AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Here in my heart [R.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sawyer C. Foxwood
QUEEN SALOPERITYI need to feel your hand upon my face
avatar

Nombre de messages : 2563
Age : 28
Crédit : Psychozee, inthe_sunshine & birdshapedcloud @lj
Nickname : Birdie
Gold is : peace and moving on
Date d'inscription : 16/04/2008

Gold Rush
Living Place: Red Horse Star Ranch
Job: waitress at the Country restaurant
A fistful of names:

MessageSujet: Here in my heart [R.]   Lun 18 Aoû - 19:06

Il était quoi ? Vingt-deux heures, vingt-deux heures trente, et à l'échelle des Texans qui bossent dans un ranch, cette heure-là, c'est tard, très tard quand on sait qu'on se lèvre un peu avant le lever du soleil à cinq heures et demi. C'était tard, et Joan était très bien placée pour le savoir. Pourtant, elle était plantée devant la porte de Clayton Harper, un des cow boys qu'elle employait indirectement dans son ranch, à essayer de déterminer si oui ou non elle allait frapper. Après la déclaration fulgurante qu'il lui avait faite dans l'après-midi, elle avait tourné et retourné dans sa tête la réponse qu'elle pourrait lui faire, mais elle n'avait rien trouvé. A vrai dire, elle était un peu perdue, car elle non plus, elle ne s'était pas attendue à ressentir... ça... Et qu'est-ce que c'était, au juste ? Peut-être qu'il s'était trompé, qu'il ne l'aimait pas, que cela n'était qu'une illusion, une attirance plus forte qu'une autre mais que lorsqu'il apprendrait à vraiment la connaître il se rendrait compte qu'elle était comme les autres, peut-être même pire. Car, comme un oiseau, elle ne s'était jamais posée. Elle n'avait pas que voleter de droite à gauche, sans jamais rester trop longtemps au même endroit. Tout ça pour ne pas s'acheter, pour ne pas perdre sa liberté qu'elle croyait si chèrement gagnée, mais qui en fait ne faisait que l'enfermer. Elle s'enfermait sur elle-même, n'osant faire confiance à personne, et son coeur, qui pouvait facilement battre pour deux, se retrouvait recroquevillé sur lui-même, effrayé dès que quelque chose d'anormal se produisait.

Mais Clayton était comme elle : sans attaches, solitaire, secret. Il s'était confié à elle, par deux fois et peut-être même plus sans qu'elle ne s'en rende compte. Et elle se devait de l'avouer, elle était bien avec lui. Alors pourquoi hésitait-elle encore à frapper à cette porte ? Elle leva la main droite et la referma pour toquer, mais au dernier moment elle se retint. Elle avait peur, toujours. Parce que c'était une situation inconnue pour elle, que pour une fois il fallait qu'elle s'en remette à quelqu'un d'autre. Joan secoua la tête et poussa un long soupir. Elle ferma les yeux et se remémora le regard de Clayton, quelques heures auparavant, et la soirée de la veille, et ce fut comme si ses doutes disparaissaient. Elle frappa trois coups secs et remit ses cheveux derrière son oreille.

La jeune femme fit un tour sur elle-même et vérifia que personne ne l'avait vue. Elle ne savait pas pourquoi elle faisait ça, elle qui n'avait jamais eu peur du regard des autres, mais Clayton avait toujours semblé inquiet des racontars que l'on pourrait faire sur eux deux. Elle s'y conformait, en quelque sorte, et d'une certaine manière, elle non plus ne voulait pas que la chose s'ébruite et surtout que la rumeur vienne à déformer ce qu'elle ressentait en ce moment même. Clayton n'était pas n'importe qui. Surtout pour elle. Il lui avait fait confiance en lui avouant le secret qui pesait sur lui depuis des années, elle ne voulait pas tout gâcher.


« Salut Clayton. » fit-elle lorsque la porte s'ouvrit. Elle lui sourit, et fut soulagée de voir qu'elle ne le réveillait pas.

« Je peux entrer ? » chuchota-t-elle en regardant autour d'elle.

Il était visiblement surpris de la trouver là, mais il s'écarta et elle pénétra dans la petite chambre. Elle ne s'attarda pas sur le décor et se retourna vers lui dès qu'il eut refermé la porte. Joan était nerveuse, mais la présence de Clayton la rassura néanmoins. Elle se tordit les mains un instant, en cherchant ses mots, puis elle planta son regard dans le sien. A ce moment-là, ce fut comme si les derniers murs qu'elle s'était construit autour d'elle venait de sauter. Il lui suffisait de le regarder pour savoir. Pour être sûre à son tour.


« Je sais qu'il est tard mais il fallait que je te parle. » Elle s'approcha de lui, sans le quitter des yeux. « Ce que tu m'as dit tout à l'heure... »

Elle se pinça la lèvre inférieure et fit un pas de plus alors que son coeur tambourinait rageusement à l'intérieur de sa poitrine, comme pour lui hurler de mettre fin à ce silence, et effectivement, elle l'avait au bord des lèvres. Un doux sourire se dessina sur son visage alors qu'elle faisait le dernier pas qui la rapprochait de Clayton, et elle put poser sa main sur le visage du cow boy. Du bout des doigts elle le caressa quelques secondes puis elle murmura son prénom.

« Clayton. »

De toutes les choses qu'elle voulait lui dire elle n'en dit qu'une :

« Je t'aime aussi. »


[ ]

_________________

I'LL BE THERE WAITING FOR YOU
Darling I'll bathe your skin
I'll even wash your clothes
Darling I'll kiss your eyes
And lay down on your rug


I'M STEVEN R. MCQUEEN'S HIDDEN WIFE
PACSEE AVEC API
TROLOLO !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdshapedcloud
Sidney Locksmith
EMPRESS LENTORITY
don't ever take me seriously

avatar

Nombre de messages : 895
Age : 26
Crédit : MOI-MEME ; todayland_icons
Nickname : Liily
Date d'inscription : 16/04/2008

Gold Rush
Living Place: LA ESCALERA RANCH.
Job: RANGER.
A fistful of names:

MessageSujet: Re: Here in my heart [R.]   Lun 18 Aoû - 22:07

Le reste de l’après-midi avait était pour le moins confus. Si la matinée avait été marquée par son mutisme et son comportement étrange, la soirée avait été pour sa part caractérisée par son immobilité totale. Sans prendre part aux discutions animées habituelles, Clayton était resté assis, sans piper mot, avant de retourner dans sa chambre sans avoir touché à son assiette. Et, allongé sur son lit, les yeux fixant le plafond blanc sans le voir, il réfléchissait. Bien qu’il savait avoir agit comme un crétin, débarquant ainsi et prétendant savoir quelque chose alors qu’il fuyait toute forme d’attache depuis plus de dix ans. Qui plus est à celle dont il n’avait pas le droit de tomber amoureux. Mais c’était ainsi, il le savait. C’était d’ailleurs la seule chose qu’il savait, perdue dans le méandre de ses pensées. S’il ne doutait pas de ce qu’il éprouvait, en revanche il ne savait que penser de son comportement, et l’annoncer comme cela à Joan prenait des allures d’acte inconsidéré. Jamais il ne s’était montré si sincère, alors qu’il n’avait pas la moindre idée de ce qu’elle pouvait ressentir. Il avait agit avant de réfléchir, et voilà qu’il se retrouvait dans un triste état. Immobile, ne pouvant et surtout ne voulant pas l’écarter de ses pensées. Le mieux serait encore de se lever pour aller s’excuser de lui avoir dit cela, que c’était inconsidéré et qu’il regrettait. Alors que c’était totalement faux. S’il regrettait d’avoir agit aussi brutalement, il était toutefois soulagé qu’elle sache maintenant ce qu’il avait sur le cœur.

Se relevant légèrement, il enfouit son visage entre ses mains, et ferma les yeux en se massant les tempes, tentant de trouver un solution. Le plus simple aurait encore été de n’avoir rien dit, rien tenté, et d’avoir laissé les choses suivre leur court. Pourtant, il en avait été incapable, l’attraction que Joan exerçait sur lui était telle qu’il ne se sentait pas de taille à jouer l’indifférent. Ne voulait pas non plus. Après tout ce temps, il avait renoncé à croire que cela était possible, et pourtant le fait était qu’il ne pouvait s’empêcher de l’aimer. Elle, et pas une autre. Sachant cela, il n’avait que deux possibilité. Soit c’était réciproque, ce dont il ne pouvait s’empêcher de douter, soit non. Et il n’avait plus qu’à quitter une nouvelle fois la ville.

Toujours perdu dans ses réflexions, il crut que les coups frappés à sa porte était un effet de son imagination. Leur origine ne faisait aucun doute, probablement un cow boy en mal de partenaire de poker à cette heure tardive. Sans prendre la peine de se composer une mine enjouée, il se leva et ouvrit la porte. Immédiatement, il se figea. Comme si la vision l’avait cloué sur la place, et son cœur s’emballa bien malgré lui. Elle était là. Juste devant lui. D’un hochement de tête, il l’invita à entrer, convaincu qu’il s’était assoupis. Dans une minute, il se réveillerait en réalisant qu’elle n’était pas venu. Mais si c’était un rêve, alors il avait l’intention d’en profiter le plus possible. Elle était là, et lui souriait.

Sans rien dire, il l’écouter, les yeux fixés dans les siens. Elle mentionna ce qu’il avait dit dans l’après-midi, ce qui semblait l’embarrasser. Il comprenait, et n’ajouta rien. Il se devait de la laisser finir, et elle était maintenant là. Tout près. Un léger frisson lui parcouru l’échine quand la main de la jeune femme effleura sa joue, et il fut incapable de répondre à son sourire. Il ne faisait qu’attendre, mais pourtant n’était plus anxieux. Elle ne se serait pas approchée si elle avait voulu faire taire ses espérance. Alors il se surprit à espérer, et à croire que son erreur n’en était finalement pas une.


« Oh Joan … »

Ses yeux manquèrent de s’écarquiller et son cœur s’arrêta littéralement de battre. Elle aussi. C’était la meilleure chose dont il aurait pu rêver, et il n’arrivait pas y croire. Pourtant il ne pouvait douter de leur véracité, puisque le contact des doigts de Joan sur sa peau était beaucoup trop réel pour qu’il ne l’invente. Alors, enfin, un sourire éclaira son visage, et il fit la première chose qui lui traversa l’esprit. Il avança à son tour, et serra la jeune dans ses bras, enfouissant son visage dans la cascade de cheveux blonds qui lui tombait sur ses épaules, respirant par la même occasion leur parfum. C’était comme s’il avait attendu ce moment depuis longtemps sans en avoir conscience, et maintenant qu’elle était près de lui, il lui semblait que rien ne pouvait retenir de faire ce dont il rêvait depuis le début. La serrer contre lui.

Redressa la tête pour lui faire face, il la regarda intensément quelques seconde, puis l’embrassa. Pas un timide baiser comme la veille lorsqu’il n’avait pas idée de sa réaction, mais une véritable preuve de ce qu’il ressentait. On ne pouvait mentir à propos de ces choses là. Leur étreinte dura plus longtemps cette fois, parce qu’il était sûr de ne pas la blesser. Ils se séparent lorsque leurs organismes respectifs crièrent grâce, et Clayton appuya son front contre celui de la jeune, sans cesser de la garder serrée contre lui.


« Si tu savais à quel point je suis heureux que tu sois venu. »

Un aveu ? Peut être bien. Sa voix n’avait été qu’un murmure, et il continua de sourire de son sourire en coin caractéristique tandis qu’il l’entrainait à côté de lui sur le maigre sofa qu’offrait la dépendance, confus de ne pas avoir mieux. Gardant un bras derrière ses épaules, il plongea son regard dans le sien, et avoua, l’air désolé.

« J’aurais aimé te proposer mieux, mais je ne suis qu’un pauvre cow boy ! »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sawyer C. Foxwood
QUEEN SALOPERITYI need to feel your hand upon my face
avatar

Nombre de messages : 2563
Age : 28
Crédit : Psychozee, inthe_sunshine & birdshapedcloud @lj
Nickname : Birdie
Gold is : peace and moving on
Date d'inscription : 16/04/2008

Gold Rush
Living Place: Red Horse Star Ranch
Job: waitress at the Country restaurant
A fistful of names:

MessageSujet: Re: Here in my heart [R.]   Dim 24 Aoû - 13:59

Joan se sentit soudainement soulevée de terre. C'était peut-être dû au fait que Clayton la serrait avec force dans ses bras, ou alors parce qu'elle venait de dire une vérité qui lui pesait sur le coeur et qui, maintenant prononcée, faisait disparaître toute l'anxiété qu'elle avait eu jusque là. Elle se blottit contre lui, en glissant son visage dans le creux de son cou et ferma les yeux, appréciant ce soudain contact qu'elle avait au fond toujours espéré. Depuis le premier jour. C'était quelque chose d'inexplicable que cette attirance qu'elle avait eu pour lui dès le premier moment où elle l'avait vu dans le saloon, dès les premiers mots qu'il avait prononcé à son adresse. Et pourtant, cette impression étrange n'avait fait que se confirmer au cours des dernières semaines, à chaque mot, à chaque regard échangé. Elle aimait Clayton, il n'y avait plus aucun doute là-dessus.

Ils s'écartèrent quelques secondes, le temps de se regarder à nouveau, de voir avec un nouveau regard la personne qu'ils avaient en face d'eux, qui n'était plus un cow boy ou la gérante frivole d'un ranch, mais bien la personne qui avait volé leur coeur. Elle pouvait maintenant se permettre de le regarder en pensant à lui comme à un amant, en ne s'interdisant plus aucun sentiment, plus aucune émotion comme elle l'avait fait auparavant. Tout était dit désormais.

Il posa ses lèvres contre les siennes et elle répondit à son baiser en se plaquant contre lui et en passant ses mains sur sa nuque, ses poings se refermant avec force dans ses cheveux tant son corps et son coeur vibraient de ce contact qui voulait dire tant de choses. Elle avait l'impression, par ce simple mais puissant baiser, de lui hurler de toute sa force les trois petits mots qu'elle avait murmuré juste avant, que cette étreinte était l'écho amplifié des battements précipités de son coeur chaque fois qu'elle pensait à lui.

« Je ne regrette pas le voyage non plus... » souffla-t-elle quand il l'entraîna vers le canapé.

C'était la première fois depuis son arrivée dans la pièce qu'elle faisait attention au décor. Elle n'était jamais venue dans les dépendances, c'était toujours très mal vu d'avoir un gérant de ranch en train de trop traîner près des employés, surtout si le gérant était en fait une gérante, et qu'elle était grande, mince et blonde. Les rumeurs allaient déjà bon train sur les soeurs Foster, pour Joan cela n'aurait été qu'un ragot de plus à son propos, mais elle savait que la situation de Clayton était plus fragile, à cause de son passé ici. Ils devaient être prudents. Préserver ce qu'ils avaient, comme un secret. Et cela n'en paraissait que plus beau.


« Tu... » Elle posa sa main sur le torse de Clayton et balaya la pièce du regard avant de river ses yeux dans les siens, « tu pourrais venir à la maison... Enfin si tu veux. »

Joan déposa sa tête sur l'épaule de Clayton et se serra un peu plus contre lui. C'était presque surréaliste d'être ainsi avec lui alors qu'ils n'avaient échangé qu'un minimum de paroles, exception faite des deux derniers jours qui venaient de s'écouler et qui avaient été plus que mouvementés. Mais elle ne le regrettait pas, bien au contraire. Il s'était ouvert à elle et lui avait fait confiance. C'était la première fois que cela se produisait. Et surtout, elle avait l'impression de compter. Cette confiance qu'il lui avait accordé la dispensait de jouer un rôle, ce même rôle qu'elle avait toujours joué et dans lequel elle avait fini par se complaire.


« Je veux passer du temps avec toi. » ajouta-t-elle en fermant les yeux.

Elle n'était pas un oiseau indépendant. Elle n'était pas un être sans racines ni valeurs, elle n'était pas insouciante et inconsciente, elle était loin d'être la Joan Foster que tout le monde imaginait. Joan en fait n'était pas téméraire ni courageuse, dans sa quête effrénée de la liberté, en fait elle cherchait la quiétude d'une vie sans jugement.

_________________

I'LL BE THERE WAITING FOR YOU
Darling I'll bathe your skin
I'll even wash your clothes
Darling I'll kiss your eyes
And lay down on your rug


I'M STEVEN R. MCQUEEN'S HIDDEN WIFE
PACSEE AVEC API
TROLOLO !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdshapedcloud
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Here in my heart [R.]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Here in my heart [R.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» The way of the heart.
» Total eclipse of the heart ? Pete (terminé)
» Grimoire Heart
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ? le 30/03 vers 01h58

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Ecstasy of Gold :: FOR A FEW DOLLARS MORE :: Graveyard :: EOG I :: RP-
Sauter vers: