AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Yeah, I'm afraid. What do you want from me ? [Lee.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Charlie Rosbrough
COWGIRLRoll Away Your Stone.
avatar

Nombre de messages : 304
Age : 29
Crédit : avatar : delightful | icons : starsweptnight and ljs
Nickname : Gloomy Road.
Gold is : Family.
Date d'inscription : 02/09/2009

Gold Rush
Living Place:
Job: Cowgirl.
A fistful of names:

MessageSujet: Yeah, I'm afraid. What do you want from me ? [Lee.]   Mar 23 Nov - 17:38


littlehutt and festival_lights on lj


Just don't give up. I'm working it out. Please don't give in. I won't let you down.
It messed me up, need a second to breathe. Just keep coming around.


    « Bordel Morley le jour où je n’aurais pas à t’attendre je te jure que je t’offre tous les verres que tu veux ! » Cria Charlie dans son téléphone, laissant l’un de ses légendaires messages enflammés sur le répondeur de sa cousine. Elle et Morley devaient se rejoindre au saloon pour se détendre un peu, mais comme à son habitude elle n’était pas là et ça faisait bien une heure que la blonde l’attendait. Elle en était déjà à sa troisième pinte de bière et envisageait sérieusement de passer à quelque chose de plus fort. Depuis deux semaines il fallait dire que sa consommation d’alcool avait nettement augmentée. Elle avait été sujette à bien trop d’émotions fortes pour réussir à tout gérer sobrement. Alors ses arrêts au saloon étaient de plus en plus fréquents, comme ses passages en cellule de dégrisement. Jill se faisait un plaisir de venir la récupérer à la sortie du bar quand elle ne parvenait pas à mettre un pied devant l’autre. Ses parents désapprouvaient clairement mais elle ne portait que peu d’attention à leurs remontrances. C’était comme si elle était retombée dans l’adolescence, à n’en faire qu’à sa tête parce qu’elle avait le cœur en miettes.

    « Un autre mon tavernier ! » Héla-t-elle en se hissant sur son tabouret avec un immense sourire aux lèvres. Elle n’était pas encore totalement soûle, simplement déridée. Il fallait dire que Charlie avait beau être un poids mouche elle tenait sacrément bien la distance. Entourée d’hommes, et quels hommes, depuis son plus jeune âge, elle tenait plus du cow-boy que de la petite fille fleur bleue des campagnes alentours. Elle en avait maté plus d’un avec sa langue bien pendue et son crochet du droit des plus efficaces. Une vraie teigneuse, surtout quand elle avait trop bu. Mais il fallait croire que ça faisait son charme puisque les hommes revenaient en rampant. On aurait pu penser que tous ces farmers ne cherchaient que de parfaites petites femmes au foyer, et peut-être était-ce avec ce genre de filles qu’ils finiraient leur vie, mais quand ils voulaient s’amuser c’était vers des Charlie, ou des Morley qu’ils se tournaient. Ce qui convenaient parfaitement à la blondinette qui ne cherchait aucunement une relation sérieuse. Elle s’était jetée à corps, et à cœur, perdus dans ce type d’histoire une seule fois dans sa vie et l’avait payé très cher…

    « Charlie, tu veux pas nous jouer quelque chose ? » Et voilà, c’était toujours la même rengaine. On attendait que l’alcool se soit diffusé dans le sang de la Rosbrough et on la poussait gentiment vers la scène de fortune au fond du saloon. Charlie ne se faisait pas prier, elle aimait la musique autant qu’elle aimait monter à cheval ou jouer des tours aux habitants, c’était qui elle était, tout simplement. Alors elle avala d’une traite le liquide ambrée qui vint lui brûler la trachée avant de récupérer le violon qu’elle laissait toujours dans un coin. Cinq minutes plus tard les sifflements des clients du bar recouvraient presque la jolie mélodie qui s’échappait gracieusement de l’instrument. La jeune femme était comme possédée, le talon de sa botte frappant le sol en rythme alors que son corps se mouvait avec énergie et sensualité.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lee Harper

avatar

Nombre de messages : 91
Age : 28
Crédit : White Rabbit
Nickname : willsdorff
Date d'inscription : 23/11/2010

Gold Rush
Living Place:
Job: Cow-boy
A fistful of names:

MessageSujet: Re: Yeah, I'm afraid. What do you want from me ? [Lee.]   Mar 23 Nov - 22:33


Madame-E / Corpse Heart

    Assis dans un fauteuil sur son balcon, Lee savourait une cigarette en lisant 1984, le célèbre ouvrage de George Orwell. Enfin .. lire était un grand mot, puisque depuis deux semaines, le cow-boy avait du mal à se concentrer sur ce qu'il faisait. La majeure partie de ses pensées se tournaient vers "l'épisode" qui s'était déroulé il y a deux semaines entre Charlie et Lee, dans la demeure abandonnée des Caine. Un baiser échangé, révélateur de ce qu'ils pouvaient ressentir l'un pour l'autre mais un baiser qui semblait interdit. Le jeune homme avait désespérément tenté de s'expliquer avec la jeune femme, mais celle-ci semblait le fuir comme la peste, comme s'il avait peur de se confronter à lui. Ce n'était pourtant pas dans les habitudes de Charlie de fuir ainsi, et de ne pas faire face à ses problèmes. Quelque chose devait la tracasser et Lee se consolait en se disant qu'elle ne pourrait pas le fuir éternellement. Toutes ces questions torturaient l'esprit du cow-boy, si bien qu'en une heure, il n'avait à peine lu qu'une petite dizaine de pages. Il lui était tout bonnement impossible de se concentrer, surtout avec le goût de ce baiser encore perché sur ses lèvres.

    Dans un élan rageur, Lee se releva rapidement, jetant le bouquin à travers la fenêtre pour qu'il atterrisse sur son lit. Pauvre Orwell, ce n'était tout de même pas de sa faute. Tirant sur sa cigarette, cherchant une idée pour se changer les idées, Lee finit par recracher la fumée avant d'éteindre la cigarette d'un geste rude. C'était décidé... il irait au Dead Coyote Saloon, boirait plus qu'il n'était permis pour essayer d'oublier ses petits tracas quotidiens. Et s'il finirait au poste .. et bien soit ! Passant une chemise propre, Harper prit toutes ses petites affaires, avant de partir en direction du bar de la ville, ou devaient se retrouver la plupart des habitants .. enfin, ceux qui n'étaient pas devant leurs télés. Mains dans les poches, Lee remonta Grand Road en silence, ses yeux fixant le sol. Il ne releva même pas le "Bonsoir" que lui adressa l'un de ses collègues de travail, du ranch des Rosbrough. Mais le cow-boy finit par arriver à destination, poussant le double-battant de la porte si caractéristique aux saloons des vieux westerns. Lee s'arrêta un instant sur le pas de la porte. L'atmosphère était survoltée, et bizarrement, tous les regards des clients étaient tournés vers la scène, de laquelle une musique entraînante provenait.

    Surpris, Harper releva la tête, la tournant juste assez pour voir que Charlie se donnait en concert, ce qui lui arracha un léger sourire, à la commissure de ses lèvres. La jeune femme faisait souvent ce genre d'exhibitions, qui ne lui déplaisaient pas. Il suffisait de un ou deux whiskies et c'était parti. Souvent, le plus dur consistait à l'arrêter de jouer .... L'espace d'un instant, Harp' hésita à faire demi-tour et rentrer chez lui. Il se demanda même si, au final, ce n'était pas lui qui évitait Charlie de peur à avoir à faire face au pire .. ou du moins à ce qu'il n'attendait pas. Tâchant de se faire discret, Lee traversa doucement la pièce, pour venir s'accouder au comptoir, relevant le bord de son chapeau. Il héla le gérant du saloon d'un signe de la main, le genre de signe qui lui demandait de lui servir un verre. Et comme il connaissait plutôt bien le propriétaire des lieux, ce dernier savait pertinemment que Lee prendrait un whiskey sec d'entrée de jeu. Et qu'un deuxième suivrait le premier très rapidement, une fois que son gosier serait chauffé. Le cow-boy s'appuya donc sur le comptoir, et fit demi-tour, comme la plupart de la clientèle, les yeux rivés vers la petite scène ou Charlie Rosbrough se donnait en spectacle. Oh, son regard n'était pas "affamé" comme pouvaient l'être ceux de la plupart des cow-boys ici présent, mais il s'avérait être un peu plus sérieux ... partagé entre amusement, tendresse et crainte ....

    Lee aimerait lui parler, s'expliquer .. mais au fond, était-ce qu'il désirait vraiment ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Rosbrough
COWGIRLRoll Away Your Stone.
avatar

Nombre de messages : 304
Age : 29
Crédit : avatar : delightful | icons : starsweptnight and ljs
Nickname : Gloomy Road.
Gold is : Family.
Date d'inscription : 02/09/2009

Gold Rush
Living Place:
Job: Cowgirl.
A fistful of names:

MessageSujet: Re: Yeah, I'm afraid. What do you want from me ? [Lee.]   Mer 24 Nov - 1:56

    Charlie avait parfaitement conscience que les regards qui se posaient sur elle n’étaient pas forcément du à ses talents de violoniste, mais à vrai dire elle n’y prêtait pas attention. C’était toujours flatteur mais il fallait savoir qu’à Mount Pleasant les hommes étaient excités par tout ce qui avait une poitrine et des yeux de biche. Dans sa bulle elle n’accorda pas même un sourire à ceux qui la complimentèrent, on passera sur le genre de compliments qu’elle reçus. Ses doigts virevoltant avec une précision et une dextérité impressionnante, surtout quand on savait ce qu’elle avait bu avant. Bercée par la musique, sa fougue se mit en veille le temps d’un morceau alors que les traits de son visage se détendaient pour dégageait une sérénité déconcertant quand on connaissait Charlie. Il n’y avait bien que la musique pour avoir un tel effet sur elle et son caractère tempétueux.

    Mais le morceau arriva à sa fin et la jeune femme du reposer les pieds sur terre alors que les applaudissement envahissaient le saloon à en faire trembler les murs. La blonde esquissa quelques courbettes accompagnées de clins d’œil pour ceux qu’elle connaissait avant de prendre la direction du bar. Elle stoppa pourtant net à quelques pas du comptoir. Même de dos et perdu dans une foule elle l’aurait reconnu. Bordel, et elle qui avait essayer de l’éviter. Elle avait désormais le choix, elle pouvait tourner les talons et s’enfuir comme elle l’avait fait pendant deux semaines, ou enfin prendre son courage à deux mains et affronter ce qui devait être affronté. Le destin sembla décider pour elle, alors qu’elle fut poussée involontairement par un des clients vers le bar, percutant de plein fouet Lee juché sur son tabouret.
    « Merde. » Lâcha-t-elle mécontente en se frottant le coude. Évidemment l’attention de son ami fut attirée et elle croisa enfin son regard, après deux longues semaines. Le choc fut rude. Aussi agréable qu’amer. Elle qui était réputé pour sa répartie et sa langue bien pendue resta là, hésitante, désarmée. Elle tendit le bras pour s’emparer du vers de Lee qu’elle vida d’une traite pour se donner un peu de courage. Puis, se décidant enfin, elle attrapa la main de son ami pour l’entraîner vers la sortie. S’il devait y avoir discussion, ce ne serait pas en public et sûrement pas entourés par tous ces rustres ivrognes.

    Une fois dehors elle prit le temps de respirer lentement sans parvenir pour autant à avoir les idées claires. Elle ne savait pas vraiment quoi dire, ni quoi faire. Et chaque fois qu’elle croisait le regard que Lee posait sur elle, le souvenir de leur baiser l’assaillait si violemment qu’elle en chancelait. Pourquoi fallait-il que tout soit si compliqué ? Elle qui avait toujours mis un point d’honneur à vivre sa vie comme elle l’entendait, au jour le jour, pour ne pas avoir à être confronté à ce genre de situation venait de se prendre magistralement la plus belle claque de sa vie. Elle était assez lucide et réfléchie pour savoir que son désir de fuite avait été motivé par bien plus que de la simple surprise. Ce qui se cachait derrière n’était ni plus ni moins que de a peur, une peur bien ancrée, depuis si longtemps qu’elle était devenue comme une amie qu’elle emportait partout avec elle. La peur de souffrir, la peur d’être rejetée, la peur d’être abandonnée.
    « Pourquoi ? » Elle n’avait pas cessé de marcher, se tordant les mains d’un geste nerveux et incontrôlé. « Pourquoi t'as fait ça Lee ? » Elle avait besoin de savoir, besoin de savoir pourquoi il l’avait embrassée, ce que ce baiser signifiait pour lui. Il fallait qu’elle sache, qu’il fasse le premier pas. Elle, elle n’en aurait pas la force ni le courage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lee Harper

avatar

Nombre de messages : 91
Age : 28
Crédit : White Rabbit
Nickname : willsdorff
Date d'inscription : 23/11/2010

Gold Rush
Living Place:
Job: Cow-boy
A fistful of names:

MessageSujet: Re: Yeah, I'm afraid. What do you want from me ? [Lee.]   Mer 24 Nov - 2:55

    Charlie terminait doucement la rengaine mélodieuse d'un air de country bien connu, alors que Lee attaquait de son côté son troisième verre. Son inactivité, son incapacité à faire face correctement à ses problèmes l'irritait au plus haut point. Plus la musique s'apaisait, plus l'esprit du cow-boy le tourmentait. Il savait pertinemment qu'il ne pouvait échapper à l'entrevue qui se dessinait à l'horizon. Soit Charlie partait de son côté, ne le remarquant pas et donnait un répit supplémentaire à Lee, soit ils se croisaient et cette fois-ci, ils seraient bien obligés de s'expliquer. Afin d'augmenter les chances de son côté, Harp' se tourna face au bar, descendant d'un trait le précieux liquide ambré qui trônait dans son verre afin de se donner un peu plus de .. consistance. L'alcool commençait à faire son effet .. du moins, dans la trachée du cow-boy en tout cas. Oui, parce que dans sa tête, son esprit ne s'était pas encore émancipé de sa raison qui le retenait et qui le forçait à rester le cul vissé sur ce tabouret, près de ce comptoir. Jamais, ô grands dieux, jamais Lee ne s'était retrouvé ainsi sans savoir quoi faire. Mentalement, il se donnait des claques à lui-même, s'insultant de tous les noms d'oiseaux qu'il connaissait, et ils étaient pourtant nombreux.

    Alors qu'il s'apprêtait à commander son quatrième whiskey, espérant que ce dernier lui mette les idées un peu plus au clair, il fut violemment percuté par quelque chose, ou quelqu'un, qui manqua de renverser le verre qu'il venait de commander. Si c'était un de ces imbéciles de Bloodsworth, il en prendrait pour son matricule, ce n'était ni le moment, ni l'instant pour venir chercher querelle au cow-boy, ni même essayer de le taquiner un tant soi peu. Lee se retourna, lâchant un juron, avec l'idée d'en finir avec celui qui venait de le percuter. Mais alors qu'il se retournait, il put reconnaître la voix de Charlie.
    " Charlie ?!" Non .. pas maintenant .. pas encore ... il n'était pas prêt pour lui faire face. Sa conscience lui dictait de se lever et de prendre ses jambes à son cou, mais son corps restait planté devant celui de la jeune femme, qui venait de s'emparer du précieux whiskey et de le boire aussi sec, au grand dam de Harper. Alors que les deux étaient loin d'être connus pour être de grands timides, bien au contraire, les mots ne semblaient pas sortir, autant pour l'un que pour l'autre. A croire que seuls des jurons étaient capables de sortir de leurs bouches. Son cerveau fonctionnait à toute allure. Lee essayait de trouver une solution, de faire quelque chose et de ne pas rester planté là avec un air béât et complètement grotesque. Et encore une fois, ce fut Charlie qui prit les devants, comme ce fut le cas deux semaines auparavant. La jeune femme attrapa la main rugueuse du cow-boy pour l'entraîner dehors, ce qui n'était pas pour lui déplaire. Il se voyait mal s'expliquer dans ce cadre peu intime que représentait le Dead Coyote, avec tout le monde aux alentours.

    Désarçonné. Il était complètement désarçonné. Même le plus farouche des broncos qu'il avait eu à monter dans un rodéo ne l'avait pas mis à terre comme le faisait le regard azuré de Charlie lorsque leurs regards se croisaient. Lee attendait patiemment, observant la jeune femme marcher de long en large et en travers, se triturant les mains. A y réfléchir, Lee ne l'avait jamais connu comme ça également, ce qui lui redonna un peu de baume au coeur. Savoir que les deux protagonistes étaient aussi peu sûrs l'un que l'autre lui prouvait le désarroi de Charlie.

    Elle lui demanda pourquoi. La question qu'il se posait depuis près de deux semaines et à laquelle il n'avait pas trouvé de réponse encore. Seulement, il en avait marre. Marre d'être aussi lâche et de fuir. Il devait faire face. Ce serait ici, maintenant, et c'est lui qui tiendrait les rênes. "Et pourquoi pas" fut la première réponse qui lui vint en tête, presque par automatisme. Mais c'était faux, il ressentait beaucoup plus pour Charlie que ce qu'il s'était toujours imaginé. C'était limpide. Lee s'était avancé, et avait pris les mains de la jeune femme, surtout pour qu'elle arrête de bouger une fois pour toutes. Cela le rendait plus nerveux encore. Plantant son regard dans le sien, il chercha ses mots.
    " Pourquoi j'ai fais ça ? Parce que ... " Bordel, pourquoi c'était aussi compliqué. " Parce que ... " Il était beau, le bourreau des coeurs de Mount Pleasant, qui avait surtout l'air d'un collégien attardé qui rencontrait une fille ... " Ecoute, Charlie ... je ne saurais te l'expliquer avec des mots simples ... tout est si confus là-haut. Moi même je ne saurais me l'expliquer clairement..." Ca y est .. Lee commençait à perdre prise. Ses yeux, son regard témoignait de l'impuissance qu'il mettait à s'expliquer, ils évoquaient à la fois un mélange d'incompréhension mais également une tendresse, de l'affection pour la jeune femme, témoignant de sa sincérité. Comme c'était prévu, Lee s'énerva, lâchant provisoirement les mains de Charlie pour lâcher une bordée de jurons à voix haute, contre lui-même, comme s'il essayait de se donner plus de consistance. Harp' revint cependant à la charge, revenant vers la jeune femme bien décidé à en finir. Il lui attrapa à nouveau la main et la lui serra; plantant ses yeux dans les siens. " Je ne sais pas pourquoi j'ai fait ça .. ok ? Tout ce que je sais, c'est que ce soir là, je me suis rendu compte que .. que ce que je ressens pour toi .." Sa main libre vint replacer une des mèches de cheveux de Charlie, qui était venu se placer devant son visage. Les mots venaient difficilement, mais il se devait de crever l'abcès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Rosbrough
COWGIRLRoll Away Your Stone.
avatar

Nombre de messages : 304
Age : 29
Crédit : avatar : delightful | icons : starsweptnight and ljs
Nickname : Gloomy Road.
Gold is : Family.
Date d'inscription : 02/09/2009

Gold Rush
Living Place:
Job: Cowgirl.
A fistful of names:

MessageSujet: Re: Yeah, I'm afraid. What do you want from me ? [Lee.]   Mer 24 Nov - 3:59

    Et merde alors c’était quoi son problème au juste ? Charlie se fustigeait autant qu’elle accablait Lee de reproche. Tout ça silencieusement alors que la tempête faisait rage dans son esprit, cette confusion se traduisant par une hyperactivité encore plus accrue que la normale. S’il y avait une chose que Charlie détestait plus que tout au monde, en dehors des Bloodworth, c’était bien le fait de sentir une situation lui échapper, de ne pas être capable de maîtriser ses propres sentiments et de se retrouver presque volontairement dans la position de victime parce qu’elle se sentait bien incapable d’agir pour changer quoique ce soit. Elle se détestait si violemment à ce moment même qu’il lui fallu une grande volonté pour ne pas tourner les talons une fois de plus et aller se terrer le plus loin possible de tous ceux qu’elle connaissait à Mount Pleasant. Elle ne se reconnaissait pas et avait tout simplement honte de celle qu’elle était à cette minute même. Perdre ses moyens, céder à la peur, ce n’était pas elle, ce n’était pas digne d’une Rosbrough. Et c’était mettre un grand coup de pied dans toutes les bases qu’elle s’était construites jusqu’à aujourd’hui. Pas étonnant qu’elle ait du mal à tenir debout.

    Lee s’approcha finalement d’elle pour se saisir de ses mains et l’empêcher de bouger. Ce simple contact électrisa Charlie de la tête au pied et son cœur manqua un battement lorsqu’elle croisa le regard de son ami. Elle avait l’impression de se retrouver projetée dans l’un de ces films mièvres qu’elle exécrait. Il ne manquait plus qu’une bonne averse et ils répondraient au parfait cliché. C’était minable. Les mots de Lee venaient la frapper comme une volée de claques bien méritées. Et le pire dans l’histoire c’est que si c’était aussi douloureux pour Charlie c’est parce qu’elle réalisait qu’elle attendait beaucoup de cette conversation. Beaucoup trop sûrement et c’était bien là le problème. Elle connaissait Lee, elle connaissait sa réputation, son comportement avec les filles de Mount Pleasant. Comment pouvait-elle espérer une seule seconde qu’il en soit autrement avec elle. Après tout il n’était qu’un homme, et ce baiser, bien que passionné et sincère, pouvait n’être qu’une simple pulsion à laquelle Lee avait lâchement cédé. Elle se préparait à ce qu’il s’excuse, qu’il avoue un moment de faiblesse. Mais elle du faire face à un Lee tout aussi paumé qu’elle, ce qui était tout aussi désarçonnant que rassurant.

    Elle resta silencieuse alors qu’il s’éloignait un moment pour jurer dans sa barbe avant de revenir à la charge. Leurs prunelles s’accrochèrent de nouveau et elle su qu’ils allaient devoir être honnêtes. C’était la seule façon de se sortir de cette situation qui semblait les bouffer tous les deux. Elle pencha doucement la tête alors qu’il replaçait l’une de ses mèches rebelles, sa joue venant effleurer la paume de main du jeune homme. Il était aussi confus qu’elle, et pourtant elle avait besoin que ce soit lui qui joue carte sur table, lui qui abatte son jeu avant qu’elle ne dévoile le sien. Elle avait été trop profondément blessée par le passé pour exposer de nouveau son cœur à si grands risques. Et il le savait, elle lui avait raconté
    . « Ce que tu ressens pour moi… » Répéta-t-elle doucement. Il fallait qu’il le dise, il fallait qu’il pose des mots sur tous les non-dits qui existaient entre eux. C’était tout ce dont elle avait besoin. Elle savait déjà ce qu’elle y répondrait, elle savait déjà ce qu’elle ressentait, mais elle n’était pas assez forte pour se jeter dans le vide sans filet de sécurité. La seule chose qu’elle parvint à faire, en rassemblant tout le courage qui lui restait, fut d’esquisser un pas en avant, réduisant de manière signification le vide qui les séparait. Son regard n’avait pas lâché celui du cow-boy. Elle attendait dans un silence religieux la réaction de Lee quand un homme bien éméché, voir complètement soûl, sorti du saloon avec fracas, sortant Charlie de sa torpeur et de sa paralysie momentanée. Elle se déroba à l’éteinte que Lee exerçait encore sur sa main pour faire quelques pas en arrière sans pour autant le lâcher des yeux. Cette situation allait finir par la rendre folle. Elle savait que leurs prochains mots, leurs prochains gestes, leurs prochaines décisions, viendraient sceller leur histoire, d’une manière ou d’une autre elle ne serait plus jamais la même qu’elle avait été. Et elle réalisait maintenant qu’elle se devait de faire ce choix, que c’était à elle de prendre le tournant final. Elle attendit simplement que le cow-boy chancelle jusqu’au bout de l’avenue principal puis se rapprocha de nouveau de Lee, sembla hésiter l’espace d’une fraction de seconde avant que ses mains se posent sur les joues mal rasées du jeune homme et que ses lèvres heurtent celles de Lee dans un baiser fiévreux. Elle était redevenue elle-même, la Charlie fougueuse et impulsive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lee Harper

avatar

Nombre de messages : 91
Age : 28
Crédit : White Rabbit
Nickname : willsdorff
Date d'inscription : 23/11/2010

Gold Rush
Living Place:
Job: Cow-boy
A fistful of names:

MessageSujet: Re: Yeah, I'm afraid. What do you want from me ? [Lee.]   Mer 24 Nov - 12:45

    Ridicule. Cette situation était tout bonnement ridicule. Lee perdait ses moyens comme un gamin de six ans tandis que Charlie ne semblait pas quoi dire, attendant désespérément la fin de la phrase du cow-boy, qui hésitait à lui révéler ce qu'il ressentait réellement pour elle. En réalité, Harper était effrayé. Il n'était quasiment jamais tombé amoureux, ou à de rares occasions, et ce ne fut jamais une bonne chose pour lui. Depuis la mort de ses parents, il avait appris à ne pas s'attacher aux choses ou aux personnes, de peur de les perdre. Etait-ce pour ça qu'il avait fermé les yeux jusque là par rapport à ce qu'il éprouvait pour Charlie ? Peut-être, sûrement même .... Tous ces non-dits le bouffaient de l'intérieur, et lorsque Lee avait enfin l'occasion de dire ce qu'il ressentait et de mettre fin à cette situation gênante, les mots ne sortaient même pas. Néanmoins, le cow-boy était persuadé qu'après cette entrevue, la relation qu'il nouait avec Charlie ne serait plus la même. Ce qui s'est passé dans la demeure des Caine changea irréversiblement leur relation. Il ne lui restait plus qu'à trouver les mots justes pour mettre fin à ce foutoir sentimental ....

    Lee avait l'impression que la jeune femme pouvait lire en lui comme dans un livre ouvert, lorsqu'elle le regardait ainsi, pendue à ses lèvres. Le cow-boy la vit se rapprocher doucement de lui, diminuant la distance qui les séparait. Respirant un bon coup, Harp' allait se jeter tout bonnement à l'eau, en espérant ne pas se noyer. Mais une fois encore, le destin vint se placer en travers de leur chemin, sous le visage d'un des habitants de Mount Pleasant, passablement éméché, et qui vint briser leur étreinte en titubant. Lee détourna son regard de celui de Charlie pour observer le fauteur de troubles. S'il avait eu des revolvers à la place des yeux, l'homme saoul serait déjà étendu par terre, la poitrine encore fumante des balles qu'il venait de recevoir. Il regarda l'homme s'éloigner lentement, titubant et chancelant, vers le coin de la rue, derrière lequel il venait de disparaître. Ils étaient enfin tranquille, et Lee pouvait reprendre là ou il s'était arrêté. Son regard était de nouveau perdu dans l'intensité azurée des yeux de Charlie. Il avait l'impression d'être revenu à la case départ, et qu'il allait devoir tout recommencer depuis le début.

    Il y eut quelques secondes de silence et de battement, comme si le temps s'était arrêté autour d'eux, et que plus rien ne pouvait les troubler désormais. La jeune femme se rapprocha à nouveau, plus proche encore qu'ils ne l'avaient été de cette soirée. Et Lee retrouva alors la célèbre témérité légendaire de la jeune femme lorsqu'il sentit ses petites mains se poser sur ses joues et ses lèvres venant rencontrer les siennes. En une fraction de secondes, Charlie venait de désamorcer la situation, chose que Lee s'évertuait à faire depuis plusieurs minutes. Tout d'abord surpris, comme l'avait pu l'être Charlie il y a deux semaines, Lee finit par répondre passionnément à ce baiser. Une de ses mains finit par épouser la joue de la jeune femme, tandis que l'autre passait dans son dos, afin de sceller leur étreinte. Ce baiser fut à l'image de leur précédent. Fiévreux. Fougueux. Ardent. Exalté .... Il était la conséquence de trop de non-dits, et levait ainsi le voile sur ce qu'ils ressentaient l'un pour l'autre. Lee savourait ce baiser, et il se sépara à contre-coeur des lèvres de la jolie blonde. Laissant son front posé contre le sien, son petit sourire au coin des lèvres, il finit par lui chuchoter
    " Je vois que tu as réussi à trouver les mots que je cherchais ..." Maintenant qu'il la tenait, Lee ne comptait pas faire la même erreur qu'il avait faite il y a deux semaines, à savoir la laisser partir. Ce deuxième baiser était significatif de leur envie commune d'une relation sérieuse entre eux. Harp' la regardait tendrement, sa main rugueuse toujours posée sur sa joue, la caressant lentement. Et, comme s'il voulait lui prouver quelque chose, c'est le cow-boy qui s'avança lentement, Il la dévorait du regard. Nul besoin de lui dire à quel point elle pouvait être belle à ses yeux, l’expression de son visage devait être suffisamment claire pour comprendre que Lee était subjuguée par la beauté fatale de la jeune femme. Son visage s’avança doucement pour finir par poser doucement ses lèvres sur celles de Charlie. Ses lèvres avaient un étrange goût sucré, agréable au demeurant. Lee l’avait d’abord embrassé doucement, ce genre de baisers posé lorsque l’on découvre une première fois son partenaire. Mais la douceur fit bientôt place à la passion qui dévorait le cow-boy depuis ces deux dernières semaines. Harper se surprit à se redresser, collant encore plus son corps contre le sien, tandis que ses mains partaient à l’aventure. Aucune partie de son corps n’était à l’abri de la curiosité dévorante des mains du cow-boy. Néanmoins, Lee dut se faire violence pour arrêter ce qu’il avait commencé, replongeant son regard dans les iris bleutés de la jeune femme, attendant une réaction de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Rosbrough
COWGIRLRoll Away Your Stone.
avatar

Nombre de messages : 304
Age : 29
Crédit : avatar : delightful | icons : starsweptnight and ljs
Nickname : Gloomy Road.
Gold is : Family.
Date d'inscription : 02/09/2009

Gold Rush
Living Place:
Job: Cowgirl.
A fistful of names:

MessageSujet: Re: Yeah, I'm afraid. What do you want from me ? [Lee.]   Jeu 25 Nov - 15:51

    Charlie n'aurait pu dire depuis quand son regard sur Lee avait changé. En fait, elle n'était même pas sûre qu'il ait changé en soit, ils avaient grandi ensemble, et puis Lee était parti à la guerre. Charlie avait contenu sa peine, en se mentant, en se voilant la face, en se disant qu'il n'était pas si important pour elle. Mais la fissure qu'avait provoqué ce départ dans son coeur était là pour lui rappeler qu'il l'était. Et sans doute beaucoup plus qu'elle n'aurait osé se l'avouer. Jusqu'à ce qu'il remette les pieds à Mount Pleasant et dans sa vie. C'était un tout autre homme. Et elle était devenue une femme. Il l'avait laissée alors qu'elle n'était encore qu'une adolescente, et elle l'avait accueillie avec la maturité d'une jeune femme épanouie. Leur histoire avait repris là où il l’avait laissée. Ils étaient toujours aussi complices, à se chercher des poux et ne jamais se lâcher.

    Charlie avait mit tant d’efforts à dissimuler sa jalousie grandissante qu’elle était presque parvenue à l’oublier. A vrai dire elle avait été si peu jalouse dans sa vie qu’elle n’était même pas sûre de pouvoir identifier ce pincement au cœur quand elle savait Lee avec une autre fille, comme tel. Mais elle avait fini par se rendre à l’évidence et s’était voilé la face, parce que c’était plus sain, parce que c’était plus sûr. Et alors qu’elle se jetait tête la première sur un chemin dont elle ne connaissait absolument pas l’issu elle laissa enfin ses sentiments refoulés s’exprimer. Avec fièvre et passion. L’estomac noué à l’idée que Lee la repousse, que ce ne soit finalement pas ce qu’il voulait.
    « Je vois que tu as réussi à trouver les mots que je cherchais ... » Murmura-t-il contre ces lèvres alors qu’ils se détachaient l’un de l’autre. Charlie parvint finalement, et après deux semaines, à se détendre complètement. Son regard perdu dans le sien, étourdie par toutes ces émotions qui s’étaient emparées d’elle. C’était la première fois de sa vie qu’elle éprouvait un désir si fort pour quelqu’un. La première fois aussi qu’elle retrouvait cette même envie dans le regard que Lee posait sur elle. C’était aussi agréable que terrifiant. Le plus déstabilisant dans tout ça c’était bien le fait que rien ne lui paraisse plus naturel. Alors qu’ils avaient pratiquement grandi ensemble, qu’ils se connaissaient depuis des années, que Lee était presque devenu un membre de la famille… Les mains du cow-boy frôlant chaque parcelle de son corps, effleurant sa peau nue, attrapant ses lèvres dans un nouveau baiser, tout aurait du lui paraître étrange, déplacé. Mais ce n’était pas le cas, c’était comme une suite logique, un évènement qu’il avait fallu attendre et repousser pour mieux le savourer.

    Lorsqu’elle croisa de nouveau son regard elle avait le souffle coupé et était bien heureuse que les bras puissant de Lee la soutiennent sinon elle se serait probablement effondrée. Du coin de l’œil elle aperçu l’une des habitantes de Mount Pleasant s’échapper du saloon. Une plantureuse brune vêtue d’une robe écarlate qui épousait avec indécence ses formes généreuses. Une ancienne conquête de Lee… Électrisée par cette vision Charlie se mordit violemment la lèvre inférieur et se fit violence pour ne pas partir en courant dans l’autre sens. Mais qu’était-elle entrain de faire. Là, dans les bras du plus grand tombeur de la ville, prête à ouvrir son cœur, à le livrer sans autre forme de procès, l’exposer à de nouvelles souffrances.
    « Tu es certain que c’est ce que tu veux… Toi et moi ? » Souffla-t-elle dans un murmure presque inaudible alors que son regard avait suivi la silhouette de la jeune femme qui s’éloignait. C’était bête et ça cassait la magie du moment mais Charlie avait besoin de savoir. Elle savait pourtant qu’il n’y avait pas de domaine plus incertain que celui amoureux mais le simple fait d’entendre Lee la rassurer suffirait à l’aider. Elle ne pourrait totalement se laisser aller que s’il lui faisait comprendre qu’il ne regretterait pas toutes ces femmes, toutes ces conquêtes d’une nuit. Elle avait conscience d’être injuste et égoïste, qu’elle n’avait pas le droit de lui demander une telle chose alors qu’ils n’avaient rien construit ensemble, mais elle prenait tellement à cœur ce qui pourrait leur arriver qu’elle devait assurer ses arrières. Et c’est alors que l’évidence la frappa. Une évidence qui amena le doute et qui força la blonde à croiser de nouveau le regard de son ami. En fait elle ne savait pas ce qu’il voulait. Ce qu’il voulait d’elle, ce qu’il voulait d’eux. Peut-être n’allait-elle être finalement qu’une parmi tant d’autres… Un baiser, aussi passionné soit-il, n’était pas la preuve d’autre chose que d’un désir enfin exprimé. « Est-ce que je suis comme elles ? Comme toutes ces filles avec qui tu as couché ? Est-ce que c’est ça que tu vois en moi, une autre opportunité de t’envoyer en l’air ? » Et vous voilà présentés à la Charlie braquée. Son ton avait été plus cassant qu’elle ne l’aurait souhaité et elle se fustigea immédiatement d’avoir laissé ces mots s’échapper de sa bouche. Tout le monde pensait Charlie sûre d’elle, confiante, mais quand il en venait à mettre son cœur en ligne de mire elle prenait la tangente sous la peur. Classique. Et pathétique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lee Harper

avatar

Nombre de messages : 91
Age : 28
Crédit : White Rabbit
Nickname : willsdorff
Date d'inscription : 23/11/2010

Gold Rush
Living Place:
Job: Cow-boy
A fistful of names:

MessageSujet: Re: Yeah, I'm afraid. What do you want from me ? [Lee.]   Jeu 25 Nov - 21:50

    Un étrange silence suivit le baiser endiablé du cow-boy, comme si les deux protagonistes reprenaient leur souffle et leurs émotions après ce qu'il venait d'arriver. Tout deux venaient de succomber à une passion mûrement réfléchie, et qui semblait en tout cas les hanter depuis un sacré bout de temps sans pour autant qu'ils s'en rendent compte. Lorsqu'il y repensait, Lee avait rencontré Charlie il y a maintenant dix ans, alors qu'elle n'était encore qu'une adolescente. Mais ce fut à son renvoi de chez les Marines et à son retour d'Irak qu'il retrouva Charlie métamorphosée en une jeune femme charmante, avec la tête sur les épaules. Leur ancienne amitié se poursuivit, mais Lee n'osait rien faire par rapport aux Rosbroughs, cette famille qui le considérait presque comme l'un de ses propres fils, et qui l'avait accueilli comme tel. Maintenant qu'il y repensait, il se disait qu'il avait peut-être agi en bourreau des coeurs pour oublier qu'il ne pourrait jamais avoir Charlie pour lui .... Enfin, c'étaient peut-être des conclusions trop hâtives.

    Le bruit de la porte du saloon vint briser ce petit instant magique. Une jeune femme, que Lee connaissait plutôt bien pour être sorti avec, venait de faire son apparition. Tout aussi rapidement qu'elle était arrivée, le cow-boy reporta son attention sur Charlie, mais cette dernière semblait obnubilée par la brune qui venait de faire irruption, comme si elle remettait en doute l'instant qui venait d'arriver. Lee connaissait la jeune femme sur le bout de doigts, et savait que le regard qu'elle lançait vers la plantureuse brune n'annonçait rien de bon. Et comme il s'y attendait, la question fatidique vint quelques secondes après que le cow-boy se fit cette réflexion. Lee lui releva le menton du bout des doigts, tout doucement, afin de pouvoir la regarder dans les yeux.
    "Hey .. Charlie ..." lui murmura-t-il, s'assurant d'avoir toute son attention. "Je ne me suis jamais senti aussi sûr de moi qu'à cet instant .." lui confirma-t-il tout en la quittant pas des yeux. Son regard était on ne peut plus sincère, et pourtant, il sentait que ce n'était toutefois pas suffisant pour Charlie. Pourtant, il était vraiment sûr de lui. Par contre, c'est clair qu'il ne pouvait pas en dire autant 10 petites minutes auparavant. Mais maintenant qu'il était conforté dans ses idées, et rassuré sur le fait que la jeune femme semblait avoir les mêmes, cela avait suffi pour faire redescendre d'un cran la pression.

    Seulement, il semblait que même ça n'était pas suffisant pour elle. Et plus le cow-boy observait Charlie, plus il se disait que cette dernière doutait du bienfondé de ce début de relation. Alors que la brune venait définitivement de disparaître au coin de la rue, la jeune femme se mit à harceler Lee de questions, sur un ton qui l'accablait plus qu'autre chose, comme si Charlie voulait que le cow-boy réponde dans ce sens ....
    « Est-ce que je suis comme elles ? Comme toutes ces filles avec qui tu as couché ? Est-ce que c’est ça que tu vois en moi, une autre opportunité de t’envoyer en l’air ? » Lee fut surpris par tant de méfiance. Après tout, ils se connaissaient depuis longtemps, et il aurait aimé pensé que Charlie ne lui pose pas ce genre de questions, du moins pas comme ça, pas maintenant. Mais il se rassura en se disant qu'elle avait probablement besoin d'avoir confiance en lui, pas la confiance qu'ils avaient mutuellement l'un pour l'autre jusqu'à il y a deux semaines, mais bel et bien une étape supérieure. "Ecoute ..." La main rugueuse du cow-boy vint une nouvelle fois caresser la joue de la jeune femme."Charlie .. ça fait dix ans qu'on se connaît. Je sais que j'ai pas toujours été une icône de sainteté, mais fais-moi confiance, tu veux ? Je crois que je ne réalise même pas encore la chance que j'ai ... et que je tiens trop à toi pour te décevoir, princesse ..."

    Joignant le geste à la parole, Lee vint prendre Charlie dans ses bras, afin d'essayer de la rassurer sur ses intentions, déposant un baiser dans sa chevelure blonde.. Il lui portait trop d'attention pour que l'idée de tout venir gâcher avec la première habitante qui passe ne vienne lui titiller l'esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlie Rosbrough
COWGIRLRoll Away Your Stone.
avatar

Nombre de messages : 304
Age : 29
Crédit : avatar : delightful | icons : starsweptnight and ljs
Nickname : Gloomy Road.
Gold is : Family.
Date d'inscription : 02/09/2009

Gold Rush
Living Place:
Job: Cowgirl.
A fistful of names:

MessageSujet: Re: Yeah, I'm afraid. What do you want from me ? [Lee.]   Mar 30 Nov - 15:31

    Ce n'était pas tant que Charlie voulait à tout prix casser la magie et le romantisme de cet instant, même si c'est exactement ce qu'elle faisait à poser toutes ces questions, mais c'était surtout qu'elle ne voulait pas mettre un pied sur un terrain miné sans être un minimum préparée à ce qui l'y attendait. Elle pouvait être la plus spontanée et la plus irréfléchie des filles de Mount Pleasant mais s'il y avait bien un, et un seul, domaine dans lequel elle ne se jetterai pas les yeux fermés sans même penser aux conséquences c'était bien celui-ci. Elle aurait aimé être plus détachée, pouvoir s'ouvrir à l'amour, ou en tout cas à une relation sentimentale, sans avoir la peur de sa vie, mais ce n'était pas le cas. Il était plus effrayée à ce moment même où son regard croisait celui de Lee qu'elle ne l'avait été deux semaines plus tôt, enfermée dans la chambre des Caine. C'était dire si ce qui se passait était important pour la blondinette.

    Heureusement pour elle, et finalement c'était bien là toute la beauté de cette relation naissante, Lee la connaissait depuis si longtemps qu'il savait exactement comment la rassurer. Il connaissait ses peurs comme il connaissait pratiquement tout le reste de sa vie. Ses mots ne parviendraient pas à lui assurer une relation sans souffrance, mais ça il n'y pouvait rien, personne n'aurait pu le lui promettre, c'eut été mentir. On ne savait pas de quoi la vie était faite, encore moins quand il s'agissait de mettre son coeur en jeu. Mais finalement, quel intérêt y aurait-il eu de ne courir aucun risque. Ce n'était pas le genre de vie confortable que Charlie recherchait. Même si elle avait toujours cette terreur jamais apaisée de souffrir, d'être blessée, bafouée, elle n'aurait pas été plus satisfaite d'une vie sans surprise. Et c'était à cette exacte conclusion qu'elle en vint alors que Lee l'attirait à elle pour terminer de la rassurer sur ses sentiments. Charlie n'avait qu'à plonger son regard dans celui de Lee pour se sentir spéciale, unique. Et il n'y avait rien de comparable à un tel sentiment. Abritée entre les bras puissants du cow-boy, nichée contre son torse, sa respiration en concerto avec la sienne, elle se sentait bien. En sécurité.

    Elle releva doucement le visage pour l'observer longuement, sourde à toute l'agitation qui s'échappait du saloon. Ses lèvres vinrent doucement se poser sur celle de Lee dans un nouveau baiser, plus tendre et complice.
    « Ce qui est le plus étrange, c'est que ça ne soit pas étrange... » Sourit-elle calmement contre les lèvres du jeune homme, toujours blottie contre lui. L'idée d'une telle relation ne l'avait pas effleurée par le passé parce qu'elle ne devait sans doute pas être prête pour ça. Et finalement c'était assez naturellement que les choses se mettaient en place. Comme si ça avait été écrit. Et croyez le bien, Charlie n'était absolument pas partisane de toutes ces histoire de Destin. « Une chose est sûre, ça va faire jaser ! » Rit-elle soudainement, son naturel détendu et amusé reprenant le dessus. Et elle pensait aussi bien aux habitants, qu'aux employés du ranch et surtout à ses parents et son frère qui avaient toujours vu Lee comme un membre de la famille. Oh oui, les rumeurs allaient se répandre comme une trainée de poudre, il fallait qu'ils s'y préparent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lee Harper

avatar

Nombre de messages : 91
Age : 28
Crédit : White Rabbit
Nickname : willsdorff
Date d'inscription : 23/11/2010

Gold Rush
Living Place:
Job: Cow-boy
A fistful of names:

MessageSujet: Re: Yeah, I'm afraid. What do you want from me ? [Lee.]   Mar 30 Nov - 23:02

    Blottie au fond de ses bras, Lee pouvait sentir la jeune femme se calmer petit à petit. Ses mots semblaient avoir fait leur effet, et Charlie se laissait enfin aller, comme si elle venait de faire tomber toutes les barrières des réticences qu'elle pouvait avoir. Le cow-boy appréciait ce moment unique, intime. Il lui semblait que le monde pouvait s'écrouler autour d'eux lorsqu'ils étaient ainsi qu'ils ne ressentiraient rien. Rien, ni personne ne pouvait briser leur bulle, leur petit cocon. Lee s'enivrait de sa présence et du parfum délicat qui se dégageait d'elle. Jamais il ne s'était senti aussi bien, aussi .. apaisé. Il s'amusait d'ailleurs à repenser à lui quelques minutes auparavant, au bord de l'ulcère, tellement il était nerveux. Tout ceci lui semblait déjà très loin, alors que cela venait tout juste de se dérouler. Lee sourit à la remarque de la jeune femme et il s'avérait qu'elle avait raison. Rien de ce qui venait de se dérouler était étrange. C'était juste comme une partition de musique savamment orchestrée, un peu comme le papier perforé d'un orgue de barbarie .... Lee n'était pas très fataliste mais il fallait reconnaître que les deux jeunes gens s'accordaient parfaitement. Il savait désormais que cela aurait pu arriver n'importe quand, ou voir pas du tout, mais qu'il n'a fallu qu'une "étincelle" pour que Charlie et le cow-boy découvrent et acceptent leurs sentiments respectifs.

    Harper profita du tendre baiser de Charlie, avant de rire en retour sur le fait que les rumeurs sur eux circuleraient probablement très vite. Autant ne pas se voiler la face, après tout, et jouer cartes sur table. Tout simplement par honnêteté, car ce n'était pas le genre de Charlie et de Lee de mentir, mais surtout pour éviter d'entendre les pires rumeurs et les pires ragots.
    "Laissons couler ... ils peuvent bien raconter ce qu'ils veulent, si ça les amuse. Par contre, il faudra que j'en touche deux mots à ton père .. par respect !"s'empressa-t-il d'ajouter. Lee respectait trop les Rosbrough pour faire quelque chose dans leur dos. Et comme de toute manière, cela se saurait à un moment ou un autre, le cow-boy préférait tout avouer plutôt que de nier les faits. Non pas que le père de Charlie avait son mot à dire dans les relations amoureuses de sa fille, non, mais Lee le considérait presque comme un propre membre de sa famille, et il n'oserait les trahir. D'autant plus qu'il n'en avait pas la moindre envie. Assurant Charlie d'un nouveau baiser, scellant à nouveau leur union, Lee se désengagea à contre-coeur de l'étreinte qu'il formait avec la jeune femme pour passer son bras dans son dos."Allez, rentrons maintenant ..." Et c'est bras dessus, bras dessous que le nouveau petit couple de Mount Pleasant fit son apparition dans le saloon de la petite ville du Colorado. Les langues se déliaient déjà sur leur passage, mais ils passaient outre. Charlie et Lee étaient ensemble, voilà tout. Et ils comptaient bien en profiter.



(c) Dribbly

TOPIC TERMINE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yeah, I'm afraid. What do you want from me ? [Lee.]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yeah, I'm afraid. What do you want from me ? [Lee.]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» and he said “listen, listen, i’m not afraid to go if it’s with you, i was born to live for you”, 04.03 - 03:11
» a hero is a man who's too afraid to run away.
» Sky ~ Rastaman vibration, yeah, positive ! || Validée.
» KATIE + i'm not afraid of god, i am afraid of man
» Scénario : 07. Partyin’, partyin’ YEAH ! (accordé par le staff)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Ecstasy of Gold :: MOUNT PLEASANT CITY :: Grand Road :: ϟ Dead Coyote Saloon-
Sauter vers: