AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I ain't afraid of no ghost [R.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: I ain't afraid of no ghost [R.]   Sam 7 Juin - 19:24


A quel chiffre en était-elle, cinq ? Six ? Elle avait arrêté de compter à vrai dire. Les verres de vodka - ou plutôt les shooters entre deux bières - n'avaient fait que de se succéder sur la table maintenant jonché de cadavres de toutes sortes. Mely n'avait pas pour habitude de boire autant, de se laisser aller avec une telle aisance et si Joan aurait été là, soit elle serait dans le même état qu'elle entre deux garçons, soit elle l'aurait arraché de ce bar en la tirant par les cheveux. Il fallait l'avouer, elle était dans un sale état et remettait toutes les causes sur le dos d'une dure journée et deux ou trois grand-mères qui n'avaient pas arrêtés avec leurs histoires de personnes du troisièmes âges. Un vrai calvaire, un ennui mortel. Et pour couronner le tout, elle se retrouvait dans un état pitoyable, avachie sur une table de bar avec deux inconnus dans le même état qu'elle entrain de déclencher un pari complètement stupide. L'alcool fait des ravages, c'est bien connu, et encore une fois plus elle était une des victimes de ce poison qui rongeait ses cibles autant intérieurement qu'extérireuement. Elle fit signe au serveur de lui reservir un verre alors que l'un des deux inconnus - le garçon - levait sa bière en appuyant son mari avant de se ramasser la gueule lamentablement de sa chaise. Sa vulgaire chute déclencha un fou rire de démence chez les deux jeunes femmes avant que Mely ne boive son nouveau verre d'un coup sec et se lève.


« Alors .. allons-y ! » ria t-elle avant de lancer quelques billets sur la table et de devancer les autres en sortant. La nuit était tombée depuis longtemps déjà et l'église sonna les deux heures et demi du matin.

Malgré son état rudement avançé et sa capacité peu développé à mettre un pied devant l'autre, il fallait qu'elle montre aux deux autres qu'elle faisait bien partie de ces gens qui ne croyaient pas en ces animations bon marché qui consistent à faire peur au passant. Toute cette histoire n'était que pièces montées pour égayée un peu la petite ville de Mount Plaisant. Ils avaient pariés, elle gagnerait. La route fut pénible. Roulant comme une tortue avec quelques flash de démence, elle gara sa voiture dans le champs d'enface et osa en sortir. La nuit était pénétrante et le brouillard avait pris possession du paysage ce qui ne permettait pas de voir à plus de deux mètres. Une fine pluie clôtura la scène sinistre et macabre alors que Mely posa son regard sur la maison des Caine. Il était là le théâtre, centre du jeu que certaines personnes avaient invoqués. Un plateau pour jeux de rôles, un vulgaire scène attendant ses marionettes pour ce jouer d'eux. La grande maison de bois se dressait dans le ciel obscure et Mely reprima un frisson. Si elle voulait gagner ce fichu pari débile, il fallait qu'elle ravale sa frayeur à entrer là dedans.


« Je sens qu'on va bien s'amuser, pas vous ? » dit-il en se retournant vers Louise et Jon, tout deux dans le même état saoul qu'elle.

Elle avança la première, les deux autres sur ses pas, quasi à côté d'elle. La peur était un jeu amusant, excitant et des milliers de petits papillons vinrent lui chatouiller l'estomac alors qu'un grand sourire se dessina sur son visage pâle tandis qu'ils gravissaient les quelques marches qui les séparaient de la lourde porte d'entrée. La maison étai abimée par le temps. le bois était rongé, le plancher du perron cassé à plusieurs endroits, les fenêtres étaients fissurées voir cassées et un tout autre tas de problèmes. Mely pensa intérieurement qu'ils devaient avoir sérieusement des problèmes de chauffage et de tuyauterie. C'est pas de bol. Elle se retourna vers ses deux compagnons.


« If there's something strange in your neighborhood, who you gonna call ? Ghostbusters ! » chanta t-elle dans une petite danse improvisée avant de s'arrêter brusquement. La porte d'entrée salement amochée souvrait lentement dans un grincement intenbale, laissant pleine vue aux trois compagnons, sur l'intérieur tout aussi lugubre que la façade extérieure.

« Ouuuuuuuh » Imitant un fantôme - avec des ailes étrangement - elle pénétra la première dans la maison, le rire au visage. « If there's something weird and it don't look good, who you gonna call ? Ghostbusters ! »


{ }
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I ain't afraid of no ghost [R.]   Sam 7 Juin - 21:04

Elle n’avait plus aucune notion du temps. Elle était entrée dans ce bar mais depuis combien de temps ? Dix minutes ? Trente ? Une heure ? Tout ce qu’elle savait, les joues colorées, l’esprit embrumé et le rire facile, c’était qu’elle avait prit une belle cuite. Certes, cette soirée passée dans un bar n’était pas la première mais Louise avait-elle atteint le quota maximal de verres jamais réalisé jusqu’alors ? Elle avait de sérieux doute mais elle n’en était pas loin. D’un mouvement nonchalant, elle porta à sa bouche le verre de vodka qui était posé devant elle, pour finalement le reposer sur le comptoir en bois : il était vide. C’est à ce moment là que Jon, un des deux inconnus avec lesquels elle se saoulait, tomba de son tabouret. Son rire s’éleva dans le bar en écho à la brune qui attendait avec impatience un nouveau verre. Lorsque le sien arriva devant elle, elle ne put s’empêcher de ressentir un frisson : le pari qu’ils avaient lancés, tous les trois, faisait déjà son effet. Non, elle n’avait pas peur. Du moins, pas dans cet état… Comme le dernier repas d’un condamné, elle plongea son regard émeraude dans le liquide transparent de la boisson puis, après l’avoir bu cul sec, le reposa à l’envers sur le comptoir. Elle descendit de son perchoir comme lorsqu’elle était gamine et elle enfila sa veste de jean en descendant les marches en bois du bar.

Rien ne l’avait amenée ici. Dans ce bar, près de cette fille, ni même de rester lorsque l’homme les avait rejointes. Rien de particulier en fait. Loin de sa faculté, elle avait l’esprit libre de toute pensée. Elle se libérait enfin de cette mère trop protectrice, cinglée, et du poids qu’elle avait depuis tant d’années. Sans Maureen, elle s’ennuyait dans le cocon familial et en dehors. Ce soir, sa mère n’était pas rentrée. Un mot sur la table. La colère. Elle ne savait pas comment décrire ce sentiment qui l’avait prise au ventre mais elle avait tout détruit. Ses carnets, ses feuilles, les armoires trop rangées dans sa chambre. L’un des rayons du magasin de fleurs de sa mère. Voilà bien des mois qu’elle tentait de renouer la relation sa mère et son frère. Le diner était préparé par ses soins et il fallaitt seulement le réchauffer. Aucun des deux n’auraient été présent pour ce repars ‘familial’. Elle se voyait mal faire la conversation à des couverts et des chaises vides. Elle aurait peut accrochée des photos sur un mur et elle leur aurait craché la toute la rancune qu’elle possédait en leur lançant des flèches… Des cibles. Ils avaient tous les deux trouver un prétexte pour ne pas se voir et ça, elle avait toujours du mal à l’encaisser.

A l’avant de la voiture, Louise ne cessait de jacter. Oui, jacter. Elle relatait les moindres fautes de la conductrice, un brin d’amusement dans la voix. Son rire venait ponctuer les quelques phrases brouillées que pouvaient bien débiter les trois protagonistes et ses yeux océan détaillaient avec minutie les derniers détails que la brume laissait encore transparaître. Son ivresse la poussait à ouvrir de temps à autre la vitre de la voiture et de crier dans la vallée déserte :
« On va voir Caine ! ». Blasphème, vous dîtes ? Non, elle n’avait peur de rien avec quelques milligrammes d’alcool dans le sang ! Si elle allait là haut, c’était surtout pour le défi lancé à Mely. Cette dernière n’avait pas peur de cette légende et le faisait clairement comprendre à qui mieux mieux. Lou ne savait pas. Elle laissait à l’endroit et à son histoire une part de doute qu’elle ne pouvait atténuer. Elle, la future avocate, ne pouvait donner raison ou tort à la légende sans de preuves concrètes.

« Du moment que le froid ne nous oblige pas à te traîner pour le retour, tout ira bien ! » Lança Lou, en ouvrant non moins délicatement la porte arrière afin que Jon puisse s’extirper de l’engin. Le début de soirée les avait rapidement amenés à parler de la maison la plus connue de Mount Plaisant. Le temps météorologique laissait à désirer et l’apparition de la toiture au travers du brouillard calma tout de suite l’effet des vapeurs alcoolisées de la jeune Thanderson. De la peur. Puis un élan de courage. Deux pas et la machine était lancée. En même temps que Jon, Louise talonnait de près Mely qui avançait vers le perron de la maison Caine. Son frère lui avait souvent conté l’histoire de l’endroit, lorsqu’elle était gamine. Alors, le décor en ruine ne la touchait pas plus que les faits qui s’y étaient déroulés à l’intérieur. Elle ne voyait pas le parquet cassé, la rampe des trois marches fendue, les toiles d’araignée, les fenêtres brisées. Elle voyait plutôt les corps dans les chambres, le sang et l’odeur de décomposition. Non… ce n’était pas du courage qui permettait à la jeune Louise d’affronter le paysage désolant de la façade de la maison mais plutôt une sorte d’adrénaline. La peur ne la prenait pas entièrement aux tripes, elle était ivre. Sa jeunesse et son tempérament d’adolescente étaient revenus au galop : elle n’était pas prudente en entrant là-dedans. Qui de ces trois-là l’étaient réellement après tant de vodka ?

Tentant le diable, Louise porta ses deux mains jointes en forme d’arme à proton contre la tempe lorsque Mely se mit à chanter la célèbre mélodie de Ghostbusters. C’était absurde mais la facétie du pari amusait la blonde comme si elle avait été devant un clown qui envoyait une tarte à la crème dans le visage de son père. Grotesque… Lorsque Mely pénétra à l’intérieur de la maison, Louise lança
« T’as pas une lampe dans ta caisse ? J’tiens pas particulièrement à ma casser une jambe ! ». Inutile. Elle pénétrait déjà dans l’antre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: I ain't afraid of no ghost [R.]   Sam 7 Juin - 23:45


Découvrez Charlie Clouser!


Assis sur un tabouret, situé entre les deux jeunes femmes, il ne comptait plus le nombre de verre de vodka qu'il avait bu. L'alcool lui était monté à la tête au bout du cinquième ou sixième verre. Bien que Jon avait l'habitude de boire de l'alcool à flot, ce soir-là, il n'avait pas tenu le choc comparé aux autres fois. Il n'était plus maitre de ses gestes, de ses dires et encore moins de ses pensées. Si son état était lamentable, celui des deux jeunes femmes étaient similaires. Complètement ivre, Jon était euphorique, riant de tout et de rien. Enfin plus de rien que de tout. A un moment donné, alors qu'il terminait un autre verre de vodka, il avait senti le sol se dérober. Ses mains avaient lâché précipitamment le rebord du bar. Son cerveau n'eut pas le temps de comprendre ce qu'il se passait, que l'adjoint du shérif se retrouva le cul par terre. Un léger mais perceptible grognement s'échappa de ses lèvres alors qu'il se releva avec beaucoup de difficultés. Son sens de l'équilibre avait complètement disparu. Il ne connaissait que trop bien cette situation et il savait déjà, que le lendemain serait une journée difficile.

Seulement, la nuit n'était pas près de se terminer. A cause de Mely et de son stupide défis, les trois jeunes gens devaient se rendre à la maison des Caines. Elle voulait absolument leur prouver que les fantômes et que cette légende était ringarde et que c'était tout à fait faux. Jon avait accepté de le relever. Le connaissant, ce n'était pas surprenant même si le courage était loin d'être dans ses qualités. L'alcool qui coulait dans ses veines lui servait justement à ça. Étouffé la peur et faire naître la curiosité et l'insouciance. Jon avait toujours cru aux histoires surnaturelles mais maintenant qu'il allait se rendre sur les lieux, il frémissait d'impatience. Les deux jeunes femmes l'avaient d'ailleurs sûrement remarqué. Ils ingurgitèrent un dernier verre comme pour se donner du courage et la petite troupe quitta le Saloon, sous l'oeil inquiet du barman.

C'est Mely qui pris le volant. Après tout, c'était une bonne idée quoi qu'elle ne fût certainement pas dans un état acceptable. Tout comme lui et Louise, elle ne faisait pas belle à voir. Le bolide traversa Mount Pleasant avec bien du mal. La route apparemment ne devait pas être droite. A plusieurs reprises, Jon avait senti son coeur se soulever comme si, son repas du soir avait l'intention de revoir le jour. Heureusement pour les sièges arrières, ce n'était que de simple haut le coeur. Le 4x4 se stoppa assez brutalement. Une fois de plus, Jon grogna après Mely, qui s'était retourné vers lui tout sourire.

« Tu conduit vraiment comme un pied ! » Lâcha-t-il à l’intention de la jeune femme, avant de se mettre à rire. Puis Louise lui ouvrit la porte et il la rejoignit à l'extérieur.

Les yeux du jeune Dumphy se levèrent vers la bâtisse. Elle avait quelques choses d'étrange. En la regardant, Jon sentit un frisson lui parcourir l'échine. Ce n'était sûrement pas le moment d'avoir peur d'y mettre les pieds. Malheureusement ce n'était pas de la peur mais; plutôt l'envie d'avoir peur. Les fenêtres étaient soit brisées, soit elles comportaient de nombreuses fissures. Même de là où il était, Jon pouvait voir que la bâtisse était dans un sale état. Mely commença à avancer. Jon ainsi que Louise, la suivirent jusqu'au bat des escaliers. Il monta une marche puis deux et observa la brunette ouvrirent la porte après avoir chantonné un morceau qu'il connaissait bien. Jon porta son regard sur l'intérieur mais, il faisait trop sombre pour qu'il puisse y voir quelque chose. Louise suggéra une lampe. Bonne idée. Il fallait juste espérer que Mely en ai une. Jon fouilla alors ses poches et en sortit un petit objet.

« J'ai un briquet au cas où ! » Il haussa des épaules et monta les quelques marches qui le séparaient de la porte d'entrée. Il pencha sa tête à l'intérieur. Son coeur battait tellement vite qu'il était certain que Mely et Louise l'entendait. Puis il se ravisa et s'éloigna de quelques pas.

« Qui rentre en premier ? » Jon regarda tour à tour les deux jeunes femmes. « Pas moi en tous cas. »

Personne n'eut le temps de lui répondre. Louise venait déjà de franchir la porte. Secouant la tête, Jon resta immobile attendant un quelconque bruit de la part de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I ain't afraid of no ghost [R.]   

Revenir en haut Aller en bas
 
I ain't afraid of no ghost [R.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Libre] I ain't afraid of no ghost.
» GHOST ISLAND
» Animation Ghost Stories
» GHOST IN MY HEAD (ft. THE peacekeeper)
» Ghost in the shell : un remake en live ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Ecstasy of Gold :: FOR A FEW DOLLARS MORE :: Graveyard :: EOG I :: RP-
Sauter vers: