avait été aussi macho, mais c’était pour son bien. “Où Emrys cache t-il le fusil dans ta dépendance?” Car pour travailler depuis quelques temps ici, il avait appris à connaître le propriétaire soucieux de la sécurité de son bien le plus précieux. Maddie afficha une mine qui en disait long. Jimmy souffla et abdiqua. “Ok tu viens, mais tu restes toujours derrière moi, et tu es prudente ok?”. Elle avait encore gagné, il ne pouvait lui résister plus de deux minutes, et il avait besoin d’elle, car elle seule s’avait ou se trouvait les armes. Avec une boule dans le ventre, il imaginait déjà mal Maddie restait ‘prudente’, car tellement impulsive, il la savait capable de tout.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: How find Love? | Because you are the light to my soul [R.]   

Revenir en haut Aller en bas
 
How find Love? | Because you are the light to my soul [R.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Editeur light libre
» Mangas-Love RPG ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Ecstasy of Gold :: FOR A FEW DOLLARS MORE :: Graveyard :: EOG I :: RP-
Sauter vers: