AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Don't you believe...{R}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Don't you believe...{R}   Jeu 22 Mai - 21:26



Elle n’avait pas donné de nouvelle. Elle n’était pas vue au cours de soir. Il s’inquiétait et puis il avait entendu des rumeurs. Rien de concret ou de confirmer, mais assez pour qu’il comprenne qu’il avait un rival dans sa quête pour reconquérir Amy. Même si la moitié de la ville disait qu’il était gai. Il ne serait pas le premier qu’on aurait accusé à tort d’un tel péché. Seulement Amy lui avait assuré qu’il n’était qu’un ami et il voulait la croire.

Il secoua la tête incapable de se concentrer. Il jeta ses cartables dans son sac à dos et attrapa ses clés. Elle n’Avait jamais dit qu’il ne pouvait pas aller lui rendre visite. Elle avait seulement dit qu’elle voulait du temps et de l’espace. Il le lui avait donné, maintenant il pouvait bien lui offrir la glace dont ils avaient parlé ce jour là. Décidé à passé le reste de la soirée en sa compagnie, il sortie de l’école et se dirigea vers l’épicerie puis pris la direction du ranch Dorrington. Il prit tout de même le soin de l’appeler de l’épicerie et laissa un message.

« Amy, c’est Darcy. Je vais aller faire un tour dans ton coin je me demandais si cette proposition de manger une glace tiens toujours. Anyway, je serais là bientôt…En espérant te voir. »

Il finit par raccrocher un peu déçu et se força à ralentir. S’il prenait son temps pour aller au ranch peut-être aurait-elle le temps de rentrer.

Elle lui manquait. Il avait espéré au moins la voir pour les cours du soir, mais elle avait disparu comme si elle restait enfermée entre quatre murs. Il espérait que ce n’était pas le cas. La connaissant elle ne pouvait pas rester enfermé bien longtemps sans avoir une sérieuse envie de s’enfuir en courant. Envie qu’il avait souvent aidé à réalisé dans le passé. La plupart du temps, il était habitué par la même impression. Celle de ne pas être à sa place nulle part. Entre le ranch avec le Vieux Finnigan qui le traitait comme un meurtrier, ce qu’il était, et l’école ou on le traitait comme un freak. Amy avait toujours été la seule à le comprendre, parce qu’elle aussi était différente, mais à ses yeux s’était un détail. Il l’aimait avec sa différence et il ne pouvait qu’être reconnaissant qu’elle ait toujours voulut que son bien et qu’elle ait même a retardement réussit à la convaincre de se faire soigner. Elle l’ignorait et il n’avait pas vraiment l’intention de la mettre au courant. Le Docteure Greene avait été très utile et l’avait suivit dès sa première année à Penn U jusqu’à ce qu’il revienne à Mount Pleasant quelques mois plutôt. Mais il ne l’aurait jamais fait si Amy n’avait pas autant insisté pour qu’il aille chercher de l’aide, mais il n’avait pas de problème quand il était avec elle. Elle était un traitement en soit, mais quand il avait quitté sa ville natale elle n’Était plus là et il avait eu trop honte de la façon dont il l’avait traité les dernières semaines. Il avait le blues et retournés vers ses vieilles habitudes étaient tentantes. Ce fut à ce moment qu’il rencontra le Docteure Greene et qu’elle lui apporta son aide.

Un soupir lui échappa quand il arriva devant la maison des Dorrington. Aucune lumière n’était allumée. Il rejeta la tête en arrière, fatigué sur le coup. Tout à coup la lumière du porche s’alluma et il vit la tête blonde de son amie apparaitre dans l’embrasure de la porte.

« Alors tu viens avec cette crème glacée avant qu’elle soit complètement fondu. »

Un sourire fendit son visage et il attrapa le sac d’épicerie pour aller la rejoindre à l’intérieur.

« Je me demandais si tu étais réellement disparue pendant une seconde. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't you believe...{R}   Sam 24 Mai - 17:04

Un rien pouvait bouleverser la vie d’Amy, une dispute ou une remarque qui provoquait une crise, une crise qui la poussait à s’éloigner, la solitude qui lui permettait de voir qu’il n’y avait jamais qu’un seul chemin dans la vie et ses décisions qui avaient fait de sa relation amicale avec Judd une sorte d’idylle amoureuse un brin étrange. En l’espace de quelques semaines, son existence prit un tournant des plus inattendus et même si elle ne s’en plaignait pas, elle avait toujours un mal fou à s’habituer à tous ces changements. A commencer par ces nouveaux rapports qu’elle entretenait avec son cowboy de meilleur ami, pas facile de passer des câlins innocents aux étreintes passionnés et ils avaient encore des difficultés pour se permettre des petits gestes qui autrefois venaient naturellement. C’est sans doute ce qui la poussa à abandonner momentanément son travail de professeur pour les cours du soir, du moins momentanément, elle voulait être un maximum proche de lui pour comprendre et surtout faire de son mieux pour que lui ne finisse pas par la fuir comme son précédent amour avait pu le faire.

D’ailleurs, elle n’avait pas jugé nécessaire de lui parler du retour de Darcy en ville, tout simplement parce qu’elle savait ce qu’il pouvait penser de lui et de son comportement vis-à-vis de la blondinette et elle craignait qu’il le voit comme un concurrent ou qu’il se sente dénigré, pensant qu’elle l’avait choisi tout simplement par dépit. Ce qui semblait complètement stupide pour Amy prenait énormément de sens pour son ami et elle avait appris avec le temps qu’il valait mieux ne pas dire toute la vérité pour ne pas faire souffrir ceux qu’on aimait. Judd ne comprendrait sans doute jamais ce qui la poussa à approfondir leur relation déjà très ambigüe, même elle ignorait toutes les raisons.

Le coup de fil de son ancien ami fut une sacrée surprise et son message sur le répondeur également. Elle ne se souvenait que Draz ait pu être un jour si imprévisible, c’était elle qui excellait habituellement dans le domaine, décidant de l’endroit où ils passaient l’après midi sur un coup de tête, bouleversant souvent des plans prévus depuis des semaines. Lui, il se contentait de suivre ou bien d’être là et autrefois ça suffisait mais maintenant c’était presque de trop. Peut-être parce que se retrouver seule avec lui la mettait mal à l’aise, parce qu’elle se sentait soudain moins sûre d’elle et de ses « nouveaux sentiments amoureux » pour Judd et elle détestait ça. De quel droit revenait-il dans sa vie, s’imposait-il à elle et bouleversait-il tous ses plans ? Son meilleur ami représentait la stabilité, le confort et la présence et lui n’était qu’une ombre absente, qu’un ami à mi temps incapable de voir plus loin que le bout de son nez !

Malgré tout, elle n’eut pas la force de l’appeler pour annuler sûrement parce qu’elle avait envie de le voir. Elle lui en voulait mais ne pouvait se mentir, il lui manquait, sa vie sans lui avait été une véritable torture et même Judd n’avait su effacer totalement son absence et elle se méprisait de lui accorder une si grande place après la douleur qu’il lui avait causée. Mais quand le moteur de sa voiture ronronna devant la maison, elle sortit sur le porche et l’invita à la rejoindre, profitant de l’absence momentanée de son petit ami du moment pour passer du temps avec un beau brun. A cette idée, elle eut une grimace de dégoût, elle se dégoûtait de se comporter comme un parfaite salope, au fond les rumeurs ne mentaient pas, c’est ce qu’elle était. Une fille facile aimant papillonner à droite et à gauche et brisant les hommes au passage .


« J’aimerais bien. » lâcha-t-elle avec un sourire triste avant de l’inviter dans le salon et qu’ils s’installent dans le canapé côte à côte

« Ces derniers temps j’ai eu pas mal de boulot ici et puis j’ai besoin de me reposer donc voilà pourquoi on me voit moins. Enfin je ne m’attendais pas à te voir revenir si vite, je pensais que tu finirais par m’oublier une nouvelle fois et que tu repartirais à l’autre bout du pays. »

Elle soupira et leva les yeux vers lui, être désagréable était sa seule défense face à tous ces sentiments qui la submergeaient quand les yeux émeraude de Darcy se posaient sur elle.

« Excuses moi, je voulais pas être méchante mais en ce moment c’est plus fort que moi . Je sais pas si c’est une bonne idée qu’on se revoit tu sais… »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't you believe...{R}   Lun 26 Mai - 16:50

Première chose qu’il fit en entrant dans la maison fut de regarder pour le père d’Amy. Le Vieux Dorrington ne l’avait jamais porté dans son cœur et il était logique que l’aversion paternelle ne s’est pas arrangée avec les dégâts que son départ précipité avait provoqués. Bien qu’il était là pour se faire pardonné de sa fille. Il doutait que son père lui accorde un jour son pardon. Un peu comme son beau père. Finnigan ne pourra jamais la mort de sa femme. Il serait toujours dans l’esprit de son beau-père celui qui avait tué la femme qu’il aimait. De toute évidence, il avait un problème avec les pères en général. Son père biologique avait disparu quand il était gosse. Finnigan le détestait pour de très bonne raison et Dorrington ne se gênerait probablement pas pour le bannir de sa propriété pour la prochaine décennie s’il savait qu’il venait régulièrement sans jamais avoir le courage de cogner.

« J’aimerais bien. »

Il prit place à ses côtés sur le divan en fronçant les sourcils, inquiet. Elle semblait fatiguée. Ses épaules étaient légèrement voûter comme si elle portait le poids du monde sur ses épaules. Sans même savoir pour quel raison elle était dans cet état, il se sentait coupable. Il n’était qu’un souci de plus pour elle.

« Arrête j’en connais au moins deux qui dépérirait sans toi dans leur vie. »

Il aurait probablement mieux fait de ne pas réapparaitre dans sa vie, mais maintenant qu’il y était il se refusait de l’abandonner à nouveau. En fait, il en serait bien incapable.

« Ces derniers temps j’ai eu pas mal de boulot ici et puis j’ai besoin de me reposer donc voilà pourquoi on me voit moins. Enfin je ne m’attendais pas à te voir revenir si vite, je pensais que tu finirais par m’oublier une nouvelle fois et que tu repartirais à l’autre bout du pays. »

Aussitôt il mit une distance physique entre eux et se recula aussi loin que le divan le lui permettait. Il garda tout de même le silence. Blessé, il n’osait pas ouvrir la bouche. Il pensait avoir été clair pourtant. Il n’irait nulle part. Il resterait ici avec elle. Il lui fallut une seconde pour comprendre que ses propos étaient clairs, seulement elle ne l’avait pas cru. Elle n’avait plus confiance en lui.

Soudainement las, il passa une main sur son visage.

« Excuses moi, je voulais pas être méchante mais en ce moment c’est plus fort que moi . Je sais pas si c’est une bonne idée qu’on se revoit tu sais… »

Il la fixa le regard hagard, puis détourna brusquement la tête.

« Je… ». Un silence embarrassé s’installa. Incapable de la regarder à nouveau, il se releva. «Désolé du dérangement. »

Il traversa le salon d’un pas rapide, mais il ne put s’empêcher de tourner la tête quand il l’entendit trottiner derrière lui pour le rattraper.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't you believe...{R}   Lun 26 Mai - 17:36

Justement, il avait tout faux, les gens avaient la fâcheuse tendance de la rayer de leur vie pour un oui ou un non, comme si elle n’était qu’une personne de passage. Même si aujourd’hui elle se sentait importante parce qu’elle comptait dans la vie de Judd, combien de temps lui faudrait-il avant qu’il ne se lasse comme Darcy avait pu le faire ? Lui il était parvenu à l’oublier non et maintenant il semblait allait beaucoup mieux qu’à l’époque où ils s’étaient rencontrés. A croire qu’elle ne faisait qu’enfoncer les gens dans leurs malheurs. Cette idée la plongea dans une tristesse sans nom et ses craintes refirent surface. Qu’adviendrait-il d’elle si son meilleur ami décidait de la quitter ? Que pouvait-elle devenir sans personne pour la comprendre et l’aimer. Cette peur de l’abandon restait omniprésente et la rendait limite paranoïaque, elle s’imaginait les scénarii sans s’apercevoir qu’à force de douter, elle finirait véritablement par tout perdre.

Elle ne voulait en rien blesser Darcy, elle tenait juste à comprendre pourquoi après tant d’années il revenait et voulait absolument reprendre leur relation là où elle en était, pourquoi elle comptait tellement à ses yeux ce qui ne l’empêcha pas pourtant de disparaitre et surtout comment il pouvait être à ce point aveugle pour ne pas voir combien elle l’aimait. Etre méchante restait sa seule défense pour protéger cet équilibre qu’elle trouvait avec son nouvel amant sûrement parce que l’idée de s’engager avec Draz n’effrayait, s’il décidait de l’abandonner une fois encore elle n’y survivrait pas. Djou représentait la sécurité et même si ses sentiments pour lui restaient indéfinis, elle préférait ça à un amour voué à l’échec avant même d’être consommé.

Touché ! Il venait de s’éloigner vivement d’elle, se sentant soudain mal à l’aise. Elle le connaissait si bien et elle peinait à croire qu’en tant de temps il n’ait pas vraiment changé. Toujours le même grand empoté incapable de savoir quand il devait prendre les choses en mains et tellement gentil qu’il se faisait avoir par les filles. Tout le contraire d’elle qui était imprévisible, impulsive et avait un sale caractère. Plus elle le regardait et plus elle le trouvait attendrissant, s’en voulant d’avoir été si désagréable mais ne se décida à bouger que lorsqu’il se leva du canapé pour s’en aller. Elle se redressa et lui emboîta le pas, attrapant sa main alors qu’il faisait volte face.


« Tu ne me déranges pas c’est juste que beaucoup de choses changent dans ma vie en ce moment et j’ai peur de pas pouvoir tout gérer mais s’il-te-plait, restes, ça me fait du bien de te voir ! » dit-elle avec un sourire presque angélique

Comme à son habitude, il fut incapable de lui résister et elle l’entraîna sur le canapé avant de lui proposer toute une palette de films. Leur choix s’arrêta sur l’étrange noël de Mr Jack, ils avaient dû le voir une bonne centaine de fois mais c’était leur film fétiche, celui qu’ils regardaient chaque fois qu’ils avaient un petit moment tout les deux.


« La glace va finir par fondre, tu m’en voudras pas si je l’entame. » dit-elle avec humour en lui prenant le pot des mains

« Tu te souviens de la dernière fois qu’on regardé ce film ensemble ? » demanda-t-elle en fixant l’écran
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't you believe...{R}   Sam 31 Mai - 22:23

Il avait perdu sa confiance pourtant elle était celle à qui il avait décidé de confier ses intentions de départs. Ils en avaient discutés, pourtant jamais elle n’avait dit qu’elle préférait qu’il reste à Mount Pleasant avec elle. Il avait mal agit en lui donnant de faux espoirs, mais elle ignorait qu’il s’en était donné à lui-même. Il avait été naïf de croire qu’il pourrait garder pour lui deux ravissantes jeunes filles comme Dot et Amy. Et égoïste! Égoïste de ne pas savoir clairement ce qu’il voulait pour finalement se rendre compte que ce qu’il voudrait autre chose. Contrairement à Amy, son ancienne petite amie Dot ne lui avait que très peu manqué. Il n’avait toujours été qu’un triomphée à son bras comme il l’avait réalisé en thérapie. Elle n’avait été que celle qui avait réussit à apprivoiser un tueur avéré du moins d’après les rumeurs. Personne ne savait vraiment ce qui était arrivé ce jour là.. On avait retrouvé le corps de sa mère en sang. Une blessure par balle mortel. Le reste de l’histoire était facile à deviner, mais l’imagination des gens d’une petite ville était trop fertile. Certains mettaient le blâme sur la légende locale. Le petit Roth aurait retrouver la mine d’or et la fantôme de Caine aurait voulut lui envoyer un avertissement. D’autre disait, peut-être à raison, que l’intelligence du petit l’avait rendu fou. Ces histoires le suivaient encore aujourd’hui presque treize ans plus tard.

Il avait oublié son cynisme. Il avait oublié à quel point son caractère bouillant pouvait être blessant par moment et cette fois il se retrouvait la cible de son emportement. Par sa propre faute évidement. S’il ne l’avait pas abandonné, ils seraient toujours amis et elle lui ferait encore confiance.

Il s’arrêta dans sa lancée en sentant sa petite main se glisser dans la sienne. Il avait toujours la ferme intention de partir, mais mit tout de même un frein. Le temps de laisser à son amie éclaircir la situation.

« Tu ne me déranges pas c’est juste que beaucoup de choses changent dans ma vie en ce moment et j’ai peur de pas pouvoir tout gérer mais s’il-te-plait, restes, ça me fait du bien de te voir ! »

-Pour rien au monde je voudrais être un problème de plus, tu le sais! Tu n’as qu’à le dire…

Il allait continuer son chemin et retourner chez lui, mais son sourire le frappa. Il avait du mal à résister à ce sourire et elle lui avait tellement manqué. Avant qu’il ait pu protester il se retrouvait à nouveau sur le sofa à ses côtés une cuillère à la main et the Nightmare before Christmas à la télé. À deux ils entamèrent la crème glacée qui menaçait de ramollir et devenir immangeable si on ne s’en occupait pas tout de suite. Il se concentrait sur sa cuillère et comme elle avait le pot dans les mains il passa un bras sur ses épaules pour avoir un accès facile à la crème glacée fondante, ignorant royalement le film qu’il connaissait par cœur.

« Tu te souviens de la dernière fois qu’on regardé ce film ensemble ? »

***

Elle s’était endormie dans ses bras, mais la position dans laquelle ils s’étaient installés n’était pas la plus confortable pour dormir. Il adorait la sentir aussi fragile et calme dans ses bras. C’était un contraste étrange avec la Amy qu’il connaissait avec ses sautes d’humeur et ses idées farfelues, mais bon avec le souci qu’elle puisse mieux se reposer et surtout qu’elle n’ait pas le dos détruit le lendemain matin, il la souleva et la monta dans sa chambre. Il se mit donc à la tache pour installer son amie pour qu’elle passe une bonne nuit. Ses chaussettes à pois bleus furent les plus faciles à enlever. Le reste était plus délicat. Ces derniers temps, il refusait systématiquement d’aller à la rivière avec elle. Prétextant le plus souvent avoir des plans avec Dot, mais la véritable raison était tout autre et il se refusait d’admettre que sa meilleure amie l’attirait et que le regard qu’il posait sur elle était différent. La voir sortir de ma rivière à peine vêtu n’était plus drôle comme se l’était auparavant.

Il allait lui enfiler son bas de pyjama quand elle se réveilla. Vaguement désorienté, elle regarda autour d’elle pour reconnaitre le décor que cachait la pénombre.

-Désolé, je ne voulais pas te réveiller, dit-il. Tu te serais cassé le dos si je t’avais laissé sur le sofa.
Considérant qu’il en avait déjà assez fait pour aujourd’hui. Il se leva du lit et se dirigea vers la porte la tête baissé. Brusquement il sentit sa main sur son torse. Elle se tenait devant lui. Une main sur la hanche et l’autre sur son torse pour l’arrêter dans sa progression. L’expression qu’elle affichait de disait rien qui vaille et il se préparait mentalement au pire. Il serait légitime qu’elle soit en colère. Il venait tout de même de la déshabiller, ou presque. Ses intentions étaient louables, pourtant n’importe quel individu censé l’aurait pris pour un pervers même si ce n’était pas la première fois qu’il la voyait dans ses dessous.

Puis le reste s’était dérouler à une telle vitesse qu’il n’était plus certain s’il avait rêvé ou si les choses s’étaient réellement passé de cette façon. Elle avait déjà attaqué les boutons de sa chemise quand ses lèvres s’étaient posé sur les siennes. Elles goûtaient le miel ou peut-être un fruit interdit qui lui était inconnu. De toute façon, les détails étaient flous dans sa mémoire. Seulement il se souvenait trop bien de l’éruption de son père dans la chambre, les interrompant au moment ou Amy allait lui retirer son jeans. Instinctivement, ils s’étaient séparés. Elle s’était drapée dans sa chemise qui était tombée à proximité du lit et lui avait remis le t-shirt dont il venait à peine de se débarrassé. Sur l’ordre de Dorrington, il se leva pour le suivre, mais le regard pétillant de son amie l’empêcha de franchir le pas de la porte. Il fit demi-tour et retraversa la pièce. Passant un bras autour de la taille de son amie, il l’avait attiré à lui pour l’embrasser une dernière fois. La provocation ultime pour le père d’Amy toujours présent qui ne tarda pas à l’entrainer à l’extérieur par le collet de son t-shirt.

Aucun mot n’avait été échangé entre lui et le père d’Amy ce soir là. Pourtant il savait qu’il ne pourrait plus la voir à l’intérieur de cette maison. Il retourna à Black Sun sur le dos de Cherry. Une fois là-bas il découvrit deux choses. Une pile de lettre de recrutement universitaire donc les adresses le surpris au plus au point et un message de Dot lui demandant ou il avait disparu ce soir. La dernière lui confirmant qu’il avait fait une erreur, mais cette erreur n’avait jamais été Amy.

***

Il avait revécu cette soirée des milliers de fois, malheureusement sa mémoire faisait défaut et au fil du temps certain détail lui avait échappé.

Il avait entendu sa question. Il se demandait seulement s’il avait le culot et le courage de dire oui. Il se souvenait de cette soirée. Il se souvenait encore du goût de ses lèvres et de la sensation de sa peau sous ses doigts. Oui, il se souvenait, mais à quel prix?

-Oui, murmura-t-il après plusieurs longues minutes de silence et une dizaine de cuillère de crème glacée avalé en vitesse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't you believe...{R}   Dim 1 Juin - 12:05

Elle appréhendait le moment où son père remonterait car après ce qu’il venait de surprendre, elle risquait d’être punie de sortie pendant un bon bout de temps. Le vieux Dorrington avait la fâcheuse tendance de tout mettre sur le dos de sa maladie, justifiant chacune de ses âneries par le fait qu’elle était complètement givrée, oubliant par la même occasion qu’au fond, elle n’était rien de plus qu’une adolescente que les hormones travaillaient un peu plus que la moyenne. Bien entendu sa schizophrénie restait un véritable problème et la poussait à avoir des gestes déplacés pendant ses crises mais il lui arrivait également de faire les choses délibérément, comme ce soir. Son attirance pour Darcy n’était un secret pour personne, il lui suffisait d’entrer dans son champ de vision pour qu’on observe un changement radical de comportement, mais ce qui semblait évident pour tous restait inexistant pour le principal intéressé.

La porte d’en bas claqua, la faisant sursauter, les pas dans les escaliers se firent entendre et elle resta figée au milieu de sa chambre, les mains sur les lèvres, là même où celles de son amoureux secret se trouvaient quelques minutes plus tôt. Elle n’en revenait pas qu’il ait osé, lui qui pouvait se montrer tellement empoté avait réussi à vaincre ses inhibitions et lui avait montré que ce qu’elle ressentait était bel et bien réciproque. Ca faisait si longtemps qu’elle n’espérait plus et pourtant, sa patience avait payée. La porte s’ouvrit à la volée sur le visage rougeâtre de son père et son air renfrogné, il était dans une colère noire.


« Amy bordel de merde à quoi tu joues ? C’est ta dernière trouvaille pour me faire enrager ? Sortir avec le fils taré du ranch des Roth ? »

Elle ouvrit la bouche pour répliquer mais il reprit presque aussitôt la parole.

« Tu penses pas que tu as assez de problèmes comme ça sans ajouter ce grand benêt à l’équation ?Que vous soyez amis passe encore mais que tu fasses tes saloperies sous mon toit c’est… »

« Mes saloperies ? MES SALOPERIES ? » hurla-t-elle en colère

« Dans cette histoire, le plus taré de tous je crois que c’est toi Dorrington ! »

La main de son père fendit l’air et s’abattit avec violence sur sa joue, faisant automatiquement monter les larmes à ses yeux, elle le fixa un temps hébétée avant de se diriger vers son armoire pour prendre des vêtements puis de sortir un sac de sous son lit pour le remplir.

« Je… Amy qu’est-ce que tu fais ? » demanda-t-il visiblement choqué par son propre geste, il ne la touchait jamais même si ronchonner semblait être sa passion

Elle ne répondit pas, trop en colère, il ne s’apercevait même pas que ses mots étaient blessants, qu’en la traitant de pute tarée il lui faisait tellement mal qu’elle en perdait toute confiance en elle. Elle n’eut malheureusement pas l’occasion de partir puisqu’une crise foudroyante la saisit, comme chaque fois qu’elle contrôlait mal ses sentiments. Le résultat avait été l’arcade ouverte de son père et sa chambre complètement dévastée par sa colère.


***


Elle se souvenait parfaitement de cette soirée et elle aurait presque préférée qu’elle n’ait pas lieu, parce que lorsqu’elle fut en état de revenir en cours, elle s’aperçut que rien n’avait changé. Darcy sortait toujours avec cette pimbêche de Dot et puis il comptait s’en aller. Ce concours de circonstances ne fit que renforcer sa conviction qu’au final, elle n’avait à ses yeux, aucune importance et elle s’était même demandé si il n’avait pas juste voulu se taper la bitch du lycée pour faire le malin devant des gens qu’elle ne connaissait pas.

« Je pensais qu’après ça tout aurait changé entre nous. » reprit-elle soudain en tournant le visage vers lui

« Tu sais, que tu laisserais Dot et qu’on sortirait ensemble. Je pense que c’est pour ça que je t’en ai autant voulu Draz, parce que j’avais pas l’impression de compter pour toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't you believe...{R}   Jeu 5 Juin - 1:49

You lost your trust
That you never should have


Ses grands yeux bleus se fixèrent sur lui et les explications restèrent prises dans sa gorge. Il l’écouta, mais ne dit pas un mot il était le coupable dans l’histoire. Si les choses avaient finit différemment…

Secouant la tête il essaya de ne pas tomber dans le piège des « si ». Il se connaissait suffisamment pour savoir ce s’il commençait ça ne finirait jamais. Pourtant il ne pouvait s’empêcher d’y penser. Il avait tellement passé de temps à penser à ce qui serait arrivé si son père ne les avait pas interrompus. Ils auraient pu finir ce qu’ils avaient commencé et puis il l’aurait ramené chez lui en sachant que le Vieux Dorrington ne lui aurait jamais permis de rester à dormir sous son toit. Ils auraient découvert les lettres de recrutement à deux et il l’aurait rassuré en entendant le message de Dot. Ils auraient fait des plans du genre quelle université il intégrerait et quand elle viendrait l’y rejoindre après avoir eu son diplôme. Puis elle aurait dormit dans ses bras jusqu’au lendemain matin. Très vraisemblablement ils se seraient réveillés en retard pour aller à l’école. Avec elle à ses côtés les choses auraient été différentes, mais le lendemain elle avait disparu. Évidement sa grande sœur ne voulait rien dire autre que son père était enragé contre eux, mais ce n’était pas une raison pour la garder enfermé, non ?

C’était la façon dont les choses auraient du se produire. Au lieu de ça le lendemain matin le plongea à nouveau dans un univers de frustration devenu familier. Dot qui faisait tout pour éviter qu’ils se trouvent seul à seul comme si elle savait que dès qu’il pourrait la coincer dans un coin leur relation prendrait fin. Il y pensait depuis quelques semaines. Il cherchait de plus en plus réconfort auprès de sa meilleure amie parce qu’il avait l’impression que Dot ne pouvait pas comprendre ce qu’il vivrait et plus le temps passait plus il cherchait ce qu’ils avaient pu avoir en commun. L’absence prolongée d’Amy n’arrangeait rien. Elle lui manquait et plus les jours passaient plus il se rapprochait du jour ou il partirait pour Penn U. Il n’en avait parlé à personne. Seule sa petite sœur était au courant pour l’instant et le Vieux Finnigan, mais ce dernier s’en foutait comme tout ce qui concernait le premier fils de sa femme. En voyant qu’Amy ne réapparaissait pas il avait paniqué. Il n’avait plus que quelques jours à supporter Dot, mais il se refusait de partir sans parler à Amy. Sans la mettre au courant. Et puis elle était revenue la veille de son départ qui commençait à s’ébruiter. Il avait honte de sa lâcheté, mais il ne pouvait plus rien y changer.

Sur le coup, il se leva pour se rassoir sur la table basse pour pouvoir faire face à Amy. Il lui prit le carton de crème glacée des mains et le posa près de lui.

-Je sais que ça ne vaut pas grand-chose, surtout dix ans plus tard, mais je suis désolé. Si je pouvais j’agirais différemment, mais je ne peux pas changer ce que j’ai fais. Ma lâcheté à blesser la personne auquel je tiens le plus et je le regrette sincèrement.

Il se répétait, s’étendait. Jamais les mots seraient suffisant pour lui montrer à quel point il regretter de l’avoir blessé. À nouveau leur regards se croisèrent et il eut une violente envie de la serrer contre lui comme il le faisait auparavant. La tenant sur ses genoux et écoutant son coeur battre dans sa poitrine. Ce geste si familier lui paraissait affreusement déplacé malheureusement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't you believe...{R}   Jeu 5 Juin - 22:21

A l’instant où le regard émeraude de Darcy s’était posé sur elle, sa rancune s’était évaporée un peu comme la neige fond au soleil et se transforme en eau, ce sentiment négatif avait finalement renforcé l’amour qu’elle lui portait et elle se détestait d’être si faible, incapable de lui tenir rigueur de quelque chose dont elle avait vraiment souffert. Aujourd’hui, elle en parlait avec un détachement presque déplacé, parce que quoi qu’il fasse, quoi qu’il dise ou quoi qu’il pense, elle lui pardonnerait toujours. Sa maladie lui apprit que la vie était bien trop courte pour perdre son temps avec la rancune, la haine et autant de sentiments qui au final ne servaient qu’à gonfler un ego qui n’en avait pas besoin. Et puis il s’agissait de Darcy, le petit brun aux yeux magnifiques, solitaire et un peu bizarre dont Amy s’éprit dès leur première rencontre, sa différence, personne mieux qu’elle ne pouvait la comprendre. C’était dans leur folie qu’ils se comprenaient le mieux, cette différence les rendait inséparables, tissant des liens qui ne se défaisaient jamais totalement et s’immiscer entre eux restait périlleux et le problème se situait justement là.

Taire le retour de Darcy ne fut pas véritablement prémédité, elle voulait juste se laisser du temps pour vraiment savoir ce qu’elle désirait et au final s’enfonçait de jour en jour dans une situation presque inextricable. Elle connaissait son ancien meilleur ami sans doute mieux qu’il ne pouvait se connaitre lui-même et voyait bien dans son regard cette lueur qui brillait, la même que ce fameux soir où le vieux Dorrington les surprit sur le point de concrétiser leur relation. Le pire étant sans doute l’écho que ça trouvait chez elle, sa simple présence la rendait euphorique et elle avait envie de se jeter dans ses bras, nostalgique du passé, sans doute trop. Ne disait-on pas que ce qui appartient au passé doit être oublié ? Mais elle n’y parvenait pas, même dans les bras chauds de Judd alors qu’il dormait contre elle. Le choix était draconien et elle ne voulait pas le faire, juste avoir les deux, sachant pertinemment qu’elle en demandait trop. Elle les aimait tout les deux de manière différente mais peut-être aussi destructrice. Renoncer aux deux semblait être la décision la plus sage.


Elle cédait à la facilité, c’était un fait mais elle préférait tout plutôt que de voir souffrir Judd par sa faute, elle ne supporterait pas de lire le même mépris dans ses prunelle que celui qu’elle lisait dans celles de sa famille. S’éloigner valait mieux et si elle parvenait à cacher encore un peu la présence de Draz, elle aurait le temps de tout préparer pour son internement à l’hôpital psychiatrique où une place l’attendait depuis un moment déjà, par précaution, elle avait fait une demande juste au cas où elle ne serait plus en mesure de se contrôler. Habituée à la franchise, elle préférait la lâcheté se persuadant qu’elle protégeait tout le monde de cette manière, en sacrifiant sa liberté stupidement. Elle imaginait déjà la réaction de son meilleur ami, il serait capable de venir l’engueuler sur place.


« Je t’en veux plus Draz, celle à qui j’en veux le plus maintenant, c’est moi. Je suis un poids pour tout le monde et je suis incapable de savoir ce que je veux. J’ai toujours été amoureuse de toi, depuis le premier jour où on s’est rencontrés, tu te souviens ? Je me suis promis de t’aider , de te sortir de là et regardes, je te fais du mal avec mes remarques acerbes alors que tu viens t’excuser. Je sais pas pourquoi tu tiens autant à moi, je ne le mérite pas. Si tu savais, tu me haïrais toi aussi. »

Les yeux fixés sur le sol, elle n’osait plus relever la tête, elle voulait être franche avec lui alors qu’elle ne l’était pas avec Judd, pourquoi ? Ses sentiments commençaient à l’étouffer et finiraient par la tuer, ça ne faisait aucun doute, l’idée d’être prise au piège la rendait malade. Le visage de Darcy exprimait de l’inquiétude et elle se décida à parler quand elle le vit regarder derrière elle, elle se tourna pour tomber sur le cowboy. Hasard ? Sans doute. Son visage se décomposa et elle blêmit , attendant l’orage qui n’arriva pas. Une guerre silencieuse venait de s’ouvrir entre les deux hommes et elle craignait le pire.

HS: Jumelle on laisse Zaz rep Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't you believe...{R}   Ven 6 Juin - 1:07


Les journées au ranch étaient difficile et le travail ne manquait pas. Celle-ci ne faisait pas exception mais si le temps avait traîné en longueur cela n’avait pour une fois rien à voir avec la charge de travail que le jeune homme devait abattre. Il n’avait pratiquement pas croiser Amy de la journée et depuis que leur relation avait glissé de la simple amitié à quelque chose de plus sérieux il avait du mal à être trop longtemps séparé d’elle. C’était stupide mais rien que de savoir qu’elle le regardait bosser de loin lui faisait un bien fou. Malgré la fatigue et le soleil qui chauffait sa peau il avait la sensation d’être plus léger. Pourtant rien n’était simple. Leur relation était toujours secrète et il y avait quelques moments de flottements pendant lesquels ni l’un ni l’autre ne semblait vraiment savoir ce qu’il faisait et même s’ils s’étaient faits plus rares il étaient toujours présents. Si Judd avait été moins aveugle il y aurait vu là un signe.

Il remonta en sifflotant l’allée qui menait jusqu’à la maison et monta les marches du porche d’un bond. La lumière de la cuisine était allumée, ainsi que celle du salon, et à cette heure-ci il était certain de n’y trouver qu’elle. Son père devait déjà être dans sa chambre affalé devant son vieux poste de télévision et les autres saisonniers faisaient la fête en ville. C’était le week-end et le jeune homme ne désespérait pas qu’ils puissent se trouver un moment rien que pour eux. Peut-être qu’ils pourraient aller u cinéma, se faire un restaurant ou un truc dans le genre. Ce qu’elle voudrait en fait ça n’avait pas vraiment d’importance pour lui du moment qu’elle s’amusait. Il déposa ses gants sales sur la table de la cuisine et ouvrit le frigo pour se saisir d’une bouteille de lait frais et en boire une gorgée. Les règles de la maison l’interdisait normalement mais il le trouvait meilleur comme ça. Il furetait à la recherche de cookies qu’il aurait pu disposé sur un plateau pour eux deux quand des voix provenant du salon attirèrent son attention. Il reposa la bouteille et ferma le frigo pour s’approcher doucement. Elle n’était pas seule. Mais il y avait pire.

Ils étaient proches, trop pour que l’homme soit un simple ami. Judd ne voyait pas son visage mais il n’en avait pas réellement besoin. Il savait qui il était. Il avait vu quelques photos et puis il y avait la façon dont Amy parlait. Il ne pouvait s’agir que de Darçy l’abruti. A peine cette pensée se forma dans son esprit qu’elle prononça son surnom et il ferma les yeux sous la douleur. Il n’était en rien préparé à la suite qui lui coupa littéralement le souffle. Il eut l’impression que ses jambes se dérobaient sous lui et que son crâne allait exploser. Fuir était sans doute la meilleure des solutions et il s’apprêtait à rebrousser chemin lorsqu’il sentit le regard du grand brun sur lui. Essayant de garder la face il colla un sourire automatique sur son visage et s’approcha des deux jeunes gens qui avaient déjà bien plus des airs de couple qu’il n’en avait jamais eu avec Amy. Il se dirigea directement vers Darcy et lui tendit la main pour serrer la sienne brièvement.


« Judd. Je suis l’ami d’Amy. » Paf ! Voilà il venait de dégringoler d’un étage. Ami. Il n’avait jamais été que ça au final. Il fourra sa main dans sa poche et se tourna vers la jeune femme.

« Je venais te chercher pour aller boire une bière au saloon mais je vois que c’est… pas la peine. »
Nouveau sourire. C’était comme se produire sur scène, mettre un masque et se jeter dans l’aréne. A force il était plutôt doué à ce petit jeu.

« Tant pis ce sera pour une autre fois. Bonne soirée. » Dernier sourire avant de quitter la pièce. Vite. Avant que le masque ne se fissure et que l’armure tombe. Il serra les dents et les poings, il marchait vite pour échapper à la jeune femme et en même temps il aurait aimé qu’elle le rattrape. Il n’avait fait qu’une erreur. Se donner une chance.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Don't you believe...{R}   Dim 8 Juin - 4:11

Son regard était fixé sur les mains de la jeune femme. Elle les tortillait nerveusement et il avait peine à croire que s’était lui qui la rendait si nerveuse. Il l’écouta d’une oreille distraite, puisqu’il n’était pas d’accord avec elle. N’avait-elle pas remarqué qu’il avait arrêté de se couper dès qu’ils avaient commencé à se parler. Elle avait ramené un peu de soleil dans sa triste existence. Quand il était avec elle il souriant. Il pouvait presque dire qu’il était heureux. Ce qui n’était pas arrivé depuis la mort de sa mère. Sa mère avait été toute sa vie et il était celui qui y avait mit fin.

Il finit tout de même par l’interrompre dans son monologue. Il releva ses manches d’un mouvement lent, tandis que a tristesse marquait son visage.

« Amy, arrête de te torturer comme ça. T’es la seule à avoir ne serait ce qu’essayer de m’aider. Et puis t’as réussit!! Tu sais très bien que je n’ai pas recommencé après notre rencontre. »

Il détourna les yeux il attrapa sa petite main pour l’enfermer dans la sienne.

« C’est de ta faute si j’ai commencé une thérapie aussi. Je l’aurais jamais fait si tu n’avais pas été tout le temps dans ma tête. »

Il allait lui donner les détails qui l’avaient mené à cette extrémité quand il vit une silhouette se dessiner derrière elle, le coupant dans son élan. Il savait l’identité du jeune homme. Il n’avait même pas besoin d’une confirmation de la part d’Amy. Il savait qui il était. Le nouveau meilleur ami. Il aurait préféré ne pas avoir à se montrer poli ou gentil avec lui, mais comme s’était la stratégie que Judd sembla adopter, alors il s’y plia. Se planquant un sourire au visage et serra la main que le jeune homme lui tendit. Il fit attention de ne pas user trop de force, mais ce n’était pas l’envie qui manquait. S’il ne le voyait pas comme un rival il se rendait tout de même compte qu’il était une part importante de la vie d’Amy. Elle lui avait assurée qu’il n’y avait rien d’autre que de l’amitié entre eux, mais il ne put s’empêcher de penser en observant le jeune homme que son amie s’était peut-être trompé sur les sentiments de Judd.

« Oui, j’avais deviné » dit-il quand il se présenta. « Darcy. »

Il ne jeta plus un regard à Judd. Espérant seulement qu’il ferait vite et partirait. Une bière au saloon?! Heureusement, Amy n’eut pas le temps de répondre. Il partait déjà et Darcy laissait échapper un soupir de soulagement.

Après le départ de Judd, un silence pesant et mal à l’aise se dressa entre Amy et lui. Pris au dépourvu et frustré que Judd est cassé l’ambiance, il ne savait plus trop quoi dire ou faire. Il porta la main qu’il tenait toujours à ses lèvres. En soupirant il se leva.

« Je vais y aller aussi. »

Il se sentait obliger de dire quelque chose. Refusant qu’un silence encombrant pèse sur leur épaule encore. Pris d’un élan de courage il se pencha pour l’embrasser et soupira quand elle détourna la tête.

« D’accord. », il l’embrassa sur le front et lui souhaita bonne nuit.

Une fois assis dans son auto, il se demanda ou il pouvait bien aller. Il ne voulait pas retourner dans sa petite maison vide, ni aller au bâtiment principal pour se retrouver face à face avec le Vieux Finnigan. Finalement il prit la direction du nord. Il connaissait le chemin par cœur. Il n’avait qu’un téléphone à faire et tout sera prêt quand il arrivera à Cambridge. Un rapide coup de fil au Dr. Greene. Elle l’attendrait à son bureau dimanche matin. Il fallait à peu près une journée et demie pour se rendre au Massachussetts de Mount Pleasant. Quand il reviendrait, il aurait la tête plus claire et pourrait probablement prendre une décision plus éclairé concernant ses sentiments pour Amy.


{Terminé}
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Don't you believe...{R}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Don't you believe...{R}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Ecstasy of Gold :: FOR A FEW DOLLARS MORE :: Graveyard :: EOG I :: RP-
Sauter vers: