AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Were are both so weird [R.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caitlin Bloodsworth
GET IN MY FLYING SAUCER.
avatar

Nombre de messages : 1030
Age : 27
Crédit : © sadhighs;florescentia.
Nickname : Api.
Gold is : Forbidden love and sunset.
Date d'inscription : 16/04/2008

Gold Rush
Living Place: La Escalera Ranch
Job: Precious Heiress.
A fistful of names:

MessageSujet: Were are both so weird [R.]   Mar 27 Mai - 10:37

La fumée opaque du Dead Coyote Saloon dessinait de grands cercles autour de la jeune Quinn qui restait focaliser, le regard sévère et tout à fait concentrer sur le tapis vert du billard. La partie était serrée ; et d’après ses calculs géométrique – et Dieu seul sait à quel point la géométrie n’était pas, mais alors pas du tout son fort – elle pouvait taper dans la boule rouge qui taperait sur le bord gauche qui taperait la boule violette et qui taperait la boule orange pour la rentrer dans le trou… Ca s’annonçait coton. Machinalement, elle porta le goulot encore tiède de ses lèvres de la bouteille de bière, et son visage se déforma en sentant le goût amer de la bière brune. Bwark. Elle détestait ça, les blondes étaient de loin les meilleurs, mais quand c’était Sid qui allait passer les commandes, elle s’empêtrait toujours, rapportant TOUJOURS des merdasses comme la bière brune. Appuyée sur la canne de billard, elle continuait de rester figé, et finis par redresser les yeux vers le bar, réflexe assez banale et qui pourtant était le signe évident qu’elle était toujours une grande sœur qui protégeait sa petite sœur. Certes, Quinn n’était pas connue pour elle la plus tendre des deux, mais au moins, sa réputation calmait les ardeurs de certains gros lourds qui s’imagineraient déjà une nuit torride avec la cadette des Foster. Accoudée au bar, il était pourtant difficile de distinguer avec précision avec qui elle papotait vivement, en balançant ses merveilleux cheveux comme si elle tournait un spot télévisuel pour les shampoings l’Oréal. Pas besoin de s’appeler Sherlock pour deviner qu’elle draguait. Les paons ont leurs roues, les pigeons ont leurs roucoulements, les chevaux ont leurs hennissements, et Joan, elle a ses cheveux. Chacun ses techniques pour appâter de grands mâles.

« Bon, tu joues ? »

Quinn sursauta soudain, revenant à ses pensées, alors que Sid s’impatientait, tapotant le bois brun du billard en signe d’ennuis. Quinn hocha machinalement sa petite tête, quelques mèches de cheveux blonds mal coincés dans son chignon se déposant sur son front humide par la chaleur de l’endroit. Une douce mélodie s’échappait du vieux jukebox qui tentait tant bien que mal de cracher les notes de Dry Country Girl de Rascal Flatts. La jeune blonde esquissa un sourire mesquin et se pencha en avant, se concentra, tentant de se répéter tant bien que mal la combinaison de couleur de boule qu’elle avait choisi : elle avait dis quoi déjà ? La violette ou la rouge en première ? Au hasard, elle opta pour la violette. La boule blanche roula au son aiguë à l’impact de la queue de billard sur sa face lisse et parcourue le tapis vert, allant taper malencontreusement une boule rayée de Sid.

« PERDUE ! » hurla cette dernière heureuse de gagner ainsi deux coups d’affilés.
« C’était la rouge ... » se marmonna Quinn avec rage en se redressant.

Elle hocha de la tête en donnant un coup de pied avec rage dans le pied sur billard, et ravala un juron. Bien entendu, l’aînée des Foster était la pire des mauvaises joueuses de la ville. Surtout avec un certain taux d’alcoolémie dans le sang. A ce propos, Quinn termina sa cinquième bière brune, et commença à sentir lentement sa tête tournée. Alors que Sid se positionnait déjà pour jouer son coup, Quinn se pencha discrètement pour attraper sa bière et se retourna de telle façon à être face au bar pour que Sid ne puisse pas voir le rapt de bière. Elle but une longue gorgée, avec grand plaisir se rendant compte que Sid avait échangé leurs bières et qu’elle avait gardé la blonde.

Elle ferma les yeux quelques instants et les ouvrit ensuite, croisant sa jeune sœur qui continuait une conversation animée avec … deux hommes. Bon elle en avait déjà eu plus autour d’elle, quant à Quinn les seules fois où elle pouvait se vanter d’être entourée de plus de cinq hommes étaient quand elle se battait dans un bar avec eux. Bref. Plus rapproché, elle pouvait les distinguer à présent un peu plus, et s’apercevoir qu’elle ne les avait jamais vu, et tout le monde sait à quel point Quinn a une mémoire visuelle excellente…même en état d’ébriété. Les yeux plissés, elle sursauta soudain, alors que l’un d’eux quitta le bar pour s’hasarder dans le saloon. Suspecte, elle continua de l’observer, sans pour autant bien voir à quoi il ressemblait. Elle bascula alors, l’alcool commençant à avoir raison de son équilibre, et ne puit s’empêcher de ricaner comme une baleine, sans raison apparente. Oula, ça devenait grave là. Elle ferma les yeux et les rouvrit, et sursauta, remarquant que « l’homme au bar » dépassait de loin le mètre quatre-vingt dix et qu’il se trouvait à côté d’elle. Elle ouvrit la bouche pour lui sortir une bonne réplique cinglante signée Quinn Foster, mais la seule chose qui sortit fut…un rôt.

Immédiatement elle plaqua sa main contre sa bouche, les yeux exorbités. Alors là Quinn tu fais très fort. Sérieusement. C’est magnifique. Digne de la plus élégante des femmes. Elle couina de honte et après un instant souffla un :
« Euh…J’suis désolée, je voulais pas vraiment faire ça en faite … » dit elle comme si elle fut plongée dans une profonde réflexion…Réflexion d’ivrogne.

_________________

I REMEMBER HOW IT USED TO BE, SWAN
IN THE WATER, YOU'RE MOVING SO ELEGANTLY

❝ made me promise I'd try, to find my way back in this life.
Hope there is a way, to give me a sign you're okay.
Reminds me again it's worth it all, so I can go home.❞

STOP AUX MOUTONS, "ESSAYEZ DE COPIER CA C*NNARDS"
I'M A DWARF AND I'M PROUD OF IT
I'M A SLYTHERIN AND POTTER STINKS
PACSEE A BIRDIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lapetitekelly.livejournal.com/
Grayson Locksmith
CONMAN $ All these words I don't just say and nothing else matters
avatar

Nombre de messages : 1524
Age : 25
Crédit : psychozee, garden_of_aloe@LJ.
Nickname : emma
Date d'inscription : 16/04/2008

Gold Rush
Living Place: Spade Ranch
Job: Ébéniste - Artisan
A fistful of names:

MessageSujet: Re: Were are both so weird [R.]   Sam 31 Mai - 16:34

Sa démarche habituelle, lente mais assurée, fut celle choisie par Declan pour traverser le Dead Coyote à ce moment précis. Il avait, quelques minutes auparavant, quitté la table où étaient encore assis Clayton et Joan Foster, une jeune femme qui les avait abordés et qui avait même été jusqu’à leur offrir un job. Ils étaient à présent deux cowboys au service de la famille Foster, une famille qui se composait principalement de deux jeunes femmes, blondes et qui avaient aussitôt attiré le regard de deux garçons. Et comme si le Monde avait voulu empêcher le déclenchement de la Troisième Guerre Mondiale, il avait fait en sorte que Clayton et Declan ne soient pas séduits par la même femme. Bien calculé. Ils avaient beaux être des inséparables, des meilleurs amis, des frères même, ils n’avaient aucune idée de comment l’autre réagirait s’il advenait qu’ils soient fascinés par la même femme. Après tout, ils étaient des hommes et elles des femmes, autant que les chats sont des chats et les souris des souris. Deux chats peuvent être de très bons compagnons, mais dès qu’une souris est ajoutée à l’équation, c’est au premier qui l’attrapera. Façon de parler, évidemment.

Joan lui avait qu’elle était la plus âgée des deux, qu’on la surnommait « Big Q », et pourtant, ça paraissait tellement insensé de loin. Elle avait une silhouette plutôt frêle, légère et semblait fragile, mais d’après ce qu’il entendait en se rapprochant, ce n’était que des illusions, du faux. Plus il se rapprochait, plus il se rendait compte qu’il était loin de l’avoir cerné. Cette sensation de fragilité qu’il avait ressentie, de loin, s’amenuisait à mesure que la distance diminuait. Elle n’était pas fragile du tout. Ce n’était ni une fleur délicate ni une jeune femme ayant besoin de gros bras pour la protéger. Et puis, de toute façon, c’était mieux ainsi. Il n’avait pas de gros bras.

Au loin il perçut un esclaffement qui ne pouvait d’ailleurs que de al bouche de Clayton. Il en était certain. Il l’avait entendu tellement de fois s’esclaffer de la sorte qu’il en mettrait sa main à couper, et croyez le ou non, il ne met pas sa main à couper sans avoir préalablement bien réfléchi. Car oui, il réfléchit avant de prendre une décision. Certainement.


« Big Q … Elle doit vraiment en tenir une couche pour se faire surnomm’ .. »

Silence.

Declan ravala sa salive. Il était à seulement quelques petits mètres de Quinn. Elle avait levé les yeux vers lui, il avait baissé les siens. La différence de taille flagrante lui avait donné une certaine assurance –non pas qu’il soit mollasson et immobile lorsque les femmes font à peu près sa taille- mais là, ce … Elle venait de le descendre sous terre en quelques secondes. Elle venait de ruiner toute la belle assurance qu’il s’était donné. Il se trouvait là, devant elle, la bouche ouverte, immobile. Il aurait voulu parler, dire ce qu’il avait à dire, ce qu’il avait prévu de dire mais, il ne pouvait pas. Son visage ressemblait à celui qu’arborerait un enfant en train de déjeuner qui voit soudainement un homme traverser la fenêtre du salon dans un éclat de verre énorme, et repartir vers la porte d’entrée dans une course effrénée. Ce visage là. Un visage choqué, surpris, déconcerté, interloqué, abasourdi, consterné, renversé, estomaqué, sidéré, atterré, suffoqué, pantois, soufflé.

Quelques secondes s’écoulèrent et le regard fixe qu’il lui lança mit un certain temps à se radoucir. Sa bouche se referma dans un bruit grinçant de dents en collision. Une bulle d’air s’échappa de ses lèvres. Une fine grimace sur dessina sur son visage alors qu’un rire mi-nerveux, mi-ironique s’échappa de sa gorge.


« Particulier. Je dois dire que pour une entrée en matière c’est plutôt particulier. »

Cette fois, ce ne fut ni un rire moqueur ou nerveux qui lui échappa mais un franc sourire amusé. Le visage de la petite blondinette qui, quelques minutes auparavant, s’était façonné de manière à lancer une réplique bien cinglante, et qui aurait sûrement coupé toute envie de discussion à bon nombre d’homme, peut-être même Declan, enfin non, sachant qu’il avait vaincu un … rot, rien d’autre n’aurait pu maintenant le faire reculer. Pourquoi était-il resté ? Pourquoi restait-il encore ? Difficile à dire. Peut-être cet espèce d’orgueil mal placé qui lui criait de rester et de ne pas se laisser abattre. Qu’il lui hurlait qu’il ne baisserait pas les bras à cause d’un adversaire franchement … écœurant. Parce que oui, c’était tout de même, franchement écœurant, un rot.

« Sauf si c’est ça votre technique vous faire reculer les potentiels mâles séducteurs en manque d’affection et qui vous prenne pour un gros nounours sur lesquels il pourrait poser leur tête et déballer tous leurs problèmes pour trouver LA fille de leurs rêves. » Concluant par une moue sceptique, il hocha finalement la tête, la regardant de nouveau. « Je comprends. »

_________________

Gimme one more chance
Tell me that it's not too late.

Here is the law of the land
You play with fire and you’ll get burned.
Here is the lesson I’ve learned
That you don’t know what you’ve got til it’s gone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://godisweatherly.tumblr.com
Caitlin Bloodsworth
GET IN MY FLYING SAUCER.
avatar

Nombre de messages : 1030
Age : 27
Crédit : © sadhighs;florescentia.
Nickname : Api.
Gold is : Forbidden love and sunset.
Date d'inscription : 16/04/2008

Gold Rush
Living Place: La Escalera Ranch
Job: Precious Heiress.
A fistful of names:

MessageSujet: Re: Were are both so weird [R.]   Lun 16 Juin - 10:52

Les yeux de Quinn se plissèrent à nouveau, se rendant de nouveau compte à quel point la différence de taille était impressionnante : c’était les joies de l’alcool, découvrir à chaque fois quelque chose de nouveau, on ne s’ennuyait jamais ainsi. Puis, une douleur opaque, comme une grosse fumée s’insinua dans son cerveau, lui donnant l’impression qu’on l’avait tapée avec une immense barre de fer. Elle savait très bien qu’elle ne tenait pas du tout l’alcool, mais elle ne se rendait jamais compte quand elle se mettait à boire et se remplissait tellement rapidement qu’on aurait dis une passoire. D’habitude sa chère et tendre sœur veillait à ce que Quinn ne dépasse pas les limites de l’insurmontable car l’expérience veut que cela se finissait souvent en bagarre, mais cette fois elle n’était pas là, et Quinn du faire un effort monstre sur elle-même pour ne pas s’affaler par terre, se rouler en boule et dormir. De plus, si elle aurait voulu dormir, cela aurait été difficile, avec cet immense haricot qui lui déblatérait un baragouinage inaudible, ce qui lui faisait d’autant plus tourner la tête. Elle dodelina de la tête, les sourcils froncés, l’air un peu amère.

« Je n’ai absolument rien compris à ce que vous venez de dire. » souffla-t-elle en basculant lentement vers l’avant. « Mais je pense que je peux dire merci non ? » finit elle par un sourire absolument ravie.

L’immonde rot ne fut bientôt qu’un vieux souvenir comme s’il avait servi à briser un test. Plus tard, Quinn se vanterait qu’elle avait fais exprès pour tester sa valeur, s’il la méritait vraiment, et elle soulignerait qu’il avait réussis le test. Mais pour l’instant, son état d’ébriété stagnant, elle ne pensait pas vraiment au futur, avait oublié le passé, et le présent semblait s’effondrer à chaque phrase ou formule qu’elle tentait de prononcer. Elle se recula quelque peu et tendit sa main dans le vide, impossible de dire où était son vrai interlocuteur, des deux autres floues qui se trouvaient devant elle. Les dents franchement écartés comme ceux d’un petit bébé qui tente d’attraper un objet trop loin, elle sourit timidement cette fois et s’éclaircit la voix.


« Quinn Foster. Bon d’habitude je suis en meilleure forme, même si tout le monde ici dira le contraire. » Elle hoqueta et se mit à ricaner, d’un rire cinglant, électrique presque.
Son air devint alors presque mauvais, un air paranoïaque exagéré se dessinant sur son visage et elle se mit à inspecter la salle du regard, puis reposa ses yeux sur le jeune homme devant elle.

« Si on vous a déjà parlé de mon surnom je vous préviens tout de suite que ce n’était parce que je bois de l’alcool comme un trou. » Elle éleva soudain son doigt, le pointant vers le ciel, comme si elle allait réciter une formule de Pythagore ou s’écrier le fameux Eureka d’Archimède.
« En faite c’est une forme ironique car vous remarquerez de vous-même que je ne suis pas des plus immense. » elle fit une pause, et lui fit signe de s’approcher pour lui murmurer une information supplémentaire. « …Et même si tout le monde dit que je mesure un mètre cinquante cinq ce n’est pas vrai je fais un mètre cinquante sept OK ?? »

Sa tête se mit dangereusement à tourner ; elle se recula, plaquant sa main sur son front et respira profondément. Elle sentit ses fesses se caler contre le bois du billard et elle lâcha un soupire de satisfaction, comme si le billard arrivait à bon point pour la soutenir dans cette terrible épreuve qu’est de tenir debout dans son état. Elle jeta un regard par-dessus son épaule se mit à marmonner quelques mots – tout en restant parfaitement audible pour quelques personnes aux alentours – entres ses lèvres.
« Qui faut il embrasser pour avoir un verre d’eau ici ? »

Elle était encore suffisamment « elle-même » pour quémander un verre d’eau, histoire de stagner dans son état pour ne pas sombrer dans un coma éthylique. Surtout que le ranch familiale n’était pas à la porte d’à côté du bar, et que se faire traîner dans la terre par une sœur sur énervée, elle avait déjà donné. Elle prit une profonde inspiration, fermant ses yeux, puis s’éleva sur billard, posa son pied droit fermement devant elle. Pour l’instant, tout semblait fonctionner. Elle sourit, et élança son pied gauche, qui au lieu de se poser tout aussi clairement sur le sol, pivota, et elle s’étala sur le parquet poussiéreux du saloon, son front percutant le bois dans un bruit sonore.
Bien Quinn…De mieux en mieux.

_________________

I REMEMBER HOW IT USED TO BE, SWAN
IN THE WATER, YOU'RE MOVING SO ELEGANTLY

❝ made me promise I'd try, to find my way back in this life.
Hope there is a way, to give me a sign you're okay.
Reminds me again it's worth it all, so I can go home.❞

STOP AUX MOUTONS, "ESSAYEZ DE COPIER CA C*NNARDS"
I'M A DWARF AND I'M PROUD OF IT
I'M A SLYTHERIN AND POTTER STINKS
PACSEE A BIRDIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lapetitekelly.livejournal.com/
Grayson Locksmith
CONMAN $ All these words I don't just say and nothing else matters
avatar

Nombre de messages : 1524
Age : 25
Crédit : psychozee, garden_of_aloe@LJ.
Nickname : emma
Date d'inscription : 16/04/2008

Gold Rush
Living Place: Spade Ranch
Job: Ébéniste - Artisan
A fistful of names:

MessageSujet: Re: Were are both so weird [R.]   Sam 28 Juin - 22:07

[ Embarassed ]

Alors que Declan s’engluait dans des explications farfelues, le visage de Quinn, quant à lui, semblait se décomposer de la même manière que l’aurait fait une pâte à tarte que l’on aurait trop étirée. Ses sourcils se fronçant d’une manière perplexe, il mit quelques secondes avant de faire le rapprochement entre ses paroles et … la réalité. Cette jeune femme que l’on surnommait Big Q paraissait vraiment sonnée et, il aurait pu jurer qu’à cet instant précis, elle aurait tout donné pour être allongée dans son lit, un sac de glace plaqué contre le front.

« Declan Roscoe. » Répondit-il franchement, attrapant la main de la jeune femme qui tanguait dans tous les sens. « Je suis sure que j’aurais l’occasion de vous revoir … en meilleur forme. » Continua t-il alors que sa main venait de relâcher celle de son interlocutrice, et qu’un sourire particulièrement amusé s’était dessiné au coin de ses lèvres. Alors que le rire de la jeune femme résonnait encore en écho dans son esprit, elle débita un tel flux de parole que les yeux de Declan s’écarquillèrent d’eux-mêmes. Aucun contrôle. Naturellement.

Par instinct, et par son côté surprotecteur également, la distance les séparant diminua dangereusement lorsque Quinn vacilla avant de se caler contre le bois du billard. Poussant un soupir soulagé, il releva le regard vers elle, s’assurant d’un simple coup d’œil qu’elle n’avait ni perdu connaissance, ou ne s’était heurté à quelque chose. Il n’avait eu ni besoin de la toucher, ni de lui parler pour s’en persuader. Non. Un simple regard avait suffit.

Ce qu’il avait de bien dans cette rencontre, leur rencontre, c’était que la situation gênante était déjà passée. Car oui, à chaque tête-à-tête, rencontre, rendez-vous -appeler ça comme vous voulez-, il y avait toujours un moment embarrassant qui débouchait sur des tonnes d’excuses sans queue ni-têtes, des regards rivés vers le sol n’osant plus se relever et des silences très pesants. Mais entre Declan et Quinn, le plus dur était passé. Après tout, il avait affronté un rot et était resté, il s’en était même amusé. Que pouvait-il arrivé de pire. Et même, une situation était-elle assez gênante pour empêcher un énergumène tel que Declan de rire ou de parler, ou de stopper une Quinn … gaie. Non, assurément.


« J’aurais bien dit moi. »
Commença t-il, ravi, alors qu’elle posait sur lui l’un de ses regards perplexes limite effrayant. « Mais j’aurais peur de vous brusquer. »Un regard sablé lumineux permit au jeune homme de s’en tirer une nouvelle fois, avec les compliments des quelques aventuriers s’étant approchés pour mieux écouter. « Après tout je n’offre jamais à boire au premier rendez-vous »

Mais sitôt eut-il finit sa phrase qu’elle s’élançait droit devant, un pied après l’autr … Seulement un pied en fait. En effet, en l’espace de seulement quelques secondes, avant même que Declan eut pu bouger le petit doigt, elle s’étala sur le sol du Dead Coyote, remuant la poussière qui paraissait collée au sol par de la glue –bière ?- et dans un étrange fracas sonore.

S’agenouillant auprès d’elle à une vitesse folle, Declan précipita l’un de ses bras sous sa nuque pour soulever doucement sa tête, et posa l’autre en dessous de ses jambes, toutes deux collées l’une à l’autre, prêt à la soulever dans ses bras comme il l’aurait fait avec un enfant, si il en ressentait le besoin –enfin elle surtout.-


« Quinn … Quinn » Répéta t-il lentement, essayant de capter le moindre mouvement d’yeux. « Big Q » Souffla t-il finalement, un sourire apparaissant aussitôt sur ses lèvres. Autour de lui, une folle effervescence semblait s’être emparée de la foule et bientôt ce fut un troupeau d’habitués, verre à la main, qui se regroupèrent autour des deux seuls personnes assises/allongées au sol. Tapotant légèrement les joues de la jeune blondinette, Declan respira profondément, essayant de se donner de l’assurance et du courage, car il le savait parfaitement, dans ce genre de situations, il avait tendance à soit trop se précipiter, soit perdre confiance en lui. Cherchant rapidement du regard une connaissance sur qu’il pourrait se reposer, Declan abandonna n’apercevant plus Clayton ni Joan ni … Pourquoi ne croisait-il aucun visage connu lorsqu’il en avait besoin !

« Je suis médecin ! Reculez tous ! Elle a besoin d’air ! Reculez ! » S’improvisant soudain Derek Shepherd, la tendance à aimer toutes les femmes qu’il croise et l’amour pour les ferrys en moins-, il soupira de soulagement lorsque l'attroupement présent derrière eux se dissocia quelque peu mais restant néanmoins regroupés par cinq ou six comme s’ils étaient pris d’une soudaine peur les empêchant de rester seul. Et puis quoi encore. Ils n’étaient pas en train de regarder The Ring non plus. –Quoi que certaines ressemblances frappantes rapprochaient Declan de Noah-.

« Ouf. J’ai bien cru que j’allais devoir vous faire du bouche à bouche. » Un sourire franc apparut une nouvelle fois sur son visage, signe qu’il était beaucoup plus détendu que quelques secondes plus tôt. -bien que le choc qu’elle ait reçu n’ait pas été non plus des plus blessants et durs. -

_________________

Gimme one more chance
Tell me that it's not too late.

Here is the law of the land
You play with fire and you’ll get burned.
Here is the lesson I’ve learned
That you don’t know what you’ve got til it’s gone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://godisweatherly.tumblr.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Were are both so weird [R.]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Were are both so weird [R.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Weird's Pension
» weird war 2
» The Weird Sisters
» nasty&penny ? “the girls are so weird!”
» Weird Pension

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Ecstasy of Gold :: FOR A FEW DOLLARS MORE :: Graveyard :: EOG I :: RP-
Sauter vers: