AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ABBIE - Qui m'aime me suive. [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abbie Morrison

avatar

Nombre de messages : 11
Age : 26
Crédit : Milou
Date d'inscription : 23/11/2010

MessageSujet: ABBIE - Qui m'aime me suive. [FINI]   Mar 23 Nov - 14:38


    put a bullet in your gun
    Nom : Morrison, le nom de son père.
    Prénom(s) : Abbie Heather.
    Âge : Vingt-sept ans.
    Date et Lieu de Naissance : 01/09/1983 - Fort Collins, Colorado.
    Emploi : Vétérinaire.
    Famille affiliée : Aucune, même si elle a des affinités avec Lewis Locksmith. Les petites guerres entre les différentes familles lui passent un peu au dessus de la tête.

    pleased to meet you
    ❖ Ce n'est pas un secret pour tout le monde, mais Abbie a une peur bleu des clowns, c'est viscérale. Cela a commencer lors d'une sortie scolaire quand elle avait cinq ans, elle en a fait des cauchemars pendant des semaines. Un cirque était de passage à Fort Collins et tout les élèves étaient plus qu'heureux de ce rendre là-bas, surtout elle qui rêvait de voir des gros chats comme elle appelait les tigres. Tout c'est bien passer jusqu'à ce qu'ils soient installer et que le spectacle ne commence. Bien entendu, un cirque sans clown n'en est plus vraiment un et celui-ci n'y échappait pas. L'homme ne lui avait pas sembler bien terrifiant avant qu'il ne demande à avoir une sorte de second, tout le monde à lever la main sauf elle et le destin a décider de ne pas être de son côté. Quand le clown s'est approcher avec ses grandes chaussures, ses cheveux oranges ainsi que son nez rouge, elle s'est tout simplement mise à hurler. Résultat des courses, sa mère a été obligée de revenir la chercher et elle n'a pas pu dormir sereinement avant trois ou quatre semaines.

    ❖ Pour ce qui est de présence féminine dans sa vie, on ne peux pas dire qu'Abbie est eu réellement de chance. Sa mère est décédée quelques semaines après sa naissance et son père s'est occupée d'elle seul jusqu'à ce qu'il croise le chemin de celle qui a ravi son cœur une nouvelle fois. Il ne croyait plus réellement en l'amour, c'est une chose qu'il a toujours dit à sa fille, mais cette femme lui avait donner envie de croire qu'une seconde chance était possible. Abbie n'avait qu'un an tout au plus quand elle est entrée dans leur existence et elle a rapidement pris la place de mère aux yeux de la jeune femme. Il y a toujours eu un lien presque symbiotique entre elles, indestructible. Bien entendu, il n'y a jamais eu de secret et quand elle a été en âge de comprendre, ses parents lui ont expliquer tranquillement que Gail n'était pas sa vraie mère. Elle ne l'a pas réellement mal pris, mais à juste demander a voir le visage de sa véritable génitrice. Quand elle a eu seize ans, un jour de juillet, sa vie a été bouleversée par un nouveau drame puisque sa mère est décédée dans un terrible accident de voiture. Elle se retrouvait à nouveau seule avec son père et son jeune frère. Depuis, elle essaye de ne plus s'attacher aux gens et surtout aux femmes qui passent dans la vie de son père.

    ❖ Bien qu'elle est toujours vécu à Fort Collins, Abbie a depuis son plus jeune âge une passion dévorante pour les animaux et plus particulièrement les chevaux. C'est un peu pour cela qu'elle est devenue vétérinaire. Elle se rêvait cavalière et se forger un nom dans ce domaine, mais après une chute de cheval un verdict est tomber, elle pourrait toujours monter pour le plaisir. Il lui fallait oublier la compétition. C'est une excellente cavalière, elle possède même sa propre jument qui se prénomme Zooey. A ses yeux, elle est un peu comme sa meilleure amie.

    join the legend

    Une malédiction ? Hein, c'est une blague. N'est-ce pas ? Je ne suis pas du genre très superstitieuse, mais ce genre de chose ne ce n'est vraiment pas une bonne chose. Après tout, pour être victime de cela il faut avoir blesser quelqu'un et la vengeance n'est pas vraiment un truc plaisant. En tout cas, je ne suis pas au courant et au fond je crois que ce n'est qu'une légende qui a traverser les années et qui le fera encore quand on sera plus de ce monde. Après tout, beaucoup avait cru que l'an 2000 sonnerait la fin de notre monde et on est toujours là. Alors, ce genre de truc, ça sert juste à effrayer quelques personnes et c'est tout. Puis, Mount Pleasant est un endroit que j'adore, alors même s'il y avait une malédiction je ne serais pas du genre à prendre mes jambes à mon cou. Il m'en faudrait beaucoup plus pour partir.


    come along for a ride

    Pour ce qui est de me déplacer, j'utilise tout simplement le pick-up mit à ma disposition par le cabinet de vétérinaire dans lequel je travaille. C'est un petit plus, puisque je n'ai pratiquement aucun frais et que même s'il n'est pas tout neuf, je sais que je vais faire encore un bon nombre de kilomètres avec lui. Sinon, du côté personnel, j'utilise la vieille Ford Falcon que mon père m'a offert pour mon seizième anniversaire. C'est un véritable bijou à mes yeux et je ne m'en séparerais seulement quand elle ne rendra son dernier souffle, j'espère que ce n'est pas pour tout de suite. Puis, j'utilise très souvent la marche à pied ou encore le vélo quand il ne fait pas trop froid, mais c'est seulement quand je ne doit pas aller trop loin. Je ne suis pas très sportive, il faut bien l'avouer.


    i couldn't loose this for any gold

    C'est une question assez difficile à vrai dire, surtout pour moi. En premier lieu, je n'échangerais certainement pas le lien qui me lie à mon père et qui fait que je n'ai pas totalement sombrer après le décès de ma belle-mère. Sans lui, je sais très bien que je ne serais pas celle que je suis aujourd'hui et pour cela je ne le remercierais jamais assez. Un père comme lui, ça ne doit pas non plus courir les rues. Après, il y a bien entendu mon insupportable petit frère, c'est un véritable gamin alors qu'il viens de fêter son vingt-quatrième anniversaire. Je ne sais pas de qui il tient cela, même si d'après beaucoup ont se ressemble plus qu'on ne veux bien se l'avouer. En fait, en gros je n'échangerais ma vie pour rien au monde, même si tout n'est pas complètement parfait dans celle-ci. La perfection, c'est l'ennui et je suis heureuse de ne pas arriver à l'atteindre.


    last but not least
    Avatar : Michelle Monaghan.
    Pseudo : Just.
    Qui es-tu ? Bonne question, je suis toujours en train de me le demander.
    Où as-tu trouvé Ecstasy of Gold ? Sur Bazzart.
    Qu'en penses-tu ? Il est super, sinon je ne serais certainement pas ici en train de faire une fiche de présentation.


_________________


Dernière édition par Abbie Morrison le Mar 23 Nov - 22:39, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abbie Morrison

avatar

Nombre de messages : 11
Age : 26
Crédit : Milou
Date d'inscription : 23/11/2010

MessageSujet: Re: ABBIE - Qui m'aime me suive. [FINI]   Mar 23 Nov - 14:38

    life is only made of memories

    Le silence dans la maison est terrifiant, trop pour moi qui déteste le silence. Quand il n'y a aucun bruit, c'est comme si la vie avait désertée un endroit et ce n'était jamais bon signe. A la maison, je ne peux m'empêcher de mettre la musique à fond ou encore de parler pour montrer que notre demeure respire la joie de vivre. Ce qui exaspère souvent mon père et donne la migraine à ma mère. Je me redresse doucement dans mon lit et je jette un coup d'œil par la fenêtre qui se trouve au dessus de ma tête, le soleil brille de mille feux. C'est normal, après tout nous sommes au mois de juillet. L'après-midi est bien entamée, arrivant presque sur sa fin, mais plusieurs personnes profitent encore de la clémence du temps pour faire une ballade en famille. Un petit sourire viens sur mes lèvres quand je repense aux quelques heures que j'ai passer la veille avec ma nièce. Cette gamine est tout simplement surprenante et je ne dit pas cela parce qu'elle est de ma famille. Quand elle a vu le jour, je n'était pas bien vieille, mais j'ai tout de suite pris soin de ce petit bout. Je lui apprend certains trucs qui pousseraient certainement mon demi-frère a faire en sorte que je ne la voie que sous surveillance, mais elle a très bien compris que de garder le secret était la clé de notre relation. Molly est un ange, véritablement. Demain, je doit être encore de garde et je crois que nous allons encore passer un excellent moment. Elle est un peu comme la petite sœur que je n'ai jamais eu.

    Je repousse le livre sur lequel je me suis endormie, même si techniquement c'est lui qui est sur moi et je me lève. Il n'y a toujours aucun bruit dans la maison, même pas celui de la vaisselle ou encore des casseroles que ma mère serait en train de bouger. J'ouvre ma porte et jette un coup d'œil dans le couloir, personne. Ils ne seraient tout de même pas partie en me laissant toute seule, car si c'est le cas, ils vont en entendre parler pendant un bon moment. Pour être présentable, je passe un coup de brosse dans mes cheveux avant de me décider à descendre pour voir ce qui a pu arriver. J'ai comme un drôle de pressentiment et mon cœur se serre doucement dans ma poitrine. Cette maison, c'est un peu comme ma vie et je n'y est jamais rien appris qui m'est fait pleurer. Si on omet le refus de ma mère que je mange un bac de glace en entier pour mon septième anniversaire, je crois que les murs se souviennent encore de mes hurlements. Le seul bruit qui parvient à mes oreilles et le craquement des marches sous mes pas et c'est carrément flippant. Est-ce que j'ai déjà dit que je détestais le silence ? Il n'y a vraiment aucun bruit. Personne dans le salon, alors que mon père devrait y être avec le journal dans les mains. Il ne lâche que rarement ce maudit bout de papier. Quand je rentre dans la cuisine, ce qui me choque est le fait qu'il y est un désordre sans nom et je ne peux m'empêcher de pester sur le fait que moi je suis toujours obliger de bien ranger. Je tourne vers le gauche et je me stoppe dans mon geste. Mon père est là avec mon frère aîné Nathaniel, installer sur les chaises de la petite table qui sert pour le petit-déjeuner. Je ne les est jamais vu aussi triste, j'ai l'impression que toute la peine du monde viens de leur tomber sur les épaules. Ils n'ont plus l'air de faire leur âge, j'ai l'impression d'avoir des octogénaires en face de moi. Cela me fait mal, sans que je ne sache la raison de leur propre douleur. Je ne bouge pas pendant plusieurs minutes et ils n'ont pas remarquer ma présence. Mon cerveau est en train de m'envoyer un bon nombre de raisons qui auraient fait qu'ils soient comme cela et cela doit obligatoirement toucher ma mère, mon frère ou encore ma nièce.

    - C'est Brett ? Molly ? Pourquoi est-ce que vous êtes comme cela ? Dites-moi qu'il n'est rien arriver, je vous en supplie.
    - On ne peux pas, ma chérie.
    - Qui est-ce ?

    Ma voix a résonner comme un ordre, je suis en colère et je sens les larmes couler sur mes joues. Je ne sais même pas pourquoi je ressent ce sentiment, je devrais plutôt avoir peur ou encore avoir mal, mais non. Mon père se lève doucement et s'approche de moi avant de poser une main qui se veux réconfortante sur mon épaule. Il souffre, je le voie dans son regard et c'est la première fois que cela arrive.

    - J'ai reçu un coup de fil il y a une heure tout au plus... Je ne sais pas comment te le dire.
    - Il n'y a pas trente-six façons de la faire ? C'est Brett, hein, il lui est arriver quelque chose ?
    - Non, c'est maman... Elle est décédée.

    J'ai la tête qui me tourne. Ce ne peux pas être vrai. Je revois le visage souriant de ma mère avec sur ses genoux la petite frimousse de Molly, le bonheur émanant d'elle. Elle n'a jamais rien fait de mal et elle est morte, partie pour toujours. Quand cette réalité parvient à mon cerveau et que je la comprend, je me met à hurler comme une démente. Mon père essaye de me retenir et je voie mon frère pleurer comme jamais. Je me dégage de son étreinte et remonte aussitôt dans ma chambre avant de claquer la porte derrière moi en faisant le plus de bruit possible. Comme possédée, je laisse ma douleur parler et presque tout les objets qui me tombent sous la main se retrouvent aussitôt sur le sol. Je n'arrive plus à me contrôler, cela ne pouvais pas lui arriver, pas à elle. A bout de forces, je me laisse tomber au milieu des débris et je me met à penser a ma petite nièce qui ne doit pas encore être au courant de la terrible nouvelle. J'ai mal, avec la drôle d'impression que mon cœur va sortir de ma cage thoracique pour que quelqu'un le piétine un peu plus. Le manque d'air me donne le tournis et j'arrive seulement à reprendre mon souffle quand je pose mon regard sur une photographie. Elle est là, souriante avec ses yeux pleins de vie, m'envoyant un baiser avec sa main. Les larmes redoublent et je ne peux m'empêcher de me mettre à supplier je ne sais qui de les ramener, que cela ne soit que le fruit de mon imagination. Mais en sentant des bras m'entourer et des paroles réconfortantes, je comprend que ce n'est que le début de la fin.


    J'habite dans le Colorado, mais je doit avouer franchement que je n'ai jamais entendu parler de Mount Pleasant et voilà que je m'y retrouve. C'est assez bizarre, surtout que j'aurais très bien pu faire mon stage en structure à Fort Collins, mais j'avais vraiment besoin de changer un peu d'air. A la maison ce n'est plus vraiment la même chose, même si cela fait prêt de huit ans que maman n'est plus de ce monde. Nathanael est depuis longtemps partie faire sa vie avec sa femme et leurs enfants, quand à Brett, il a ses amis et je suis un peu trop protectrice à ses yeux. Un peu de relâchement de ma part ne lui fera certainement pas de mal. Il est jeune, mais je suis un peu comme une mère à ses yeux. Je suis ici depuis près de deux semaines et je doit dire que je m'y sens plutôt bien, j'ai l'impression d'être dans mon élément. Dire que la "campagne" me faisait peur, mais bon, il n'y a que les idiots qui ne changent pas d'avis. En plus, il y a un bon nombre de jeunes d'à peu près mon âge ici et je pense que je peux nouer quelques relations. Mon maître de stage, Monsieur Highman est un homme vraiment gentil et qui à l'air d'adorer apprendre aux futurs vétérinaires, je n'aurais pas pu rêver mieux. Là, j'ai un chat assez récalcitrant et qui est en train de faire ses griffes sur mes avant bras, il n'y a pas que des avantages à travailler avec les animaux au bout du compte. Rah, ça fait mal. Je commence à soupirer quand la porte s'ouvre sur mon chef qui m'annonce que nous partons sur le champ pour un velage assez difficile dans une ferme dans les alentours. Fébrile, je repose le matou dans le petit enclos avant d'attraper mon manteau et de sortir du cabinet. C'est la première fois que je vais vraiment sur le terrain et que je vais assister à ce genre d'événement, une poussée d'adrénaline me prend et je ne peux m'empêcher de sourire. La seule chose que j'espère c'est que cela ne va pas mal ce finir. Le trajet ce fait dans le calme, même si Monsieur Highman me fait des recommandations avant que nous n'arrivions. Ce que j'aime chez lui, professionnellement parlant bien entendu, c'est le fait qu'il prend le temps d'expliquer et qu'il n'est pas du genre brutal. Je trouve que c'est ce qui fait d'une personne un bon vétérinaire. Le domaine sur lequel nous arrivons est tout bonnement sublime et je prend conscience que la démesure n'est pas seulement visible dans les grandes villes. Les préjugés sont souvent tenaces, j'en suis la plus grande preuve vivante sur cette planète.

    - Nous sommes chez qui ?

    Mon accompagnateur m'explique que nous sommes chez les Locksmith, enfin chez l'un des membres de cette nombreuse famille. Il faut dire que cela ne fait pas très longtemps que je suis arrivée, mais j'ai rapidement compris qu'il y avait un petit nombre de familles assez influentes ici et que tout, ou presque, tournait autour d'eux. Cela doit être un peu comme cela dans les petites villes. Un homme nous accueille avec un sourire et nous dirige vers une étable où je vois tout de suite la vache qui est prête à mettre bas. C'est assez étonnant comme spectacle, mais je dirige tout de suite mon attention sur ce que nous dit le fermier. Le travail à commencer depuis un petit bout de temps et le petit n'est toujours pas arriver, il n'est pas difficile d'en déduire que la mère doit être à bout de force. Tout ce passe assez rapidement, je sais que je ne peux pas vraiment aider à cause de mon manque d'expérience, mais je suis tout de même ce que me dit mon maître. Je lui passe tout ce qu'il lui faut et il me demande de rassurer un peu la bête. Un peu idiot pour certains, mais je sais que c'est un peu comme pour les humains, si la confiance n'est pas présente, cela méne souvent à quelque chose de difficile. Le propriétaire de la bête est à mes côtés à caresser le flanc de l'animale et je fait de même mais au niveau de sa tête. Je lui souffle quelques mots tout en regardant attentivement les gestes qui sont en train de se passer devant mes yeux, époustoufler. Bien entendu ce n'est pas comme une naissance avec un bébé et une femme, mais c'est tout aussi magnifique de voir un petit veau venir au monde. Et, bientôt il est là, près de sa mère. Il est vivant et c'est la seule chose que j'espèrais. Une fois le matériel rangé et s'être assurer que tout allais bien, je me tourne vers Monsieur Highman.

    - Waouh, ça doit être superbe de pouvoir faire ce genre de chose. Je suis vraiment pressée d'en apprendre encore plus.
    - N'ai pas peur, je suis là pour cela et je ne suis pas du genre à te laisser faire toujours la même chose.

    Il me sourie et je me retourne vers notre hôte qui nous remercie. Quand il me sert la main, je sens une petite décharge dans mon dos et je lui donne un léger sourire avant de mettre la malette dans le pick-up. Quand je me retourne, je vois une femme s'approcher de nous et passer son bras autour des hanches du fermier. Il fallait sans douter. Elle nous remercie à son tour et nous reprenons le chemin du cabinet, moi, je suis sur d'une chose maintenant. Ce métier, c'est mon avenir.

    * * * * * *


    La journée de travail vient enfin de prendre fin et je ne peux pas dire que cela me déplaît. Elle a été plutôt éprouvante émotionnellement et je ne peux m'empêcher espérer pouvoir revivre un moment comme celui-ci rapidement. C'est magique de pouvoir mettre au monde un petit être, même si c'est un animal, en bonne santé. Je ne regrette pas d'avoir choisi Mount Pleasant pour mon stage, ce n'est pas à Fort Collins que j'aurais pu vivre ce genre d'événement. Oh si, le plus éprouvant aurait été de voir se faire euthanasier les pauvres petites bêtes. C'est ce que j'appréhende le plus dans ce métier, devoir ôter le vie. Je soupire et attrape mon sac avant de me diriger vers ma voiture, ma vieille ford qui me suis depuis pratiquement huit ans maintenant. Étant à plusieurs centaines de kilomètres de chez moi, je suis héberger chez une dame âgée qui habite au beau milieu de la campagne, une femme vraiment très gentille. C'est par mon père que j'ai pu avoir cet hébergement puisque ce n'est autre que la mère de son collègue au cabinet d'avocat. Elle n'arrête pas de me dire combien elle est fière de son fils, c'est parfois un peu énervant, mais au fond cela est plus touchant qu'autre chose. Une fois le contact mit, je fait ma marche arrière et m'engage sur la route tout en laissant la musique envahir l'habitacle. J'adore faire ce genre de chose après une longue journée, cela me permet de me détendre une peu et décompresser complètement. J'écoute du AC/DC, le groupe favori de ma mère et surtout Higway to Hell. Un classique dans le monde de la musique. C'est tranquillement que je roule, je ne suis pas une folle de la vitesse et j'ai envie de profiter du soleil qui commence à se coucher. Magnifique. Brute et sans artifices.

    - I'm on the highway to hell... Highway to hell...

    Je tape un peu sur le volant comme le batteur doit le faire sur sa batterie et je tourne à droite sans réellement faire attention à ce qu'il peux y avoir devant moi. Heureusement, j'ai de bons réflexes et je freine rapidement. Un cheval se trouve sur la route et je sors rapidement de ma voiture pour m'approcher de lui, il n'est pas sauvage, une selle est placer sur son dos. Son cavalier ne dois certainement ne pas être loin, la bête à sûrement échapper a l'attention de celui-ci. J'attrape les rênes et j'avance doucement avec lui, jusqu'à ce que j'entende un gémissement provenir de la droite. Me détournant, je m'approche de la provenant du bruit et je découvre un homme adosser contre un arbre, plusieurs égratignures bénignes sur le visage et les bras. Il ne m'est pas inconnu et je soupire de soulagement en remarquant qu'il est conscient. Je délaisse le cheval après l'avoir attacher rapidement et m'approche de Monsieur Locksmith chez qui je m'étais rendu l'après-midi même. Il n'a pas l'air trop endommagé.

    - Monsieur... Est-ce que ça va ?

    Il relève un peu la tête et hoche affirmativement de la tête, même s'il n'a pas l'air au plus de sa forme. Heureusement que je sois passer par-là, combien de temps est-ce qu'il aurait attendu sinon ? Je ne sais pas trop quoi faire et j'attrape rapidement mon téléphone pour appeler les secours, pas de bol, je n'ai pas de réseau. Désavantage de certains endroits de campagne. Je soupire en rangeant mon mobile et je me retourne mon attention vers l'homme.

    - Je suis Abbie et vous, c'est comment ?
    - Lewis, Lewis Locksmith.
    - Okay, est-ce que vous allez pouvoir vous mettre debout pour aller jusqu'à ma voiture ?
    - Mon cheval...
    - Il est attacher, vous pourrez envoyer quelqu'un venir le chercher dès que vous serez chez vous. Vous allez certainement avoir besoin d'un peu de soins.

    Je l'aide péniblement à se remettre debout et il tangue un peu sur ses jambes avant d'arriver un à se stabiliser. Bon, c'est une bonne chose. Si j'avais du le porter jusqu'à ma voiture, demain j'y aurais encore été. Je prend tout de même mon courage à deux mains et passe un de mes bras autour de sa taille, instinctivement il passe le sien autour de mes épaules. Il vaux tout de même mieux prévenir que guérir. Qu'est-ce qu'il penserait s'il devait chuter une nouvelle fois par ma faute ? Il n'aimerait certainement pas me revoir sur son domaine avec Monsieur Highman pour prodiguer des soins à ses animaux. Je soupire presque de soulagement quand on arrive à ma voiture et j'ouvre comme je peux la porte passager pour qu'il s'installe. Une fois fait, je le referme rapidement et retourne à ma place en vitesse pour la ramener chez lui. Le chemin se fait en silence, mais je jette tout de même assez souvent des coups d'œil sur lui de peur de le voir s'évanouir ou je ne sais quoi. Une chute de cheval ne fait jamais de bien à personne, je suis bien placer pour le savoir. Il y a sept ans, après une chute de cheval j'ai eu le bassin cassé du côté droit et une fracture de la clavicule. Cela n'a pas été la joie pendant plusieurs semaines, surtout après être passer sur la table d'opération. Ce qui me faisait le plus peur était de ne plus pouvoir remonter un jour, j'ai du toutefois oublier mes rêves de compétition. Quand je bifurque sur le chemin de la ferme, je me sens soulager, après tout sa femme va enfin pouvoir le soigner et je n'aurais plus peur qu'il ne fasse quoi que ce soit. Il est peut-être tomber sur la tête et cela n'est jamais bon.

    - Vous allez attendre tranquillement ici, je vais aller prévenir votre épouse.

    Je sors doucement de la voiture et le regarde, j'ai la drôle d'impression qu'il n'est pas du genre à ce qu'on lui donne des ordres. Arriver devant la porte, je frappe et j'ai rapidement une réponse. La fin de tout à l'heure me regarde avec un drôle de regard, il faut dire que je ne doit pas être dans le meilleur état.

    - J'ai trouver votre mari, il a fait une chute de cheval. Il est dans ma voiture...

    J'entends un bruit de portière et je ne lance même pas de regard derrière moi.

    - Enfin, il était.

    Elle ne me dit même pas un mot et passe devant moi pour se diriger vers lui, ils repassent devant moi et sont presque rentrer quand il se retourne dans ma direction.

    - Merci encore.

    Je ne dit rien et regarde la porte se fermer en ayant le drôle de sensation que quelque chose va arriver et que cela ne sera pas obligatoirement une bonne chose. En retournant à ma voiture, je soupire en me disant que cette journée aura vraiment été éprouvante.


Dernière édition par Abbie Morrison le Mar 23 Nov - 22:36, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sawyer C. Foxwood
QUEEN SALOPERITYI need to feel your hand upon my face
avatar

Nombre de messages : 2563
Age : 28
Crédit : Psychozee, inthe_sunshine & birdshapedcloud @lj
Nickname : Birdie
Gold is : peace and moving on
Date d'inscription : 16/04/2008

Gold Rush
Living Place: Red Horse Star Ranch
Job: waitress at the Country restaurant
A fistful of names:

MessageSujet: Re: ABBIE - Qui m'aime me suive. [FINI]   Mar 23 Nov - 14:52

Bienvenue ! I love you
Je réserve ton avatar

_________________

I'LL BE THERE WAITING FOR YOU
Darling I'll bathe your skin
I'll even wash your clothes
Darling I'll kiss your eyes
And lay down on your rug


I'M STEVEN R. MCQUEEN'S HIDDEN WIFE
PACSEE AVEC API
TROLOLO !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdshapedcloud
Morley Rosbrough

avatar

Nombre de messages : 91
Age : 31
Crédit : ava by rabbit heart, icone by eternalphoenix
Nickname : Junebug
Date d'inscription : 01/09/2009

MessageSujet: Re: ABBIE - Qui m'aime me suive. [FINI]   Mar 23 Nov - 15:05

Bienvenuuue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
John Wyndham

avatar

Nombre de messages : 36
Age : 29
Crédit : castiells and ljs.
Nickname : Gloomy Road.
Gold is : Silence.
Date d'inscription : 23/11/2010

MessageSujet: Re: ABBIE - Qui m'aime me suive. [FINI]   Mar 23 Nov - 15:15

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dean Hodges

avatar

Nombre de messages : 7
Age : 29
Crédit : Aurélie (avatar)
Nickname : Ally Bee
Date d'inscription : 23/11/2010

MessageSujet: Re: ABBIE - Qui m'aime me suive. [FINI]   Mar 23 Nov - 15:38

Welcome !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://newbeginning.forumsactifs.com/
Lewis Locksmith
COWBOY CASANOVA ϟ but he’s candy-coated misery.
avatar

Nombre de messages : 319
Age : 28
Nickname : corpseheart.
Gold is : women.
Date d'inscription : 05/09/2009

Gold Rush
Living Place:
Job: lumberjack.
A fistful of names:

MessageSujet: Re: ABBIE - Qui m'aime me suive. [FINI]   Mar 23 Nov - 18:05

Bienvenue I love you
J'aime déjà beaucoup le début de fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kale Highman

avatar

Nombre de messages : 203
Age : 30
Crédit : myself.
Nickname : sissi.
Gold is : kindness.
Date d'inscription : 05/09/2009

Gold Rush
Living Place:
Job:
A fistful of names:

MessageSujet: Re: ABBIE - Qui m'aime me suive. [FINI]   Mar 23 Nov - 18:14

Ah, un autre vétérinaire Laughing
Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abbie Morrison

avatar

Nombre de messages : 11
Age : 26
Crédit : Milou
Date d'inscription : 23/11/2010

MessageSujet: Re: ABBIE - Qui m'aime me suive. [FINI]   Mar 23 Nov - 22:40

    Merci a tous pour votre accueil. Je pense avoir terminée ma fiche, s'il y a quoi que ce soit à changer je le ferais sans problèmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lee Harper

avatar

Nombre de messages : 91
Age : 28
Crédit : White Rabbit
Nickname : willsdorff
Date d'inscription : 23/11/2010

Gold Rush
Living Place:
Job: Cow-boy
A fistful of names:

MessageSujet: Re: ABBIE - Qui m'aime me suive. [FINI]   Mar 23 Nov - 22:47

Michelle Monaghan

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sawyer C. Foxwood
QUEEN SALOPERITYI need to feel your hand upon my face
avatar

Nombre de messages : 2563
Age : 28
Crédit : Psychozee, inthe_sunshine & birdshapedcloud @lj
Nickname : Birdie
Gold is : peace and moving on
Date d'inscription : 16/04/2008

Gold Rush
Living Place: Red Horse Star Ranch
Job: waitress at the Country restaurant
A fistful of names:

MessageSujet: Re: ABBIE - Qui m'aime me suive. [FINI]   Mar 23 Nov - 22:47

Pour moi c'est bon, je te valide, bon jeu !

_________________

I'LL BE THERE WAITING FOR YOU
Darling I'll bathe your skin
I'll even wash your clothes
Darling I'll kiss your eyes
And lay down on your rug


I'M STEVEN R. MCQUEEN'S HIDDEN WIFE
PACSEE AVEC API
TROLOLO !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://community.livejournal.com/birdshapedcloud
Abbie Morrison

avatar

Nombre de messages : 11
Age : 26
Crédit : Milou
Date d'inscription : 23/11/2010

MessageSujet: Re: ABBIE - Qui m'aime me suive. [FINI]   Mar 23 Nov - 22:52

    Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ABBIE - Qui m'aime me suive. [FINI]   

Revenir en haut Aller en bas
 
ABBIE - Qui m'aime me suive. [FINI]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qui m'aime me suive !
» qui m'aime me suive ?
» aucun rapport j'avoue mais j'aime les pipes
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» FLASH,ALIX FILS-AIME KITE BATO A

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Ecstasy of Gold :: THE GOOD, THE BAD AND THE UGLY :: My name is Nobody :: ϟ Validés-
Sauter vers: