AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Lewis Locksmith
COWBOY CASANOVA ϟ but he’s candy-coated misery.
avatar

Nombre de messages : 319
Age : 28
Nickname : corpseheart.
Gold is : women.
Date d'inscription : 05/09/2009

Gold Rush
Living Place:
Job: lumberjack.
A fistful of names:

MessageSujet: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   Lun 15 Nov - 23:44



    put a bullet in your gun

    Nom : Locksmith.
    Prénom(s) : Lewis Dwight Clyde.
    Âge : Trente-deux ans.
    Date et Lieu de Naissance : Le quatre juillet, à Mount Pleasant, Colorado, USA.
    Emploi : Bûcheron et agriculteur de formation familiale, il fait également bon usage de ses études d'économie en gérant les finances de la ferme familiale.
    Famille affiliée : Le sang fier et pur des Locksmith coule dans les veines de Lewis, cela se voit dès que l’on pose les yeux sur lui et loin de lui l’idée de le nier un jour. Ses trois frères, sa sœur et lui font partie d’une branche descendant plus ou moins directement du fameux Clyde Locksmith ; n’étant pas le moins du monde friand de généalogie, Lewis ne s’est jamais intéressé au pourcentage de « pureté » de son sang et s’en fout pas mal. Plutôt individualiste, il est fier de son nom parce qu’il est le sien, pas parce qu’il est celui d’un illustre personnage, et ce en dépit de l’avis du reste de son clan, qui le considère parfois comme un traître de ne pas chérir ses ancêtres plus que cela.

    pleased to meet you

    Lewis n’est pas un personnage trop difficile à cerner, au contraire, il fait plutôt partie de ceux dont on pense connaître le genre dès le premier coup d’œil et qui donnent raison aux soupçons dès qu’ils ouvrent la bouche. L’enveloppe de machisme et de grande gueule qu’il expose au grand jour est bien entendu un trait dominant de sa personnalité, il ne s’en cache pas, néanmoins si l’on gratte un tant soit peu le vernis de son sourire carnassier, on découvre un homme charismatique, à l’humour communicatif et capable de tenir des conversations portant sur autre chose que la couleur à la mode pour les dessous féminins. Sans être LE Don Juan de Mount Pleasant, il a tout de même à son actif un tableau de chasse bien rempli ; il argumente que son amour des femmes est plus fort que tout, il n’est pas accro au sexe comme beaucoup le pense, il est juste doté – à moindre échelle – d’un cœur d’artichaut. Même s’il ne tombe pas amoureux, il ressent très facilement une attraction pour le sexe opposée et dès que cela arrive, il ne se pose pas la question de peser le pour et le contre, il fonce, quelles qu’en soient les conséquences. En général, son côté manipulateur lui permet de bien s’en sortir et il n’a jamais subi les foudres d’un mari trompé ou d’une petite amie éconduite. Il doit cela à sa discrétion sans faille et à cette faculté d’entourlouper les gens avec des mots qui lui a sauvé la mise plus d’une fois depuis l’enfance. Lewis Locksmith n’a pas pour autant une réputation en or, ceux qui le connaissent s’accordent d’ailleurs sur le fait qu’il est soit l’un des types les plus adorables du monde soit le plus détestable, il n’y a en général pas de demie mesure avec lui.
    Son côté séducteur proéminent rend difficile à croire le fait qu’une femme ait pu un jour lui passer la corde au cou. Et pourtant. Elle s’appelait Ellie, Ellie Wyndham, elle avait de longs cheveux blonds, des yeux verts rieurs et un rire cristallin qui avait captivé son attention en un quart de seconde. Elle n’avait rien d’extraordinaire, il était sorti avec de plus jolies, de plus minces, de plus grandes, et pourtant, elle avait ce petit plus qui faisait qu’en sa compagnie, plus rien d’autre ne comptait. Pour la première fois de sa vie, il ne ressentait rien d’autre que le besoin d’être auprès d’elle. Le fait que cette sensation dure plus de deux mois d’affilés lui intima qu’il tenait une perle rare, il était persuadé d’être pour la première fois amoureux et ce fut sans doute pour cela qu’il n’attendit pas davantage pour franchir le pas et lui passer la bague au doigt. Si d’un point de vue extérieur, ils semblaient former le couple idéal, chacun étant accueilli dans la famille de l’autre les bras grand ouverts – ceux des Wyndham de façon moins calculatrices que les Locksmith –, Ellie étant aussi rayonnante qu’un champ de blé et Lewis exhibant fièrement son alliance, ce dernier se rendit vite compte qu’elle n’était pas l’exception tant attendue. Ils fêtaient à peine leurs trois mois de mariage qu’il se mettait à la tromper avec une nouvelle venue en ville. Il vécut une relation passionnée avec cette autre sans que son épouse ne soupçonne quoi que ce soit. Le pire était qu’il n’avait aucun scrupule à agir ainsi, allant même jusqu’à se féliciter de rester un mari modèle qui répondait à tous ses devoirs et obligations. Le sort le rattrapa cependant rapidement. Son amante le quitta pour retourner dans sa grande ville et, quelques semaines plus tard, le coup de grâce fut asséné lorsqu’Ellie perdit la vie dans un tragique accident. Lewis comprit le véritable sens du mot « solitude » et expérimenta pour la toute première fois une phase de dépression. Il essaya de ne rien laisser transparaître, se cloîtrant chez lui dans les moments les plus insupportables, passant ses soirées au bar du coin pour donner le change. Mais quelque chose s’était brisé. Pas son cœur, non, car il se remit à battre pour d’autres assez rapidement, seulement une infime partie de lui devait sans doute être partie en même temps qu’Ellie.
    Fêtard, il l’est. Sortir le soir est une habitude dont il n’est pas près de se débarrasser et prendre une bière après une dure journée de labeur est comme qui dirait légion à Mount Pleasant. Lewis est doté d’une descente faramineuse qu’il doit à la pratique mais qui est mise à rude épreuve par une consommation de plus en plus excessive. Entre une facilité à lever le coude et un grave problème, il n’y a qu’un pas que Locksmith se défend d’avoir franchi. Ce n’est pas parce qu’il apprécie un bon verre de scotch, même quand il est seul chez lui, qu’il est alcoolique. Cela serait vrai si seulement le nombre demeurait unique, cependant il s’agit en général de plusieurs, voire d’une bouteille complète pendant la nuit. Suffisamment malin pour ne pas boire quand il sort, Lewis sait déguiser les apparences pour apparaître toujours sain d’esprit et n’éveiller aucun soupçon. Il va même jusqu’à pousser le vice à offrir des tournées générales plus fréquemment qu’autrefois, comme si sa conscience était davantage apaisée en partageant, mais surtout parce que personne ne vous juge pourvu qu’il y a de l’alcool gratuit. Jusqu’à présent, le whisky est le meilleur allié contre toutes les pensées qui lui traversent l’esprit lorsqu’il se retrouve seul face à lui-même, la tequila est aussi chaleureuse qu’une étreinte et la vodka le réconforte en lui murmurant qu’il a encore la vie devant lui. Vie qui est pourtant menacée par ce nouveau mode de vie ; car s’il fait attention à ne pas se retrouver dehors avec un coup dans le nez, il a un jour repris sa voiture en sortie de bar et cette dernière a terminé dans le décor en moins de temps qu’il n’en fallut pour lui de penser « je n’aurais pas dû prendre ce dernier shot ».

    join the legend

    Lewis a été biberonné aux légendes de Mount Pleasant. Quand il était enfant, sa mère lui racontait chaque soir, à la lueur d’une bougie, l’une des terrifiantes histoires à propos des indiens qui avaient lancé une malédiction sur la ville et tous ses habitants. Si sa génitrice y croyait dur comme fer, Lewis apprit de son père qu’il ne s’agissait que de contes de bonnes femmes destinés à effrayer les plus jeunes et les touristes – ainsi que les Wyndham mais le jeune garçon ne comprit l’allusion que bien plus tard – et qu’il valait mieux prendre tout cela avec du recul. C’est donc avec un état d’esprit ni trop croyant ni trop critique qu’il grandit, se développa à travers d’autres histoires et, faute de constater des événements sortant de l’ordinaire, oublia peu à peu les vieilles légendes. Les circonstances étranges dans lesquelles sa femme est morte ont néanmoins fait ressortir quelques souvenirs du placard, insinuant de vagues doutes dans son esprit. Cependant il se garde bien d’en discuter avec qui que ce soit. Par peur d’être pris pour un fou. Ou pire, d’être pris au sérieux.


    come along for a ride

    Lewis est quelqu’un d’actif, il lui est impossible de rester enfermé dans un même lieu trop longtemps – c’est en partie ce trait de sa personnalité qui lui a empêché de trouver un travail en dehors du ranch familial – et par conséquent il possède plusieurs moyens de locomotion pour se déplacer. Il y a encore quelques mois, il ne jurait quasiment que par sa voiture, une Chevrolet Silverado rouge qui lui était fidèle depuis 2002 mais qui a malencontreusement fini dans le décor lors d’un fâcheux accident. Les réparations coûtant les yeux de la tête, il a dû s’en débarrasser et n’a pas encore pris la peine d’en racheter un nouveau, ses finances personnelles n’étant pas forcément disposées à un tel achat. Il compte donc sur la générosité de ses proches pour le conduire en ville ou sur ses bonnes vieilles jambes, qui ne lui ont jamais tant servi. Lorsqu’il doit se rendre sur son « lieu de travail », qui est en réalité la portion de bois qui se trouve sur l’immense domaine de ses parents, il enfile son stetson et ses éperons pour chevaucher l’un des chevaux du ranch. Il ne possède pas sa propre monture, tout du moins il n’en possède plus depuis la mort, l’année dernière, de Howling, un étalon mustang qu’il avait eu alors qu’il n’était encore qu’un poulain. Plus affecté qu’il ne l’aurait voulu par cette disparition, il ne souhaita pas en racheter un et change désormais régulièrement de compagnon de route. Sa femme lui avait fait découvrir les joies du vélo et s’il est propriétaire d’un VTT digne de figurer au départ d’une course professionnelle, il n’est pas vraiment convaincu des bienfaits de ce mode de transport ; c’est donc uniquement en cas d’urgence qu’il ne sort son deux-roues.


    i couldn't loose this for any gold

    Doté d’une fierté et d’un égo dénués de toute borne, Lewis porte trop d’affection à sa propre personne pour se lier émotionnellement à tout objet physique et il fait partie de ce groupe de la population qui aime tellement l’argent qu’à ses yeux tout a un prix. Lui le premier. S’il était certain que cela lui rapporterait suffisamment, il céderait l’un de ses reins, un membre de sa famille ou même son nom. Cela ne veut pas dire que c’est un être sans cœur, dénué de sentiments, non, il possède simplement ses priorités et il a appris depuis un certain temps que seul l’argent était apte à ne jamais décevoir. Les hommes sont trop frivoles, trop susceptibles de trahir, mais surtout, ils disparaissent. Alors que l’argent, lui, peut changer de forme et de texture, seulement il sera toujours là. La vie a fait comprendre à Lewis qu’il était moins douloureux de s’attacher à des billets verts plutôt qu’à des organismes faits de chair et de sang. Il en va de même pour la terre sur laquelle il est né. Il la chérit comme n’importe qui mais a prouvé qu’il pouvait la quitter sans que cela ne lui arrache le cœur. L’unique chose qu’il ne pourrait supporter de perdre, peut-être, est la compagnie féminine.



    last but not least
    Avatar : Patrick Wilson (j'avais prévu une blague à ajouter à la suite mais en fait, il se suffit à lui-même Arrow ).
    Pseudo : Heart, Corpse Heart.
    Qui es-tu ? Range Rider mais je dois demeurer dans l'anonymat pour sauver les mustangs sauvages !
    Où as-tu trouvé Ecstasy of Gold ? Entre deux chemises à carreaux, il s'était glissé là par je ne sais quelle fantaisie, le fourbe !
    Qu'en penses-tu ? C'est trois tonnes de crottin.



Dernière édition par Lewis Locksmith le Mer 24 Nov - 13:49, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lewis Locksmith
COWBOY CASANOVA ϟ but he’s candy-coated misery.
avatar

Nombre de messages : 319
Age : 28
Nickname : corpseheart.
Gold is : women.
Date d'inscription : 05/09/2009

Gold Rush
Living Place:
Job: lumberjack.
A fistful of names:

MessageSujet: Re: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   Lun 15 Nov - 23:44

    life is only made of memories

    « I wear this crown of thorns upon my liar's chair
    Full of broken thoughts I cannot repair »
    « Lewis ? »

    Installé sur son fauteuil le plus confortable, le regard plongé dans le vide de la cheminée éteinte, Lewis n’entendit pas la voix étouffé de l’autre côté de la porte d’entrée, son organisme tout entier était focalisé sur le verre dans sa main droite et sur la tonalité du téléphone mal raccroché. De nouveaux coups pressés furent tapés mais le temps que l’information parvienne jusqu’à son esprit, le calme était revenu. Les bips continuaient, seul rempart contre le silence oppressant qui régnait dans la demeure. Leur régularité avait quelque chose de réconfortant, comme une symphonie à l’uniformité parfaite. Pas la moindre fausse note, pas le moindre écart. Rien de comparable avec une vie humaine qui pouvait basculer à n’importe quel instant. Peut-être que si lui-même avait fait preuve de plus de régularité, il n’en serait pas là. Peut-être l’entendrait-il encore lui raconter sa journée, dans la pièce d’à côté, tandis que le fumet de l’un de ses fameux petits plats s’élèverait, emplissant la maison toute entière. S’il pouvait revenir à un tel moment, il ne ferait plus semblant de l’écouter, au contraire, il boirait la moindre de ses paroles ; d’ailleurs, il ne serait même pas assis ici, il serait dans la cuisine, posé contre le comptoir, à la dévorer des yeux. Si seulement il pouvait la revoir une dernière fois. L’ultime image qu’il avait d’elle était affreuse, il avait à peine reconnu son visage tuméfié, il en voulait une nouvelle. Il voulait se rappeler de son parfum, de la texture de sa peau, du son de sa voix mais tout était lointain. Elle s’était déjà transformée en souvenir. Comment cela était-il possible ? Elle était seulement morte la veille. Sa présence aurait encore dû se trouver ici, au détour d’un couloir, mais rien. C’était comme si elle n’avait jamais habité là. Comme si, au fond, il avait toujours été seul entre ces quatre murs.

    « Lewis ? » Cette voix, plus proche maintenant, le sortit immédiatement de sa torpeur. Au lieu de saluer son ami de toujours, il avala une rasade de whisky. « La porte d’entrée n’était pas verrouillée… Comment tu te sens ? Bon sang, il fait un froid de canard ici. » Le bûcheron hocha la tête sans véritablement comprendre tout ce qui venait d’être dit. Son regard suivit Kale qui alla fermer la fenêtre grand ouverte. Alcool aidant, Lewis avait oublié qu’il n’était pas recommandé d’aérer trop longtemps au début de l’hiver. Ce fut seulement quand le vétérinaire revint vers lui qu’il se rendit compte de la température. Un frisson lui parcourut l’échine, il ouvrit la bouche pour remercier son ami mais aucun son n’en sortit. Il but une énième gorgée de courage liquide, la dernière de son verre actuel et lâcha un soupir las.
    « Veuf, » finit-il par articuler. « Vingt-huit ans et veuf. Il y en a qui se sont à peine faits à l’idée de me savoir marié et hop, » il tapa sa paume contre sa cuisse en illustration, « je ne le suis déjà plus. » Un rire nerveux lui échappa, qui s’effaça bien vite pour laisser place à une expression d’incompréhension. « Pourquoi elle, Kale, pourquoi ? »
    « C’était un accident, ça aurait pu arriver à n’importe qui. » Le grand brun hocha la tête sans trouver les mots justes. Il n’avait pas l’habitude de voir Locksmith dans un état pareil ; à vrai dire, il ne l’avait jamais vu dans un état de détresse aussi profonde. Pour la première fois, ce dernier ne se dissimulait pas derrière une carapace d’arrogance pour faire face à une difficulté, il était profondément affecté. Comme quoi, en dépit des apparences, il possédait un cœur, comme tout le monde.

    Le regard de Lewis se perdit à nouveau dans le vide. Ses mille et une pensées revenant à la charge de sa boîte crânienne, l’étouffant comme avant l’arrivée de Kale. Il avait tant de choses à lui dire, tant d’incertitudes à partager avec son ami d’enfance, mais il n’arrivait pas à se concentrer suffisamment pour faire s’envoler cette fierté déplacée qui l’empêchait de s’ouvrir. Il avait pourtant tellement envie de s’épancher sur l’épaule de celui qu’il considérait comme un frère, qui avait toujours répondu présent dès l’instant où il l’appelait, qui l’avait soutenu dans les pires moments, qui ne l’avait jamais jugé. Il ne pouvait pas. Il était trop viril pour raconter ses misères comme une vulgaire adolescente. Il s’était par ailleurs déjà montré trop faible en se lamentant de la sorte. Il était temps qu’il se reprenne en main. Il n’était pas une lavette. Il était au-dessus de tout ça.


    « Kale ? » Le vétérinaire hocha la tête, touché par le ton plaintif de son ami, prêt à faire tout ce qui lui demanderait, prêt à le réconforter s’il en avait besoin, vraisemblablement prêt à tout dans de pareilles circonstances. « Tu peux aller me chercher une bière à la cuisine ? » Highman se mordilla la lèvre inférieure. Il ne s’était pas attendu à cela. Néanmoins il obtempéra, se dirigeant dans la pièce adjacente aussi rapidement que s’il avait été chez lui. « Tu peux en prendre une pour toi, » précisa Lewis sans bouger de son fauteuil. Il eut un flash durant lequel la voix douce d’Ellie lui répondit qu’elle arrivait tout de suite. Il se retourna sur la silhouette de Kale qui revenait dans le salon ; il le fixa intensément pendant une longue minute, le temps suffisant pour que ce dernier se sente mal à l’aise et reprenne sa marche jusque le canapé. Il lui tendit une bière ouverte – il n’en avait pas pris pour lui – et le débarrassa de son verre vide.

    « Merci, » lâcha-t-il après un moment de silence. Et par ce simple mot il ne se montrait pas juste reconnaissant de la bouteille apportée, non, il le remerciait de sa présence, de son amitié qui ne connaissait aucune borne, de tout ce qu’il avait déjà fait et ferait encore pour lui. Dans le même temps, il se jura de lui rendre la pareille un jour, de ne plus être le mauvais ami qui reçoit plus qu’il ne donne. La disparition d’Ellie lui avait appris la valeur de la vie de ses proches, s’il n’était pas certain que son épouse lui manque un jour, il pouvait sans peine dire qu’il existait une personne sans qui le monde serait insupportable. Et elle se trouvait dans la même pièce que lui.


Dernière édition par Lewis Locksmith le Mer 24 Nov - 16:46, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lewis Locksmith
COWBOY CASANOVA ϟ but he’s candy-coated misery.
avatar

Nombre de messages : 319
Age : 28
Nickname : corpseheart.
Gold is : women.
Date d'inscription : 05/09/2009

Gold Rush
Living Place:
Job: lumberjack.
A fistful of names:

MessageSujet: Re: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   Lun 15 Nov - 23:45


« When I am through maybe we can meet again
Further down the river and share what we both discovered
Then revel in the view »
    Dead Coyote Saloon. Vendredi soir. Milieu de soirée. Comme à son habitude, Lewis était adossé au comptoir, une bière dans la main droite, le regard circulant dans le reste de la salle, tel un aigle averti à la recherche d’une proie ou tout au moins d’un visage familier. Il jeta un coup d’œil sur sa montre, l’heure de pointe n’allait plus tarder. Il termina son verre et eut à peine le temps de se retourner pour commander le suivant qu’une silhouette prit place à ses côtés. Il ne regarda pas le visage de la jeune femme – pas besoin, son parfum l’avait trahie dès qu’elle s’était trouvée à moins de trois mètres de lui – mais un large sourire éclaira son visage. Il fit aussitôt signe au barman de doubler sa commande.

    « Vous êtes tellement prévisible, Shérif Rosbrough. »
    « Je peux dire la même chose de vous, Monsieur Locksmith. »
    « Qu’est-ce que je peux dire ? Je tiens à mes petites habitudes du vendredi soir. » Il lui tendit l’un des deux verres, prit le sien et entrechoqua leurs deux bords pour trinquer. « Aux bonnes habitudes. »
    « Tu parles comme un vieux. »
    « C’est parce que je suis vieux. »
    « Je trinque pas avec les vieux. »
    « Tu préfères coucher avec eux… » Lewis ne vit pas le coup venir mais le sentit très bien. En plein dans l’os de l’épaule. « Aouch. Brutalité policière, ça va te coûter cher. »
    « Je ne suis pas en service donc ça n’est pas recevable. Mais comme je suis super sympa je vais me faire pardonner avec la prochaine tournée. »
    « Waw, on vient à peine de commencer celle-là que tu penses déjà… » Il baissa les yeux sur le verre de Jill qui était aux trois-quarts vide. « Je vois, » termina-t-il dans un sourire. « Dure journée ? »
    « Mouais. Veux pas en parler. Boire plutôt, » marmonna la shérif-adjointe en descendant la dernière rasade de sa première bière. « Quoi de neuf de ton côté ? »
    « Rien. » Il termina à son tour son verre puis le reposa machinalement sur le comptoir. Son regard vagabonda un moment sur l’étalage de bouteilles en face de lui tandis que plusieurs pensées emplissaient son esprit. Il y avait tout d’abord cette histoire de dettes qu’il avait découverte et qu’il devrait régler au plus vite avec l’un des descendants Bloodsworth – il savait à quelle branche de cette famille s’en prendre, il avait même jeté son dévolu sur celle qui l’aiderait à fixer tout ça – mais, et c’était surtout cela qui l’agaçait, il avait reçu un appel de sa belle-mère – ou ancienne belle-mère, il ne savait pas trop comment la cataloguer puisqu’il n’avait jamais eu l’occasion de lire le manuel du parfait petit veuf – qui lui annonçait qu’il n’était plus invité à leur repas du dimanche suivant. Elle avait argumenté qu’elle recevait d’autres membres de la famille et qu’elle ne pouvait pas se permettre d’avoir un invité de plus mais Lewis était conscient de la vraie raison : il n’était plus le bienvenu autour de leur table parce qu’ils avaient un remplaçant. Et bien que cela le tuait de l’avouer, il était jaloux de cette personne qui avait pris sa place, il était jaloux de Kale qui était le nouveau « beau-fils » de la famille Wyndham. Egalement, et cela était une pilule encore plus difficile à avaler, il était jaloux d’Evelyn qui lui volait de plus en plus son meilleur ami, qui préférait passer ses soirées en tête-à-tête avec sa « chère et tendre » plutôt que devant la télé avec son plus vieux pote.

    « Hé ho ! Je te parle ! » Lewis reçut un nouveau coup, plus doux que le précédent, sur son bras, qui eut tôt fait de le ramener dans l’instant présent. « Ca va faire, quoi, trois ans ? Pourquoi tu portes toujours ton alliance ? »
    « Parce que je suis un romantique nostalgique, » commença-t-il avec un air sérieux qui se heurta à la mine peu impressionnée de Jill. « D’accord, c’est parce que c’est un véritable piège à filles. » Yeux levés au ciel. « Je t’assure ! Ca me permet de cerner en un clin d’œil à qui j’ai à faire. Dans le meilleur des cas, elles sont attirées toutes seules, par l’amour du risque, parce que c’est un fantasme récurrent que de coucher avec un homme marié. »
    « N’importe quoi ! »
    « Je parle en fin connaisseur, crois-moi. Et si jamais je suis face à quelqu’un de plus récalcitrant, une féministe avertie ou quelque chose dans ce genre là, hop, je sors la carte du veuf éploré et la pitié joue en ma faveur. »
    « Oh mon dieu ! Je devrais t’enfermer pour proxénétisme ! » Lewis éclata d’un rire franc et massif que Jill suivit dans la même seconde. « Sauf que tu serais ton propre mac et vu que tu ne te fais pas payer, la loi te laisserait sortir rapidement. »
    « Et puis tu devrais témoigner pour moi vu que tu as déjà eu droit à mes faveurs. »
    « Heureusement pour moi, je ne suis pas tombée dans tes filets à cause d’un coup foireux pareil ! »
    « Non, toi, ça a été plus facile, j’ai juste eu à te payer un verre. » Cette fois, il fut plus rapide et se protégea le bras pour éviter toute attaque. Jill, apparemment frustrée de ne pouvoir se venger physiquement, se leva sans un mot – mais avec un regard à la fois noir et amusé – puis s’éloigna dans la foule. Pris au dépourvu, Lewis resta comme un rond de flan au bar. Avait-il été trop loin ? Pourtant il lui semblait que sa relation avec la jeune adjointe au shérif avait dépassé depuis longtemps le stade des ex-amants qui se cherchaient encore, tout était clair entre eux, ils étaient d’excellents amis qui n’usaient pas de langue de bois. Il sursauta, recrachant au passage la gorgée de bière qu’il était en train d’ingurgiter, quand deux mains se posèrent abruptement dans son dos.
    « Tu as la scène tout à toi dans quatre minutes, » lâcha Jill, un sourire de tortionnaire sur les lèvres. Locksmith fronça les sourcils d’incompréhension et eut à peine le temps de réfléchir à cette information qu’il se retrouvait appelé par le barman hilare – il le considérait pourtant comme une personne acceptable, quelle déception ! – qui expliqua à l’assistance que l’un des clients insistait pour pousser la chansonnette devant tout le monde. Vidant cul sec le shot de whisky posé à côté de lui, il mima un « je te déteste » avant de se hisser sans effort sur le comptoir. Il rejeta le micro qu’on lui tendait, souhaitant jouer le jeu à fond, et se mit à chanter à tue-tête mais avec une justesse que personne ne lui aurait soupçonné l’incontournable I Walk The Line de Johnny Cash. Son enthousiasme envahit le reste du saloon – qui n’était fort heureusement pas constitué de la clientèle habituelle qui l’aurait sans doute lacéré à coup de canettes de bière – qui reprit le refrain en chœur, couvrant jusqu’à sa propre voix. Il s’arrête brutalement dans le dernier couplet, coupé dans son élan par une vision sortie tout droit du passé. Dans un saut digne d’un cascadeur hollywoodien, il descendit du comptoir et se lança à la poursuite de la silhouette qui sortait du bar. Une fois dehors, le trentenaire tourna sur lui-même à la recherche de ce visage qu’il avait reconnu à travers la foule mais il ne la repéra que trop tard, alors qu’elle montait dans une voiture et s’en allait sans un regard en arrière. Elle avait dû le voir, pourtant elle n’avait pas cherché à l’approcher. Pourquoi ? Après tout ce temps, elle aurait au moins pu avoir la décence de le saluer, ça n’était pas comme s’il n’avait rien vécu ensemble.

    « C’était une plaisanterie, tu sais, pas la peine de flipper comme ça ! Tu gérais comme un chef en plus ! »
    « Quoi ? Ah, non, désolé. » Il sourit à Jill qui vint coller son épaule contre lui. « J’ai cru reconnaître quelqu’un. »
    « Une fille ? »
    « Oui, une fille… » Il la laissa lui prendre le bras pour le ramener à l’intérieur, son regard traînant sur le dernier emplacement où il avait vu Abbie Morrison.


Dernière édition par Lewis Locksmith le Jeu 25 Nov - 1:12, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maddison Bloodsworth

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 27
Crédit : © narcissas; paweke.
Nickname : Castiells Cumberbatch.
Gold is : alcohol.
Date d'inscription : 08/06/2010

Gold Rush
Living Place: La Escalera.
Job: Calamity jane.
A fistful of names:

MessageSujet: Re: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   Lun 15 Nov - 23:50

LE HIBOUUUUUUUU

GILBERTE

La deuxième ban me tue. Cette scène était tellement drôle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://camelot-queen.livejournal.com
Jill Rosbrough
NOT SHERIFF__ infect me with your love and fill me with your poison.
avatar

Nombre de messages : 336
Age : 26
Crédit : (C) AMIRO C.
Nickname : natie.
Date d'inscription : 07/09/2009

Gold Rush
Living Place:
Job:
A fistful of names:

MessageSujet: Re: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   Lun 15 Nov - 23:55

Corpisnette
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlin Bloodsworth
GET IN MY FLYING SAUCER.
avatar

Nombre de messages : 1030
Age : 27
Crédit : © sadhighs;florescentia.
Nickname : Api.
Gold is : Forbidden love and sunset.
Date d'inscription : 16/04/2008

Gold Rush
Living Place: La Escalera Ranch
Job: Precious Heiress.
A fistful of names:

MessageSujet: Re: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   Lun 15 Nov - 23:57

Comment tu réalises mon fantasme rpgien quoi. Neutral

Ca mérite un :
Et puis même :
Oh et encore :

Arrow

_________________

I REMEMBER HOW IT USED TO BE, SWAN
IN THE WATER, YOU'RE MOVING SO ELEGANTLY

❝ made me promise I'd try, to find my way back in this life.
Hope there is a way, to give me a sign you're okay.
Reminds me again it's worth it all, so I can go home.❞

STOP AUX MOUTONS, "ESSAYEZ DE COPIER CA C*NNARDS"
I'M A DWARF AND I'M PROUD OF IT
I'M A SLYTHERIN AND POTTER STINKS
PACSEE A BIRDIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lapetitekelly.livejournal.com/
Lewis Locksmith
COWBOY CASANOVA ϟ but he’s candy-coated misery.
avatar

Nombre de messages : 319
Age : 28
Nickname : corpseheart.
Gold is : women.
Date d'inscription : 05/09/2009

Gold Rush
Living Place:
Job: lumberjack.
A fistful of names:

MessageSujet: Re: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   Lun 15 Nov - 23:59

Tellement sexy le Hibou
GILBEEEEEERTE
Lynch est tellement pas apprécié à sa juste valeur (okay, la concurrence est rude faut dire mais merde, le pauvre Laughing )

NATEIIII! Ca fait un baiiiil

Désolée, Poupette, sincèrement silent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jill Rosbrough
NOT SHERIFF__ infect me with your love and fill me with your poison.
avatar

Nombre de messages : 336
Age : 26
Crédit : (C) AMIRO C.
Nickname : natie.
Date d'inscription : 07/09/2009

Gold Rush
Living Place:
Job:
A fistful of names:

MessageSujet: Re: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   Mar 16 Nov - 0:04

Voui ! Longtemps longtemps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlin Bloodsworth
GET IN MY FLYING SAUCER.
avatar

Nombre de messages : 1030
Age : 27
Crédit : © sadhighs;florescentia.
Nickname : Api.
Gold is : Forbidden love and sunset.
Date d'inscription : 16/04/2008

Gold Rush
Living Place: La Escalera Ranch
Job: Precious Heiress.
A fistful of names:

MessageSujet: Re: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   Mar 16 Nov - 0:06

Je crois que t'as pas le choix pour te faire pardonner ... Neutral

_________________

I REMEMBER HOW IT USED TO BE, SWAN
IN THE WATER, YOU'RE MOVING SO ELEGANTLY

❝ made me promise I'd try, to find my way back in this life.
Hope there is a way, to give me a sign you're okay.
Reminds me again it's worth it all, so I can go home.❞

STOP AUX MOUTONS, "ESSAYEZ DE COPIER CA C*NNARDS"
I'M A DWARF AND I'M PROUD OF IT
I'M A SLYTHERIN AND POTTER STINKS
PACSEE A BIRDIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lapetitekelly.livejournal.com/
Lewis Locksmith
COWBOY CASANOVA ϟ but he’s candy-coated misery.
avatar

Nombre de messages : 319
Age : 28
Nickname : corpseheart.
Gold is : women.
Date d'inscription : 05/09/2009

Gold Rush
Living Place:
Job: lumberjack.
A fistful of names:

MessageSujet: Re: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   Mar 16 Nov - 0:09

Trop longtemps, j'ajouterai Embarassed

Va au bout de ta pensée... Surprised
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Rosbrough
COWGIRLRoll Away Your Stone.
avatar

Nombre de messages : 304
Age : 29
Crédit : avatar : delightful | icons : starsweptnight and ljs
Nickname : Gloomy Road.
Gold is : Family.
Date d'inscription : 02/09/2009

Gold Rush
Living Place:
Job: Cowgirl.
A fistful of names:

MessageSujet: Re: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   Mar 16 Nov - 0:10

    CHARPSINETTE

    Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grayson Locksmith
CONMAN $ All these words I don't just say and nothing else matters
avatar

Nombre de messages : 1524
Age : 25
Crédit : psychozee, garden_of_aloe@LJ.
Nickname : emma
Date d'inscription : 16/04/2008

Gold Rush
Living Place: Spade Ranch
Job: Ébéniste - Artisan
A fistful of names:

MessageSujet: Re: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   Mar 16 Nov - 0:22

BANANA
LOCKSMITH
bienvenue

_________________

Gimme one more chance
Tell me that it's not too late.

Here is the law of the land
You play with fire and you’ll get burned.
Here is the lesson I’ve learned
That you don’t know what you’ve got til it’s gone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://godisweatherly.tumblr.com
Lewis Locksmith
COWBOY CASANOVA ϟ but he’s candy-coated misery.
avatar

Nombre de messages : 319
Age : 28
Nickname : corpseheart.
Gold is : women.
Date d'inscription : 05/09/2009

Gold Rush
Living Place:
Job: lumberjack.
A fistful of names:

MessageSujet: Re: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   Mar 16 Nov - 0:25

GLOOMYCHOUTE

SPLIT
Han yeaaaah Locksmith powaaa'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morley Rosbrough

avatar

Nombre de messages : 91
Age : 31
Crédit : ava by rabbit heart, icone by eternalphoenix
Nickname : Junebug
Date d'inscription : 01/09/2009

MessageSujet: Re: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   Mar 16 Nov - 0:25

T'as d'beaux yeux tu sais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jill Rosbrough
NOT SHERIFF__ infect me with your love and fill me with your poison.
avatar

Nombre de messages : 336
Age : 26
Crédit : (C) AMIRO C.
Nickname : natie.
Date d'inscription : 07/09/2009

Gold Rush
Living Place:
Job:
A fistful of names:

MessageSujet: Re: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   Mar 16 Nov - 0:26

Nous sommes les Dupont et Dupond nouvelle génération...

JE DIRAI MÊME PLUS QUE TROP LONGTEMPS !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grayson Locksmith
CONMAN $ All these words I don't just say and nothing else matters
avatar

Nombre de messages : 1524
Age : 25
Crédit : psychozee, garden_of_aloe@LJ.
Nickname : emma
Date d'inscription : 16/04/2008

Gold Rush
Living Place: Spade Ranch
Job: Ébéniste - Artisan
A fistful of names:

MessageSujet: Re: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   Mar 16 Nov - 0:28

Il nous faut un lien TROP MORTEL ma Banana

_________________

Gimme one more chance
Tell me that it's not too late.

Here is the law of the land
You play with fire and you’ll get burned.
Here is the lesson I’ve learned
That you don’t know what you’ve got til it’s gone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://godisweatherly.tumblr.com
Lewis Locksmith
COWBOY CASANOVA ϟ but he’s candy-coated misery.
avatar

Nombre de messages : 319
Age : 28
Nickname : corpseheart.
Gold is : women.
Date d'inscription : 05/09/2009

Gold Rush
Living Place:
Job: lumberjack.
A fistful of names:

MessageSujet: Re: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   Mar 16 Nov - 0:29

Je sais, et tu as un jolie nez, mademoiselle Cool Arrow

JE DIRAIS MÊME PLUS : SOIS MON DUPOND, DUPOND!

Beh, OBLIGE, j'ai envie de dire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morley Rosbrough

avatar

Nombre de messages : 91
Age : 31
Crédit : ava by rabbit heart, icone by eternalphoenix
Nickname : Junebug
Date d'inscription : 01/09/2009

MessageSujet: Re: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   Mar 16 Nov - 0:31

Oui je sais Cool J'étais Cléopatre dans une autre vie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlin Bloodsworth
GET IN MY FLYING SAUCER.
avatar

Nombre de messages : 1030
Age : 27
Crédit : © sadhighs;florescentia.
Nickname : Api.
Gold is : Forbidden love and sunset.
Date d'inscription : 16/04/2008

Gold Rush
Living Place: La Escalera Ranch
Job: Precious Heiress.
A fistful of names:

MessageSujet: Re: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   Mar 16 Nov - 0:32

Lewis Locksmith a écrit:
Va au bout de ta pensée... Surprised

Hihi


jveux un lien

_________________

I REMEMBER HOW IT USED TO BE, SWAN
IN THE WATER, YOU'RE MOVING SO ELEGANTLY

❝ made me promise I'd try, to find my way back in this life.
Hope there is a way, to give me a sign you're okay.
Reminds me again it's worth it all, so I can go home.❞

STOP AUX MOUTONS, "ESSAYEZ DE COPIER CA C*NNARDS"
I'M A DWARF AND I'M PROUD OF IT
I'M A SLYTHERIN AND POTTER STINKS
PACSEE A BIRDIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lapetitekelly.livejournal.com/
Jill Rosbrough
NOT SHERIFF__ infect me with your love and fill me with your poison.
avatar

Nombre de messages : 336
Age : 26
Crédit : (C) AMIRO C.
Nickname : natie.
Date d'inscription : 07/09/2009

Gold Rush
Living Place:
Job:
A fistful of names:

MessageSujet: Re: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   Mar 16 Nov - 0:34

MÊME SI ON EST PAS DE LA MÊME FAMILLE (bientôt, bientôt ) JE VEUX AUSSI QUE TU SOIS MON DUPONT, DUPONT !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grayson Locksmith
CONMAN $ All these words I don't just say and nothing else matters
avatar

Nombre de messages : 1524
Age : 25
Crédit : psychozee, garden_of_aloe@LJ.
Nickname : emma
Date d'inscription : 16/04/2008

Gold Rush
Living Place: Spade Ranch
Job: Ébéniste - Artisan
A fistful of names:

MessageSujet: Re: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   Mar 16 Nov - 0:36

Lewis Locksmith a écrit:
Je sais, et tu as un jolie nez, mademoiselle Cool Arrow

JE DIRAIS MÊME PLUS : SOIS MON DUPOND, DUPOND!

Beh, OBLIGE, j'ai envie de dire

Faut qu'on se trouve ça, famille oblige

_________________

Gimme one more chance
Tell me that it's not too late.

Here is the law of the land
You play with fire and you’ll get burned.
Here is the lesson I’ve learned
That you don’t know what you’ve got til it’s gone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://godisweatherly.tumblr.com
Lewis Locksmith
COWBOY CASANOVA ϟ but he’s candy-coated misery.
avatar

Nombre de messages : 319
Age : 28
Nickname : corpseheart.
Gold is : women.
Date d'inscription : 05/09/2009

Gold Rush
Living Place:
Job: lumberjack.
A fistful of names:

MessageSujet: Re: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   Mar 16 Nov - 0:37

(pour les quatre)

Et avant de partir pour une mort certaine trois jours, je vous invite, pardon, je vous ordonne, toutes d'aller faire un tour par ma boîte MP y déposer une demande et/ou idée de lien Voilà, c'est dit, maintenant, A VOUS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlin Bloodsworth
GET IN MY FLYING SAUCER.
avatar

Nombre de messages : 1030
Age : 27
Crédit : © sadhighs;florescentia.
Nickname : Api.
Gold is : Forbidden love and sunset.
Date d'inscription : 16/04/2008

Gold Rush
Living Place: La Escalera Ranch
Job: Precious Heiress.
A fistful of names:

MessageSujet: Re: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   Mar 16 Nov - 0:53

*traîne les pieds jusqu'au bureau de poste*

Arrow

_________________

I REMEMBER HOW IT USED TO BE, SWAN
IN THE WATER, YOU'RE MOVING SO ELEGANTLY

❝ made me promise I'd try, to find my way back in this life.
Hope there is a way, to give me a sign you're okay.
Reminds me again it's worth it all, so I can go home.❞

STOP AUX MOUTONS, "ESSAYEZ DE COPIER CA C*NNARDS"
I'M A DWARF AND I'M PROUD OF IT
I'M A SLYTHERIN AND POTTER STINKS
PACSEE A BIRDIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lapetitekelly.livejournal.com/
Lewis Locksmith
COWBOY CASANOVA ϟ but he’s candy-coated misery.
avatar

Nombre de messages : 319
Age : 28
Nickname : corpseheart.
Gold is : women.
Date d'inscription : 05/09/2009

Gold Rush
Living Place:
Job: lumberjack.
A fistful of names:

MessageSujet: Re: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   Mar 16 Nov - 0:53

Magne tes fesses Reebokées, femme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maddison Bloodsworth

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 27
Crédit : © narcissas; paweke.
Nickname : Castiells Cumberbatch.
Gold is : alcohol.
Date d'inscription : 08/06/2010

Gold Rush
Living Place: La Escalera.
Job: Calamity jane.
A fistful of names:

MessageSujet: Re: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   Jeu 18 Nov - 23:04

C'est ici le prochain débat philosphique/sociologique/politique sur les watchmen ?

Zyva, t'as vu comme je fais un effort et tout. Arrow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://camelot-queen.livejournal.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger   

Revenir en haut Aller en bas
 
LEWIS L. ¤ life is short but this time it was bigger
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Because the life is short...And after ? [PV Feuille de Larme, Orange et pourquoi pas les autres amis d'Opale ?]
» •• reine des neiges • life's too short ••
» Pourquoi Lewis Hamilton est il aussi detesté?
» — bring me to life
» Lewis Yorkshire de 15 ans (54) - ADOPTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Ecstasy of Gold :: THE GOOD, THE BAD AND THE UGLY :: My name is Nobody :: ϟ Validés-
Sauter vers: