AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I just want you to know who I am [R.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: I just want you to know who I am [R.]   Dim 11 Mai - 3:51



And I'd give up forever to touch you
'Cause I know that you feel me somehow
You're the closest to heaven that I'll ever be
And I don't wanna go home right now


Une nouvelle journée se terminait sur Grey Valley. Les cow-boys de la ville s’étaient occupés durant des heures du bétail qui devait probablement déjà dormir paisiblement dans des granges confectionnées avec amour. D’autres se prélassaient à la belle étoile sur une herbe seulement fraîche lorsque le Soleil disparaissait. Les vieux travailleurs avaient regagné leur domicile tandis que les plus jeunes – pour la plupart – s’étaient empressés de se rendre dans les différents saloons de la cité pour finir la journée de la meilleure façon qui soit. Dans le cas de Leandre, il passait le plus clair de son temps au Country Restaurant où il faisait bon vivre à n’importe quel moment de la journée. Que ce soit lors du déjeuner à midi ou du dîner aux environs de dix-neuf heures, la patronne de l’établissement – Sue – savait toujours comment accueillir sa clientèle d’une manière individuelle, personnalisée et agréable. Le jeune homme ne se lassait pour ainsi dire jamais de s’y rendre. La nourriture locale y était un régal, sans compter l’ambiance à la fois familiale et festive qui y régnait quotidiennement. N’était pas habitant de Mount Pleasant celui qui n’allait pas au moins une fois par semaine dans cet endroit convivial, loin des conflits de certains saloons à la réputation plus que fâcheuse.


And all I could taste is this moment
And all I can breath is your life
And sooner or later it's over
I just don't wanna miss you tonight


Seulement, cette fin de journée prenait un tout autre sens… une toute autre signification pour le jeune Grec… une directive qui différait des soirs habituels où il se retrouvait seul avec lui-même, ayant pour seule compagnie sa fidèle amie de toujours, sa guitare. Ce n’était peut-être pas objectif de penser une telle chose. Ce n’était peut-être pas des plus flatteurs pour la bourgade de dire que vivre ici était un pur plaisir et que la raison première d’une telle observation était étroitement liée aux litres impressionnants d’alcool qui s’écoulaient dans chacune des gorges texanes à chaque journées de travail achevées. Etait-ce mal de vouloir faire comme tout le monde ? Etait-ce mal de se prêter réellement au jeu au point de se prendre pour un réel cow-boy sorti tout droit d’un bon western ? D’après lui, il n’y avait aucun mal à vivre de la même manière que toutes ces personnes et ce depuis déjà un an. Le terme alcoolique serait sans doute un peu trop fort pour le qualifier mais il ne niait nullement abuser des boissons plusieurs fois par semaine. C’était une façon comme une autre de donner un côté agréable à une pause bien méritée. Même si ses démons du passé se trouvaient à présent derrière lui, il n’était aucunement à l’abri d’une nouvelle rechute et aller se coucher ivre lui donnait la satisfaction de ne pas se sentir empli de souvenirs douloureux qui ne demandaient qu’à poindre pour le torturer de sorte à faire fuir tout éventuel sommeil. L’alcool avait du bon, il lui permettait de se vider la tête. Par ailleurs, il savait mieux que quiconque ô combien se sentir léger et vide de toutes pensées était bénéfique.


And I don't want the world to see me
'Cause I don't think that they'd understand
When everything's made to be broken
I just want you to know who I am


Assis à une table en charmante compagnie, le regard bleuté de Leandre allait et venait entre deux centres attractifs, les yeux somptueux de son interlocutrice et le contenu de son verre à moitié vide. Les bras appuyés sur le bord de la table et les mains jointes mais légèrement agitées, l’on pouvait aisément dire que notre sujet masculin était pour le moins nerveux. Pour quelle raison ? Pas grand-chose, probablement. A dire vrai, la jeune femme installée face à lui venait de lui offrir le genre de soirées qui lui permettaient de s’évader et d’oublier un instant – aussi court soit-il – le Leandre d’avant pour laisser un peu plus de place au récent bien trop souvent dissimulé dans l’ombre. Une soirée banale et typique à Mount Pleasant. Un bon dîner entre « amis », un petit verre, de la bonne musique en bruit de fond, le tout dans un lieu public et le tour était joué. Rien de bien passionnant me direz-vous… C’était là que le jugement différent de la chose du cow-boy entrait en compte. Les mois se succédaient à une vitesse folle et plus il passait de temps avec July Ann plus il apprenait à la connaître. Et de fils en aiguilles, plus il appréciait le fait d’être à ses côtés. Sa jovialité et sa gaieté naturelles le laissaient parfois pantois – agréablement, entendons-nous bien – elle possédait cette faculté de mettre tout et tout le monde à l’aise, dans n’importe quelle circonstance. Son regard pétillant de malice, sa voix fluette, son rire cristallin, son sens de l’humour particulier, son optimisme, tout en elle lui plaisait. Tout en elle donnait davantage l’envie de prendre sur le champ la nationalité Américaine et d’emménager au Texas pour de bon.

Comme toujours, le juke-box d’époque était au rendez-vous, au grand plaisir de Leandre qui se réjouissait à chacune des mélodies diffusées. Malgré ses discrètes prières silencieuses, la jeune femme se mit brusquement debout dans un élan de bonne humeur, un immense sourire pendu aux lèvres, le genre d’expression qui cachait obligatoirement quelque chose. Ses yeux le scrutaient avec intensité et il comprit bien évidemment le message… Elle adorait ce morceau et il devait bien entendu se plier aux exigences de mademoiselle. Un nouveau cours de danse était annoncé ! Ne laissez pas traîner vos pieds n’importe où. Prenez garde aux orteils sensibles.
« Je suppose que je n’ai pas le choix… » Marmonna-t-il avant de se mettre à son tour debout sans grande conviction et de la suivre en direction d’un coin de la salle dont les tables avaient été écarté, un endroit transformé en piste de danse. Heureusement pour lui, ils n’étaient pas les seuls volontaires, il pouvait donc toujours tenter de se déplacer timidement pour ne pas attirer les regards. Le lindy hop n’était pas une danse qu’il affectionnait tout particulièrement mais pouvait-il seulement refuser de lui faire ce plaisir ? Elle semblait tellement réjouie à l’idée de lui apprendre à coordonner le mouvement de ses pieds avec le reste de son corps… comme s’il s’agissait d’une affaire personnelle. Se saisissant de la main de sa cavalière, il prit son courage à deux mains – ainsi qu’une grande bouffée d’air, accessoirement remplie de tabac – et la suivit à petits pas alors que les siens relevaient plutôt de grandes enjambées enjouées.
Revenir en haut Aller en bas
 
I just want you to know who I am [R.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Ecstasy of Gold :: FOR A FEW DOLLARS MORE :: Graveyard :: EOG I :: RP-
Sauter vers: